Consultations pour cet article :

ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu
Pour entendre le fond musical de cette page, prière de cliquer ci-dessous :
fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire un clic droit sur le disque du bas




Quand ARTivision, passe le Bac philo, du 17 Juin 2019...


I Introduction.

       Le 17 Juin 2019, le élèves des terminales L passaient en Métropole le bac de philosophie, tel que :


       Comme nous l'avons déjà fait, à diverses occasions au sujet de certaines notions philosophiques : :

http://www.artivision.fr/Artivisionbac2013.html
http://www.artivision.fr/ARTivisionauBacPhilo2016.html
http://www.artivision.fr/notionsimportantes.html

nous allons ce jour, traiter très ésotériquement parlant, le sujet en question :

       Précisons d'emblée, que notre présent exposé, n'a rien a voir avec la dissertation d'un candidat au Bac car lui, devant sa feuille blanche, ne peut bénéficier comme nous du copier-coller, de textes et d'images extraordinaires, venant de nos propres dossiers, ou encore, de l'internet, par l'intermédiaire du site Google. Ce candidat lui, devra faire appel, à sa bonne mémoire de son cours de philosophie concernant la notion du temps, exprimée selon les penseurs affirmés comme Platon, Ronsard, Kierkegaard, Bergson, Lamartine, Apollinaire.. etc....

II Genèse de l'affaire.

       D'ailleurs la question posée semble s'aligner directement sur les célèbres versets du grand poète Alphonse de Lamartine (1790-1869) .

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !


     Nous voyons ici, (et dans la suite du poème : voir Wikipedia), que le poète demande justement, au temps, de bloquer son cours, afin qu'il puisse profiter des bons moments, qu'il aurait aimé apprécier, auprès de l'élue de son cœur.

     Il nous semble donc, aujourd'hui, opportun de repréciser ici, notre façon très particulière, de concevoir d'une part, la notion qui s'attache à ce qu'on appelle actuellement ici, le Temps, un concept qui, selon nous, évolue, en fin de compte, en fonction des connaissances acquises selon l'époque, et d'autre part, nous feront appel en Haut Lieu, aux connaissances qui nous invitent, à croire que l'on peut vraiment modifier la structure du Temps, dans lequel nous évoluons, malgré nous...

     Mais voilà que justement, l'Académie elle, croit devoir nous interroger sur le fait, que ce poète, ait pu échapper au temps, comme il le souhaite si bien ...:

       Mais d'abord analysons, le terme Temps, tel qu'il apparait dans notre Petit Dictionnaire Larousse en couleurs, de 1988, :


       On voit donc que cette notion du temps a de très nombreuses significations. Retenons seulement, pour cet exposé, la premiere, soulignée en rouge, et l'on voit bien que ce dictionnaire ne nous dit rien concernant la structure intime de cette "force agissant sur le monde et les êtres".

       Pour nous mettre déjà dans le bain, Il conviendrait de parler ici de l'élasticité du temps , et donc aussi du paradoxe des jumeaux de Paul Langevin, exprimé dès 1911, et repris plus tard par Einstein , qui démontre mathématiquement, que le temps est relié à la vitesse du sujet qui l'expérimente, et que si deux frères jumeaux A et B, vivent normalement sur Terre, et que le A part dans le cosmos en voyageant sur une fusée, se déplaçant à une vitesse s'approchant de celle de la lumière, alors à son retour son frère et lui, n'auront plus le même âge...

      Sur Wikipedia ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Paradoxe_des_jumeaux) on trouve des formules superbes, qui étonneront assurément, le commun des mortels, et voici ce qui suit, qui est tiré du monde cinématographique, et qui nous invite à voir les films en question, si ce n'est pas déjà fait :

Représentations dans les arts :

      Ce paradoxe est utilisé dans le film La Planète des singes de Franklin J. Schaffner (1968), adapté du roman de Pierre Boulle.

      En 2014, le film de science-fiction Interstellar réalisé par Christopher Nolan, met également en application le paradoxe des jumeaux. Cette ?uvre cinématographique raconte l'histoire d'un père devant partir dans l'espace afin de trouver une planète habitable, et de ses enfants restant sur Terre. Les enfants vieillissent alors que lui presque pas. Le père a 35 ans lors de son départ, et le même âge lors de son retour; alors que sa fille, restée sur Terre, avait 10 ans, lors du départ, et a 97 ans lors du retour.


       Et donc, même si les équations compliquées, le démontrent, comme nos fusées actuelles, ne sont pas du tout prêtes pour approcher la vitesse de la lumière, cette affaire de jumeaux reste encore, pour pas mal de temps, de la vraie science-fiction.

       Mais pour les puristes, qui aiment sortir, des documents d'origine, voici un petit aperçu, de la très moderne interprétation de Stephen Hawking, dans son ouvrage "Une brève histoire du temps " :

     " L'explication généralement donnée pour comprendre pourquoi nous ne voyons pas les tasses brisées  se recoller sur le plancher  et bondir pour retourner sur la table est que cela   est interdit par le second principe de la Thermodynamique . Celui-ci pose que dans tout système clos, le désordre, ou l'entropie, croit toujours avec le temps. ... pour résumer, les lois de la physique  ne font pas  de distinction entre les directions future et passée du temps.  Cependant, il y a  au moins trois flèches de temps qui distinguent effectivement le passé du futur. Ce sont les flèches thermodynamique, direction du temps qui accroît le désordre ; psychologique, direction dans laquelle nous nous souvenons du passé et non du futur. Et cosmologique, direction du temps dans laquelle l'univers se dilate au lieu de se contracter..." 

       Cette théorie sur les flèches du temps, si admirable qu'elle soit, sera comme bien d'autres, un jour prochain, dépassée, et pour ceux qui croient qu'elle ne peut être actuellement que, ce qu'il y a de plus élaboré, disons, qu'il y a 100 ans à peine, la télévision n'existait pas, et que, ce n'est qu'en Janvier 1926, qu'un certain John Logie Baird a effectué, à Londres, la première retransmission publique de télévision en utilisant un système mécanique sans tube cathodique. Etant donnés, les progrès extraordinaires accomplis depuis, avec les écrans plats et les hologrammes, il est quasi certain qu'en mille ans, on aura compris, un peu plus, ce que c'est que leTemps, et que nos moyens de transport, nous conduiront sans doute, jusqu'à nos plus proches étoiles.

     Mais ce 22 Juin 2019, (notez bien que 22 représente exactement le nombre de symboles, dont est formé l'alphabet hébraïque, qui a servi de lien historique avec le Prestigieux Passé, de cette planète, dont on découvre régulièrement certaines bribes étonnantes)

     Mais ce jour, il importe alors de rappeler le fait, que le site ARTivision, est un site, mystico-rationaliste, (mot que vous ne trouverez dans aucun dictionnaire), et cela, signifie que dans ses exposés, ce site intégre pleinement ces textes transcendants qui nous viennent d'entités dites ascensionnées, comme par exemple : Sananda, Ramtha, Dratzo, SaLuSa, Mikaël, Dorian, Soria, Saint-Germain ...etc...

     Ces textes, pourtant, d'un très haut niveau de connaissance, ne sont jamais discutés, en public sur les plateaux des Télés qui ont pignon sur rue, et cependant, ces textes nous invitent à méditer sur le devenir de cette planète en très grande mutation. car en effet, nous avons souvent fait état du fait, que Tout est cyclique dans l'Univers, et que l'axe de la Terre, fait un tour sur lui-même, environ tous les 25920 ans, et que chaque période zodiacale dure autour de 2160 ans. Nous sommes récemment entrés dans l'ére dite du Verseau pour 2160 ans, et toutes les vibrations et énergies terrestres, sont et seront de plus en plus rénovées.


     Ces textes, ( qui sont, vite fait classés de conspirationnistes, par les bien-pensants actuels), à coup sûr, font souvent, grincer des dents, de dépit et d'amertume..., bien des philosophes, psychologues, psychiatres et consorts intellectuels affiliés blasés.


      Mais, le Temps des Révélations est, on le sait, bien arrivé, et c'est le rôle d' ARTivision, de démontrer pourquoi !

      Nul n'a en effet le droit de prétendre, que sa Vérité est la seule acceptable, et un peu de modestie de ceux qui nous dirigent dans ce monde au bord de l'asphyxie, aurait sans doute éviter, bien des drames...


      L'histoire des Sciences, en effet, nous permet de savoir que les scientifiques n'agissent qu'en fonction des informations admises par leurs mentors universitaires, et si par exemple, on leur apprend que l'énergie du Soleil, est due à des réactions atomiques basées sur le noyau de l'hélium, ils s'en tiendront là, et feront leurs thèses et leurs calculs sur l'équation fondamentale tirant l'énergie de l'hélium. Ils en resteront là, jusqu'à l'apparition d'une nouvelle théorie plus générale, et la théorie actuelle du Soleil brulant, ne sera pas plus durable que cette théorie (vue déjà dans notre premier volet sur ARTE ), du savant allemand Hermann Ludwig von Helmholtz, qui, (avant la découverte de la célèbre formule E=MC² d'Einstein) vers 1854, avait sorti, "la théorie de la contraction du Soleil", qui supposait qu'il y avait transformation de l'énergie de gravitation en énergie thermique, et que le Soleil devait se contracter, par simple effet de l'attraction gravitationnelle vers son centre, et produire ainsi de la chaleur par compression des masses gazeuses.

     Eh bien, on le sait maintenant, cette superbe théorie, n' a vécu que, ( comme le dit si bien le poète François de Malherbe)
, " l'espace d'un matin", et la théorie actuelle du soleil brulant , (voir notre article Soleil Non Brulant.html), ne fera pas non plus, long feu.


        Donc, avant de poursuivre cet exposé, il nous reste à demander novice ingénu qui découvre à peine, ce site par cet article, de bien attacher sa ceinture, car à l'altitude où l'on va évoluer, il risque de subir, les affres de très puissantes turbulences...

       Le thème du Temps que l'on pourrait manipuler, a suscité de très nombreux articles de journaux et des romans de Science-fiction bien connus, comme "La machine à explorer le temps" de H.G. WELL de 1895, " Le voyageur imprudent" de 1958 de René Barjavel, "Le Temps manipulé" de 1996 de Luc Mary," Les histoires de Voyages dans le temps" du livre de poche en 1975... etc...




        Bien sûr, nous avons, beaucoup plus d'éléments parlant ce sujet passionnant..

        Nous n'allons pas parler ce jour, de Science-Fiction, mais d'une affaire tout à fait authentique, et bien connue, qui semble être une preuve que, parfois, il peut exister, des distorsions dans l'Espace-Temps, (Voici deux affaires à ce sujet), au grand dam des rationnalistes endurcis ;

Première affaire :

      Cette affaire donne sur Google environ 353 résultats, et nous possèdons même, un ouvrage entier de 1978, qui expose cela :

  
     Pour les puristes, voici aussi, parmi tant d'autres revues, ce que nous dit celle intitulée "Le monde de L'inconnu" d'Avril-Mai 2001 en 2 pages (24-25) sur 4 :



      C'était le 10 Août 1901, deux respectables dames anglaises, Miss Charlotte Anne Elisabeth MOBERLY, Principale du collège St Hugh's Hall à Oxford et Miss Eleanor France JOURDAIN, Régisseur d'une petite école très renommée près de Londres :

  
se promenaient à Versailles dans les Jardins avoisinant le Petit Trianon qu'elles voulaient aller visiter. Il était environ 4 heures de l'après-midi. Elles avaient déjà parcouru longuement le château et se sentaient gagnées par la fatigue quand elles abordèrent les allées menant aux somptueuses « dépendances ».

     Elles aperçurent alors, à un moment donné, deux gardiens ou jardiniers à l'air sombre et préoccupé, vêtus d'une livrée verte et coiffés d'un tricorne.

     "- Il doit y avoir une fête costumée, une rétrospective des siècles de la monarchie, souffla Miss Moberly à sa compagne."

     Mais elles n'avaient pas le c?ur à la joie. Au fur et à mesure qu'elles avançaient, une tristesse infinie les pénétrait; une tristesse dont elles ne parvenaient pas à déceler l'origine. Elles se risquèrent à demander aux deux personnes en habits verts, de leur indiquer le chemin du Petit Trianon.

- "Droit devant vous ! lança l'un d'eux d'un air bougon."

      Elles parvinrent à un kiosque rond d'inspiration chinoise et furent bien surprises, encore, d'y découvrir, confortablement assis, un homme vêtu d'un manteau ample, coiffé d'un chapeau à larges bords. Il se leva à leur approche et les dévisagea longuement. Il était laid à faire peur et l'expression de son regard était odieuse. Comme il s'apprêtait à ouvrir la bouche, elles furent saisies de panique, empoignèrent leurs jupes à pleines mains et détallérent à toutes jambes. Mais une voix, tout près d'elles, les arrêta :

     - Ce n'est pas par là Mesdames, mais par ici .

     Elles étaient, cette fois, en présence d'un parfait gentleman. Mais un gentleman vêtu à la mode du XVIIIe siècle. Il ajouta, en s'inclinant le plus civilement du monde.      - "Vous n'allez pas tarder à trouver la maison."

     Le ton rassurant ne parvenait pas à apaiser leurs angoisses. Elles avaient de surcroît, la sensation oppressante d'évoluer dans un décor qui n'avait rien de réel. Elles partirent, pourtant, dans la direction conseillée. Elles franchirent un pont suspendu, qui enjambait un petit ravin, aperçurent une petite cascade et un rocher couvert de mousse, et elles pénétrèrent dans un jardin en pente en haut duquel se dressait un "Petit Château Carré" (Le Petit Trianon ), Voyez donc l'image ci-dessous :



     Dans ce jardin, précise l'une d'elles, une dame blonde, vêtue d'une robe d'été à l'ancienne au corsage largement échancrée, était assise et dessinait. La dame n'était plus très jeune. Mais que de beauté, encore dans ses traits, que de prestance, de grâce et de distinction dans son maintien !

     Sa tête couverte d'un large chapeau blanc d'où s'échappaient en vagues soyeuses les boucles blondes de sa riche chevelure ; Il va de soit que leurs regards furent attirés par cette inconnue, altière et attendrissante tout à la fois qui fixait avec attention à bout de bras l'objet sur lequel de toute évidence, elle exécutait le croquis d'un bouquet d'arbres devant lequel elle restait plantée, comme en extase. Les deux Anglaises eurent tout le temps de la détailler. Puis elles la virent lever les yeux dans leur direction. Voyez donc l'image ci-dessous :


     Tout en elle exprimait une extrême mélancolie. Elle n'eut ni un sourire, ni un signe de tête pour ses visiteuses inopinées.

Celles-ci poursuivirent leur route. Elles tombèrent, ensuite, sur un palefrenier qui sortait d'une remise en faisant claquer la porte. Puis sur une femme qui criait "Marion, Marion" et tendait à une fillette qui accourue une tasse probablement de lait. Elles virent encore une charrue couverte de lierre; puis elles perçurent une musique de violons échappée, sans doute venant, des salons même du Trianon.

     Elles marchèrent quelque temps encore, et leur angoisse imprécise les abandonna d'un coup. Elles retrouvèrent tout leur bel entrain. La fatigue même était tombée; elles se moquèrent un peu de leurs frayeurs et échangèrent quelques plaisanteries. D'autres personnes les dépassaient ou les croisaient ; mais des c'étaient des personnages plus "rassurants" , cette fois, de leur époque. Miss Moberly et Miss Jourdain regagnèrent leur pays, mais au cours de visites ultérieures à Versailles elles constatèrent que les sentiers qu'elles avaient parcourus en Août 1901, n'existaient pas, des bâtiments qu'elles avaient vus intacts et apparemment habités telle la remise où étaient la femme et la petite fille, avaient disparu. Plus de gardiens ou jardiniers portant livrées vertes et tricornes, plus de kiosque, ni de pont sur un minuscule ravin, ni de cascade en miniature. Et elles constatèrent même avec stupéfaction que la façade du Petit Trianon vue le 10 Août était modifiée. Quant à la porte de la remise que le jeune homme avait claquée si bruyamment, elle était fermée par des verrous rouillés et couverte de toiles de d'araignée.

     Pourtant elles avaient bien conversé semble-t-il avec des personnages. Mais ceux-ci s'adressaient-ils vraiment à elles ?

     Miss Moberly et Miss Jourdain étaient de celles qui s'évertuent à revivre, au cours des soirées d'hiver les merveilles de leurs itinéraires de vacances. Elles lurent quantité d'ouvrages sur Versailles. Et leur c?ur faillit s'arrêter quand elles tombèrent au détour d'une page sur un portrait de Marie-Antoinette. C'était la belle étrangère du perron et des arbres du Trianon. Elles fouillèrent fébrilement les bibliothèques, les cabinets de lecture et les archives, épluchèrent les récits et mémoires de tous les contemporains de Louis XVI, découvrirent d'autres estampes, images, et portraits... Au terme de leur chasse fiévreuse, le doute n'était plus permis: elles avaient bel et bien passé une demi-heure environ de leur vie dans un siècle révolu, elles avaient croisé la route et le regard de la souveraine guillotinée depuis plus d'un siècle.

      Elles apprirent aussi que l'homme laid qui les avait effrayées était le Comte de Vaudreuil, une victime de la petite vérole. Elles trouvèrent, même des lettres où il était question de la petite Marion et de la vieille charrue abandonnée contre un arbre et Miss Jourdain fut même capable de reproduire quelques notes de musique de l'air de violon entendu. Dix ans après leur promenade à Versailles, elles décidèrent de publier en 1911 sous deux pseudonymes cachant leur vraie identité, un livre intitulé "An adventure" .

     Des journaux aussi sérieux que Le Daily Telegraphe et le Times, en reproduirent d'abondants extraits si bien que de nombreux chercheurs et érudits se mirent en campagne. On peut d'ailleurs affirmer que, depuis cette époque maintenant lointaine, les spécialistes des disciplines les plus diverses n'ont jamais cessé de s'interroger sur la "vision" des deux anglaises: S'agit-il d'un "voyage dans le temps" ? Nos deux héroïnes ont-elles vu des fantômes? Peut-être. Ont-elles eu une authentique apparition de personnages qui ont réellement existé ? Qui le sait? Qui le saura jamais ?

     Mais il faudrait longtemps s'interroger sur les éléments qui ont permis la manifestation fortuite d'un phénomène aussi rarissime.

     On s'est évidemment intéressé tout spécialement à la date du 10 Août, à laquelle les Anglaises avaient fait leur inoubliable promenade.

     Or, le 10 Août 1792, Marie-Antoinette était déjà arrêtée, et elle devait craindre terriblement pour sa vie et celle de ses proches. Il n'est pas interdit d'imaginer qu'à ce moment là, elle devait évoquer les moments heureux passés au Petit Trianon . Alors a-t-elle projeté , ce jour là, ses rêveries dans le temps, pour qu'elles soient captées par nos deux promeneuses anglaises, 108 ans après avoir été guillotinée ?

     En tout cas, tous les historiens qui, en 1911 et plus tard, se sont penchés sur les textes laissés par les écrivains de l'époque révolutionnaire, sont d'accord pour dire que les deux promeneuses ont fourni, avec une exactitude inattaquable des descriptions de faits, d'êtres et de choses dont elles n'avaient eu aucune connaissance préalable en particulier concernant le château de Versailles de 1770, soit 131 ans au préalable.

     Ont-elles été les seules à assister à ce phénomène? Apparemment non, puisque parait-il, deux autres anglais, les Cooke qui habitèrent la région de la ville de Versailles de 1907 à 1909, confirmèrent avoir vu eux aussi la mystérieuse dame entrain de dessiner, ainsi qu'un personnage en costume de XVIIIe siècle. En 1928 deux autres anglaises d'excellentes réputations ont rapporté également un récit du même genre, lors d'une de leur promenade à Versailles. Sans doute des visiteurs français ont pu aussi voir certaines choses, mais à qui iraient-ils le raconter s'ils ignoraient qu'une telle aventure avait déjà été vécue ? Ah s'ils avaient eu en mains, ces pratiques appareils photos modernes, que l'on trouve partout, actuellement ?

Deuxième affaire :

     Notre dernier propos, au sujet des smartphones qui ont un appareil photographique intégré, comportait en douce, un énorme piège, et nous attendons toujours qu'un viligilant internaute,, veuille bien nous le souligner. On verra donc, cela plus tard...

     C'est en 1977, que nous avons nous avons eu l'énorme privilège d'enregistrer à Paris, une émission intitulée "Histoires Extraordinaires" conduite par le regretté Lucien Barnier, chroniqueur scientifique à l'époque de France-Inter, que nous vous transcrivons intégralement en espérant, que les protagonistes de cette affaire, ou quelqu'un de leurs amis tombent sur ce site (et c'est là, le rôle principal de l'Internet), pour nous en donner d'autres détails.

     C'était pendant l' hiver, au mois de Janvier, que Mme Nathalie Nelson et son mari (Il s'agit bien sûr d'un nom fictif) de Ste Cécile en Vendée, qui habitaient alors une vieille ferme, au c?ur de la forêt, ont décidé un dimanche d'aller faire un grand tour en voiture dans les environs. Madame Nelson raconte :

     " Nous avons roulé une bonne dizaine de km sur une route parfaitement connue, quand, tout d'un coup la brume qui régnait autour de nous et aussi les arbres de la forêt qui bordaient la route, ont disparu pour faire place à un paysage d'été avec des pelouses, des boutons d'or et des marguerites. Nous avons roulé un peu dans ce magnifique paysage, et nous sommes arrivés à un village, que nous ne connaissions pas, un village avec des maisons très anciennes sans crépis, avec des colombages de bois et des toits de tuiles qui paraissaient neufs et où se dressait une église dont, chose frappante, le clocher n'était pas terminé. Il y avait une luminosité extraordinaire un ciel bleu, pas un souffle d'air, les arbres immobiles et aucune vie, aucun animal, ni personne. Un signe de mort dans un paysage magnifique. Nous avons alors arrêté la voiture et nous sommes descendus. Nous avons marché pendant dix bonnes minutes, un quart d'heure peut-être , on a regardé, les maisons, les arbres, l'herbe qui avait une couleur verte, absolument éclatante.

     Puis brusquement nous avons eu la même crainte : "Et si notre voiture n'était plus là ?", car cette route où nous avions pénétré, nous était totalement inconnue.

     On a rebroussé chemin et on a trouvé la voiture où nous l'avions abandonnée. Puis nous sommes repartis en voiture en se disant que nous allions au retour re-pénétrer dans ce village, pour refaire le même périple et retraverser les mêmes petites rues. Mais en redémarrant la voiture, tout le froid paysage s'installa à nouveau, nous n' avons plus rencontré le petit village et seule la route givrée se déroulait de nouveau devant nous."


     Une précision nous est donnée par Lucien Barnier lependant cette émission : Mme Nelson, a essayé en vain, à plusieurs reprises, de retrouver ce mystérieux village, et, elle n'a pu trouver en fouillant les archives locales, qu'un seul indice : Il existait bien à cet endroit, une bourgade abandonnée, mais vers les années 1500, et bourgade qui a disparu sans qu'on sache exactement pourquoi ?

      Lucien Barnier, à qui le rédacteur de l'emission demande si un tel témoignage ne relève pas de l'hallucination pure et simple, se déclare convaincu de la bonne foi du témoignage de Mme Nelson et s'avoue incapable d'en trouver une explication. Mais, il fait remarquer que ce thème est assez fréquent dans la littérature et en particulier dans la littérature anglaise :

     C'est l'histoire d'un médecin qui est parti à cheval visiter un malade dans un village qu'il connaissait bien et au bout de la route également brumeuse, il déboucha sur le village, mais la maison du malade lui était inconnue, et les gens parlaient une langue étrange. C'est donc, nous le voyons, une histoire assez semblable à celles qui précèdent.


        Le rédacteur, passe alors la parole à Mme CHEST, biologiste, de son état, participant à l'émission et qui nous dit :

" J'ai d'abord pensé au début de l'histoire à un système de micro-climat qui se manifeste quelques fois dans une petite zone et qui peut faire passer cette zone sans transition de l'hiver au printemps. Mais dès qu'elle parle du "village" cela ne marche plus.

     Si l'on élimine l'hypothèse de l'hallucination, qui semble peu vraisemblable, puisqu'elle n'était pas seule et que son mari a vécu la même aventure qu'elle, je n'ai donc pas d'explication si ce n'est l'analogie que je pourrai faire avec le phénomène des trous noirs qui en astronomie sont des sortes vortex, des spirales tournant sur elles-mêmes où l'on constate que les relations spatiales sont extrêmement condensées et où le temps se contracte et où la matière des étoiles s'engouffre irrémédiablement. Le problème est d'en sortir. L'histoire de cette dame pose le problème de la réversibilité du temps et en tout cas d'un retour en arrière à une vitesse phénoménale peut-être même dépassant la vitesse de la lumière et c'est ce qui me fait penser à ce trou noir. En tout cas ce qui est remarquable, à mon avis, c'est qu'ils s'en sont sortis.
"


      Autrement dit, si l'on sait lire entre les lignes, des propos de Mme CHEST, qui semble en connaitre un rayon sur ce genre de phénomène... Mr et Mme Nelson, ont eu beaucoup de chance de quitter ce village, car s'ils avaient cueilli, ne serait-ce qu'une marguerite, que ce serait-il passé ? Pourraient-ils l'emporter dans leur voiture ? Cette fleur n'induirait-elle pas une vibration, qui par résonance, les plongerait dans ce monde parallèle moyenâgeux, et les ferait disparaître à jamais du nôtre, et laissant sur le bord de la route leur seul témoin véritable, mais hélas bien muet : leur voiture ? Et les rationalistes actuels en concluraient, vite fait, qu'il s'agit dune affaire crapuleuse.

      Mais chacun, connait bien en effet le phénomène du français qui pour une raison professionnelle, va vivre, par exemple, au Québec, pendant plusieurs années. Il ne s'apercevra même pas, qu'il a pris l'accent des autochtones, et c'est quelqu'un d'autre, qui le lui fera remarquer.
     Ce qui s'est passé, c'est que son corps tout entier et surtout ses cordes vocales, sont entrés en résonance parfaite, avec niveau vibratoire du système du pays dans lequel il a été plongé.

     Il en résulte que nous subissons inéluctablement, ( et tout ce qui est vivant également, les plantes, les amimaux...), les contraintes vibratoires du milieu, dans lequel nous évoluons. Cela ne vous rappelle-t-il pas l'affaire, bien plus grave, du Triangle des Bermudes dont nous parlerons bientôt ?

     Donc s'il vous arrive un jour, où vous vous promenez dans la campagne, une aventure semblable, réfléchissez donc un peu avant de cueillir une fleur, même si sa beauté, vous y invite fortement, ou même de prendre une photo du coin insolite découvert...
.

          Nous aurions considéré tout cela, ainsi que  le voudraient  les rationnalistes endurcis comme des vues de l'esprit, si je nous n'avions pas reçu, le 23/04/2002, ce message :

----- Original Message -----
From: Thi FILL
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Tuesday, April 23, 2002 11:33 AM Subject: Nathalie Nelson..; Son histoire
Bonjour à vous.
Je suis Thi....FILL..., fils de Nathalie Nelson (pseudo bien sur) et de Valentin St Vic (son mari, pseudo également).
Ils sont certes en Vendée, (je peux apporter les preuves de mon appartenance à cette famille (et pour cause)).
Je fus surpris de voir en votre site, le récit précis de ce qui arriva ce jour là.
A ce jour, seuls les membres du CNRS, ont (possèdent) au mot près, ce récit. Egalement (en son époque) des personnes comme Jacques Pradel (qui a créé une émission sur France Inter sur tout ce qui est étgrange etc.)

Ma première question est :
- Comment avez vous eu accès à ces informations?
- Quel est le but de votre site?
- Avez vous des relations avec certaines sociétés "secrètes".

PS : (pas de panique, mon mail n'est pas un mail "méchant" simplement un mail d'une personne de base, qui se pose des questions, et est assez surprise de voir ce récit sur une page web... donc cool ;))
Si vous aviez la possibilité de me répondre, j'en serais ravi (et nous pourrions éventuellement faire en sorte de faire avancer les choses dans certains domaines...)
Cordialement, Thibaut (le fils)
à bientôt.
Et voici notre réponse à cet internaute:

From: idylle fred
To: Thi ...FIL...
Sent: Thursday, April 25, 2002 1:46 PM
Subject: Re: Nathalie Nelson..; Son histoire

Cher Thibaut

D'abord , je me félicite de savoir que vous êtes directement intéressé par l'extraordinaire aventure de Mr et Madame Neslson . L'origine de toutes les informations que j'ai eues à ce sujet sont précisées, je crois dans l'article lui même. J'ai enregistré à Paris à l'époque une émission intitulée "histoires extraordinaires " de Lucien Barnier à France Inter, je crois. Transmettez donc mon meilleur souvenir des Tropiques à vos parents et dites vous bien que tout ce qui arrive sur ARTivision ne peut, en aucune manière être attribué à l'effet du Hasard. Vous vous en apercevrez en lisant d'autres articles de mon site.
Mais, afin que vous ayez quelques informations sur le site ARTivision, je viens aussi ici ensuite vous féliciter d'avoir pu explorer certains articles de mon site, mais je dois vous dire cependant que ce site est avant tout un site ésotérique, etc..... reste coupé...

       Fin de citation.


Nous n'avons pas reçu d'autres missives de cet internaute et c'est sans doute pour cela, que son admirable texte est resté en très bonne place dans nos dossiers.

     Que peut-on ajouter de plus; sur ces deux affaires que connaissent bien le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), et qui pourtant n'ont jamais été discutées à la télévision pour le grand public, alors qu'elles sont reliées certainement à notre connaissance du concept Temps, en question ici, et affaires qui répondent directement à la question de l'Académie :

" Est-il possible d'échapper au Temps ?"

       Bien sûr, les candicats au bac, ne pourront évoquer ces affaires, car probablement elles ne sont pas inscrites, dans le cursus philosophique universitaire actuel. A bon entendeur salut !! .


.        Mais ces affaires ne sont que des hors-d'?uvres élémentaires, concenant les vortex temporels, que l'on cache à l'humanité entière, et nous allons prochainement ici, en dire bien plus...

       En attendant pour les puristes, qui aiment partir des sources des informations cruciales, nous les invitons à visualiser, (si ce n'est pas déjà fait), l'admirable film : "Retour sur Terre", de Star Trek 4, de 1987 :



     Ceux qui ont eu le privilège de visualiser ce film, se souviennent alors que l'équipage de l'Enterprise, un vaisseau spatial du XXIIIe siècle, remonte le Temps, et débarque sur Terre, en plein milieu du XXe siècle, pour sauver deux baleines.

     Une fois de plus, le site ARTivision, peut dire ici, que "la réalité surclasse souvent de très loin, la fiction", et nous allons le montrer bientôt...

     Mais ce 26 Juin 2019, il serait bon de rappeler à nos aimables internautes que le siteARTivision est d'abord un site scripto-artistico-ésotérique, le premier du genre sur le Web français, et cela qui signifie qu'il utilise un code personnel pour les couleurs de l'écriture (en taille et police voir la page :code couleurs ), qui sont gratuites sur le Web, même pour les smartphones (sauf bien sûr pour l'imprimante). Cela a déboussolé beaucoup d'internautes habitués à ne voir que du noir, dans l'écriture qu'ils découvraient sur le Web. Cela ne vous rappelle-t-il pas (hors de toute vanité), la vie de Vincent VAN GOGH, le célèbre peintre neerlandais (1853-1890), très critiqué par les traditionalistes de l'époque, et qui est mort dans la misère, et n'a même pas réussi à vendre en son temps, un nombre de tableaux, se comptant, sur les doigts d'une seule main, alors qu'actuellement, un seul de ses tableaux, vaut des millions d'euros.

      Sur ARTivision, chaque petit détail (surtout écrit en rouge), a son importance, et le lecteur avisé, qui veut approffondir la question, doit tout faire pour en tirer, la substantifique moelle.

      Faisons en effet à ce sujet ici,une très importante digression.

      Ainsi, nous avons mis en exergue, dans de nombreux articles par exemple, l'article suivant tiré de la page que nous appelons GoogleOldNews tel que : https://news.google.ca/newspapers?hl=fr

      Dans ce super article, il est question des termes exacts, prononcés par l'amiral Byrd, dans le journal "Miami Daily News", en date du 25/06/1926, et tiré, directement de la page suivante, qui a désormais disparu, on ne sait pas pourquoi :

https://news.google.ca/newspapers?nid=71XFh8zZwT8C&dat=19260625&printsec=frontpage&hl=fr

: :


    On pourrait déjà traduire le titre grosso modo, par :

"Ovation rendue à Byrd par la foule, à son retour au bercail"


        Nous avons pratiquement supplié, les spécialistes de la langue de Shakespeare, de nous proposer une traduction correcte de ce passage du texte en question:


     Soit donc :

     " There is land in a vicinity of the Nord Pole " , in the belief of Commander Byrd.

     " There might be land in there somewhere, and I think there is" . Byrd said after telling that his search of the icy span below the machine failed to reveal any sign of life.

     Voici la traduction, que nous avions proposée à ce sujet, des phrases en question : :

    " Il y a une terre, dans le voisinage du Pôle Nord " comme le croit le commandant Byrd.

" Il pourrait y avoir une terre quelque part, là, et je pense, que c'est vrai".

     Nous avons vainement attendu depuis des années que les spécialistes de la langue anglaise puissent nous donner leurs avis, après bien sûr, qu'lls aient pris connaissance des incroyables documents, que nous avons présentés en surplus. Pas un seul, de ces spécialistes, ne s'est manifesté. Et soyez certain, que lorsque l'affaire sera dévoilée au grand jour, ils seront les premiers à battre les pavés des plateaux des Télés en vogue, pour donner leur avis.

         De même, concernant la photo d'Apollo 17, suivante largement commentée, et tirée de la revue Ciel&espace n° 391 Décembre 2002, qu'il convient d'avoir absolument sous la main, afin que l'on ne dise pas, que nous avons tout inventé, et qu'il s'agit encore d' images manipulées:


      Cette photo porte le n° AS17-137-20979, que l'on peut trouver sur le site quasi officiel :

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html



     Et il se trouve aussi que, jusqu'à présent aucun, des Astronomes, Astrophysiciens, Cosmologistes et Journalistes ou Directeurs de revues spécialistes des choses de l'Espace,  ( autrement dit les béni-Oui-oui, de la NASA), n'a pas su répondre, à notre question clef ( pourtant vieille de 10 ans) :

  
 
" Comment ont-ils pu amener ici, la jeep lunaire, sans qu'elle laisse des traces, sur le sol ? "

 Et puisque nous parlons ici de vortex temporel :
Cette jeep a-t-elle pu ici, faire un saut quantique, dans le Temps"

       Bien sûr, nous avons dans nos précieux dossiers, d'autres cas de même nature, qui montrent que l'affaire est bien plus anormale que l'on pourrait le croire. Voyez, par exemple, cette image d' Apollo AS15-85-11422 , tirée elle aussi, du site :

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html


      Et analysons attentivement, la roue arrière gauche du véhicule. Elle n'a aucune trace sur le sol ni devant, ni derrière, ce qui est impossible dans cette situation. Comment donc ce LRV a-t-il pu arriver à cet endroit sans que la roue en question, ne laisse une trace visible sur le sol ?.

     Voyons maintenant la photo AS15-85-11470, toujours bien sûr d'Apollo 15 :


      Il est clair, que le conducteur n'a pas été beaucoup secoué par les infractuosités du terrain, car les deux roues latérales droites, n'ont laissé aucune trace sur le sol, prouvant un déplacement quelconque de la jeep en question, ce qui prouve de manière incontournable, que cette jeep a été posée là, par une grue quelconque, sur Terre évidemment, car sur la Lune, il n'y a pas d'appareil de levage de cette nature.

     Pas besoin de sortir de Polytechnique pour voir, que nous sommes dans la même situation, dans la photo suivante AS15-90-12219 :

      Alors que là, apparaîssent nettement les pas d'un spationaute, la roue elle, n'a pas de trace sur le sol.

      Même topo, dans ce cas AS15-90-12219 :


    Autre cas flagrant, concernant la photo AS15-82-11062 :


    On voit, , nettement que les pas du spationaute, sont parfaitement incrustés dans le sol, (donc le sol est meuble à cet endroit), alors que la roue arrière droite de la jeep qui est beacoup plus pesante, n'a laissé aucun sillon notoire sur le sol, et roue qui de plus, semble entourée de mottes de terre qui aurait dues étre aplaties, lors du passage de cette roue.

    L'affaire est tout aussi claire ici, sur la photo AS15-85-11437:


     Aucune trace de la roue arrière gauche de la jeep lunaire, n'apparait sur le sol, et roue qui est environnée de mottes de terre qui auraient dû être écrasées, par cette roue en deplacement.

    De plus, sur le bas à gauche, on voit nettement une trace de jeep Willys, qui n'a rien à faire sur la Lune.

       Mais, nous avons aussi reçu, il y a quelque temps, de Paris, de notre ancien élève Jean-François, le document qui suit :


      Dommage que cette revue Nexus, ait dû attendre, au moins 10 ans, pour s'apercevoir qu' ARTivision,, avait déjà à l'époque, totalement raison, sur cette incroyable arnaque de la NASA.

     Fin de la digression.

     Donc à partir de ce 26 Juin 2019, nous allons, augmenter le niveau d'étrangeté, de cet exposé, et là, les correcteurs officiels, (du sujet du bac en question, lancé le 17 juin 2019), s'ils ont l'incomparable chance de lire cet exposé, tomberont assurément à la renverse, en visualisant la vidéo moderne suivante dont, bien sur, le Webmaster d' ARTivision, n'a pas encore dans ses précieux dossiers, les éléments pouvant confirmer, son authenticité:

     En effet, sur le site YouTube :
https://www.youtube.com/watch?v=8GoGxFu94aAl
        On peut alors, découvrir ceci :


     Si cette affaire est un jour, dévoilée plus amplement, par les mentors médiatiques actuels, et s'avère authentique bien qu'inesplicable, alors tout le Passé connu de notre planète, est entièrement à revoir, ce que le site ARTivision, s'efforce avec ses très faibles moyens, de démontrer, depuis 22 ans, et justement nous allons en dire un peu plus ici, aujourd'hui ...

        Mais, revenons à ce que le citoyen lambda, a souvent, discuté avec ses voisins, et que nous sous-entend en douce, plus haut,Madame CHEST, l'initée, la biologiste qui a osé dire, rappelons-le brièvement :

" En tout cas ce qui est remarquable, à mon avis, c'est qu'ils s'en sont sortis."

       En effet, pour nous éviter de bavarder en l'air, lisez plutôt ceci, que l'on peut trouver dans l'ouvrage intitulé "les Archives de L'insolite" de Jean-Louis BERNARD aux Editions du Dauphin en 1971 :


        Si l'on a parlé souvent du Triangle des Bermudes, on évite par contre de s'étendre sur l'Ovale du Diable, placé à l'antipode. Un jour peut-être, nous en dirons, un peu plus.

    Mais, pour les puristes, qui aiment aller aux sources d'une information, voici tiré du site nommé : " Perspective sur La Nouvelle Réalité", véritable opuscule de chevet, sur le Passé de notre planète :

https://stopmensonges.com/perspective-sur-la-nouvelle-realite/

     "Dans les dernières années de ce continent, il y a moins de 13 000 ans, les Atlantes ont poursuivi des objectifs sombres, notamment la réduction de nos ancêtres, à un statut de conscience limitée, dont nous avons souffert depuis.
     Ce sombre agenda a également conduit à la disparition très physique du continent, qui se situait en grande partie dans ce que nous appelons aujourd?hui le triangle des Bermudes.
     La société d?Atlantis, utilisait des technologies de cristal très avancées. Lorsque le continent a sombré sous les vagues, de très gros cristaux se sont retrouvés au fond de l?océan. Ces cristaux , sont aujourd?hui responsables de nombreuses disparitions inexpliquées de navires et d'avions dues à l?ouverture de portails résultant de l?interaction entre la lumière du Soleil et les cristaux".


     Cette affaire de vortex spatio-temporel, qui existe à la surface de cette planète, est plus extraordinaire que l'internaute dit cultivé, ne saurait jamais le croire. Par exemple, ses jambes commenceront assurément à flageoler, quand il découvrira le texte qui suit, ( et nous avons d'autres textes aussi surprenants dans nos dossiers que nous sortirons très opportunément plus tard),, qui souligne bien le fait, ( déjà évoqué plus haut),, que des Voyageurs Temporels interviennent parfois, dans les affaires humaines:

     "L'intérieur de votre Terre est creux ; un Soleil y réside, permettant la vie comme sur la croûte extérieure de cette planète. Chaque humanité vit dans une des réalités physiques d'Urantia Gaïa. Suivant le cercle d'influence atomique, certaines peuvent avoir des relations directes et physiques avec le peuple extérieur, vous Ainsi parmi les survols d'ovnis, quelques-uns sont imputables aux intraterrestres. L'harmonie interne de votre sphère d'accueil subirait des interférences si ces êtres n'intervenaient pas dans votre évolution. Il n'est pas rare que les scientifiques internes surveillent les travaux des vôtres, les aidant même en laissant des formules dans la matrice des ordinateurs ou en envoyant l'un des leurs se fondre au sein de votre multitude Certains occupent des postes importants dans votre société, contrôlant ainsi les progrès, en favorisant certains ou en écartant d'autres, mais en tenant toujours compte de votre degré d' ouverture d' esprit, de vos faiblesses, de vos points forts et du maintien de l'équilibre du centre de la Terre. Parfois, des documents disparaissent, étant jugés sortis trop tôt, pour réapparaître dans une séquence plus appropriée. Il est temps de trouver un point de rencontre conscient entre eux et vous. Seule votre volonté de développer un échange sain, fraternel et respectueux entre chaque ethnie concrétisera cette rencontre. Pourtant, les habitants de l'intérieur de la Terre n'ont jamais été aussi ouverts à une telle éventualité.Votre conscience sera touchée par des informations révélant autant la vie stellaire que la vie intraterrestre. Il est même possible que certaines portes d'accès du centre de la Terre, s'ouvrent à quelques-uns d'entre vous afin qu'ils puissent témoigner de la réalité de leur existence. Votre grand visionnaire et prophète Jules Verne vous a préparés aux ouvertures de ces temps nouveaux. Rapidement et étrangement, vous pourriez éprouver comme une surdose d'informations, déstabilisant ainsi vos croyances établies et fragilisant vos tendances à vous accrocher aux lois actuelles".

     Extrait pages 172 et 173 de "Voyage" tome III de Soria Edition Ariane Mars 2002.


      On voit alors que, l 'extrordinaire texte précédent, fait allusion, à juste titre, au grand précurseur visionnaire, que fut notre célèbre écrivain Jules Verne. Mais ce que l'on ne dit pas souvent dans nos écoles, c'est que, dès 1866, au moins, dans son ouvrage intitulé "Voyages et aventures du capitaine Hatteras" tome 2, et ouvrage publié à cette date, Jules Verne, montre qu'il était parfaitement au courant de cette affaire de "vortex physiques polaires", et qui sont aussi, pour nous, des Vortex Spatio-Temporels.

      Mais, soyons plus pragmatique, et notons bien, en surbrillance, la phrase qui fait vraiment TILT, dans ce livre de 1866 de Jules Verne :

" Enfin, de nos jours, on a prétendu qu'il existait aux pôles une immense ouverture, d’où se dégageait la lumière des aurores boréales, et par laquelle on pourrait pénétrer dans l’intérieur du globe; "

     Comme on le voit donc, tout cela est dit par Jules Verne, clairement, nettement et sans bavure...

      Notons cependant, que Jules Verne, ignorait l'affaire ( évoquée ci-dessus par Soria ) du Soleil central .

       N'oublions pas cependant que notre belle planète la Terre apparait parfois de l'espace ainsi :


      Cette surprenante et très rare photo, date du 14/11/2001, et est tirée, du site de la NASA:

https://apod.nasa.gov/apod/ap011114.html

      Mais il y a aussi, cette image introuvable à la NASA, et arrivée chez nous, en provenance du Canada, dès le 13 Février 2004 :

  

     Ou encore, la même vue, un peu plus redressée :

  

      Alors, ce Jules Verne, aurait-il inventé totalement cette affaire d'ouverture polaire ? A vous de juger ...

      Notons aussi que Soria , évoque clairement le fait que :

"Ainsi parmi les survols d'ovnis, quelques-uns sont imputables aux intraterrestres",,

      Or nous rappelons que ARTivision, garde précieusement, dans ses dossies, l'information suivante trouvée (en Février 1975), et concernant cette affaire saugrenue d'Ovnis :


"Des Ovnis venant de l'intérieur de la Terre !!! "

:       Voilà un surprenant entrefilet, qui n'avait aucune chance, de sortir, il y a quarante ans, dans des revues qui ont pignon sur rue comme la "Recherche", "Sciences et Avenir" ..etc. alors qu' à l'époque ces revues, en étaient seulement, à se poser la question de l'existence réelle de ces Ovnis...

      Après quelques recherches nous avons trouvé, le livre dont il s'agissait et qui est l'ouvrage incontournable de 1974 de Brinsley le Poer Trench : "Secret of the Ages" :

  

      Notons surtout, que cet écrivain Brinsley Le Poer Trench était un Lord anglais, (en réalité, il était le 8e comte de Clancarty), qui ne se serait pas permis d'avancer des déclarations tonitruantes, s'il n'en avait pas sérieusement vérifié les sources...

       Le site ARTivision, qui a souvent rendu un hommage bien mérité, au très grand penseur que fut Brinsley Le Poer Trench, que nous avons mentionné, dans de très nombreux articles
. Nous avons souvent présenté, son livre de 1960, (publié donc, il y a déjà 59 ans, en 2019), intitulé à l'origine : "The Sky People":


ouvrage, on le sait, que l'on peut trouver en français dans la collection de poche J'ai Lu, publié en1968, sous le n° A 252 :

  

     Que celui, qui a donc, lu tout cela, avec attention, en tire les éclaircissements qui s'imposent, et surtout le désir latent, d'en savoir plus.

       Mais, ce 28 Juin 2019 disons que, si nous avons parlé juste ci-dessus du livre "le PEUPLE du CIEL" notez bien le style du titre :


du Lord anglais Brinsley le Poer Trench, ce n'était du tout pour faire de la frime concernant notre bibliothèque, mais c'est surtout, pour dire maintenant, que cet écrivain hors-norme avait déjà depuis 60 ans, compris le fait (souligné plus haut par Soria), que des messagers éclaireurs sont intervenus souvent dans les affaires humaines, et que c'était bien ce que l'on appelle actuellement des Aliens ou des extraterrestres et même maintenant des intra terrestres.

     Lisons par exemple l'affaire surprenante du quidam nommé LOTH dans l'Ancien Testament, tirée d'abord de la Bible de Chouraqui de 1974 au chapitre 19 de la Genèse :


     Notez bien que la plupart des bibles, remplacent le terme émissaires par le mot très inappropriéanges . Chouraqui dans sa Bible de 1985 utilisera le mot messagers. A vous de juger.

     Mais lisons ce que ce Lord anglais nous dit à ce sujet en page 66 et 67, du livre en question :



      Mais voici, le plus fantastique, qui est arrivé aux dépravés de la ville, qui voulaient s'emparer les hôtes de Loth, pour les sodomiser. Mais Loth va jusqu'à leur offrir ses filles à la place des précieux messagers. Les dépravés refusent carrément et veulent défoncer la porte d'entrée. Mais voyez donc la suite, dans la Bible du Chanoine A Crampon 1939 Genèse 19 v 10-11.


.

      Vous avez bien lu, nous l'esperons, que les dépravés ont été aveuglés (hélas on ne dit pas comment), et cloués sur place. Ces Aliens avaient assurément des moyens techniques ou hypnotiques très puissants n'est-ce pas.!! Peut-être comme le montrent les quelques vignettes suivantes, de la célèbre affaire Valensole arrivée en 1965, ont-ils alors utilisé, un petit appareil paralysant, comme cela s'est produit dans le Sud de la France, en impliquant un cultivateur d'un champ de lavande, nommé Maurice MASSE, (voir notre article : FlashbackJUNG.html).
.


      Mais, il nous reste à démontrer, pour cadrer tout cela avec le sujet de cet exposé, que ces étranges émissaires de L'Ancien Testament, vivaient des siècles, et donc comme le demande notre sujet du Bac, avaient bien ainsi, réussi à échapper au Temps, et pour cela, il suffit de savoir lire entre les lignes, des nombreux textes anciens, qui agrémentent nos prétendues légendes, (mot qui signifie d'abord, "ce qui doit être lu" )...

        Mais, lisez plutôt encore ceci, qui est formé, d'extraits tirés des pages 15 et 17 du livre en question de notre Lord anglais Brinsley Le Poer Trench, 1968 :


        On découvre là, que le Dieu grec Apollon, se déplaçait dans un char de feu, tiré par des cygnes, et on peut donc là, imaginer qu'il s'agissait d'un engin, ressemblant à ce que l'on appelait aux Indes un vimana, ayant une forme de cygne, ou décoré, avec des dessins en forme de cygnes.

       Mais où les rationalistes endurcis, vont une fois de plus, mordre une amère poussière, c'est lorsqu'ils apprendront, que cet Apollon, allait régulièrement se resourcer dans une sorte d' Eden, situé, à notre plus grande stupéfaction, au Pôle Nord.

     Sortons alors à nouveau de nos dossiers, cette affaire de l'Hyperborée de la mythologie grecque, qui nous interpelle aussi, grandement. (Voir aussi à ce sujet notre article :

http://www.artivision.fr/Hyperboree.html

qui met alors les points sur les Is, dans cette affaire)


      En effet, nous avons sous la main, en ce moment, ce petit fascicule :



       Et, voyons tout de suite, ce qui pouvait être lu, sur les grecs dans leur glorieuse tradition...

    Pour être loyal, disons déjà, que pour faire plus condensé, nous avons recomposé les colonnes de ce texte :



    Nous avons bien lu, et même bien relu, les mots soulignés en rouge, de ce texte inouï.

     Mais, nous avons aussi reçu, il y a quelque temps, de Paris, de notre ancien élève Jean-François, le document qui suit, tiré de cet admirable fascicule :


qu'il est bien sûr, très préférable, de lire avec une grande attention.

      Et justement en page 39, voilà ce que l'on peut y découvrir :


      Inutile de dire, n'est-ce pas, qu'il convient d'avoir vraiment sous la main, ces deux précédents fascicules, pour en savoir bien plus...

      Il ne nous reste, maintenant, qu'à nous poser la question cruciale :

       " Pourquoi donc ces grecs situaient leur "Paradis ", justement au Pôle Nord, qui est pour nos savants actuels, situé dans une zone extrêmement froide et désertique ?" .

    De plus, on apprend que le dieu "Apollon", rencontra les hyperboréens, peuple vénérable qui ne connaît ni la maladie, ni la vieillesse...

    Curieux n'est-ce pas !!!... Mais la suite qui vient, sera encore plus fantastique, que ne sauraient l'imaginer, nos meilleurs auteurs de Science-Fiction...

       Bien sûr, les psycho-sociaux, (Psychologues, Psychiatres, Anthropologues, Sociologues officiels et consorts affiliés), vous diront, vite fait, que cela n'est qu'un mythe, qui est à relier à l'imagination fertile de l'humain. Point à la ligne...

    Mais ce jour, le site ARTivision, va démontrer ici noir sur blanc, que ces zélés détracteurs cités, juste au-dessus, se fourrent le doigt dans l'œil, jusqu'au coude, sans de plus, s'en rendre compte.

    La sagesse populaire antillaise prétend que :

"Sé vyé Cana-nari ki ka fè bon soup ".
"C'est dans les vieilles marmites que l'on fait les meilleures soupes".


    Ainsi la confirmation des propos des hyperboréens, qui ne connaîssent ni la maladie, ni la vieillesse, nous est venue d'un ancien ouvrage publié dès 1924.

    En effet, tout cela, nous est explicitement présenté, dans l'ouvrage surprenant, "Bêtes Hommes et Dieux", du Dr Ferdinand Ossendowski, voyageur polonais illustre, homme de science et écrivain, dont le manuscrit original a été publié cette année là chez Plon, et dont nous ne possèdons que l'édition de poche, publiée au 2e trim. 1970 chez l'éditeur "J'ai lu"A 202, dans la prestigieuse collection hélas disparue, "L'aventure mystérieuse du Cosmos et des civilisations disparues" :

  

     Voici quelques bribes, des pages en question :

     " Le lama Turgut qui fit le voyage d'Ourga à Pékin avec moi, me donna d'autres détails :

     "La Capitale d'Agarthi est entourée de villes où habitent des grands prêtres et des savants. Elle rappelle Lhassa où le palais du Dalaï lama, le Potala, se trouve au sommet d'une montagne recouverte de temples et de monastères. le trône du Roi du Monde est entouré de deux millions de dieux incarnés Ce sont les Saints panditas...

     ...Ils peuvent dessécher les mers, changer les continents en océans et répendre les montagnes parmi les sables du désert. A leur commandement, les arbres, les herbes et les buissons se mettent à pousser; des hommes vieux et faibles deviennent jeunes et vigoureux et les morts ressussitent. Dans d'étranges chariots, inconnus de nous, ils franchissent à toute vitesse les étroits couloirs à l'intérieur de notre planète
""
.


Fin de citation.

      Avouons, que ces propos du Dr F. Ossendowski, surclassent de très loin, les meilleurs auteurs de Science-Fiction, et à l'époque, même un tabloid très réputé, et avide de scoops journalistiques sensationnels, n'aurait pas eu le courage de publier ce qui précède...

     Ceci prouve de plus que le peuple de l'intérieur a des millénaires d'avance sur nous dans la compréhension du Cosmos, et de sa manifestation sur la Terre que nous appelons La Nature, et que le Webmaster du site ARTivision appelle parfois " La Source" ou "Le Très-Haut" ou "la Matrice Cosmique" ...
.
.


     Mais ce 28 Juin 2019, disons que pour pouvoir pénétrer dans ce monde au contexte vibratoire, très différent du nôtre, il nous faut vraiment d'abord hausser notre niveau culturel et notre résonnance cosmique à un niveau bien plus que fréquent et normal. Mais inversement ces Maîtres de l'intérieur, ont eux, les moyens très subtiis pour nous contacter...

      Mais le site ARTivision, va démontrer, que cette affaire de longévité, liée au Temps qui passe, est surtout fonction de la structuration de nos pensées. Mais hélas, cela n'est pas encore enseigné officiellement dans nos universités et nos écoles ...

      Nous invitons alors aimablement, les debunkers et autres détracteurs mal inspirés et bien engoncés, dans leurs cocons feutrés du système actuel, à la dérive, chacun le voit fort bien, à lire alors très attentivement, ce qui suit, et qui est tiré de la page 37, de l'ouvrage d' Aurélia Louise Jones et de Dianne Robbins, nommé "Telos: Révélations sur la Nouvelle Lémurie", :

  


Et, en page 37, on trouve :


      Et pour ceux qui pourraient croire, qu'il y a eu une erreur dans l'impression des zéros, concernant l'âge actuel des Lémuriens, disons alors qu' en page 10, de ce même ouvrage, on trouve aussi déjà ceci :

      " Le peuple fut informé par ses religieux que d'ici moins de 15 000 ans, ses terres seraient complétement submergées. L'espérance de vie étaient généralement de 20 000 ans à 30 000 ans, et l'on comprit que le nombre de ceux qui avaient suscité ces conflits connaîtrait une fin apocalyptique ".

      Dur... Dur, n'est-ce pas à encaisser ...mais le meilleur est encore à venir...

       On pourrait se tordre de rire en douce, s'il n'y avait pas aussi cette déclaration hors norme du colonel Billie Faye Woodard, qui a eu le très grand privilège de vivre malgré lui, dans la Terre creuse, et qui affirme aussi que le peuple de l'intérieur, qu'il a eu l'immense privilège, de visiter, ne connaît pas la maladie, ni la veillesse, Voir alors nos articles :

http://www.artivision.fr/BillieFayeWoodard.html

http://www.artivision.fr/BillieFayeWoodardTelephone.html


     " Mon guide Zora, un scientifique de la Terre Intérieure, qui est vieux de 150 000 ans, m'a révélé le fait que ma sœur et moi-même sont à l'origine, de la Terre Intérieure, où vivent nos vrais parents. Quand notre Père de la surface, nous a récupérés chez l'organisme s'occupant d' enfants adoptés, nous ne parlions aucune langue connue, de toute Terre extérieure.

      Mon type de sang est inconnu. Je n'ai jamais eu de maladie quelconque. Mon sang a été examiné par un médecin et détruit toute infection virale lorsqu'il est combiné avec d'autres échantillons de sang dans un laboratoire..."


      Mais, il faut aussi savoir que Billie, raconte qu'il vivait en Alaska en 1986, après ses incroyables aventures dans la Terre creuse. Alors il ne pouvait pas lire les ouvrages Telos 1 et Telos 2, non encore parus, et qui parlent de cette incroyable longévité des lémuriens (entre 10 000 et 30 000 ans), ce qui est déjà énorme.

      Or Billie affirme que son Guide scientifique Zora, de l'intérieur de la Terre, avait 150 000 ans. Et, si vous croyez, qu'il a été assez fou pour imaginer cela... Alors bravo, pour votre superbe suggestion...

      Cependant pour les puristes, (qui eux, évitent de lire en diagonales, comme les detracteurs zététiques, les lignes toujours mystérieuses d' ARTivision), disons, une fois de plus, que rien ne se passe par hasard sur ce site,
       Voici donc ici, le sublime propos transcendant Grand Maitre nommé SaLuSa, paru le 16 Sept 2011 à :


qui, nous explique cela :

    " Nous vous rappelons que contrairement à votre cycle précédent, dans celui-ci, il nous fut accordé l'autorité d'intervenir d'une certaine manière ; sinon les forces des ténèbres auraient maintenant détruit la Terre et toute vie sur elle. Cette fois vous vous trouvez à la conclusion de vos expériences dans la dualité, et c'est pourquoi vous allez bientôt rencontrer vos ancêtres de la Terre Intérieure.En ce qui concerne votre niveau de conscience, vous avez suffisamment progressé pour renouveler votre lien avec eux et ensemble vous apprendrez davantage sur vos antécédents. Ce ne sera pas entièrement nouveau pour vous tous, car des contacts avec eux ont été établis de temps en temps avec ceux qui se sont retrouvés pénétrer dans la Terre Intérieure. Les plus notables d'entre eux furent l'amiral Byrd et le colonel Faye Billie Woodard dont les expériences sont bien documentées."


    Fin de citation.

         Surprenant n'est-ce pas, que tout cela !!!

       Mais ce 30 Juin 2019, disons que la communication qui prècède, du Maître SaLuSa ( dont bien sûr, on ignore le nom dans nos universités et nos lycées), ne va certainement pas plaire à Messieurs les bien-pensants et scientifiques de haut rang qui aiment sortir les équations fulgurantes de la physique quantique pour tout expliquer, car ils sont persuadés, que c'est ce seul langage qui est valable pour traduire les manifestations de la Nature et du Cosmos.

       Faisons alors ici, une 2 e digression, qui sera de taille, on va le voir :

       En effet très rares, sont les savants actuels, qui ont osé nous entretenir des tribulations d'une race d'aliens nommée Ummites, et spécimens qui seraient arrivés en France (Cocorico) le 28 Mars 1950 entre Digne et la Javie, dans le département des Basses-Alpes..


       Ces Ummites affirment avoir : "creuser dans le sol à huit mètres de profondeur, une mini base dont l'accès est parfaitement camouflée et qui est en forme de galerie de 4 métres de longueur, étayée par des cintres extensibles modulaires, faits d'un alliage de magnésium et se trouvant dans l'un des contreforts montagneux de la région à proximité du Pic du Cheval-Blanc dont le sommet culmine à 2323 mètres "
.

         Les Ummites, affirment, entre autres choses extrordinaires, pouvoir résoudre vite fait et bien fait, nos problèmes d'élimination des déchets, en utilisant un appareil de leur fabrication, capable de casser toute matière pour la transformer en oxygène ou hydrogène. Mais, cet appareil ne pouvait nous être confié, car nous ne sommes pas assez mûrs et sages pour l'utiliser à bon escient.

      En effet, pas besoin de dire, les ravages que ferait un dictateur en possession d'une telle machine et pas besoin, n'est-ce pas !... de remonter dans les temps anciens, pour découvrir cela :



     Les Ummites se sont alors mis à expédier par la poste à différentes personnes, des milliers de documents souvent techniques, décrivant leur langage, leurs vaisseaux, leur vie sur leur planète d'origine, etc... Dans ces documents, ils affirment appartenir à un Club Cosmique et avouent modestement avoir été eux-mêmes visités pendant très longtemps par des gens extrêmement évolués, qu'ils n'ont parfois jamais réussi à identifier. Ils affirment également qu'ils disposent d'engins très rapides qui, pour transcender la vitesse de la lumière, utilisent une astuce de physique que nous n'avons pas encore découverte, et qui leur permet de joindre la Terre en environ 6 mois, alors que la lumière elle même, mettrait 14,421 années pour faire le trajet.

     Les destinataires des multiples documents envoyés par les Ummites aux terriens, sont en général des gens ayant un niveau de culture assez élevé, mais ce sont rarement des scientifiques(sauf le cas connu de J-P Petit). Les Ummites s'adressent en général aux professions libérales, aux ecclésiastiques, aux journalistes, aux membres des grands services publics, etc... Pourtant ces gens reçoivent chacun des centaines de pages se référant à la structure intime du Cosmos, à la technologie des nefs spatiales ummites, à la logique fondamentale, à la structure de la matière...

     Ces documents resteront longtemps inexploités jusqu'en 1971 où fut organisé à Madrid le premier symposium, suivi d'un plus important en Mai 1973 à Barcelone qui lui, fit l'objet d'un compte rendu de 219 pages de grand format.

     Pourquoi ces Ummites agissent-ils donc ainsi ? Ils nous l'expliquent fort bien en nous donnant une leçon de savoir-vivre : Ce transfert bien dosé de connaissances ummites est une sorte de contrepartie à leur présence parasitaire sur la Terre. En quelque sorte, ils nous dédommagent du flot d'information qu'ils extraient, à notre insu, du contexte de notre civilisation. Du jamais vu....

     L'astrophysicien français J.P.PETIT, qui a lui aussi reçu en 1992, une lettre ummite venant de Ryad, a d'ailleurs, dans deux livres parus en Novembre 1991 et en Août 1995, fait des révélations fracassantes sur ce sujet:

  

  

     Tout cela est parfaitement expliqué dans le manuscrit espagnol de 1979 d'Antonio RIBERA,"El Misterio de Ummo" Traduit en français par J.J.PASTOR, sous le titre "Ummo le langage Extra-terrestre" aux Editions du Rocher en 1984 (épuisé actuellement)
:

  

      Nous avons aussi appris que des man?uvres militaires ultra-secrètes,(puisque les administrations municipales n'ont même pas été averties à cette occasion,) , ont eu lieu justement dans la montagne du Cheval Blanc et que les curieux étaient impitoyablement écartés à ce moment là . Cela prouve sans l'ombre d'un doute que l'on recherchait cette fameuse galerie qui a été probablement découverte avec les moyens sophistiqués et autres radars, que possède l'Armée. Pourquoi ceci est-il encore sous le boisseau alors que la Défense Nationale n'est plus ici en cause, après près de 70 ans de mutisme, et qu'une telle découverte fait partie indiscutablement du patrimoine de l'Humanité ?

      Mais, pour les puristes disons que cette affaire très ambigüe des Ummites, donne sur Google en ce moment, près de 56 700 résultats, et voir aussi ce récent petit fascicule remarquable, d'Octobre 2018, qui y consacre 12 pages.



      Mais voyons ce que nous disent ces Ummites concernant notre sujet, relatif à la notion de Temps :


     Si vous avez tout compris, Bravo... Nous, nous ne sommes là, que pour transmettre des données qui existent,. et qui circulent rarement sur les sentiers médiatiques habituels.

     Disons aussi que nous avons été contactés par ce Mr J-P PETIT au sujet d'un certainDr Davidovits, dont il voulait à l'époque connaître l'email . Nous en avons profité pour lui glisser, dans notre réponse le 16/09/2004, l'affaire des ouvertures polaires, que connaissait (on le sait) dès au moins 1866, JulesVerne, et qu'ARTivision a eu l'audace de mettre en exergue dès Septembre 2000. Nous n'avons plus eu une seule missive de cet astrophysicien . Il s'en mordra les doigts, jusqu'à l'os, quand cette affaire éclatera au grand jour, ce qui ne saurait tarder.

     Fin de la digression.

       Mais, comme il est préférable, "de battre le fer pendant qu'il est chaud", et, à propos des vortex spatio-temporels évoqués dans cet exposé relatif aux contractions temporelles, nous avons récemment été gratifiés, dans les médias très en voque, de cette nouvelle fabuleuse, prétendant que nos scientifiques, ont réussi enfin, à photographier un soi-disant trou noir cosmique, tel que :


      Pourtant, déjà en 1992, on était aussi heureux d'exiber cette autre image, et on ne parlait surtout pas , dans ce cas, de paréidolies, autrement dit, des phénomènes dus à des illusions d'optique :


      Mais alors, l'on note aussi, que ces Messieurs les scientifiques, vont à perpette (près de 50 millions d'années-Lumière), chercher l'image d'un obscur vortex, nommé Trou Noir, mais, qu'ils sont incapables de voir, celui bien plus voisin d'eux, et très lumineux, de l'astre nommé Titan, satellite de Saturne, tel que :


ou encore, pour les puristes, avec quelques couleurs de plus:


      On revoit ici, très nettement (bout de la flèche rouge), la sorte de superbe réverbération, prouvant que la luminosité du disque, vient bien de l'intérieur de l'astre.

      Il faut aussi remarquer surtout, que c'est parce que la sonde Cassini Huygens, avait été mise au point par plusieurs nations, dont l'Allemagne, la France, l'Italie..., que ces pays et d'autres, ont eu un accès direct en temps réel, aux informations de la sonde. Donc la NASA, a été prise de court, et n'a pas eu le temps de nous cacher ce disque extrêmement lumineux, qui est apparu au Pôle Sud de Titan....

      Mais quelques esprits chagrins, nous diront vite, en bombant le torse :

"Dans cette affaire, on ne voit que le satellite Titan de Saturne, Tout cela est très peu courant, trop exceptionnel et s'accomode fort bien avec l'illusion d'optique.. Mais, l'on connaît bien l'adage populaire : "Testis unus, testis nullus" (Témoin unique, témoin nul)... Point à la ligne ..."


         Nous dirons alors encore une fois, à ces zélés détracteurs, qu'il est préférable pour eux, de ne pas, trop vite, oublier que le site ARTivision, a toujours dans ses dossiers, d'autres ressources sous-jacentes, pour appuyer ses dires...

        Présentons alors ci-dessous, quelques vues, qui ne courent les rues.

        Voyez d'abord ces vues superbes de la planète Saturne elle-même :


     Il est très clair qu'ici, on voit, sans discusion possible, un vortex très lumineux, rarement montré, au Pôle Sud de la planète.

       Mais, plus près de nous, voici aussi cette photo superbe de Mars, dont le Pôle Nord, est tout illuminé :


       Nous insistons alors ici, sur le fait que la photo de Mars ci-dessus, ne vient pas de la NASA, (qui vérouille et camoufle toutes les images venant des sondes spatiales), mais cette photo nous vient du Griffith Observatory, à los Angeles, en Californie, et qui existe depuis 1935.. . et cette extraordinaire photo de Mars , fut prise le 31 Août 2003, par ce "Griffith Satellite Observatory", lors de la fameuse opposition de 2003, où Mars, était alors au plus près de la Terre, à environ 56 millions de km ...

       Pour les puristes, qui voudraient en savoir plus, prière de contacter cet Observatoire Griffith pour lui demander pourquoi cette superbe image, n'a jamais fait la une des médias qui ont pignon sur rue ... et surtout que l'on nous dise pourquoi le site admirable, qui présentait cette photo à :


a soudainement disparu en 2005, comme par magie.

     On y voyait alors entre autres choses, ceci :



     Une modeste traduction des 7 premières lignes, donne alors ceci :

" Dimanche 31 Août 2003 , par le - Griffith Satellite Observatory, avec un Telescope: 127mm f/12.1 MaksutovAppareil. Appareil photo: Creative Pro EX webcam.

     C'est la meilleure image de Mars qui se compose de plusieurs dizaines d'images sélectionnées, alignées et empilées à partir d'une séquence de prises faites à 12h05. Ce fut peu de temps après l'opposition célèbre cette année (2003 rappel), quand Mars est passé à environ 34.6 millions de miles de la Terre. Un dispositif Barlow x 3, a été utilisé pour donner une taille conséquente à l'image. Le Nord est en haut et l'Est est à gauche ".


           Remarquons que l'Est devrait être à droite, et donc il faut renverser la photo pour que le Pôle Nord soit en haut. Le télescope en effet, inverse les images ...

      Mais vous pouvez cependant, grâce au merveilleux site :


, retrouver, le site Griffith qui a disparu, désormais en passant par exemple par le ( 29 Fev 2008) :


     Le nom de la photo étant Mars083103.jpg, vous pouvez la trouver directement sur le Web à l'adresse :


, ce qui nous donne alors ce superbe spectacle dejà vu plus haut, qui en mettant l'Est à droite, en inversant l'image :


       Mais allons plus loin dans l'exploration de nos précieux dossiers et présentons alors une autre petite photo de Mars, tirée de la revue Siences et Avenir n° 108 de Février 1956 (que nous avons le privilège de possèder, et qui doit être plutôt rare à trouver sur le marché), et dont pour les puristes, voici la couverture :



       Et voici la photo en question :


    Cette image, nous montre, la calotte polaire de Mars, qui brille souverainement, alors que la zone tout autour, est dans un noir notoire.

    Si cette affaire, ne vous fait, ni chaud ni froid...Alors, regardez aussi, ce qui suit :

  


    Pas mal, n'est-ce pas, ces "couvre-chefs lumineux", bien en relief, au dessus de la planète !!!

    Et en plus, voici encore d'autres images de Mars, où l'on voit, que la calotte brille majesteusement, alors que la région environnante est dans l'ombre...

  


    Quant à prendre en considération, les documents de la NASA, où figurent certaines images, des pôles de Mars, comme par exemple, celles-ci :

  


, C'est alors du temps totalement perdu, car chacun sait, que rien n'est plus facile actuellement pour la NASA, de trafiquer des photos à sa convenance personnelle, pournous mener carrément en bâteau...

     Bien sûr, nous avons déjà montré dans d'autres articles, d'autres planètes qui présentent aussi des vortex polaires inexplicables.

     Mais revenons, à notre histoire incroyable des Ummites, en expédition sur notre Terre et nom cité très laconiquement, dans notre fascicule de chevet déjà présenté plus haut.

      En effet, au sujet de cette affaire de trous noirs, les Ummites, lors d'une conversation téléphonique bien ciblée, ont dévoilé le fait, que ces vortex, n'existent pas dans notre univers, ce que l'astrophysicien en question, Jean-Pierre Petit, a l'air de confirmer, au grand dam, de ces confères académiques...

      Mais, le site ARTivision, on le sait bien, a toujours dans ses dossiers, des données capables de mettre au pied du mur, tous les détracteurs zététiqes et autres consorts intellectuels blasés affiliés, du même gabarit :

     Nous aimerions en effet avoir l'opinion très pointue de quelques philosophes, psychologues, psychiatres, sociologues, ethnologues ..etc... sur le cas que nous allons évoquer ci-dessous, et que que l'on pourrait facilement intitulé : "A la recherche du Temps perdu", quitte à réveiller l'écrivain Marcel Proust (1871-1922), de son illustre tombe :

     C'est en effet vers la mi-Janvier 2008, que nous avons eu le grand privilège, de recevoir du Canada, l'étrange missive suivante :

----- Original Message -----
From:  KaRy ..............
Sent: Saturday, January 12, 2008 10:22 AM
Subject: Question...

        Bonjour à vous

        Une personne m'a donné vos références et peut-être auriez-vous une réponse à mon mystère ?
   J'aimerais comprendre, ou savoir s'il existe des témoignages comme le mien ou d'autres semblables.

        J'explique :     À Montréal en 1983-84, j'avais alors environ 9 ans, je vivais  avec ma mère séparée de mon père, nous étions dans le quartier St-Michel sur la 15 ieme avenue, et j'allais à l'école Ste-Lucie sur le Boulevard St-Michel (pour ceux bien sûr, qui connaissent Montréal).

     Le matin en allant à l'école j'employais toujours le même chemin, et toujours la même ruelle et il y avait dans une cours arrière d'une résidence, des immenses rosiers avec de grosses roses, je m'arrêtais toujours 1-2 minutes pour respirer leurs parfums et je continuais mon chemin. Mais une journée a été différente des autres, -> Je quitte le matin pour me rendre l'école, je prends mon chemin, la ruelle, une bouffée de rosiers, et arrive à l'école, sauf que, quand je suis arrivée, les élèves étaient à la récréation d'après le diner... Imaginez, que cela est arrivé  à une enfant de 9 ans.  Alors il s'installe une certaine panique, ton professeur te donne une copie et ta mère te dispute d'avoir fait exprès. J'ai tellement pleuré et juré même à Dieu. Bref j'ai tout essayé pour qu'elle me croit en lui affirmant que je n'avais  rien fait de plus que d'habitude... J'ai perdu 4 heures sans savoir où... s'il m'arrivait d'être plus longue, c'était après l'école,  car là  je pouvais traîner en chemin  et prendre plus mon temps...mais jamais
 4 heures !   Cela m'a toujours travaillé dans la tête.

    Je me souviens de  chaque détail comme si c'était hier.  J'ai toujours voulu essayer le détecteur de mensonge , juste pour prouver à ma mère que je ne mentais pas ! Mais 4 heures perdues
dans une semaine d'école!! Il n'y avait pourtant rien de vraiment spectaculaire à 9 ans pour passer autant d'heures sans trouver le temps long... et de toute manière je n'ai pas pris 4 h et je suis arrivée à l'école
comme si de rien n'était !  Et être autant perdue et confuse ! Assez pour m'en souvenir toute ma vie !

; C'est la 2 ième fois j'en parle ...Mais qui a une hypothèse ? Qui va y croire ? J'ai une tonne de souvenirs flous, mais celui là, croyez moi, il est gravé dans ma mémoire avec les moindres détails.

     Notez bien que je ne suis  pas tombée, ni que je n'ai pas été  aggressée ou que je n'ai pas perdu connaissance sur le ciment .  Il y a de grosses chances que j'aurais eu une marque ou un bleu, rien de cela .  J'ai vraiment perdu donc 4 heures,  Dieu seul sait où, et c'est tout... Je cherche juste à comprendre. Détecteur de mensonge, n'importe quand ! Demain ...ahah.

    Merci d'avoir pris 2  minutes pour me lire.
    
Kary.


         Et que donc les Maîtres, vous aident à trouver au moins, une l'explication plausible, de cette plongée verticale, dans Le Temps.

         Mais ce 2 Juillet 2019, il serait peut-etre utile de transcrire ici la réponse que nous avons faite à Madame Kary ..le 13 Janvier 2008, et nous demandons très aimablement, alors aux visiteurs occasionnels du site ARTivision,d'avoir l'heyureuses initiative de bien s'accrocher au murs de le environnement immediat car à l'altitude où l'on va évoluer il risque d'y avoir pour eux de très fortes turbulences;


----- Original Message -----
From: fred.idylle
To: KaRy ..............
Sent: Sunday, January 13, 2008 11:21 AM
Subject: Re: Question...

       Très chère internaute "inspirée" du Grand Canada protégé.

       Bonjour de l'Archipel ensoleillé de la Guadeloupe, à l'orée de l'an 2008 . Pour commencer, je vous invite à lire ceci, que vous trouverez à mon article :

       Début de citation :
       Autre prolongement révélateur spécifique en date du 07/06/07.

       Le moment nous semble aujourd'hui propice, pour monter un peu encore, le niveau ésotérique, de cet article et en dire encore un peu plus sur le rôle cosmique qui appartient à une certaine fleur très appréciée en ce temps de la fête des ères.
       En 1992, nous avons eu, en effet, le privilège de visiter la roseraie du Parc de la Tête d'Or à Lyon, et nous avons ressenti , là , une immense impression de Paix et de Sérénité, et nous avons pensé que cette planète nous offrait là, un magnifique spectacle de sa beauté à préserver impérieusement.>


       Mais lisez donc plutôt ce qui suit :" Les germes auront des répercussions dans les trois mondes et contribueront à élargir le premier Cercle atomique de Vie. Et voilà, je vous ai ouvert un secteur encore tout fermé à votre esprit.>
       Prenons une rose, cette fleur qui a la préférence de votre humanité. Pour la vie du rosier, toute une famille d'esprits de la Nature s'active et accueille la volonté d'un deva .Voir les paragraphe sur les élémentaux à :



et nos articles qui parlent des devas : et

       La rose plante ses racines dans la terre et se nourrit de l'eau, de l'air et du feu. C'est là ce que tout individu de votre famille pourrait dire. Certains ajouteraient qu'elle est le symbole l'amour. Certes, cela est juste, maisLa rose est bien plus encore! Son rôle subtil consiste à favoriser l'échange de toutes les énergies du centre cardio (chakra du coeur) de tous les êtres vivants, depuis la densité jusqu'aux mondes subtils

       Lorsqu'un déséquilibre s'installe sur un plan, le Déva de la Rose envoie des impulsions afin de produire une éclosion de roses à grande échelle ! Il se réjouit d'ailleurs de vous voir plus nombreux à planter des rosiers dans votre jardin. Toutefois, il en déplore l'absence dans les prairies et près des bois. Vous avez largement contribué à cette disparition, déséquilibrant l'échange sur la planète entière.

      Il serait bon de revoir fleurir ces belles entités intelligentes en dehors de lieux définis. Avez-vous songé au fait que vous confinez toutes les formes de Vie ? Y compris la vôtre !


       La chimie subtile de la rose , circule dans les couches d'air, aussi bien celles de la Terre qu'autour ou dans l'éther lointain. Cette chimie véhicule des énergies fines pouvant réactiver l'ouverture d'un c?ur (son chakra). Celles-ci s'infiltrent dans le réseau de la chaîne de ce chakra, glissent dans les molécules de l'air et parviennent au coeur de la plus petite parcelle de vos atomes. L'énergie de la rose demeure la nourriture la plus subtile nécessaire à l'apport de la chimie de l'Amour dont a besoin une bibliothèque intérieure.

       L'Éther est une matrice vivante, animée par des atomes. (Note du Webmaster : Bien sûr, il ne s'agit pas de la même substance étudiée par les savants Michelson et Morley, qui ont démontré son inexistence voir notre article : Affaire éthérique . Oh là..., une "matrice vivante" , les meilleurs ouvrages de Science-Fiction sont alors là, tout à fait surclassés n'est-ce pas !! ),

      La chimie de la Rose sécrète depuis les plans les plus denses jusqu'à la matrice éthérée, et réagence sa structure si celle-ci a été dénaturée par des pensées mal aspectées.

       la chimie de la Rose traverse le monde de l'illusion (la densité), le monde de l'approche, premier plan de vie juste au-dessus, puis le plan de préconscience (deuxième plan), celui de la conscience ,(troisième), le plan de rayonnement, premier plan de l'Être, le plan de l'Amour cosmique, le plan atomique, le plan électronique et, enfin, le plan cristallin.

       Sa chimie se modifie à chaque traversée, par les rencontres d'énergies des divers plans de conscience. Une fois dans le monde cristallin, la chimie de la Rose , ressemble à de fines particules de cristaux rosés

       Le Déva de la Rose , en poste sur le plan de l'illusion recevra depuis les plans cristallins des sonorités spécifiques qu'il dirigera vers ses sujets, lesquels les capteront et les renverront autour d'eux.

       Vous recevez donc, par le biais des roses , des sonorités cristallines provenant des hauts plans cosmiques, et ce, par la volonté du Déva de la Rose ! , Les esprits reliés aux schémas de Vie de la Nature prennent toutes les énergies émanant de la Rose les étirent, les enroulent autour de supports, puis les remettent aux esprits de l'Air. Ainsi, l'Air entre en fonction afin de transmettre ces rubans cristallins arc-en-ciel jusqu'à l'âme en besoin. Et, au passage, ceux-ci se remplissent d'énergie solaire.

       Le Déva de la Rose assiste régulièrement aux séances d'échanges des Maîtres généticiens. Tous les réajustements de la vie de l'illusion lui sont donnés par leur volonté.

       Par l'exemple du Déva de la Rose je tenais à vous expliquer davantage la vie du monde de la Nature."

       Fin de citation.
       Extrait de "Paroles et semences de vie" Soria Tome VII aux Editions Ariane 2006.

       Ne trouvez-vous pas <chère Madame,, qu'il faudrait à Madame Regine Françoise Fauze (que nous avons eu le privilège de rencontrer à la Guadeloupe à l'été 2007) une sacrée imagination pour inventer tout cela ?

      Et si cela est vrai, il nous reste, n'est-ce pas encore bien du chemin à faire pour découvrir notre monde tout proche
...?

      Évidemment pour en savoir plus, il convient de consulter le livre en question et nous demandons avec déférence encore à l'auteur et l'Éditeur du livre ci-dessus, leur grande indulgence pour ces emprunts littéraires, illustrant si souverainement les propos d'ARTivision, parus il y a des années.

      En second lieu, je vous dirai que la notion de Temps est fonction de notre état de conscience . On sait en effet, que lorsqu'on est heureux dans un lieu agréable, on ne voit pas passer le temps, et par contre lorsqu'on est enfermé dans un lieu désagréable, le temps nous semble lourd et bien long à passer !!! ...

       ...Votre contemplation des admirables roses du jardin, était si profonde, que vous vous êtes figée dans l'Espace-Temps, et qu'en fait vous n'avez vieillie que de quelques minutes alors que sur Terre 4 heures se sont écoulées. C'est dû à l'élasticité du temps, que démontre la Théorie Générale de la Relativité du Grand Einstein qui est reliée à la vitesse de la lumière . Ce que l'on ignorait c'est que l' état mental de notre Conscience ( que l'on ne connaît qu'à peine) est aussi fonction de cette vitesse de la lumière.

       Je ne suis même pas certain qu'une séance d'hypnose pourrait percevoir cette distorsion temporelle que vous avez éprouvée. Comme vous le voyez chère internaute, il y a beaucoup plus de choses incroyables qui se déroulent sous ce Soleil . Tout cela, nous donne une vraie leçon de modestie , et nous invite à mettre en exergue, le plus souvent possible, la célèbre phrase d'Hamlet de Shakespeare :

"Il y a plus de choses au Ciel et sur Terre, Horatio, que n'en rêve votre philosophie."

       Le site ARTivision, qui est en effet, un site très particulier, pourra vous démontrer que la réalité dépasse souvent de très loin les meilleures élaborations des maîtres de la Science-Fiction


       . Je pourrais d'ailleurs une autre fois, (si cela vous intéresse bien sûr) , vous en dire plus sur le vocable "inspiréé" , que j'ai utilisé plus haut à votre intention.

       Sur ce, je vous souhaite mes meilleurs voeux pour 2008, de bonnes découvertes sur ARTivision, qui bouge beaucoup ces temps-ci : (voir mes nouveautés sur le côté gauche de la page de garde), et je vous dis à un de ces jours prochains si le Maître du Temps, n'y voit pas d'inconvénients.

       Vives cordialités tropicales
.               Fred Idylle.
       http://www.artivision.fr  


       Disons alors, ce 2 Juillet 2019, que si certains quidams dits scientifiques, adorent nous entretenir de concepts très structurés comme la MHD ( Magnetohydrodynamique, ou les Univers jumeaux, avec pleins de formules mathématiques et graphiques superbes), le site ARTivision, lui, (et c'est aussi son droit),
aime nous présenter des textes dits transcendants comme celui de Soria qui précède et texte dont on ne discute jamais dans un débat télévisuel, les tenants et les aboutissants, pourtant tout à fait hors-normes...

      De plus nous recevons, ce jour de notre ancient éléve de Paris, Jean-François, cette superbe information, qui colle parfaitement, avec le sujet traité dans cet exposé :



       Et il est évident que là, nous n'en sommes pas du tout encore,au niveau de cette affaire de matrice vivante, soulignée ci-dessus si magistralement, par Soria, et dont les prémices, nous sont dés lors présentées en douce, dans l'extraordinaire entrefilet suivant :


       Ce communiqué de presse, n'est-il pas déjà, s'il en était encore besoin, une marche, vers l'avant-garde de la découverte du fait, prouvant que la Nature, n'est pas du tout un concept soumis aux tribulations d'un hasard aléatoire, comme on veut nous l'enseigner, dans nos écoles et nos universités.

        Mais, il conviendrait aussi, de redécouvrir en passant, dans le même ordre d'idée, le super passage qui suit, et qui est tiré de l'ouvrage extraordinaire de Joseph Whitfield, ISBN 9.782880.580674, publié aux Editions Vivez Soleil en 1991, mais aux USA dès 1983 sous le titre : "The Eternel Quest" :

  

        Il importe aussi de savoir, que c'est une très forte intuition, qui nous a invité à commander ce livre, que nous avons reçu le 25/07/2012 :

    Voici donc, en page 185, le sublime passage en question :


        Comme cela est...tout à fait surprenant...n'est-ce pas !!!

      N'empêche que le site ARTivision, dès le 8 Juin 1999, il y donc exactement déjà, 20 ans de cela en 2019, avait pressenti que le contexte du vivant, était bien plus extraordinaire, que ne sauraient l'imaginer nos meilleurs maîtres de la science-fiction : Voir notre article clef, de l'époque qui prouve absolument tout ce qui précède, au grand désarroi des mécréants zététiques, de toute nature :


      Cet article s'intitulait :

Intercommunications naturelles spécifiques
chez les êtres vivants, et retour
à la dimension cosmique de l'humain.

      Des découvertes récentes, sont venues, bien sûr, confirmer cela, au-delà de toutes nos espérances :



       Mais, il y a bien plus surprenant encore, qui nous attend, au tournant, et voici alors de plus, une histoire qui va troubler plus d'un citoyen lamda, bien assit dans son confort intellectuel officiel :

      Ayant découvert dans nos dossiers, les deux schémas suivants qui prétendent décrire les ouvertures polaires de notre planète :

  


      A gauche, on voit que l'ouverture polaire, est de 2300 km, et à droite, elle est de 90 milles soit environ 145 km, à son niveau le plus centré, ce qui fait une sérieuse différence...


    Nous avons alors poussé l'audace à demander le 24/02/2004, au Collectif Soria, formé, on le sait, de 4520 entités cosmiques, quel était, en fait, le diamètre des "ouvertures polaires", que divers auteurs présentaient avec des mesures différentes.

     Et voici la réponse personnelle, qui nous fut faite, et qui nous causa à l'époque, une très grande émotion :

     "Ami de la Terre",

     L'ouverture des Pôles, utilise la respiration de votre Terre. De ce fait son diamètre évolue au rythme des mouvements.
     L'ouverture se dilate et se rétracte constamment. Aussi les deux mesures ne sont pas fausses. La Terre dans son ensemble use du mouvement dilatation, rétractation, mais en réalité cette planète est en expansion. Dans quelques décénies, son diamètre ne sera plus celui de cet instant.

     Au plaisir de l'échange.

       Scientifique Soria.


     Que dire de plus devant tant de révélations fantastiques ? Sinon ce que disent souvent les anglosaxons embarrassés : No Comment....


      On résume, alors tout cela en disant désormais, que notre planète Terre
est une "entité vivante", qu'elle inspire par le Pôle Nord, et expire par le Pôle Sud, et il s'agit bien donc de Vortex, qui agissent en fonction du Temps ...


      Mais certains sempiternels incrédules, devant l'énormité de l'information, vont dire vite fait, que c'est assurément une fake-news, que nous avons inventée, pour nous faire mousser sur le Web...

     Mais, cela a été aussi, clairement expliqué, en Mars 2002, dans l'ouvrage intitulé "Voyage" Tome 3, aux Editions ARIANE, ISBN 2-920987-58-5 du même Collectif Soria, et explication, que nous retranscrivons ici, étant donnée son importance :

     

     "...Plusieurs portes d'accès sont disséminées à la surface de cette Terre. Dernièrement, vos satellites et vos astronomes ont pu constater la dilatation des pôles, qui sont parmi les entrées des mondes internes ".


     A vous de juger, une fois de plus, tout cela !




        D'ailleurs, les éternels détracteurs auront (selon nous bien sûr), un bien grand mal à expliquer les photos ci-dessous de la NASA du Pôle Nord, où la manipulation informatique, crève les yeux...



       Photo que nous avons trouvée, dès 2007 sur le site :


     Mais qu'est-ce que peut bien être, cette sombre sorte d'étoile de mer, au pôle nord ?

    Voyons cela, sous un autre angle :



    , et maintenant, de plus près :



    Que sont donc, ces nuages noirs filiformes et qui se dirigent tous, vers un point central au-dessus du Pôle Nord. A notre humble connaissance, et, c'est du jamais vu dans un contexte météorologique quelconque. Tout cela doit être , pour camoufler quelque chose...A vous de juger !!!

     Mais, justement, concernant cette affaire, sur le super site qui suit :


     , voilà, ce qu'on peut aussi y trouver :



      Mais, que veulent donc bien nous montrer, la superbe flèche rouge en question, et le cercle bien net, en son bout ?

         A vous donc de juger, tout cela, documents à l'appui...

    Disons d'autre part, qu'il est très difficile d'obtenir des photos satellites (non trafiquées) montrant aussi le Pôle Sud. Mais Super Hasard, a bien voulu nous mettre sous le nez, cette incroyable photo de l'Antarctique :


     Cette image provient, de la revue bien connue Science&vie de Novembre 2004, numéro 1046. Aucune explication ne fut fournie par cette revue, sur la présence de ce disque tout noir, au beau millieu de la photo, sauf celle-ci : "L'Antarctique est surveillé de prés par Envisat."

     Ce qui est plus extraordinaire, c'est qu'une revue, qui a pignon sur rue, dans le monde des médias, se permet de présenter une photo de l'Antarctique avec un disque noir gigantesque, sans aucune explication concernant sa présence très insolite, à l'endroit en question...


    Bien que l'on sache que cette photo est une photo mosaïque (il a fallu de très nombreux passages du satellite pour l'obtenir), on demeure confondu devant tant d'insouciance et de désinvolture, vis à vis des lecteurs de cette revue. ( A vous de juger...)

    Il va s'en dire que cette gigantesque pastille noire, n'est pas là par hasard, et une fois encore, elle vise à masquer une chose incroyable qui s'impose à nous, et donc le satellite Envisat, semble bien avoir, quelques trous dans ses mémoires électroniques, d'autant plus que l'on aperçoit des faisceaux très lumineux sous-jacents, s'échapper tout autour du disque noir.



    Mais tout cela est encore confirmé par une incroyable missive, que nous avons reçue le 11/06/08 , de notre ami Rodolphe D.... :

----- Original Message -----
From: Rodolphe D....
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Wednesday, June 11, 2008 10:04 AM

          Bonjour Cher Fred,

     Je t'ai envoyé un mail le Lun. 09/06/2008 10:34. Mais tu n'as pas dû le recevoir, alors je réitère mon envoi.

     Voici un article qui risque de t'intéresser au plus haut point :

     Tiré du site Futura Science , ce jour. Voici donc de quoi il retourne et voir les photos à :




Des violents séismes en Antarctique... deux fois par jour

Énorme surprise des glaciologues :

     Avec une régularité de métronome, la glace de la partie ouest du continent antarctique est secouée par des mouvements équivalant à un tremblement de terre de magnitude 7.
     A chaque craquement, le glacier avance de quelques dizaines de centimètres.
En plantant depuis plusieurs années des sismographes et des récepteurs GPS, une équipe américaine a mis en évidence un gigantesque glacier de cent kilomètres de large sur un kilomètre d'épaisseur.
     Cette énorme masse glisse vers l'océan au sein de ce que l'on appelle la Calotte Occidentale de l'Antarctique, ou, en anglais, WAIS (pour West Antarctic Ice Sheet). On désigne ainsi la partie du continent du côté des longitudes ouest, et qui contient la péninsule antarctique, cette langue de terre s'avançant en direction de l'Amérique du sud.
     Entre 2001 et 2003, Douglas Wiens, un sismologue (Washington University in St Louis), avait installé 43 détecteurs en Antarctide (comme on appelle parfois le continent antarctique) pour analyser les inévitables vibrations parcourant la glace en perpétuel mouvement. Il avait alors mis en évidence des tremblements de glace, semblables à ceux que d'autres équipes avaient repérés au Groenland.
     Mais dans la Calotte occidentale, ce sont de formidables ébranlements que les instruments ont détectés, étonnamment régulièrs et violents.
     Deux fois par jour, les sismographes enregistrent une secousse dont l'énergie correspond à un tremblement de terre de magnitude 7, c'est-à-dire une puissance suffisante pour détruire une ville entière.
     Le terrible séisme qui a fait tant de dégâts en Chine le 12 mai dernier a été classé à 7,9.
     Comment de telles secousses ont-elles pu passer inaperçues jusqu'ici ?
     Parce que ces tremblements de glace s'étalent sur une dizaine à une vingtaine de minutes, expliquent Wiens et ses collègues, alors qu'un séisme libère son énergie en quelques secondes seulement.

Saccades géantes?

     Pour mieux comprendre les mouvements de la glace, Wiens a travaillé avec Sridhar Anandakrishnan, un glaciologue de la Pennsylvania State University, qui, en 2004, avait planté une batterie de GPS. En comparant leurs séries de mesures, ces chercheurs ont découvert que cet énorme glacier avance brutalement à chaque secousse, de 46 centimètres en dix minutes, puis reste immobile durant douze d'heures.
     Quel est le déclencheur de ces fracassants à-coups ?
     Peut-être la rupture d'un énorme bloc de banquise, à l'extrémité du glacier, là où il flotte sur l'océan et se disloque en icebergs. La brutale libération de contraintes mécaniques engendrerait alors une onde remontant le long du glacier.
     Rien ne vient pour l'instant étayer cette hypothèse. Mais quelle qu'en soit la cause, le phénomène attire toute l'attention des glaciologues, qui ont désormais du travail devant eux pour expliquer ces tremblements de glace.
     Jusque-là, la progression d'un glacier était vue comme un mouvement à peu près continu. Mais ces observations en Antarctique évoquent au contraire un type de mouvement par saccades, souvent appelé stick-slip, signifiant à peu près collé-glissé. Ce phénomène physique très commun explique pourquoi un objet posé sur une surface légèrement inclinée ne bouge pas mais démarre brusquement pour ne plus s'arrêter quand l'inclinaison du support dépasse un certain seuil.
     C'est justement de cette manière que se déclenche un tremblement de terre. Visiblement, les glaciers peuvent aussi s'offrir du stick-slip.
     Ces recherches présentent encore un autre intérêt. On sait que la fonte des glaces s'est accélérée en Antarctique et la manière dont ces énormes glaciers craquent et se disloquent influe directement sur l'élévation du niveau de l'océan.
     La vitesse à laquelle la glace coule vers la mer apparaît désormais comme un paramètre important de la régression des calottes polaires, ainsi que l'ont montré plusieurs scientifiques, dont Anny Cazenave et Eric Rignot. Mieux comprendre les mouvements de ces glaciers est donc indispensable pour prédire les effets du réchauffement climatique.


     Que voilà une nouvelle qui me ravit, en effet dès la lecture de cet article, mon cœur s'est un peu emballé !

     Pourquoi ?

     Parce que, ces tremblements géants, tous les 12 heures, avec une régularité de métronome, qui s?étalent sur 10 ou 20 minutes, qui ont lieu aussi bien en Arctique qu'en Antarctique et qui n'ont jamais été détectés, me font immédiatement penser, à la Terre creuse bien sur !

     En effet comme il est dit dans cette théorie de la Terre creuse, les ouvertures varient en taille, un peu comme si la Terre respirait ! (Note du Webmaster voir ci-dessus, la famause image clef avec les 12 clichés du pôle, qui montrent bien que le trou polaire a un diamètre qui varie avec le temps).

     Et là, on nous confirme scientifiquement un tel phénomène : Très régulier, qui a lieu toutes les 12 heures très précisémment, tel un métronome, ces tremblements violents s'étalent sur une dizaine à une vingtaine de minutes, alors qu'un séisme libère son énergie en quelques secondes seulement, de plus ceci se déroule aux deux poles !

     Tout cela confirme donc très bien, cette histoire de Terre creuse qui fait tant rire les sceptiques.

     Peut-être commençeront-ils à changer de couleur à la lecture ce cet article !.......

    Hors les tremblements aux pôles, ne sont jamais détectés dirait on, alors que ceux-ci ont lieu depuis l'origine de la Terre ,soit 4.5 miliards d'années !

     Ces tremblements violents de 7 sur 9 de l'échelle de Richter, sur nos 2 pôles, toutes les 12 heures, ne sont jamais detectés par nos sismographes éparpillées de par le monde, cela n'est-il pas étrange !

     On le voit bien une nouvelle fois, les scientifiques nous disent toujours : cela est impossible dès qu'une théorie ne colle pas aux connaissances du jour.

     Mais le fait est, que cela est tout à fait possible bien au contraire, la preuve en est une nouvelle fois !

     Donc les railleurs de tout bord, doivent revoir leur copie, et cela est comme je le dis sans cesse, une découverte d'aujourd?hui, remet toujours en cause une belle théorie d'hier.

     Très amicalement

     Rodolphe.


     Fin de citation de la missive de Rodolphe.

     Merci donc mille fois à l'ami Rodolphe pour sa si aimable participation aux recherches d'ARTivision, et que dire de plus, sinon que l'on s'étonne une fois encore, que ces violents séismes en Antarctique, n'aient pas eu un écho retentissant, dans les médias qui ont pignon sur rue. Il est désormais aisé de savoir pourquoi..!!


       Mais, ce 4 Juillet 2019, disons que cette dissertation sur le Temps n'est pas du tout construite comme une dissertation philosophique, avec thèse, anti-thèse et synthèse, mais plutôt c'est, une sorte de causerie à batons rompus au clair de Lune, comme cela se faisait autrefois, dans les années 50. au pied du volcan tropical La Soufrière, où nous habitons, quand le modernisme n'était pas entré dans les mœurs, ( comme actuellement la télé qui est omniprésente, avec souvent ses images chocs).

       Comme nous venons de parler de la Lune, et que les béni-oui-oui de la NASA, font s'en donner à cœur joie pour fêter le 50e anniversaire du prétendu débarquement lunaire des américains, conmme ces deux là, qui ont déjà pris les devants :


     Faisons donc ici, une 3e digression, qui sera aussi très significative :

        Chacun sait en effet que : "ce sont les petits ruisseaux qui vont les grandes rivières" et que sur ARTivision, chaque petit détail a son importance, et doit être exploré à fond, pour en tirer sa substantifique moelle, en temps utile.

     Voyons d'abord, cette image bien connue d'Apollo 11, nommée ap11-S69-40308, et c'est elle, que toutes les télévisions du monde entier, et les journaux d'astronomie en vogue, nous ont galvaudée, à souhait, montrant dit-on, les évolutions sur la Lune en 1969, de Neil Armstrong et Buzz Aldrin.


     On voit alors que :


      Il n'est absolument pas besoin, en effet, de sortir de Polytechnique, (et de très nombreux sites, ont soulevé cette aberration), pour s'apercevoir que l'ombre du "spationaute" de droite, est bien plus longue, que celle de son confère. Les rayons du Soleil venant de l'infini et en plus ce Soleil étant assez proche de l'horizon, les deux ombres doivent être parallèles et surtout de même longueur, car les "spationautes" , ont des tailles très voisines, et comme on le voit, ce n'est pas du tout, le cas ici, pour la longueur des ombres en question.


     Pour vérifier cette affirmation, nous avons réalisé la modeste expérience suivante :

      Un jour, vers 16 h 20 locales, nous avons simplement placé dehors, deux bouteilles identiques d'eau minérale, et nous avons constaté de visu, que les ombres étaient parfaitement parallèles, et que l'ombre portée mesurait 98 cm, pour chacune d'elles.


       En conséquence, il s'en suit que :

- Soit que les deux "spationautes" sont éclairés (sur Terre évidemment, par de puissants et différents projecteurs dans la zone de simulation du Névada ou de l'Arizona)...

- Soit que pire encore, il s'agit d'un montage de deux photos différentes prises pour chaque "spationaute" , séparément et, bien entendu, sur Terre.


       Mais voici une exclusivité d' ARTivision, qui n'a jamais reçu, la moindre explication, de ces Messieurs, les béni-oui-oui de la NASA... ni de ses émules asservis.

       Regardez en effet, cette image, d'Apollo 11, nommée AP11FR11, et surtout l'ombre, du drapeau :



         Et maintenant revoyons la photo Apollo 11, avec Neil Armstrong et Buzz Aldrin :


       On voit alors, qu'étant donnée la position de la hampe du drapeau, au pied du "spationaute" , ce drapeau devrait se projeter sur le "spationaute" de gauche, grosso modo, comme le montre notre modèle grossier, un peu trop foncé :


      (Merci mille fois à l' infographiste passionné, qui pourra mieux réaliser cela que nous, et avec les couleurs requises )...

     Pourquoi donc ce drapeau n'a-t-il pas d'ombre sur le "spationaute" en question ?

     Certains, vous diront, vite fait, que c'est le blanc du scaphandre, qui a saturé le flaiblard noir de l'ombre du drapeau. Point barre...

      Nous avons démontré dans pas mal d'articles, que c'était faux, et voici par exemple, deux images, tirées du site, quasi officiel :


montrant nettement que le blanc ne gêne pas trop, la croix :


   

     Analysons maintenant si vous le voulez bien, l'environnement immédiat du petit appareil nommé gnomon, soi-disant destiné à donner l'échelle de la photo et servir pour l'étalonnage des couleurs :

  

Sur la photo de droite, on voit déja, au-dessus, une trace de roue, qui n'a rien à faire sur la Lune, ( voir notre article Apollo16Bizarreries.html ).

          Mais voici mieux :

AS17-146-22365.jpg

     , une petite explication s'impose : En effet, nous aimerions ici savoir si les astronautes utilisaient, une perche de plusieurs mètres de long, pour déposer le petit appareil nommé gnomon, On voit en effet, ici, qu'il n'y a aucune trace de pas à ses pieds. Comment a-t-on fait pour mettre en place ce gnomon ? A-t-il, comme pour la jeep vue plus haut, fait un saut quantique dans le Temps ?

    Même topo, pour l'image suivante AS15-85-11500 :


     On voit alors, sur la gauche, apparaître clairement l'empreinte d'un pas du spationaute, mais il n'y a aucune trace de pas, au pied du gnomon. Comment a-t-on fait pour le mettre en place ? A-t-on utilisé aussi, une perche télescopique, jamais montrée au commun des mortels ?

     Même topo pour Apollo 17 pour l'image AS17-146-22365 suivante


      A vous donc d'en tirer, les conclusions qui s'imposent...

     Enfin pour terminer ce très court et sombre survol des manigances de la NASA, voyez aussi, cette incroyable photo d'Apollo 12 : AS12-49-7281 :


et en analysant la visière de plus près, on voit alors :


     Que font là, cette faramineuse lumière, à gauche et aussi, partant d'elle, cette ribambelle de points très lumineux , qui pourraient être des sortes de projecteurs dont, on aurait caché les supports.

     D'ailleurs, si l'on examine l'image du casque, dont l'individu, représente, (on le suppose )Conrad, prenant la photo en question,:


      On voit alors, que ce dernier, semble posséder un objet blanc, dans sa main droite, au lieu de tenir la caméra pour bien la diriger vers Bean, et cadrer normalement la photo. On ne voit pas bien hélas, la camera et surtout ce que fait la main gauche. Des spécialistes en infographie, pourraient certainement, de nos jours, nous en dire plus sur ce reflet de la visière de Bean.

     Et, si ces infographistes démontraient que la main gauche de Conrad, pend simplement le long de son corps, sans toucher à la camera, se serait la preuve presqu'absolue, qu'il s'agit de manipulations photographiques, et d'un montage bidon. Avis aux amateurs.

      Fin de la troisième digression.

       Mais,quittons ce 7 Juillet 2019 , les extravagances d'une Nation pour se faire mousser d'un stupide prestige économique, culturel et surtout militaire, devant les autres nations, pour plonger,très succinctement, dans le côté, mystico-rationaliste, (mot on le sait, que vous ne trouverez dans aucun dictionnaire), du site ARTivision, qui va expliquer des lors, le concept du Temps présent, qui semble étre parfaitement lié, à notre sujet du Bac en question :
"Est-il possible d'échapper au temps ?"

      Nous prions alors, aimablement les puristes philosophes académiques, , de se serrersolidement la ceinture, de leur siège, car il risque d'y avoir pour eux ici, de très sérieuses turbulences.

       Voici en effet, venu le Temps du Grand déballage, où ARTivision, (qui est chacun le sait, un site évoluant dans un contexte Mystico-rationaliste), va sortir son maître joker qui pourrait alors renverser tous les éléments sclérosés du jeu de quilles des bien-pensants blasés du système déaxé actuel...

       En effet, il nous appartient donc ce jour, de présenter, une fois encore, la sublime méditation du Maitre de Findhorn, ce qui va, une fois de plus, faire tiquer de dépit, nos détracteurs zététiques habituels et autres consorts intellectuels plein de confiance dans les directives de leurs égos adorés


     Ce Grand Maitre de Findhorn, évoque ici, d'une part cette notion de vies multiples de l'être humain, mais aussi, d'autre part, il nous invite à vivre au jour le jour, comme nous le préconisait étonnamment, un autre Maître du texte biblique.

    
Tu es dans le monde mais tu n'es pas de ce monde.

Il est inutile de laisser les façons
d'être du monde t'enfoncer
.

Jouis-en mais n'essaye pas de les posséder

et ne leur permets pas de te posséder.

Dans le Nouvel Age, il n'est pas nécessaire
d'être vêtu de hardes et couvert de cendres,

ou d'aller partout en déclarant que tu es un misérable pécheur

et n'es pas digne d'être appelé l' enfant bien-aimé de
La Source .

Cet enseignement appartient aux temps anciens
et il est faux et sans réalité.

Accepte le fait que nous faisons Un
avec Cette Source et qu'elle est en toi .

Sens-toi tiré hors des ténèbres de cet enseignement erroné
vers la lumière glorieuse.

Laisse l'ancien derrière
et laisse-le mourir d'une mort naturelle.

Entre dans Le Nouveau,
renais en Esprit et en Vérité,

et découvre la signification de la vraie liberté.

La Source a besoin de toi libre
et non pas ligoté par toi-même

et par le souci de ta propre personne.
Sois comme un tout petit enfant, libre et joyeux,

et vis dans l'éternel présent
.


***********************

La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 11 Avril, après adaptation d'ARTivision.

      Voilà donc un texte, qui va certainement mettre très mal à l'aise, les bien-pensants affairistes et autres philosophes et consorts fervents adeptes de la prospective technologique débridée.

     Chose très surprenante, ce texte qui ne court pas les rues, comme modèle de "fake news", s'aligne, aussi sur un discours, très peu discuté, dans nos universités et issu dès 1955 de l'ouvrage :


     Le texte de ce livre peut être désormais trouvé alors sur le site :


     Cet ouvrage fut traduit en français seulement 24 ans plus tard en 1979, chez Michel Moutet Editeur sous le titre "A l'intérieur des vaisseaux de l'espace" :


      où l'on touve en effet, page 105 ceci :

     
" - l'homme, n'est pas une manifestation temporaire. Il est une manifestation éternelle. Et ceux de nous qui ont appris cette vérité vivent dans un continuel présent, car c'est toujours le présent... "


     Dur... dur, n'est-ce pas !! cette phrase surprenante pour nos bien-pensants et consorts intellectuels blasés du système et surtout venant d'après eux, d'un gourou de secte, et d'un barman distributeur de hot-dogs et de coca-colas dans sa résidence à Palomar Gardens en Californie... Il est vrai que chacun sait que "quand on veut noyer son chien, on l'accuse de la rage".


     Mieux, pour bien assimiler, ces choses étranges, il est peut-être utile, pour le puriste de rejoindre le site :


, où l'on peut découvrir, ces mots totalement ahurissants :

"Dans la Fédération Galactique de la lumière, il y a une majorité d’extraterrestres humains du système stellaire Pléiadien, de Sirius A, d’Arcturiens, d’Herculiens, d’Andromédiens, d’Alfa Centuriens, d’Ummites, de Procyons, de Centuars Tau, de Lyens et bien plus encore. Les Lyriens sont particulièrement intéressants, car il a été dit qu’ils représentent la race humaine originelle qui s’est développée dans le système Vega. Les autres représentent des colonies humaines développées plus tard, ce que nous sommes aussi... "

     Ce qui est encore plus surprenant, c'est que ce même discours d'Adamki, vu ci-dessus, et axé sur ce concept du Temps présent, est repris, plus de 31 ans après, par Le Maître de Findhorn , et près de 46 ans après par l'entité transcendante Soria tel qu' en page 14, de son premier livre de 2001, on trouve ceci :

 

    " Le passé est dans le présent et le futur l'est aussi. Illusion du temps. il n'y a pas de passé ni de futur; seul existe le moment présent; cette notion va prendre corps et sera assimilée dans les dix ans à venir. D'ici là, les événements futurs viendront du chemin ouvert par vos pensées. La lumière dégagée depuis cinquante ans a aplani beaucoup de difficultés et d'épreuves, et a sauvegardé votre planète."


    Nous ajoutons enfin que cette notion révolutionnaire du temps cosmique semblait être connue du Maître Jésus-Christ, puisque qu'il préconisait ouvertement de "ne pas se préoccuper du lendemain et de vivre au jour le jour", sans doute pour mieux s'ancrer dans l'énergie relevant de la quatrième dimension, ce qui lui permettait évidemment de réaliser ce que nous avons appelé "des miracles", et miracles qu'il avouait, lui même, être à la portée de chacun de nous.

       Rappelons, à toutes fins utiles, que ce Maitre de Findhorn est une pure transfiguration pragmatique d' ARTivision, de l'entité qui s'est exprimée en anglais dés 1986, par l'intermédiaire d Eileen Caddy ( voir le site : Findhorn.html) .

       Revoyons donc aussi ce jour, la méditation, tout aussi sublime, qu'il nous avait faite le 31 Janvier dernier :


Elève ta conscience et découvre que tu es sans âge.
Tu es aussi jeune que le Temps, aussi vieux que l'Éternité.

En vivant pleinement et de manière splendide
dans l'éternel présent
tu es toujours aussi jeune
que le présent.
Tu renais constamment dans l'Esprit et la vérité.

Tu ne peux pas demeurer statique dans cette vie spirituelle;
il y a toujours quelque chose de nouveau
et de passionnant à apprendre et à faire.

La vigilance te garde toujours alerte et jeune.

C'est lorsque le mental devient vieux et ennuyeux

que la vie perd toute son étincelle et tout son zeste.

Si tu n'arrives pas à comprendre une nouvelle vérité avec le mental,
reste calme et élève ta conscience, accorde-toi avec,

l'Intelligence universelle infinie
et sois UN avec ELLE et tu pourras
comprendre toute chose.

Garde ton esprit alerte, et jamais tu ne pourras vieillir.

La fontaine de jouvence est ta conscience
;

la joie de vivre est l'élixir de Vie!



La petite voix : Eileen Caddy Le Souffle d'or (1989).
Méditation pour le 31 Janvier, après adaptation d'ARTivision.

     Rappelons qu'Eileen Caddy, était la cheville ouvrière, de ce que l'on a appelé, les jardins de Findhorn...


     Ce Maitre nous dit d'abord, que nous devont vivre dans "l'éternel Présént" , et il le répète donc, dans beaucoup d'autres textes, ce qui n'est pas habituellement, la façon de vivre des humains de cette Terre, qui pensent avant tout qu'au lendemain, qui selon eux, devrait être meilleur, que le présent. Et, d'après ce Maitre, c'est une grave erreur...

     Mais ce Maître de Findhorm ose aussi nous dire, et là on tombe à renverse que :
"l'être humain vit en ce moment sur Terre, mais qu'il vient d'ailleurs"

      Comme curieusement deux autres sources ( Adamski et La Fédération Galactique de la Lumière) le confirment, ce que nos scientifiques ne tarderont pas à démontrer avec les progrès faits dans l'exploration des images du Passé et dont nous parlerons plus bas, cela prouve une fois de plus que le site ARTivision avait vu juste, il y a près de 20 ans.

      Faisons ici une quatrième digression qui aura peut-être aussi une connexion avec le voyage dans le Temps.. En effet un jour béni, nous avons sorti de nos dossiers, (en cherchant tout autre chose) cette superbe revue d'Octobre 1998, suivante :

:


où nous avons trouvé, à la page 43, cette image d'une statue, où nous avons incrusté volontairement, l'inscription en rouge du bas :


      Mais alors, vu le manque historique de détails sur la provenance de l'entité précédente, le site ARTivision a eu l'audace d'imaginer, que lui et ses confrères, n'étaient pas originaires de la Terre, ou bien, qu'ils étaient des rescapés, il y a des milliers d'années, d'entités géantes, très technologiquement avancées, descendantes, par exemple de l'Atlantide, et qui s'étaient installés suir la Lune, ou ailleurs, après le cataclysme.


       Officiellement et académiquement, on prétend, qu'ils sont issus de la civilisation des Olmèques mexicains, telles que :


        En ce qui concerne la taille de ces géants à traits négroïdes notoires, (et qui étaient considérés comme des Dieux, puisque, l'on a jugé bon de leur ériger de colossales statues), en voilà une, qui est près de Véracruz, et qui pèse dit-on, près de 18 tonnes :



      La question à 1000 €, est désormais de savoir comment des êtres qui vivaient normalement en Afrique, (comme le prétend l'ouvrage "They came before Columbus" présenté plus bas ), sont arrivés là, au Mexique, bien avant le commerce appelé pudiquement " le commerce triangulaire", dit aussi esclavagiste ?

      Mais voici encore une tête, bien caractérisée à droite, de l'image suivante ;


      Mais en voici encore 3 autres :


      Certains détracteurs qui se disent cultivés, (engoncés dans leur fière culture officielle), vont encore se tordre de rire jusqu'à se rouler par terre, lorsque nous allons affirmer que des géants à trait négroides très caractérisés, venaient d'ailleurs d'une contrée lointaine de l'outreespace terrestre..ayant atteint un niveau de civilisation, bien plus évolué que le nôtre actuellement, et donc l'on trouvera obligatoirement, la trace de leur passage sur la Lune, sur Mars ...etc...

      Mais, si ces zélés détracteurs, avaient d'une part, de bonnes lectures, ils se seraient aussi, d'autre part, assurément étouffés de stupéfaction, s'ils avaient eu la grande opportunité, de lire, dans le remarquable ouvrage de 2013, de Mr Guillaume Delaage, tel que :


, ce passage inouï, que l'on découvre aux pages 143-144
:



      Dommage que l'auteur, n'ait pas jugé bon, de nous en dire bien plus, sur cette affaire tout à fait hors-norme d'aviateurs, qu'il évoque si bien, au sujet de nos géants Olmèques en question, et géants dont les traces historiques sont désormais, pour ARTivision, irréfutables.

      Dans l'ouvrage qui suit :


"They came before Columbus"
(ils étaient là avant Christophe Colomb), prétend que les africains se sont rendus en Amérique une centaine d’années avant Colomb.

      On découvre tout cela sur le site :


       Un ami nous disait alors récemment : "L’histoire officielle, a du mal à accepter et à digérer des arguments et preuves qui sont des vérités risquant de troubler l’ordre officiel et prédominant. Mais le Temps des révélations est bien arrivé, et nous en sommes tous les deux de modestes artisans ... "

      Puis, nous avons même aussi reçu notre grande amie belge, cet url qui est le PDF du livre en question :


Où, il est précisé que ces géants à traits négroïdes, sont arrivés près d'un siècle, avant Christophe Colomb, ce qui selon ARTivision, est archi-faux, et nous allons voir pourquoi, plus bas...


      Ce qu'ils oublient de dire, c'est que ces têtes sont casquées et sanglées comme des explorateurs en mission, et même, regardez bien l'oreille droite, et gauche de ces quatre têtes suivantes :

  

    En effet, sur l'oreille gauche des 2 premiers sujets, et l'oreille droite des deux derniers, apparaît nettement branché, une sorte d'appareillage très particulier :


      A quoi cet appareillage, pouvait-il bien servir ? Ces explorateurs connaissaient-ils un moyen d'amplifier et de capter le son à distance ?

      Bien sûr, les archéologues officiels, vous diront que c'est simplement un dispositif pour tenir en place le casque. Point barre...

      Mais, disons aussi que, ce que ces archéologues officiels, éviteront aussi d'expliquer, c'est quelle usine à l'époque, aurait pu fabriquer ces casques aussi sophistiqués, dignes de designers et stylistes, des plus modernes ?

        Voyez-aussi la magnifique ciselure en creux, et coupée à angle droit, réalisée sur le casque de la 2e photo vue, plus haut :


      Mais ce que les pontifes des universités évitent à tout prix d'évoquer, c'est la question de savoir, avec quels outils sophistiqués, ces habiles ouvriers ont-ils pu, si finement, tailler ces blocs faits, d'une pierre très dure ?

       La science actuelle n'a aucune réponse à nous fournir à ce sujet.. (Et c'est pour cela qu'ARTivision, s'intéresse si profondément à cette affaire) , car même avec nos puissantes machines outils et nos ordinateurs modernes, on aurait un mal fou pour réaliser de tels exploits. Comment donc ces extrordinaires ouvriers s'y sont-ils pris ?


      On est certain que ces ouvriers n'avaient pas de burins en acier, et chose bizarre dit-on, ils ne connaissaient pas, la poulie, ni le treuil, ni la roue, et le site ARTivision a démontré que pour la roue...cela est faux... car on a trouvé de petits jouets, ayant des roues, dans certains tombeaux.

      Ce que l'on évite aussi de dire, c'est que l'on a trouvé certaines de ces têtes mexicaines profondément enfouies dans le sol, comme par exemple celles-ci :

    

       Etant donné, le profond enfouissement de ces sculptures, cela démontre, selon nous bien sûr, leur énorme ancienneté, et finalement, c'est le cas de dire ici, que la vérité au sujet de ces géants, sort donc du puits progressivement, comme il en est de même, pour les statues de l'île de Pâques, île, qui a dû faire partie, il y a bien longtemps de la fameuse la Lémurie, si bien évoquée on le sait, par le très grand médium, Edgar CAYCE.

  

      Ces admirables photos sont tirées du site :



       Pour le Webmaster d' ARTivision, nous le répétons avec obstination, ces géants ne pouvaient venir, que d'un ailleurs, bien évolué technologiquement parlant, et d'autre part, comme à notre connaissance bien sûr, on n'a pas encore trouvé de squelettes de ces géants dans le sol mexicain, c'est bien qu'ils sont partis ailleurs... Pourquoi pas sur la Lune, d'où étaient basés leurs ancêtres... et Lune, qu'occupent actuellement d'après Corey Goode, leurs descendants, depuis des lustres.

      Mais lisez donc, ce que le super lanceur d'alerte ( whistleblower en anglais), Corey Goode, nous dit concernant certains habitants actuels de la Lune :

      " ...ont été amenés à croire qu'ils étaient des ET (appelés "Arianni" ou "Aryens", parfois appelés "Nordics") mais qui étaient en fait une civilisation Humaine Ancienne de type "Civilisation de Rupture" de la Terre.....

      Dur.. Dur... n'est-ce pas !!!, et l'on est quasi certain, qu'aucun de nos supers médias télévisuels actuels, n'aurait le courage de lancer un débat à ce sujet...alors que l'on a bien photographié des Pyramides sur la Lune .

  


        Fin de la quatrième digression...

       A suivre...


        Mais, ce 9 Juillet 2019, disons que toute cette affaire d'olmèques mexicains, est sans doute bien plus extraordinaire, que nos meilleurs mentors de la Science-fiction ne sauraient l'imaginer .

      Nous pourrions aussi ce jour, vous parler de cet article très spéculatif de la revue Sciences et Avenir, de Février 1996, qui s'avançait déjà à l'époque avec une grande audace, en prétendant que la Science moderne avait prouvé vite fait, que le voyage dans le Temps allait devenir prochainement une évidence notoire :


  

      Bravo pour les auteurs de cet article, qui pour ARTivision, n'est qu'un moyen agréable de sortir des sentierts battus médiatiques, à l'orée des vacances sociales de 1996.

      Le site ARTivision lui, préfère de loin parler de faits extraordinaires incontournables que chacun peut vérifier textuellement parlant, et, par exemple, puisque le Grand Maitre SaLuSA, en personne (inconnu au régiment de nos pontifes académiques), a parlé plus haut, très exceptionnellement de l'amiral Byrd, demandons à ce dernier lui-même, de nous en dire plus sur le vortex spatio-temporel, qu'il a dit avoir découvert au Pôle Sud de notre planète, ( et on sait, qu'il en a trouvé également un, au Pôle Nord et l'on a déjà vu, pourquoi les médias qui ont pignon sur rue, évitent soigneusement de nous parler de cela )...

      En effet, nous avons la chance inouie, d'être tombés sur une interview historique, de BYRD faite par la chaine américaine NBC en 1955 :

     Et voici quelques images de ce film remarquable :


    

     C'est effectivement le 27 Juillet 2014, que nous avons reçu de notre ami canadien André, la missive suivante :

----- Original Message -----
From: André J.......
To: Fred Idylle
Sent: Sunday, July 27, 2014 7:35 PM
Subject: Admiral Byrd
     Rare interview télé avec ton copain Byrd et espérons que ça pourra être traduit très bientôt.


    Fin de citation .

     Pour ceux qui veulent en savoir plus, prière de consulter aussi les sites :



        Pour les puristes disons que, Richard E. Byrd, est né le 25 Octobre 1888 à Winchester, Virginie, et il est décédé le 11 Mars 1957 (à 68 ans) à Boston...

       On, sait aussi déjà, que l'amiral Richard Evelyn BYRD, fut l'un des amiraux, les plus titrés des USA, et d'après un article de Jean Brun de l'hebdomadaire Nostra du n° 425 de la semaine du 29 Mai au 4 Juin 1980, il fut Grand Chancelier de l'Ordre de la Fayette et de la Croix du Mérite, Secrétaire perpétuel de l'Académie Fédérale de la Marine et des Sciences...

  

       On sait aussi, qu'il a fait des déclarations inouies concernant les zones polaires, qu'il a explorées à diverses reprises, et déclarations que les bien-pensants actuels ont vite traitées de légendes et d'hallucinations freudiennes.


       Nous allons donc ici, démontrer, noir sur blanc, que les paroles de Byrd doivent être épluchées, avec très grande minutie.

     N'étant pas du tout, familiarisé avec l'américain parlé, nous avons demandé à notre très aimable amie Nicole (qui hélas a quitté ce monde en fin 2017), de nous en dire un peu plus sur cette interview de Byrd, tout à fait rare et sans doute exceptionnelle.

     Et voici sa réponse :

----- Original Message -----
From: Nicole
To: fred IDYLLE
Sent: Monday, July 28, 2014 11:48 AM
Subject: Interview Byrd


         Bonjour cher Fred,
       Même quand on parle et comprend couramment l'anglais, il est très difficile de suivre la vidéo, car Byrd n'articule pas bien, sa tête est tournée donc le micro n'est pas bien orienté - ils auraient au moins pu le cadrer un peu mieux - et avale la moitié des mots. Je trouve qu'il a l'air bien fatigué. J'ai bien réécouté la vidéo et effectivement au début, il dit:

"That there is a secret land mass the size of the United States that has NEVER been seen by any human being beyond the South Pole ."

       Vous avez parfaitement compris le début du texte et à part cette phrase d'introduction il n'en dit guère plus, car il enchaine avec des considérations parlant des progrès matériels permettant des explorations plus faciles, grâce à des technologies de pointe et des avions plus puissants etc. Il dit d'autre part qu'il organise en effet une expédition pour établir des bases au Pôle Sud (Little America), et ils reviendront en Avril. Je pense que l'interview doit dater de l'Opération Deep Freeze en 1955-56. En effet, les préparations pour l'Année Géophysique 57-58, ont commencé à partir de Novembre 1955 pour se terminer en Avril 1956....

       ...Cette interview doit venir d'archives d'époque où les Etats n'avaient pas encore complètement essayé d'étouffer l'affaire, ou alors ils ont laissé échapper des documents involontairement (ou pas). Comme on dit: Nobody is perfect, on ne peut pas toujours tout voir, certains détails finissent pas faire surface. Comptons là-dessus.

       On peut quand même remarquer, qu'il ne semble pas en très bonne santé puisqu'il disparaît en 1957... Ensuite il enchaine sur le fait que ce continent inaccessible, est un reservoir gigantesque de ressources minières en particulier charbon, uranium et autres minéraux qui suffiraient à approvisionner le monde moderne pendant très longtemps. Il parle aussi de la ruée mondiale vers le Pôle Nord, qui est plus accessible sans autre commentaire, mais ne manque pas de faire remarquer que le Pole Nord (surface liquide) n'a pas le meme intérêt que le Pôle Sud qui est un continent.

       A mon avis, il n'a pas voulu s'étendre sur sa vraie mission, probablement par prudence de toute évidence. Mais ses paroles sont bien là et ne prêtent pas à contestation. Donc apparemment il veut donner l'impression que ses expéditions n'ont pour seul but que la recherche de matières premières !!. On ne peut certainement pas lui reprocher sa prudence sachant à quoi il s'expose. Mais un fait est certain: cette vidéo apparaît un peu partout, de + en + de gens cherchent la vérité bien cachée mais un jour ou l'autre, elle sera officiellement dévoilée. Beaucoup de monde s'intéresse à la Terre Creuse, et un jour ou l'autre quelqu'un finira par apporter une preuve indubitable. Actuellement les populations mondiales sont sous pression médiatique pour des tas d'évènements montés en épingle sciemment pour occuper le terrain. Ce sont des manœuvres bassement politiques pour noyer le poisson. Si jamais on arrive à démontrer par a+b que la Terre est creuse, vous rendez-vous compte de la révolution qui s'attachera aux dogmes bien établis, car tout le monde va se demander... comment il peut y avoir un noyau solide dans une sphère creuse ? C'est bien là que le bât blesse, toute révélation contestant l'orthodoxie, révolutionnerait le savoir mondial et toutes les données pseudo-scientifiques qu'on nous a inculquées depuis notre enfance, et c'est pourquoi ils sont prêts à tout et freinent des 4 fers, pour empêcher cette révélation qui sonnerait le glas de leurs carrières et de leur crédibilité, donc une affaire de gros sous, car dans ce cas, ils ne pourraient jamais plus exercer.

       Peut-être que votre correspondant pourra vous donner plus de détails. J'apprécie beaucoup la suite de votre article en cours.

       Amicalement


       Fin de citation.


      Remercions donc d'abord ici, mille fois, notre amie Nicole, pour cette magistrale explication, qui s'applique admirablement à un document filmé d'une grande rareté, tout à fait incomparable, et où à l'époque, Byrd, osait encore avouer, l'existence d'une Terre inconnue en plein Pôle Sud :

"That there is a secret land mass the size of the United States that has NEVER been seen by any human being beyond the South Pole .",
, que nous pourrions traduire modestement par :

      "C'est qu'il y a une terre secrète, au-delà du Pôle sud, de l'étendue des USA, qui n'a jamais été observée par un humain quelconque" .

      Vous avez bien noté, nous l'espérons fortement, le "a", de l'expression :

"That there is a secret land mass the size of the United States that has NEVER been seen by any human being beyond the South Pole .".


      C'est donc clair, net, et sans bavure... et, le site ARTivision, s'est efforcé de démontrer cela, dès Septembre 2000. A bon entendeur Salut...


      En attendant la suite, qui est encore plus fantastique, nous invitons les puristes, à bien s'imprégner de l'article suivant, du journal americain "The Leader Post" du 30 Janvier 1947
, paru donc 8 ans avant la célèbre interview de Chaine NBC en question ci-dessus :


       Mais ce 11 Juillet 2019, avant de décortiquer plus avant, les tenants et les aboutissants de l'extraordinaire document précédent, soyons aussi fair-play, en présentant ici, la thèse d'un quidam (qui se croyait, à l'époque bien informé sur les affaires polaires), et thèse qui s'oppose strictement à notre affaire, de vortex spatio-temporel, qui existe à la surface de cette planète, et affaire illustrant à merveille, (nous le pensons vraiment), le sujet du Bac Philo 2019 :

" Est-il possible d'échapper au Temps ?"

       En effet, l'affaire qui nous intéresse est parue hélas, dans l'article dérisoire publié dans le n° 326 de la revue de vulgarisation Ciel&Espace de Juillet 199 .

      Pour l'auteur de cet article, un certain Serge Jodra, sans doute, un astronome officiel qui, du haut de son statut social, croyait devoir fustiger amérement L'affaire de la Terre creuse, en disant qu'elle n'était qu'un fantasme relevant entièrement du mythe, sortes de propos fantaisistes, que justement notre article actuel, remet ici en cause totalement. Voyez vous-même :


     Puis, à la page 68, on trouve ceci :


     Donc, on voit bien que ce Monsieur Serge Jodra, dans cet article tristement mémorable, intitulé "Terre creuse voyage au centre d'un fantasme", met volontairement entre guillemets (en page 68) l'expression "mystère polaire":


et cela signifie, pour lui, qu'il n'y rien de mystérieux au Pôle, sinon un fantasme, comme il le dit si bien, dans son titre. Point Barre...

      Reprenons maintenant, les détails du "THE LEADER POST", du 30 Janvier 1947, déjà présenté plus haut et que nous présentons à nouveau vu son extrême importance :


     Traduisons d'abord très brièvement le titre :

" Byrd annonce ses objectifs pour aller investiguer dans le secret polaire"

      Ah Ah... comme vous le voyez, il y a tout de même un secret à découvrir (contrairement à ce que prétendait le sieur Serge Jodra), dans ces immenses zones glacées extrêmement froides et couvertes de neige à l'infini, n'est-ce pas ?

     Mais, c'est alors maintenant le moment, d'en dire plus sur cet article renversant du "The Leader Post" du 31 du Janvier 1947 :

     Traduisons encore quelques paragraphes, où il y a des phrases soulignées en rouge.

     D'abord tout au début, on trouve " Little America. 31 Jan. Le Vice Amiral Richard E.Byrd a atterri à Little America jeudi, et immédiatement annonça ses objectifs en vue d'un vol à travers le Pôle Sud dans un territoire inexploré, pour déterminer si l'Antarctique est un continent unique ou une masse de deux grandes îles...."


     Quel tissu de sous-entendus, Byrd, nous livre-là ? Il faut savoir lire entre les lignes, bien sûr.

     En effet d'abord, pour savoir si l'immense continent possède des failles profondes (rappelons qu'à certains endroits, il y a près de 4000m d'épaisseur de glace, d'après le dessin en perspective suivant tiré du Paris Match n° 1088 du 14 Mars 1970 :



où l'on voit que l'épaisseur de la glace peut monter jusqu'à 4200m )
, capables de le séparer en diverses portions, il faudrait des centaines d'avions munis de radars puissants, (en 1947, il n'y avait pas encore de satellites artificiels) pouvant sonder sous la glace et de vastes équipes au sol pour baliser le terrain. Donc cette affaire d'îles à déterminer est un énorme bluff pour noyer le poisson, et détourner l'attention des journalistes.

     Puis il y a ceci :"La plus importante découverte géographique qui reste à entreprendre dans ce monde".

     Comment à l'époque (le Traité de l'Antarctique interdisant toute mesure de nature militaire et non pacifique qui a pris effet le 23 Juin 1961, n'était donc pas encore en vigueur), l'exploration de quelques veines apparentes de charbon ou d'autres minerais utiles à l'industrie, pouvait-elle être considérée comme la plus importante découverte géographique ou géologique qui soit ? .

      Voià une expression dont le caractère est tout à fait déboussolant, et phrase, qui a dû, à l'époque faire tomber carrément à la renverse , géographes, géologues et consorts intellectuels affiliés blasés du système académique connu.

     Mais, pour pouvoir analyser, plus avant, le document en question, faisons ici une nouvelle digression d'une grande importance :

      En effet, nous savons maintenant, que l''explorateur Byrd, a effectué au Pôle Sud, de nombreuses expéditions, entre autres en 1929, 1936, 1947, 1956, à la suite desquelles, il a fait, chaque fois, des déclarations insolites...

         Mais lisons avant tout ce super texte de Raymond Bernard, publié en 1971 chez Albin Michel, dans la prestigieuse collection, hélas disparue "Les chemins de l'impossible":


où tous les événements notoires sont clairement présentés, et où l'on parle aussi d'un autre explorateur australien Sir George Hubert Wilkins qui, comme Byrd aurait découvert au-delà du Pôle, une terre totalement inconnue.


         Bien sur nous avons souligné les phrases clefs de cette liste. On y reviendra bien sûr.

        Disons cependant pour les authentiques puristes, qui aiment remonter aux sources véritables d'un document, que cette superbe liste de R. Bernard, est tirée entièrement des pages 13 et 14 du livre de 1959 "Mondes au-delà des pôles", d'un certain Amedeo Giannini, qui prétend que des découvertes inouies, auraient été faites par des explorateurs des zones arctique et antarctique de notre planète :

  


      On doit alors savoir d'abord, que Giannini était un scientifique d'origine italienne, né à Cambridge dans le Massachussets, et ayant fait ses classes dans les écoles de Boston. Et voici donc juxtaposées, une partie des pages en question de ce livre :



      Notre modeste traduction du premier paragraphe donne :

Février 1947 "J'aimerais voir cette terre au-delà du pôle (Nord). Cette région qui est le centre du Grand inconnu".
Vice-amiral Richard E Byrd de la Marine de USA, avant ses 7 heures de vol au-delà du pôle Nord.

     Hélas, nous n'avons trouvé aucune mention dans un journal américain quelconque, de cette expédition de Byrd, au Pôle Nord de 1947 (Mais un extraordinaire journal français du 6 Avril 1973 en parle).

     Si Giannini ne ment pas, cette expédition a dû être Ultra Top-secrète. C'est pour cela, qu'à notre plus grand regret, nous pensons que Giannini, a commis , une grave erreur, et qu'il aurait dû absolument, mentionner la source de cette si surprenante déclaration de Byrd. Cette déclaration venait assurément de certains membres de la Navy, avec quiGiannini, était lié amicalement, et qui lui ont interdi de citer ses sources, ce qui milite bien sûr, pour leur authenticité.

     Voici donc, une des rares photos de ce Giannini :


     Notons en passant, que nous avons parlé longuement de cet Amedeo Giannini dans nos articles suivants :



     Précisons cependant, avant de poursuivre que nous ne souscrivons pas du tout, à la théorie fantasmagorique de Giannini qui, pour expliquer ses découvertes, a élaboré, à l'époque l'incroyable hypothèse qui voulait que la Terre soit collée par les pôles, à un univers parallèle bien réel, et que cet univers serait lui même en relation avec un autre, et que cela se poursuivrait ainsi à l'infini ...Pour lui tout se passe à l'extérieur par une sorte de continuité physique de l'Univers.

     Giannini, n'a à aucun moment imaginé que la Terre pouvait être creuse, et qu'il y avait deux ouvertures aux pôles, permettant d'accéder à son intérieur.

      En essayant de décortiquer cet ouvrage très ardu à lire, il va s'en dire que nous n'avons pas pensé, une seule seconde qu' Amedeo Giannini, ait pu inventer tout cela, avec tant de détails précis, surtout à l'époque, où l'on ne plaisentait pas sur la rigueur morale.

      Mais, il s'avère cependant que les prémices des recherches de Giannini, qui sont à l'origine de son extravagante théorie, sont les mêmes qui s'articulent au départ de la théorie des "ouvertures polaires", et en particulier les déclarations insolites (nous dit Giannini) de Byrd, et aussi et surtout, la découverte extraordinaire faite en 1928 par Sir George Hubert Wilkins, et découverte qui s'attache à l'exploration de l'Antarctique.

     Hélas comme vous le voyez Giannini oublie de citer ses sources. Cela n'avait sans doute pas trop d'importance à l'époque, mais de nos jours c'est indispensable.

      Il ne précise pas du tout par exemple, où l'on peut découvrir la relation de cette incroyable découverte d'une terre au-delà du Pôle Sud, précisément ce 12 Décembre 1928, et c'est toujours ainsi dans son livre, où il parle de cette découverte. Donc si un internaute pouvait découvrir au moins l'entrefilet de l'Agence en question où l'on présente cette information, il aurait presque gagné le Gros lot dans cette affaire.

      Mais il y a mieux mieux. Voici un autre passage en page 53 :



      Laissons aux fervents de la langue de Shakespeare le soin de trouver une traduction acceptable à ce passage plutôt ardu et contentons nous d'en extraire l'essentiel :

" La découverte mémorable, le 12 Décembre 1928, d'une terre jusque là inconnue, au-delà du Pôle Sud, découverte faite par le capitaine Sir George Hubert Wilkins, exige que la science revise la conception qu'elle s'était faite depuis 400 ans du profil sud de la Terre : Dumbrova explorateur russe."

      Mille fois, hélas, encore une fois, ce Giannini, ne nous dit pas dans quel document, il a découvert cette extraordinaire déclaration de l'explorateur russe Dumbrova. En fait, notre grande amie Meriten, le 15 Avril 2009, nous a proposé le fait, qu'il s'agiraît très probablement plutôt, de l'explorateur et médecin romain Constantin DUMBRAVA (1898-1935) qui a monté en 1927, donc bien avant Paul-Emile VICTOR, une expédition roumaine à Angmassalik au Groenland, et qui passa une année chez les Inuit...Il a étudié avec soin la géologie, la flore, la faune, et écrit plusieurs articles qui sont parus en Roumanie, en France et aux Etats-Unis. Il a finalement épousé une américaine et s’est installé à New-York.

     Nous demandons donc, avec une très grande déférence, à tout internaute qui connaît parfaitement le russe et le roumain, de tout faire pour retrouver la trace de la super déclaration précédente, et les écrits de ce Dumbrava. Il n'est pas besoin d'insister ici, sur le caractère très important de cette recherche, car il y va d'une plus grande compréhension de notre planète et même sans doute, de notre système solaire.

     Aux yeux égarés de nos éternels détracteurs, cette découverte faite en Antarctique par Sir George Hubert Wilkins, aurait pu passer pour de la très bonne Science-Fiction, si nous n'avions pas mis la main (aidé par notre bon ami canadien Sébastien), sur l'entrefilet remarquable, qui va suivre et qui confirme tout cela :



Puis surtout:


    Disons alors que SARASOTA, est une ville de la Floride, placée comme l'indique la carte suivante :


    Et voici donc l'entrefilet en question :

     Traduisons, à peu près, le contexte des deux dernières images :

Mardi 31 Décembre 1929 : SARASOTA HERALD : Au Cœur de la Socièté : Téléphone n° 2855 Page 7

Wilkins trouve une terre inconnue.

MONTÉVIDÉO. Uruguay 31 Dec.(AP)

     Les premiers effets des vols au-dessus de l'Antarctique du Capitaine Sir George Hubert Wilkins, furent révélés ici aujourd'hui par des annonces qu'il avait découvert auparavant une terre inconnue dans sa dernière expédition au-dessus de la calotte polaire glacée.

     A cet effet, le service radio gouvernemental annonça la réception d'un message en provenance du Vapeur Melville, qui véhicula l'explorateur jusqu'à l'île de la Déception, qu'il utilise comme tête de pont. Aucun détail ne fut transmis.


      Fin de la traduction.

     Que c'est curieux n'est-ce pas que tout cela !!!... Et que celui, qui a donc bien lu avec attention, ce qui précède, en tire les éclaircissements qui s'imposent, et surtout le désir latent, d'en savoir plus.


       Mais, ce 15 Juillet 2019, avant de pénétrer plus avant dans d'autres déclarations insolites de l'explorateur américain Byrd, parlons donc, un peu plus encore, l'extraordinaire vortex polaire nord, que mentionne si bien cet explorateur, dans dans le journal "Miami Daily News", en date du 25/06/1926, déjà mentionné plus haut, et que nous reprenons ici, étant donnée sa grande importance :

ByrdMiamyDailyNews1926Juin25p7a.jpg

       Disons que cette affaire de vortex polaire largement évoquée plus haut, (et qui laisse de marbre les intellectuels suivistes du système bancal actuel) était connue au moins, dès le milieu du 16e siècle , (bien sûr sans l'affaire la distorsion temporelle, qui nous polarise ici), et pour le démontrer, nous allons encore faire appel, aux internautes qui maitrisent la connaissance du latin, et on va vite voir pourquoi !

        En effet, nous avons découvert, grâce à un très aimable internaute, un document exceptionnel de 1569, qui parle déjà à l'époque de l'existence d'un inconcevable vortex, au Pôle Nord.

     En effet, disons encore bravo à Super Hasard, qui a fait surgir, juste au bon moment, un texte en latin qui nous a fait, tomber carrément, à la renverse .

      C'est en effet, le 03/01/2013, que nous avons reçu, la remarquable missive suivante :

From: Pierre .............
Sent: Thursday, January 03, 2013 5:22 PM
To: fred.idylle@orange.fr
Subject: cartes "oubliées", mais pas par tout le monde...

     Bonjour Fred,

          Je vous présente tous mes voeux de bonne santé et de merveilleuses découvertes pour les jours à venir...

     Je pense que vous avez déjà lu le texte ci-dessous, qui est la traduction du latin d'un "cartouche" sur une carte de Oronce Finae (Relevé sur le site "Top Secrêt")


, où l'on parle du n°27 de la revue "Top Secret d'Oct-Nov. 2006".

     Ce qui m'interpelle le plus, dans le texte ainsi que sur la carte en question ci-jointe, est la présentation du "trou polaire" à une époque à définir où la mer extérieure se serait engouffrée dans l'orifice polaire par quatre grands "fleuves marin" en tourbillonnant vers l'intérieur. et provoquant probablement de formidable vortex d'air entre l'intérieur et l'extérieur en forme de gigantesque sablier rempli d'air tourbillonnant.

     La zone d'exclusion aérienne des pôles doit également trouver une de ses causes ici: De gigantesques turbulences cycloniques!!!

     Les intra-terrestres eux-mêmes, ne peuvent probablement pas dans ces contextes là "sortir" ou "entrer" n'importe quand !

     Même eux, puisque la "respiration", dont vous parlez souvent, change sans cesse les conditions extrêmes de cet endroit si particulier...Il devrait donc y avoir ici aussi des "accalmies" au centre, pendant des transitions d'inversions qui doivent fatalement s'y produire.

     Des cartes très anciennes comme celles-ci seraient toujours utilisées par "l'armée" (laquelle? ou lesquelles?) ainsi que d'autres avec beaucoup plus de détails encore, mais elles, encore "classifiées" très probablement. (Du classifié Préhistorique, c'est pas courant!).

     La carte est très connue des chercheurs, mais je n'en connaissais pas la traduction de la légende en Latin qui n'apparait pas toujours visible sur les reproductions...

     Mais le Temps des Révélations, s'accélère de jour en jour si l'on sait observer...n'est-ce pas vrai?

     Amicalement,

     Pierre.


     Nous avons bien sûr, déjà remercié Pierre, pour sa si efficace contribution, aux recherches plutôt pointues d'ARTivision.

     Nous avons alors, vite retrouvé, le n° 27 de la revue "Top Secret" d'Oct-Nov 2006, de notre ami Roch Saüquere, (et nous avions totalement oublié ce qui suit de ce n° 27), et dont la couverture est ci-dessous, à gauche :

  


     L'image de droite correspond à la page 17 de la revue, où figure un texte extraordinaire d'un lecteur de la revue, placé justement dans la rubrique "Le rendez-vous des lecteurs".

     Mettons aussi en évidence, le texte en latin en cartouche, afin que tout spécialiste du latin, puisse en dire plus, si cela lui plait :


      Et voici, le texte surprenant de l'internaute Pierre C, de l'image de droite ci-dessus et qui comprend:

"Cher Monsieur, en complément de votre numéro Hors Série sur la Terre Creuse,

(note du Webmaster)

     Voici quelques commentaires et réflexions... La carte de Mercator, créée en 1569:

     Il y a trois ans environ, après avoir lu le chapitre I du livre "L'empreinte des Dieux", j'ai recherché d'anciennes cartes où l'on pouvait peut-être voir le trou au pôle. Nous sommes allés, ma compagne Lara et moi-même, à la bibliothèque de Bordeaux et, dans un ancien livre rempli de grandes cartes remontant au Moyen-âge, nous avons trouvé, une carte de Mercator, présentant le trou avec une montagne au centre et quatre fleuves se déversant dans l'Océan Arctique.

     J'ai voulu savoir sur Internet avec un ami si nous pouvions trouver autre chose d'important. Sur un site nous avons pu voir que l'armée utilise d'anciennes cartes du XVIe siècle d'Orance Fine représentant le pôle avec des terres entourant le trou, très détaillées, libres de glace avec montagnes, fleuves, etc...

     Après avoir lu que l'armée utilisait ces anciennes cartes détaillées pour compléter ce que les satellites ne lisent pas sous 1500 mètres de glaces, j'ai découvert que ces cartes se trouvaient à la Bibliothèque Nationale de Paris. Lorsque j'ai voulu les voir, la mention, "top secret" s'est affichée sur l'écran.

     Il faut savoir tout de même que le célèbre géographe du XVIe siècle Mercator, était le disciple d'Orance Fine.

     Voici la traduction du texte latin de la carte :

Sur la description ci-jointe du Pôle Nord :

     Comme notre tableau ne pouvait être étendu jusqu'au pôle et les degrés de latitude se prolongeant indéfiniment, nous avons jugé nécessaire de reprendre ici la fin de notre description et de rattacher tout le reste au pôle. Nous avons choisi la figure qui convenait le mieux avec cette partie du monde et qui était capable de reproduire la situation et l'aspect de ces contrées comme sur une sphère. Pour ce qui est de la description, nous l'avons trouvée dans l'Itinéraire de Jacob Croyen d'Hertogenbosch (Nederland) qui cite certains des hauts faits d'Arthur de Bretagne ; mais pour l'essentiel, il la tient d'un certain prêtre qui vivait chez le roi de Norvège en 1364. Il était descendant, au 4e degré, de ceux qu'Arthur avait envoyés habiter ces îles et rapportait qu'en l'an 1360, un certain mathématicien anglais d'Oxford était venu dans ces îles ; les ayant quittées et étant parti vers des terres plus lointaines, il avait tout décrit et pris les mesures au moyen d'un astrolabe comme nous l'avons trouvé dans Jacob. Il disait que l'eau de 4 détroits était entraînée avec une telle violence vers un tourbillon intérieur que des vaisseaux, une fois engagés, ne pouvaient rebrousser chemin, sous l'effet d'aucun vent ; et que d'autre part, jamais à cet endroit le vent n'était assez fort pour suffire au transport de quantités de blé (?). Giraud de Cambrai donne des indications semblables dans son livre sur les merveilles de l'Irlande. Il écrit en effet : Non loin des îles du côté du Nord, il y a dans la mer une sorte de tourbillon prodigieux vers lequel affluent et se rassemblent de toutes parts, venant de lieux reculés, tous les flots de la mer. Se déversant dans les recoins secrets de la nature, ils sont là comme engloutis dans un abîme ; et si d'aventure un navire vient à passer devant ce gouffre, il est frappé, entraîné avec une si grande violence qu'aussitôt sa puissante voracité l'aspire irrévocablement.


          Pierre C.


     Il nous reste donc à retrouver, les écrits des personnages cités en rouge dans la traduction précédente, car un petit détail important, aurait pu échapper à l'auteur du texte en latin de l'époque. (Merci mille fois à l'internaute passionné qui découvrira ce détail)

     Et dire qu'avant 1972, le Webmaster d'ARTivision, n'avait jamais entendu parler d'aucun tourbillon ou vortex, de cette nature au Pôle Nord. Il n'avait même pas eu vent de cette affaire de mer libre de glace autour du Pôle Nord, telle qu'elle apparaît sur cette extraordinaire photo , (accompagnée de nos commentaires) et déjà présentée plus haut :

  

     Bravo, donc, à ces courageux Mr Pierre C. et sa compagne Lara, d'avoir eu la sompteuse idée, de faire traduire ce texte latin sans doute écrit bien avant 1569...

     N'empêche nous pouvons déjà constater que le message de ce texte latin a dû attendre des siècles, avant que nous puissions en comprendre la portée, et de plus, il a fallu attendre que l'on invente les satellites, pour en confirmer l'exactitude , ce que nous cachent nos gouvernements depuis des lustres...

     Donc on voit que, chaque chose, arrive à point nommé, dans ce monde que certains intellectuels blasés croient être livré, à un hasard purement aléatoire.

     Nous pouvons même affirmer que si certains cosmologistes avaient eu le privilège de connaître ce document de 1569, ils n'auraient pas perdu, leur temps, à écrire des articles insignifiants, comme il en est, de l'article dérisoire du sieur Serge JODRA, publié dans le n° 326 de la revue de vulgarisation Ciel&Espace de Juillet 1997 .

       Mais retournons ce jour maintenant, aux détails du "THE LEADER POST", du 30 Janvier 1947
, déjà présenté plus haut :

    Puis il y a cette déclaration inouïe de Byrd : "I'd like somebody to get into that vast unknown area on the other side of the pôle" : "J'aimerais que quelqu'un pénètre dans cette vaste zone inconnue, située de l'autre côté du Pôle". Ne trouvez-vous pas que cette dernière déclaration, s'apparente énormément à celle que Byrd, aurait dite, en Février 1947 (le jour n'est pas hélas précisé), et concernant le Pôle Nord : "J'aimerais voir cette terre au-delà du Pôle (Nord)...", alors qu'ici il s'agit du Pôle Sud, le 31 janvier 1947 ?

       Plus loin, il y a aussi cette affaire d' inacessibillité que nous avons particulièrement traitée dans notre article :


    Affaire à suivre plus tard.

        Et donc c'est ici encore, le moment de resortir la célèbre réplique du grand acteur français que fut Louis Jouvet, qui nous disait si bien, dans le film de 1937, "Drôle de Drame" de Marcel Carné :

Moi, j'ai dit BIZARRE, BIZARRE ? COMME C'EST ÉTRANGE ...

         Aux spécialistes de résoudre cette énigme saugrenue .

         Mais, ce même jour, et comme le disent parfois les anglo-saxons : "Let us make hay, while the sun shines" (faisons du foin, quand le Soleil brille), voyons alors, dans la foulée, une autre déclaration inouïe, de Byrd faite en 1933, soit 14 ans plus tôt que celle du "The Leader Post" du 30 Janvier 1947
... et juste avant son expédition de 1935, toujours au Pôle Sud, et publiée, dans le journal "Berkeley Daily Gazette" du 7 Septembre 1933 :


    Mais extrayons de cet article, le passage suivant et soulignons encore en rouge les mots qui nous interpellent:


    Traduisons alors grosso modo ce passage :

     " Byrd expliqua :

"Je suis sur le point de tenter d'explorer une terre non répertoriée aussi étendue, que les Etats Unis et le Mexique réunis. "


    Il ajouta qu'il espérait faire 10 fois aussi bien que son vol effectué lors de son précédent vol en Antarctique, quand il partit de sa base au Pôle Sud et qu'il y retourna.

Byrd dit : "Je suis sur le point de tenter cette fois, de voler au-delà du Pôle, car là se trouve une zone non répertoriée. Je crois que, aussi longtemps qu'il existera un aussi vaste territoire inconnu de l'homme sur la face du globe, nous allons devoir l'explorer. Nous allons vivre dans une époque glacière, et chercher un nouveau continent, et dans le même temps nous mettre au service de 10 à 12 branches de la Science."

     Byrd qui a volé au dessus du pôle, 4 ans auparavant, dit qu'il était plein d'espoir en compagnie de ses amis explorateurs de fournir à la science quelques uns des liens manquants dans le déroulement des faits."


    Fin de la traduction.


    
Il nous faut maintenant analyser soigneusement le passage en question, tout en sachant que Byrd était un militaire, et donc qu'il était astreint à une obligation de réserve absolue; surtout en ce qui concerne, ce qui ne pouvait être considéré que comme un Secret d'Etat de la plus haute importance qui soit.

    Comme on le voit, ces expressions de Byrd sont déjà très claires, même si l'on doit parfois, savoir lire entre les lignes. L'expression "et chercher un nouveau continent", nous interpelle bien sûr grandement, mais nous y reviendrons plus tard, car le plus fantastique, nous attend, des lors, au tournant. "

        Finalement ---chose très étrange--- ,  le site ARTivision, pense que les actuels gilets jaunes, en France, et aussi ailleurs, sont les prémices annonçant l'imminence d'un grand déballage cosmique,  de notre Terre, et qu'en fonction  du super document journalistique incontournable, le  (Miamy Daily News du 25 Juin 1926), ces derniers ont donc exactement 93 ans de retard, dans leurs revendications essentielles.   


       
Mais ce 17 Juillet 2019, disons que, nous avons trouvé de très nombreux journaux américains, qui reprennent le 7 Septembre 1933, les mêmes termes au sujet du prochain voyage de Byrd au Pôle Sud, comme le raconte ci-dessus le Berkeley Daily Gazette de l'époque.

    Voici alors par exemple, un autre article venant de la "seconde Section" du "Spokane Daily Chronicle" , issu cette fois, de l'Agence Associated Press, qui est formulé dans le même style, et qui est placé à l'url :



    
On voit alors aussi que , on retrouve les mêmes expressions concernant l'affaire du territoire aussi vaste que les USA et le Mexique réunis, l'affaire du vaste territoire inconnu de l'humain, existant sur la face du globe et nécessitant une investigation, puis encore l'affaire des liens manquants à la science dans le déroulement des faits, et enfin surtout l' affaire clef et très surprenante du "nouveau continent". C'est donc un entrefilet, qui vient confirmer parfaitement le précédent .

     Mais, Super Hasard , le 17/05/2013, a mis encore la barre, à un plus haut niveau, puisqu'il nous a placé sous les yeux, ce qui suit, également en date du 7 Septembre 1933 ( Nous n'étions même pas encore né ) :

     En effet sur le site :

     On trouve alors :


    Traduisons alors, grosso modo, le début :

"L'expédition de Byrd au Pôle Sud, est prëte à partir, par avion, de Boston le 25 Septembre"

L'amiral fait appel aux bons offices du Président.

L'expédition, utilisera deux navires, un personnel élargi, pour partir à la recherche d'un vaste continent et du pôle.

    On voit alors que l'on retrouve ici, le vocable surprenant : "continent", mais certains, pour noyer le poisson, auront vite fait, de dire que là, il ne s'agit que du continent Antarctique. Mais allons plus loin, voulez-vous ...


    "Comme on lui demandait pourquoi il tenait à retourner dans cet Antarctique lugubre, Byrd a répondu " qu'il y a , une zone encore inexplorée aussi vaste que les USA et le Mexique réunis. Aussi longtemps qu'il existera une étendue aussi géante que cela, sur la face de la Terre, dit-il, nous devons nous attacher à la connaître. Il y a aussi le fait que nous devons compléter certains liens manquants relatifs aux problèmes scientifiques en explorant cette contrée qui s'attache à notre ère glacière "

Nous recherchons un nouveau continent .

    Byrd dit : " Nous espérons découvrir un nouveau continent, en plus de celui déjà découvert : afin d'affirmer que les montagnes du Pôle Sud sont dans le prolongement de la Cordillière des Andes; afin de cartographier ce territoire jusqu'à présent inexploré et afin de déterminer si l'actuel terre gelée a été autrefois une terre tropicale comme l'Inde..."


    Là, tout est clair
, Byrd parle bien, d'un nouveau continent, et même, si vous savez lire entre les lignes, ce continent aurait des caractéristiques d'une zone tropicale, car si Byrd parle de l'Inde, dans ces régions ultra-froides et gelées, c'est bien qu'il a trouvé des témoins géologiques et climatiques, qui en attestent la présence.

    Et même le Président des USA de l'époque, T. Roosevelt, renchérit en affirmant qu'il existe bien une immense zone à répertorier d'un nouveau continent, jusqu'à présent inexploré, et s'il ne s'agissait que d'une autre grande étendue extrêmement froide de neige et de glace, il n'aurait jamais utilisé ce langage, n'est-ce pas !!!

    Finalement, on en déduit qu'en 1933, les protagonistes de cette exploration polaire, étaient loin d'imaginer la portée gigantesque, de leurs découvertes dans les régions polaires de notre planète.

       Nous allons maintenant analyser plus avant, l'expression déjà connue telle que :

" there is an aera there still unexplored as big as the United investigate States and Mexico combined."

" Il y a là une région encore inexplorée, aussi grande que les Etats unis et le Mexique réunis "

      Mais, pour mieux comprendre cette affaire concernant les USA et le Mexique réunis, voyez donc les vignettes suivantes, donnant la superficie des USA et du Mexique :

    Voyons alors, les vignettes suivantes, donnant la superficie des USA et du Mexique :

Atlas du Monde chez Hachette 1996 ISBN 2.01.166807.7

     Au total, cela fait en tout pour la superficie de ces deux pays : 9 529 063 + 1 958 201 = 11 487 264 Km2

     Comme on apprend sur le site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Antarctique , que l'Antarctique a une superficie de 14 107 637 km2, on voit alors que : 14 107 637 km2 / 11 487 264 Km2 = 1,2228...

     Autrement dit, compte tenu du vaste territoire de l'Antarctique déjà connu par Byrd, (et aussi occupé par de nombreuses nations), il n'y a pas la place en Antarctique pour un autre continent inconnu, aussi large, que les USA et le Mexique réunis, comme Byrd le dit, dans de nombreux documents semblables, présentés dans d'autres articles.

         Donc, autrement dit, il ne reste pas grand chose dans ce territoire, pour l'Antarctique déjà connu, et si l'on retire encore en plus, les immenses territoires de l'Antarctique, que dès le 23 Juillet 1923, la Grande-Bretagne s'était permise d'annexer sans demander rien à personne, il ne reste donc plus grand chose pour les nombreux autres pays, qui s'étaient aussi installés sur ce continent austral. Voyez-vous même la carte suivante, où nous avons colorié en vert, les territoires en question :

carte tirée des excellents"Grands dossiers de l'illustration : La conquête des pôles" - Nov. 1969.

    Un internaute géographe pourra additionner, les nombreuses surfaces des portions occupées par les diverses nations, et l'on verra vite, que le compte, n'y est pas. Donc pas question d'y découvrir un territoire inconnu aussi vaste que les USA et le Mexique réunis, comme Byrd le dit, dans de nombreux documents semblables, présentés dans d'autres articles.

    D'ailleurs, voici une carte que nous présente aussi le volume 92, n°4 d'Octobre 1947 de la revue The National Géographic Magazine :


    Donc, sans même y ajouter le Mexique, on voit clairement qu'il ne reste vraiment pas grand-chose pour les portions occupées par les diverses nations.

    Mais il y a justement un cas où, en 1955, Byrd, ne parle plus du Mexique, tout en invoquant une surface de 3 millions de milles carrés (soit environ 7 770 000 km²). Voyez donc la fin de l'article suivant :


    Mais où donc Byrd a-t-il pu découvrir ces 7 770 000 km², surtout tout à fait inconnus des humains, et ce qui entraîne le fait clair et net, que le territoire occupé par les autres nations (voir plus haut), se réduit évidemment comme une peau de chagrin ?

    Alors Messieurs les détracteurs zélés irréductibles, vous avez le choix, dans ces deux options :

a) Soit, le vice amiral Byrd de l'époque était tout à fait timbré, et un blagueur fini.

b) Soit, il a bel et bien pénétré à plusieurs reprises dans le vortex polaire sud, (comme il l'avait fait en 1926 dans le vortex polaire Nord, connu on l'a vu plus haut, dès au moins 1569), et vortex, sans doute, spatio-temporels, que nous cachent nos gouvernements depuis des lustres...

    Ces vortex conduisent, quand ils s'ouvrent, à l'intérieur de la Terre creuse, où il y a vraiment un immense continent à découvrir, (Nous avons un document inouï, à voir sous peu, Byrd, l'affirme très péremptoirement), et continent, possédant vies et civilisations, très développées par rapport à nous.

         Il va de soi, que cette affaire dépasse de très loin toutes les petites et mesquines gesticulations politiques, sociales, économiques, culturelles et surtout militaires, des divers pays de cette planète, et elle, nous invite à faire une révision totale et déchirante, concernant la présence primordiale des humains, sur cette Terre, et à prendre dès lors en considération la solidarité générale, qui devrait régner entre les habitants éparpillés, de la couche externe de cette planète...


        Pour bien comprendre ce qui precède, il eut été préférable au citoyen lambda, qui s'interroge sur les mystères de notre planète, de lire d'abord les ouvrages ésotériques suivants, dont on évite soigneusement de parler sur nos plateaux de télé ou de radios, et plateaux, qui aiment pourtant souvent mettre en exergue, des scoops médiatiques insignifiants, en comparaison aux deux sources transcendantes., que nous allons présenter ci-dessous :

          La première source transcendante, nous vient alors des pages 193 et 194, de l'ouvrage extraordinaire intitulé "LE VOYAGE A SHAMBHALLA" par Anne et Daniel Meurois-Givaudan publié en 1986 par les Editions Arista.


    On y trouve alors, ce passage à la fois, très significatif, et poétique en plus :

     " Votre Terre est creuse, vous le savez, creuse comme le sont toutes les planètes du système solaire, aussi creuse qu'une noix sans ses cerneaux .
     Là également, vous attendent les prémices d'un avenir fabuleux ou plutôt d'un présent déjà bouillonnant en vous. Lorsque les sages disent aux hommes de chercher à l'intérieur d'eux mêmes, ils sont dans la vérité à tous les stades de compréhension. La Terre vous suggère en certaines contrées la grande flamme de son cœur. Elle la fait s'élancer vers le cieux comme le lotus flamboyant et tel un baiser d'union avec ce qui est en haut. Cette flamme ou plutôt ces flammes sont les aurores boréales ou australes. C'est la radiation cristalline du soleil intérieur enclos dans le grand être qui nous porte tous et qui jaillit par les pôles. C'est aussi une source vitale éthérique, dont vous ne pouvez avoir idée. L'heure ne se présente pas encore d'éluder pour l'homme la totalité des mystères de l'Agartha et du continent central. Nous refusons de précipiter ce temps pour la sauvegarde de la majorité des consciences immatures. Vos gouvernements s'y refusent aussi , bien que partiellement informés, pour la sauvegarde de leur pouvoir
. "

     Fin de citation


     Autrement dit, si nous comprenons plus avant ce texte incroyable c'est cette radiation cristalline du soleil intérieur qui est vraiment responsable de ces trainées lumineuses flamboyantes (appelées aurores boréales ou australes) qui apparaissent autour des pôles de la Terre.

      Dur.. Dur... n'est-ce pas !!!, et l'on est quasi certain, qu'aucun de nos médias actuels ne pourrait soutenir un tel langage...! Point Barre...

          Notre deuxième source transcendante, nous vient maintenant, du Collectif Soria, formé de 4520 entités cosmiques, et source, qui est pour nous, une révélation extraordinaire soulevant déjà beaucoup d'émotion, même chez ceux qui auraient des affinités dites, mystiques :

     "La thèse retenue par vos scientifiques n'est pas conforme à la réalité. Le centre de la Terre est la demeure d'Êtres hautement évolués qui sont les gardiens des fonctions vitales de la planète, et le siège du grand Être qui gère la maintenance de l'assemblage des particules selon le schéma du Grand Constructeur.

   Votre centre de la Terre est creux et possède son propre Soleil générateur de Vie. Une flore y pousse également et reçoit la vie de milliers d'insectes, d'animaux. Désolée de lever ce voile, mais il faut regarder la vérité dans sa théorie pour la découvrir dans la matière.
  Vous regardez vers les étoiles mais ne connaissez pas la composition de votre Terre. Des portes donnent accès au sous-sol de votre planète.. Naturellement, elles s'ouvriront dès votre allégeance au Soleil Central.
      L'intérieur de votre sphère est aussi beau que son extérieur, on y trouve des vallées, des monts, des lacs, des rivières comme dans votre géophysique externe. Les gardiens de ces portes sont très efficaces et le passage ne sera accordé qu'avec un décret du Soleil Central ... ".

      Fin de citation
        Tiré de la page 112 du livre de Soria "Les grandes Voies du Soleil" , paru au Editions ARIANE en Avril 2001.


       Pour en savoir un petit plus, veuillez SVP, consulter notre très modeste traduction en Avril 2001:


de l'histoire de deux norvégiens Jens et Olaf Jansen de l'ouvrage clef, nommé "The smoky God", publié aux USA en 1908 :

  

ou encore, pour les américains curieux, tiré de la revue "Flying Saucers Review" de Juin 1970, page 35

TheSmokyGodFS1970Juinp35.jpg
       A suivre...

                    Fred IDYLLE


         Article mis en page le 20/06/2019, et revu le 22/06/2019, et revu le 24/06/2019, et revu le 26/06/2019, et revu le 28/06/2019, et revu le 30/06/2019, et revu le 02/07/2019, et revu le 04/07/2019, et revu le 07/07/2019, et revu le 11/07/2019, et revu le 13/07/2019, et revu le 15/07/2019, et revu le 17/07/2019.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil