Consultations pour cet article :

ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu
Pour entendre le fond musical de cette page, prière de cliquer ci-dessous :
fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire un clic droit sur le disque du bas




Quand ARTivision, met carrément , le pied dans le plat au sujet des Aliens qui visitent assurément, notre Terre depuis des lustres... Suite


        Cet article est la suite directe, de la page :

http://www.artivision.fr/LesAliens-en-clair-surARTivision.html

        Mais, ce 31 Janvier 2018, nous allons devoir, hausser une fois de plus, le niveau de cet exposé en présentant l'une des découvertes extraordinaires, d'ARTivision, présentée dès Octobre 2005 sur le Web français, et découverte qui, jusqu'à présent, n'a fait l'objet, d'aucun commentaire des bien-pensants spécialistes, des planètes et de l'espace, de notre Système Solaire...

      Voilà de quoi il s'agit :

      En effet sur le site, très bien fait :

https://speclab.cr.usgs.gov/spacecraft-planetary/cassini-vims/vims1.html

, on découvre, cette photo troublante :


et on voit aussi que


, et donc, on voit que cette photo, aurait été obtenue, par la sonde Cassini, le premier Juillet 2004;

      Si nous analysons de près, le disque blanc très brillant, au pôle sud ( que certains ont qualifié, vite fait, de petit nuage blanc), on voit nettement en-dessous, une sorte de réverbération lumineuse, sur les couches de l'atmosphère de Titan, prouvant ainsi que la lumière du disque blanc, vient de l'intérieur de l'astre :


    Mais, "comme il faut battre le fer pendant qu'il est chaud", voici encore une superbe image de Titan, que nous avons trouvée sur le Web, avec la couleur bleue, qui met bien en relief, le phénomêne en question :


      Disons alors, que la photo précédente vient, chose curieuse de la NASA, en début de Juillet 2004, et dont l'url du site est placé à :

http://saturn.jpl.nasa.gov/search/?searchbox=Titan&category=Images

     On découvre alors ceci, d'abord en noir et blanc :


Et voici alors, un semblant d'explication de la NASA :


     En rouge, on comprend : "Un brillant nuage de particules de méthane apparaît au pôle sud des 3 images."

     Oh là ...nous dit-on, "un nuage de particules de méthane", disons alors que, ce méthane, a dû être chauffé à blanc, et ionisé sous forme de plasma, par un phénomène naturel inconnu, pour nous fournir une luminosité d'une telle intensité, amplifiée magnifiquement par les rayons d'un Soleil, qui, on le sait, est très éloigné de Titan, de près d' 1,5 milliard de km...

      Et...désormais, c'est à vous qu'il appartient, de juger cela, en toute connaissance de cause ..

     Puis, poursuivons maintenant en couleur, notre analyse, où l'on trouve aussi ceci :



     Pas besoin d'être fortiche en anglais, pour découvrir que le laïus en dessous de l'image, ne mentionne plus du tout, le disque blanc apparu ( Bien sûr, on en a déjà parlé ci-dessus, et pour la NASA, pas de bavardage inutile n'est-ce pas !!) . A vous de juger.

     Voyons cela de plus près maintenant, avec des couleurs toujours étonnantes :


     Comme vous l'avez sûrement remarqué, ce qui surprend grandement sur ces premières photos de Titan, c'est toujours le point extrêmement lumineux que l'on aperçoit au bas de la planète, et, vu sa grosseur, ce point correspond en fait, à un disque superbement lumineux gigantesque, d'environ 300 Km de diamètre .

     Isolons alors le globe de couleur bleue, et agrandissons le, quelque peu :



      On revoit ici, très nettement ( bout de la flèche rouge) , la sorte réverbération dejà mentionnée plus haut, prouvant que la luminosité du disque, vient bien de l'intérieur de l'astre .

      Il faut aussi remarquer surtout, que c'est parce que la sonde Cassini Huygens, avait été mise au point par plusieurs nations, dont l'Allemagne, la France, l'Italie..., que ces pays et d'autres, ont eu un accès direct en temps réel,, aux informations de la sonde. Donc la NASA, a été prise de court, et n'a pas eu le temps de nous cacher ce disque extrêmement lumineux, qui est apparu au Pôle Sud de Titan.....

      Nous avons longtemps cherché, dans de nombreuses revues et de multiples journaux, les tenants et les aboutissants de cette affaire de disque brillant au Pôle sud de Titan. Très peu d'explications logiques, nous ont été fournies. C'est ainsi que sur le site :

http://www.astro5000.com/Ephemerides/news.php?doc=cassinihug_1_2004

, on voit cette image :

      et l'on découvre aussi alors, ces propos :

Le 3 juillet 2004 : La surface de Titan :

"La sonde Cassini a pu prendre une photographie de la surface de Titan. Titan étant recouvert d’une atmosphère opaque (photo ci-dessus à gauche) cette image a dû être réalisée par le spectromètre infrarouge de la sonde. Comme tous les spectromètre il lui est impossible de prendre directement une image de la surface, un spectromètre ne photographiant qu’une très étroite bande. Toutefois il est possible de modifier la position de cette bande affin de "scanner" l’objet à observer et donc prendre une image où on voit Titan avec une résolution verticale de 28 pixels (photo de droite). Selon les interprétations actuelles les zones jaunes sont des mers d’hydrocarbures, le vert de la glace, un nuage de méthane blanc est visible en bas."

     Mais voyons aussi, ce que nous dit la revue "Science&vie" n° 1043 d'Août 2004, comme tentative d'explication de ce disque brillant de Titan.


     Vous constatez donc que l'on qualifie, ici encore, avec une assurance notoire, ce disque superbement brillant de Titan de "champ de nuages de méthane", ce qui diffère peu "du petit nuage blanc", que l'on avait soi-disant repéré, sur Neptune en Août 1989, et qui brillait encore plus. (voir plus haut).

     Voila donc encore cette affaire de méthane dont la brillance nous interpelle grandement. Décidément ces scientifiques ont de la suite dans les idées, et savent très bien se passer le mot, dès que possible.

     Notons cependant l'article d'une scientifique astronome à l'Observatoire de Paris et spécialiste de Titan, paru dans le journal "Le Monde" du 10/11/04, et article dont nous avons placé intégralement les importants éléments à :

http://www.artivision.fr/docs/LeMonde101104.html

     De cet article précédent, nous allons extraire surtout la phrase suivante, qui a particulièrement retenu notre attention :

    " Les détails de l'atmosphère font également l'objet de toute l'attention des chercheurs." "Notamment une sorte de nuage " - que l'on appelle ainsi faute de pouvoir mieux le qualifier - qui ressemble à un système météorologique complexe, un vortex tournant autour du pôle Sud de la planète...

    Ceci est donc ce que raconte Mme Coustenis., et voilà donc au moins un fois,le vocable "Vortex", qui apparaît ici, dans cette affaire. Nous notons donc bien, que Mme Athéna Coustenis, dit qu'elle ne sait pas, comment qualifier cette sorte de nuage ( elle évite cependant de parler de sa superbe brillance), que l'on aperçoit au Pôle Sud de Titan...

     Voilà donc, enfin une astronome qui avoue que sur Titan, il y a "une sorte vortex nuageux" tournant au pôle sud de la planète, et vortex, qu'elle qualifie cependant de complexe météorologique. A vous de juger tout cela ...

     Mais ce n'est pas tout, d'autres scientifiques avouent aussi, leur incompréhension notoire du phénomène :

     Ainsi, sur le site suivant, qui hélas a disparu du Web ( merci d'avance à tout internaute qui en retrouvera le nouvel url) :
http://www.aerov.jussieu.fr/themes/APACHE/CVs/Rannou/RANNOU.html

on trouvait alors en 2004 , cette image :



     Et aussi, ces propos surprenants : "Un évènement particulier a été observé en octobre 2004. Le nuage du pôle sud est devenu extrêmement actif (Schaller et al., 2005) et a recouvert toute la région polaire. L'origine du phénomène et sa caractérisation physique sont encore largement inconnus. Il est probable que le "sursaut" de l'albédo de Titan que Griffith et al. (1998) a détecté est en fait un évènement similaire à celui-là.

     Tout est ici, très clair : On ne sait pas du tout de quoi il s'agit...

     Notez bien cependant, la présence du vocable "Griffith", que nous largement évoqué dans le volet précedent. ...

     Cette luminosité inexplicable d'un disque au Pôle sud de Titan, nous place bien bien ici dans le cas où la science "interprète à la va vite, un fait à défaut d'en connaître sa structure véritable"

     Mais, les zélés détracteurs irréductibles, vous diront, que tout cela est trop particulier ici, et nous devons le classer, dans la catégorie des illusions d'optiques, si chères à leurs habituelles explications...

     Ce que ces détracteurs oublient, c'est qu'ARTivision, a toujours d'autres ressources sous-jacentes et pragmatiques, pour appuyer ses dires :

     En effet, le Webmaster, de ce site, a eu l'idée un jour, de se demander, si, au Pôle Nord de Titan, il existe aussi un tel disque lumineux ?

     Hélas, nous sommes d'abord tombés sur cette image du Pôle Nord de cet astre, où subsiste une ombre notoire très génante, comme si l'on tenait à cacher quelque chose, bien que, cela pourrait recevoir, plus tard, une explication toute naturelle :



     Mais, le 14 Janvier 2010, Super Hasard, est venu une fois de plus à notre secours, car en pénétrant occasionnellement, dans le site :

http://saturn.jpl.nasa.gov/photos/?subCategory=10

, à la rubrique concernant Titan ( faire bouger l'ascenseur à côté de GO jusqu'à Titan) , et alors on y découvre dans le tableau n°1 de 12 clichés, cette extraordinaire image :


, avec comme explication en dessous : Reflection of Sunlight off Titan Lake.

     On peut retrouver aussi bien sûr cette photo de Titan, sur le site officiel de la NASA :

http://saturn.jpl.nasa.gov/search/?searchbox=Titan&category=Images

tel que l'on trouve ce montage :


     Vous avez bien lu, nous l'espérons la mention "The cassini spacecraft will look for a glint of sun light reflecting off a methane lake", que nous traduirons grosso modo "la sonde Cassini regardera un reflet d'un rayon du soleil qui s'est réfléchi sur la surface d'un lac de méthane".

      Comme vous le voyez, c'est de la NASA elle-même, qu'est sortie cette fumiste explication, que bien d'autres revues ont reproduite, sans même voir qu'elle était nulle et non avenue...

     Mais, en droite ligne de cette incroyable affaire, présentons aussi ici, le super entrefilet, de la revue bien connue de notre ami Roch Sauquere "TOP SECRET" n° 47, publié en Février 2010. Et pour les puristes, qui aiment partir des sources, voici d'abord la photo de couverture de cette revue :


     Puis, voici l'image de cet entrefilet :


     Et voici maintenant le texte important de cet entrefilet (Les couleurs sont de nous bien sûr):

TITAN.

Un point lumineux récurrent.

      La NASA a dévoilé, samedi 18 Décembre 2009, une incroyable photographie de Titan. On y découvre une forte lueur jaune qui serait selon l'agence le reflet du soleil sur un lac de méthane.

     Ce "reflet spectaculaire" au pôle nord a été photographié par la mission Cassini depuis l'hémisphère nord de cette lune.

     Curieusement, par le passé, la NASA, nous a déjà montré plusieurs photos de Titan montrant déjà la même lumière au pôle Sud. Une première fois la NASA avait parlé de nuages et une autre fois de "tempête tropicale"... Nous vous parlions déjà de cette anomalie dans les news de TOP SECRET N°20, N°30, et aussi dans le Hors Série N°1 page 55-56. Sur certaines images la lumière semblait même jaillir de la planète. Alors ?

     Après nous avoir parlé de nuages de méthane, ou de tempête tropicale, et maintenant de lac de méthane, la question que nous avons envie de poser à la NASA, c'est comment expliquer qu'il y ait toujours ce même "reflet", très brillant, à la même place et d'un même diamètre ? Cette lumière n'est-elle pas plutôt issue de l'intérieur de Titan ? Ce qui nous ramène une nouvelle fois à l'hypothèse des "Planètes creuses"...

Source: http://solarsystem.nasa.gov/multimedia/gallery.cfm?Category=Planets&Object=Sat_Titan

     Fin de l'entrefilet.

      Cette explication officielle, ne tient donc pas du tout debout, pour ce disque polaire nord si brillant ..., surtout si l'on sait, d'après les dires des savants officiels. que le Soleil est très loin de là... et que sa lumière devrait arriver, à bout de souffle à cet endroit .

      Rappelons en effet, à toutes fins utiles ce que nous dit le n° Hors Série de Mars 2008 de la revue Science-Vie, dont voici encore la couverture:




     Nous notons encore que Mr Emmanuel Monnier, précise que le flux de lumière est aux abords de Saturne 900 fois plus faible qu'au voisinage de la Terre. Point Barre...

     Mais il existe aussi un autre fait incontournable qui démolit totalement la thèse délirante, des partisans du disque lumineux nord de Titan, venant d'une réflexion parasite sur d'éventuels lacs inconnus de méthane et consorts, miraculeusement bien placés sur la surface de Titan.

      En effet, disons ce 02 Février 2018, qu dès le 5/07/10, nous avons eu le bénéfice, de découvrir dans une Grande Surface de notre environnement, la revue de vulgarisation scientifique, Science Magazine26 des mois de Mai-Juin-juillet 2010 :


et, notre attention a été encore bien sûr, très retenue, par l'image inouie en question, du Pôle Nord de Titan :


      Extrayons-en alors de cette revue, quelques titres et paragraphes significatifs, que nous transmet un responsable des programmes d'explorations du Système solaire du CNES:


     Et, mettons bien en relief ceci :


     Le fait important à souligner ici est que Titan, a une atmosphère environ, 12 fois plus épaisse, que la nôtre (1200 km au lieu de 100 km).

      Dans les images précédentes, nous avons souligné en rouge les termes qui nous interpellent directement. Ainsi donc, à près de 1,5 milliard de Km, les rayons faiblards de notre Soleil, arrivent à percer sans problème, une atmosphère environ 12 fois plus épaisse, que la nôtre et ensuite, ces rayons ( dont l'incidence d'arrivée joue donc un très grand rôle, presque magique), vont aller se refléter sur les zones sombres lisses (où le radar lui-même n'a pas d'écho), et retraverser cette épaisse atmosphère très dense pour donner ensuite cette source ponctuelle très lumineuse au Pôle Nord de Titan. Même si l'on imaginait que les lacs de méthane en question se trouvaient par magie, sous la forme d'un plasma chauffé à blanc, par une énergie inconnue et providentielle, cela ne marcherait pas à cause de l'épaisseur de l'atmosphère de Titan.

      Donc toute cette explication officielle, ne tient absolument pas du tout debout, d'autant plus que ce spécialiste des programmes d'exploration du Système solaire du CNES,évite soigneusement de comparer cette situation lumineuse insolite du Pôle Nord de Titan, avec celle vue déjà plus haut, encore plus extraordinaire du Pôle Sud de cet astre... .

      Mais nous aimerions aussi que les bien-pensants zélés et zététiques, nous expliquent aussi ce qui suit qui nous vient de 2004...

      En effet, le 16/11/04, nous avons pu avoir sous la main, le "Figaro magazine" du Samedi 13 Nov. 2004, où nous lisons en page 36, ceci :

 

     Nous extrayons alors, du texte précédent, les mots suivants :

" Un spectromètre de masse était aussi de la partie pour analyser les composants de l'atmosphère: elle est constituée d'azote à 90%. Mais on trouve, du méthane, du benzène, du diacéthylène... Près du pôle sud, ces composés forment un vaste tourbillon de nuages blancs. Découverte surprenante les particules nuageuses sont trop grandes pour être faites de méthane..."

     Nous avons vainement cherché ce tourbillon de nuages blancs, au pôle sud de la planète, sur la photo suivante que nous présente aussi la revue :

 


     Ainsi donc, il paraît que ces taches blanches du pôle Sud de Titan, ne sont plus composées de méthane, alors que de nombreuses revues ne parlaient que de cela...Comme les "certitudes", concernant l'espace, se modifient rapidement, ces temps-ci.

     Comparons encore tout cela avec notre fameuse photo bleue de Titan, vue plus haut:

  


      Voici encore une autre photo de Titan tirée du n° 415 du "Ciel&Espace" de Décembre 2004 :


     On apprend alors que, cette belle image de Titan ci-dessus, aurait été captée par Cassini Huygens, le 26 Octobre 2004, en passant à 1176 km de la planète. Cette photo ne semble pas très différente de la prédédente ci-dessus du "Figaro magazine", où la partie droite du globe de Titan brille d'une manière étonnante, pour un astre placé, si loin de notre soleil.

     On ose alors nous dire alors, que cette luminosité remarquable de l'astre , vient aussi de notre soleil, qui fait ainsi briller admirablement, l'atmosphère de Titan.

     A qui fera-t-on croire, que ces deux photos, représentent le même phénomène, sans qu'il y ait eu en Haut Lieu, une manipulation de l'image ? Mr Olivier de Goursac de la Socièté astronomique de France, fait (ici pour la photo de gauche, obtenue par Cassini Huygens, à partir du 26 octobre 2004) allusion, à ce tourbillon de nuages blancs (tourbillon vraiment non perceptible comme vous le voyez) alors que sa collègue Mme Athéna Coustenis, astronome à l'Observatoire de Paris, déjà présentée plus haut, parle elle, pour la photo de droite d'un vortex, tournant au pôle sud de la planète, et vortex qu'elle qualifie cependant de complexe météorologique. En parlant de tourbillon, ce monsieur Olivier de Goursac, ne garde-t-il pas inconsciemment en mémoire, ce vortex de la photo bleue...



qu'il a eu obligatoirement en main, à partir du 4 Juillet 2004 ?

     De plus, la partie droite de l'image de Titan du "Figaro magazine" présente une luminosité remarquable, et Mr Olivier de Goursac, nous dit bien, que c'est alors "notre soleil qui illumine par derrière, l'épaisse atmosphère de Titan". Or d'après ce que l'on a vu plus haut, et que disait Mr Emmanuel Monnier, le flux de lumière, venant de notre Soleil étant 900 fois plus faible, dans cette région, et par conséquent donc, cette lumière, aurait bien du mal à éclairer si manifestement, ce côté deTitan...

     Que celui qui a bien lu tout cela, en tire le bienfait plein d'éclaircissements qui s'impose, et surtout le désir latent d'en savoir plus.

     Mais de plus, il faut savoir que le niveau du secret des gouvernements concernant l'affaire des disques brillants polaires de Titan, et de bien d'autres astres de notre Système Solaire, , est un secret qui est au-dessus de beaucoup d'autres (et même au dessus de celui concernant les ovnis) que l'on pourrait imaginer, et donc tout est fait, pour nous cacher au Plus Haut Niveau, la Vérité sur cette affaire qui concerne, cela va de soi, l'Humanité entière...

     En voulez-vous une preuve flagrante...

      Voyez donc d'abord cet l'entrefilet suivant :


       Gageons alors, qu'il va y avoir quelques grincements stridents, dans le palais buccal de certains observateurs, peu minutieux...

       Mais, en effet ce jour, alors que de nombreux novice ingenus vont s'extasier à la lecture du communiqué précédent , le site ARTivision, lui va démontrer une une fois de plus , noir sur blanc , que cette mission de la sonde Cassini a gardé dans ses arcanes, des secrets incroyables. que nous alons devoir une fois de plus dévoiler ici.

      Mais comme préambule, voici a gardé dans ses arcanes, une digression significative :

      En effet, voyons ce que l'on trouve dans l'ouvrage de Soria, vieux de 16 ans (en 2018), ci-après :

  

     "...Votre isolement commence seulement à se lézarder. Les rayonnements des autres formes de vie pointent leur Lumière (Ombre ou Lumière : attention, tout n'est pas rose au sein des Univers !), et certains de vos gouvernements savent déjà à quoi s'en tenir ! Même s'ils ne vous ont pas révélé ces visites et essaient de vous ridiculiser dans votre approche des autres mondes, il est vrai qu'ils considèrent les habitants de cette Terre comme des retardés mentaux à qui il faut cacher la vérité, de manière à ne pas les affoler. La population terrienne ne jouit pas d'une grande réputation aux yeux des dirigeants! Étrange, votre choix d'être sans cesse rabaissés aux yeux des autres ! Ce miroir vous apprend-il encore quelque chose aujourd'hui ? Ne l'avez-vous pas assez exploité ? Ou avez-vous simplement oublié que vous pouvez exister sans cette reconnaissance aliénante ?...etc... ".

     Extrait des pages 185 et 186 de Voyage tome III aux Editions Ariane, premier trimestre 2002.

Dur.. dur, n'est-ce pas à encaisser que ces propos très amers de Soria . Mais attendez la suite pou mieux comprendre .

     En effet, voyez l'image suivante, devant laquelle des irréductibles détracteurs et leurs consorts intellectuels zélés sont lamentablement restés muets, quand nous l'avons présentée, dans nos nombreux articles. Cette photo assurément trafiquée, du pôle nord de Jupiter, est extraite du n° 266 de la revue Ciel&Espace de Février 1992 :


     Evidemment, ce qui saute aux yeux, encore une fois, c'est cette pastille noire, mais en plus quasiment rectangulaire, placée juste au pôle, et sous laquelle, on voit nettement là encore, fuser des rayonnements lumineux notoires.

     Que fait , cette obscure pastille très géométrique ? Elle n'a rien à voir, ici, bien sûr, avec une limite satellitaire quelconque, souvent mentionnée par ces détracteurs à cours d 'explicationn'est-ce pas !!!. Hélas nous n'avons pas reçu, une seule réponse même vaseuse, depuis des années, des prétendus rationalistes endurcis, concernant cette très étrange photo de Jupiter de la NASA.

. A vous de juger, une fois de plus cette incongruité documents à l'appui..., et incongruité , qui montre clairement, que ceux qui en Haut Lieu, ont sorti une telle photo, nous considérent vraiment comme des débiles mentaux. ,

      Fin dre la disgession.

      Venons-en maintenant, au texte suivant de l'entrefilet de France-Antilles de fin Avril 2017, ci-dessus :

       "Doté de douze instruments, le vaisseau a exécuté avec succès, le 22 Avril, son 127 e , et dernier survol rapproché de Titan, plus grosse lune saturnienne passant à 979 kilométres de la surface et subissant une forte accélération, a indiqué la NASA."

      Seulement voilà, cette entrefilet nous présente cette image d'un vortex notoire, hélas en noir et blanc, alors que cette image devrait être en couleur, dont on ne nous dit, absolument rien.


       S'agit-il de ce vortex très lumineux , qu'ARTivision, a mis en exergue sur son site dès 23/07/04, dans notre article ;

http://www.artivision.fr/Byrdsuiteplus.htm



     Nous attendons toujours depuis cette année 2004, des éclaircissements notables, de ces Messieurs les spécialistes de l'espace.

     Revenons alors à notre entrefilet de France-Antilles, ci-dessus qui affirme que les 127 survols de Titan ont pris fin le 22 Avril 2017...

     On s'étonne donc alors franchement, que dans ces 127 survols, effectués, qu'aucune autre photo, du superbe vortex sud de Titan, n'est apparue dans les sites de la NASA, ni dans les colonnes de la Presse spécialisée, et il en est de même bien sûr pour la très insolite photo du Pôle Nord, de cet astre, justement vue plus haut...

     Que sont donc devenus, ces autres clichés fantastiques des pôles de Titan, qui, on l'a vu, nous interpellent au plus haut point ?

     A vous de juger, une fois de plus, ces anomalies notoires et saugrenues ...

     Mais, ce 4 Février 2018, pour mieux expliquer cette affaire de luminosité éclatante de la partie droite de Titan, présentée dans les revues montrées ci-dessus... ("Figaro magazine" du Samedi 13 Nov. 2004, et du n° 415 du "Ciel&Espace" de Décembre 2004 : )

 

        Nous avons attendu vainement longtemps, que les spécialistes de l'Espace, nous expliquent clairement ce phénomène hors normes, alors que l'on ne l'observe pas sur d'autres planètes comme Mars ou Mercure, bien plus proches du Soleil.

        Avant d'avancer une fantastique explication, à ce phénomène, faisons ici une nouvelle digression :

         Disons alors en effet en passant, que les théories scientifiques ne sont valables, que pendant un temps limité.

     Il n'y a pas en effet, si longtemps avant la découverte de la célèbre formule E=MC² d'Einstein, on admirait la théorie de la contraction du soleil, proposée par le savant allemand, Hermann Ludwig von Helmholtz , qui dès 1854, supposait qu'il y avait transformation de l'énergie de gravitation en énergie thermique, et que le Soleil devait se contracter, par simple effet de l'attraction gravitationnelle vers son centre, et produire ainsi de la chaleur par compression des masses gazeuses.

     Eh bien, on le sait maintenant, cette superbe théorie, n' a vécu que, ( comme le dit si bien le poète François de Malherbe), l'espace d'un "matin".

      Donc tout est relatif dans ce monde, et le domaine de la Science, est lui aussi, fonction du niveau d'évolution de ses chercheurs dans le Temps et l'Espace. Le Vrai, (à un certain degré de connaissance de nos universités), est donc aussi impalpable que le Faux.

      Les lois que l'on applique à un moment donné doivent s'adapter aux découvertes nouvelles, pour s'y intégrer tant soit peu. Les révolutions culturelles sont difficilement acceptées par les mandarins, et des "martyrs", en font souvent les frais. L'histoire de la Science est criblée de cas de cette nature,

     Par exemple, il y a seulement a peine 4 siècles (un temps très infime dans l'existence de la Terre), que La très sinistre Inquisition, a mis à l'index le 5 Mars 1616, le système de Copernic, qui expulsait la planète Terre, hors de sa position privilégiée au centre de l'Univers, et niait ainsile Géocentrisme, prôné par Ptolémée, du 2e siècle après J.C, et dont le principal ouvrage intitulé "l'Amalgeste", restera, pendant près de 14 siècles, le recueil de référence pour les astronomes et des savants. La condamnation dle système de Copernic, fut ainsi rédigée :

" Le Saint-Office considère qu'affirmer que le Soleil est immobile au centre du Monde est absurde, faux, hérétique, et nettement contraire aux Écritures. De même affirmer, que la Terre , n'est pas le centre du Monde, qu'elle n'est pas immobile, et qu'elle tourne sur elle-même, est une opinion absurde et erronée du point de vue théologique."

     On sait maintenant que tous les mots péremptoires prononcés, ci-dessus dans la déclaration du Saint-Office sont archi faux, et ont entraîné hélas, vers le bûcher de nombreux théoriciens qui affirmaient le contraire, Ce fut le cas du lphilosophe et humaniste, Giordano Bruno, qui fut, on le sait aussi, brûlé en l'an de Grâce 1600, par cette la Sinistre Inquisition, pour ses idées tout à fait admises actuellement, mais qui étaient hors normes pour son temps, car il affirmait tout simplement que l'univers était infini, et contenait sans doute des galaxies peuplées comme la nôtre.

    En effet , il n'est pas besoin donc, d'être un docteur en philosophie, pour admettre, que s'il existe dans l'univers des soleils en plus grande quantité, que tous les grains de sable de la Terre, il est fatal qu'il existe encore plus de planètes, tournant autour de ces soleils, et donc qu'il existerait des sœurs jumelles à notre Terre par millions. Or, c'est cela qu'affirmait dès la fin du XVIe, ce Giordano Bruno, mais pour ARTivision, il n'a pu savoir cela, qu'en recevant par exemple, , pendant son sommeil, une information d'un Maitre de la quatrième dimension ou plus.

Photo extraite du n° 16 de la revue "Le Monde Inconnu" de Mars 1981.

, philosophe, théologien, poète, peintre auteur de théatre, imprimeur , astromome , alchimiste... auteur de près d'une centaine d'ouvrages, et il affirmait que la Terre n'était pas du tout le centre du Monde, et qu'en plus l' univers était infini, comme l'infinie puissance divine, et possédait des mondes innombrables, et qu'il n'y avait pas un monde unique et limité, comme l'admettait Saint-Thomas d'Aquin, après Aristote. Pour ces paroles totalement admises actuellement, et d'autres broutilles, il a horriblement été pourchassé, par la Sinistre Inquisition, qui en l'an de grâce 1600, n'a pas hésité à le brûler vif, sur ordre du Saint-office.:

Dessin tiré du n°13 de la revue Maths&malices Sept-Oct 1993

    Ce dessin pourtant admirable est incomplet, car les tortionnaires de l'Inquisition ont en plus, traversé la langue du supplicié d'une tige métallique pour bloquer ses lèvres, et l'empêcher de hurler ses dernières volontés.

     Et ce Giordano Bruno, n'a jamais, à notre connaissance, été réhabilité, ou même canonisé, ce qui n'aurait pratiquement rien coûté, actuellement à l'Église qui l'a brulé.

      A vous de juger, une fois encore tout ce qui précède., et qui nous prouve que, même de nos jours les bien-pensants universitaires, peuvent parfaitement se tromper, quant à la nature de l'énergie qui fait fonctionner notre Soleil...

      . Ce dernier posséde un rayonnement spécifique encore inconnu, , qui agit exactement comme n'étant pas du tout brulant, après avoir pourtant, chauffer sérieusement les molécules de la nourriture présentée dans son intérieur.

      C'est donc ce rayonnement qui crée chaleur et lumière, uniquement à la rencontre de l'atmosphère d'une planète.qui en possède. Dans l'espace Interplanétaire, il fait très froid, car aucune chaleur ne vient du Soleil, pour en adoucir la température. Point à la ligne...

     Nous n'allons pas ici pouvoir re-sortir toute la démonstration qui affirme que notre Soleil n'est pas du tout brulant (ayant en son centre, des milliers de degrès Celsius, comme les bien-pensants scientifiques, nous le présentent.),,

     En effet, si donc le soleil était une boule de feu, émettant chaleur et lumière en direction de la Terre, il devrait faire aussi exploser les comètes, passant dans son environnement, ce qui n'est pas du tout le cas...

     En effet, Il est bon, de savoir qu'en 2011, une comète nommée Lovejoy, a plongé dans le bord solaire, et en est ressortie, intacte, sans exploser, ni même changer de vitesse et de direction. Même topo, pour la grande cométe de Septembre 1882, et qui restera visible, à l'œil nu, jusqu'au mois de Mars 1883. Il y a eu aussi la comète nommée C/1965 S1, plus communément appelée, comète Ikeya-Seki, qui a aussi rasée à 450 000 km, le Soleil, le 21 Octobre 1965, et on dit seulement que son noyau s'est brisé en deux, et qu'elle devient visible en plein jour et présentait une queue s'étendant sur 45° de la surface du ciel.

     Plus près de nous, de très nombreux sites, ont tenté d'expliquer le fait, que la comète ISON, qui a frôlé le Soleil en Novembre 2013, n'ait pas fondu ou explosé, uniquement en mettant en cause la structure et la composition, mal connues de cette comète, qui en fin de compte, ne serait peut-être pas, une jolie "boule de glace et de neige sales ".

     Aucun de ces sites n'a osé mettre en cause, la nature et la constitution de notre Soleil, et c'est justement cela que met en exergue, le site ARTivision, qui n'est pas, on le sait, un site scientifique, mais un site ésotérique, au sens le plus large du terme, et qui possède des documents hors normes et incontournables pour prouver ses dires.

        Voyez donc, par exemple, ce que l'on affirme sur le site (choisi parmi tant d'autres ) :

https://www.sciencesetavenir.fr/espace/non-la-comete-ison-n-est-pas-morte_33905


 

       Allez, voici un petit plus, pour la route du novice ingénu :

     Voici en effet, une photo magnifique de la comète ISON réalisée, le 15 Nov 2013, un peu avant qu'elle aille frôler notre Soleil. (Voir l'url du site L'Express plus bas ):



ou encore juste avant le contour du Soleil :



     Comme cette comète, allait tourner le Jeudi 28 Nov 2013, tout près du soleil ( à environ 1,6 millions de km de son centre):


image tirée du site http://fr.sott.net/article/18171-Pourquoi-la-comete-ISON-n-at-elle-pas-fondu-au-soleil-Comment-la-NASA-et-la-science-officielle-ont-encore-tout-faux

, une très grande proportion de scientifiques a pronostiqué sa disparition totale, car dit-on la température de la couronne solaire, ferait des millions de degrés, et cette cométe devrait être volatilisée.

     Hélas pour ces bien-pensants, la comète a poursuivi son petit bonhomme de chemin, peut-être un peu déplumée. Nous n'avons pas trouvé encore de photos nettes de cela . Nous pouvons cependant présenter ces images où la comète est hélas tronquée (Url site vu juste au-dessus) :


     Sur le site remarquable, dejà vu plus haut juste; au dessus :

http://fr.sott.net/article/18171-Pourquoi-la-comete-ISON-n-at-elle-pas-fondu-au-soleil-Comment-la-NASA-et-la-science-officielle-ont-encore-tout-faux

, on trouve aussi, ce passage à lire avec une attention bien soutenue :


     Très bizarrement les photos de la comête ISON après son passage derrière le Soleil, sont plutôt rares . Disons donc déjà merci, à l'internaute béni, qui en trouvera d'autres que celles présentées ici.

     Mais, plaçons cependant ici, le magnifique schéma suivant trouvé sur le site :

http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/video-mais-qu-est-devenue-la-comete-ison_1303916.html


     Et avec nos indications en plus, on a :



     Ce schéma confirmerait parfaitement ce que dit le site du Monde.fr/ Science :

http://www.lemonde.fr/sciences/video/2013/12/02/la-comete-ison-aurait-survecu-a-sa-rencontre-avec-le-soleil_3523733_1650684.html


où, l'on découvre ceci ; " La comète ISON aurait survécu à sa rencontre avec le Soleil.
     On la supposait morte à la suite de sa rencontre avec le Soleil, jeudi. Pourtant, une nouvelle vidéo mise en ligne par la NASA semble prouver que la comète ISON a repris sa route. Après un quart de tour en orbite autour du centre de notre système, elle apparaît certes rétrécie mais toujours bien présente.
"

         Finalement, la conclusion prosaïque, qu'il faut tirer, de tout cela est :

- Soit les comètes ne sont pas des " boules de glace et de neige sales".

- Soit que l'on doit ce jour, tout revoir, concernant le fonctionnement du Soleil .

        A vous, une fois de plus, de juger tout cela ...

       Pour en savoir, bien plus, sur cet étrange sujet, prière de se reporter à notre article clef :

http://www.artivision.fr/SuperHasard-en-Action.html


       Mais justement, Oh miracle, ce thème est aussi admirablement traité en 8 pages par Mr Thierry Namur par la revue Top Secret n° 95 de Février-Mars 2018, dont voici la couverture, et les deux premières pages 38-39 :




        Mais le novice ingénu très malin, nous dira : "qu'il ne voit pas comment, cette histoire de Titan et celle des comètes bravant, le Soleil, pourraient être liées à l'affaire de Aliens, qui est le sujet de cet exposé?" .

       C'est donc, de cela, que nous parlerons une prochaine fois.

        En effet ce 06 Février 2018, nous allons faire appel à un certain COREY GOODE très grand lanceur d'alerte (en anglais Whistleblower), et dont les révélations incroyables, dépassent de loin le cadre restreint, ayant de faibles moyens, du site ARTivision, et dont cependant les révélations, sont elles, plutôt prosaïques:


Photo tirée de Google

       N'ayant aucun document (Photo, écrit déclassifié ou pas) prouvant les dires de ce Monsieur COREY GOODE, nous avons jusqu'à présent, éviter de parler de ses fracassantes déclarations.

       Cependant, ce jour, tirons du site :

http://stopmensonges.com/bases-multiples-de-la-lune-et-navettes-spatiales-militaires-americaines-comme-programmes-de-couverture/


       " Deuxième partie d'une série de réponses par courriel à des questions et réponses du 14 avril 2015, le dénonciateur du Programme spatial secret, "Corey Goode" (alias GoodETxSG), révèle plus d'informations sur les bases secrètes sur la Lune et les programmes spatiaux militaires classifiés.

       Corey décrit la Lune comme un espace neutre utilisé par divers programmes spatiaux secrets et diverses civilisations extraterrestres, qui ont établi des "zones d'ambassade". Il décrit la Lune comme très similaire à l'Antarctique, qui est utilisée par de nombreuses nations, qui respectent les traités internationaux pour son usage pacifique, même si certaines nations peuvent être ennemies.

       Fait significatif, la description de Corey de la Lune comme zone diplomatique utilisée par de multiples programmes spatiaux et races extraterrestres correspond à celle d'un autre dénonciateur de programmes spatiaux secrets, Randy Cramer (alias Captain Kaye), qui avait révélé ce qui se passait sur la Lune lors d'une entrevue en avril 2014.

       C'est un peu comme à l'Antarctique, il y a ces différentes régions où différents pays et personnes peuvent dire que nous avons obtenu cette région, et nous l'avons obtenue, et tout le monde respecte la revendication ou la région de tout le monde? Que les gens soient amicaux ou hostiles, c'est une sorte de territoire neutre, donc il y a des endroits où ceux qui ne s'entendent pas avec les autres ne peuvent pas être trop éloignés les uns des autres. Mais ils ne s'attaquent pas les uns aux autres... quelle que soit la raison pour laquelle les contrats, les arrangements diplomatiques sont là pour ça"


     Fin de citation


    Mais, concernant justement l'Antarctique, et "comme il faut battre le fer pendant qu'il est chaud", voici, encore une superbe déclaration du sieur Corey Goode, qui confirme tant soit peu, ce qu' ARTivision, a déjà dévoilé au sujet de l'opération High Jump, de l'amiral Byrd des USA.

       En effet sur le site :

http://stopmensonges.com/les-bases-corporatives-sur-mars-et-linfiltration-nazie-du-programme-spatial-secret-americain/


        On découvre ceci :

Q7. Vous avez dit que les nazis ont établi une base sur la Lune, et cela a été construit plus tard sur la création du commandement des opérations lunaires. Quand les nazis ont-ils établi leur base lunaire?

       " Ils avaient tenté à plusieurs reprises de créer une base lunaire qui ne s'était pas très bien passée depuis les années 1930. Ils ont trouvé un bâtiment ancien qui a été construit par des êtres beaucoup plus grands et qu'ils ont pu cimenter et réparer suffisamment pour le pressuriser et l'utiliser comme base temporaire pendant qu'ils construisaient la base souterraine qui avait quelques structures visibles à la surface dont l'une avait la forme d'une croix gammée. (Note du Webmaster : voir les photos suivantes que seuls des spécialistes de la Lune, peuvent authentifier :

Première image dont l'url, est placé tel :



Deuxième image, hélas plutôt floue, est placée à l'url, tel que : :



      Des infographistes curieux et audacieux, devraient pouvoir nous mettre vite fait en 3D, si elles sont authentiques, bien sûr, ces extrordinaires images de croix gammées, mais hélas, on ne voit rien venir de plus saillant... Fin de la note sur les croix gammées)


      Cette base était encore en construction lorsqu'ils ont conclu avec les Américains, au début des années 1950, les accords qui leur donnaient accès à la Puissance industrielle, ce qui leur avait coûté la guerre d'Europe. Ils ont maintenant utilisé cette puissance industrielle ("connue ensuite en tant que "Complexe Militaro-Industriel") en leur faveur et ont construit une base massive qui a coulé sur plusieurs niveaux dans une "forme en cloche" et les structures de surface construites autour des anciennes structures pour devenir ce que nous appelons aujourd'hui le Commandement des Opérations Lunaires (LOC).

Q8. Quel groupe d'extraterrestres aida les nazis dans leur combat avec l'amiral Byrd en 1946/1947 et développa une présence hors du monde?

       Il y a eu l'aide de la Fédération Draco ainsi que d'un groupe que les NAZI ont été amenés à croire qu'ils étaient des ET (appelés "Arianni" ou "Aryens", parfois appelés "Nordics") mais qui étaient en fait une civilisation Humaine Ancienne de type "Civilisation de Rupture" de la Terre qui avait développé un Programme Spatial (appelé "La Flotte d'Argent") et créé de vastes bases sous les montagnes himalayennes (la plus grande au Tibet).

       Le premier vaisseau qu'ils construisirent utilisait des turbines Mercury, et les moteurs électro-gravité furent développés avec l'aide de ce groupe. Encore une fois, les NAZI et à ce jour beaucoup d'humains de la Terre qui sont en contact avec eux et d'autres les croient être des ET (à cause de leurs manipulations) alors qu'ils sont en fait des humains basés sur la Terre issus des anciennes civilisations ayant vécu une "Civilisation de Rupture".

       J'ai fortement évité de parler en profondeur des quelques civilisations terrestres anciennes qui ont des programmes spatiaux et des bases massives sur la Terre, la Lune et ailleurs dans le système Sol et d'autres systèmes Sol. Certains d'entre eux ont été extrêmement trompeurs et ont convaincu certaines personnes qu'ils sont des groupes d'ET qui sont là pour aider l'Humanité....

       Ce qui est encore plus troublant, ce sont ses révélations au sujet d'un programme spatial nazi secret qui est devenu opérationnel pendant la Seconde Guerre mondiale malgré la défaite des puissances de l'Axe. Les nazis, selon Corey, se sont échappés dans des bases secrètes en Amérique du Sud et en Antarctique, où ils ont établi une alliance avec un groupe d'extraterrestres appelés les Reptiliens Draco. Les nazis réussissent alors à vaincre une expédition militaire punitive de l'amiral Byrd appelée Opération Highjump en 1947. Corey dit qu'après une démonstration de supériorité technologique nazie lors du passage de l'OVNI de Washington en 1952, l'administration Truman et Eisenhower ont négocié des accords avec la civilisation dissidente nazie.Les nazis ont ensuite infiltré le système de sécurité nationale des États-Unis d'une manière qui a sapé l'indépendance et l'intégrité de divers programmes spatiaux américains et internationaux, tant civils que militaires. Le travail d'esclave était une pratique majeure dans les industries nazies de la Seconde Guerre mondiale, il semble que cela se poursuit avec les organisations que la civilisation nazie séparatiste a infiltré comme ICC opérations sur Mars.


Michael E. Salla, Ph. D.

       Comme on le voit, ce Monsieur Corey Goode, n'y va pas avec le dos de la cuillère, mais aucune photo, et aucune preuve tangible, ne viennent appuyer ses déclarations.

       Cependant, notons avec une grande satisfaction, que nous avons effectivement parlé de cette affaire du passage de divers ovnis sur Washington en 1952, dans notre article :

http://www.artivision.fr/HommageExceptionnelColetteCyrilLefevre.html


       Cela, en effet est arrivé les 19 et 20 Juillet 1952, au-dessus de la ville de Washington, et est superbement décrit par le site, à visiter évidemment avec une curiosité, très studieuse:

http://scienceetovnis.eklablog.com/le-carrousel-de-washington-p200652

     De ce site, nous extrayons généreusement les images, très parlantes suivantes :

  

.      Donc il y a bien déjà, une vérité sous cette affaire d'ovnis de Washington racontée par Corey Goode: Point Barre

        Le site ARTivision a bien sûr parfaitement montré, dans de nombreux articles, qu'il existe effectivement sur la Lune et sur Mars, ou mêrme ailleurs, la preuve absolue de l'existence de vestiges d'une civilisation avancée, et par exemple, dans notre article suivant :

http://www.artivision.fr/FlashbackJUNG.html


, on peut découvrir ceci (exclusivité d'ARTivision), concernant Mars :

     En effet, dans le numéro 14 Hors-série d'Avril 1974 de la Revue Sciences et Avenir et numéro réalisé par le célèbre et regretté Albert Ducrocq.


    On découvre alors ce paysage, en page 49:


avec la légende : "La chaîne montagneuse, dont on voit ici les crètes bordes Coprates sur le versant sud on discerne les stries dues à des avanlanches de rochers vers le fond du canyon"

     Apparemment, rien de saillant ne semble retenir notre attention dans cette photo. Mais si l'on observe l'ombre de la montagne en bout de la flèche n°1, et que l'on détermine ainsi, la direction des rayons du soleil, on comprend alors qu'au bout de la flèche n° 2, nous n'avons pas affaire à un cratère, mais bien à un dôme parfaitement circulaire. Mais ce dôme semble lui-même, surmonté de structures insolites peu nettes, On dirait un bourrelet de couleur verte :


    Mais voici une autre image encore plus surprenante, en page 53, où l'on peut voir deux autres dômes :


avec la légende : " Dans Tharsis, ce volcan (13°N,91°) portant le n°7 , présente une caldeira irrégulière. On notera la platitude de la bouche et les stries de la paroi dues à un ravinement intérieur après extinction : cette formation se trouve à proximité immédiate de la chaine des grands volcans"

     Comme on le voit aussi ici, le bout de la flèche 2, présente en effet encore un dôme avec des structures insolites tout autour. Mais regardez bien le bout de la flèche 1. On y découvre une sorte de structure carrée sombre. Evidemment les détracteurs nous diront qu'il s'agit d' une illusion d'optique, due au positionnement de la sonde spatiale, qui a pris cette photo.

     Mais voyons cela, de plus près :

  

    Cette sorte de structure carrée donnant l'impression d'être une porte d'entrée d'un souterrain, comme d'ailleurs, nous le montre le dessin voisin qui est tiré du Science&Vie n° 625 d'octobre 1969, d'un article intitulé "Comment on vivra sur la Lune.".

    Donc finalement seul le vrai négatif de la NASA non trafiqué si possible, nous permettrait sans doute de mieux visualiser tout cela. La question qui se pose est donc de savoir comment expliquer la présence de ces dômes en ces lieux, sur Mars? Dans les légendes présentées ci-dessus pour ces photos pas une seule ne parle de dômes. Donc Messieurs les spécialistes, si vous trouvez les originaux de la NASA, ayez la gentilesse de penser à nous...

     Il y aussi, on le sait, cette image déjà vue, au premier volet, ARTivision:


      Cette structure inouie, placée sur le plateau de le Plateau de Cydonia sur Mars , fut obtenue , grâce aux sondes spatiales Vikings 76H593 et 17384, qui l'ont filmée le 31 Juillet 1976.

   Il n'est pas besoin en effet, de sortir de l'école Polytechnique, pour relever le caractère artificiel de cette structure gigantesque placée au centre de la photo et appelée par certains chercheurs, la forteresse, et dont l'épaisseur des "murs", formant deux angles droits, dépasse les 300m. Le voisinage fait aussi apparaître une sorte de "pyramide" dont la hauteur dépasse le km. Bien évidemment, les revues spécialisées qui ont pignon sur rue, évitent soigneusement de parler de tout cela.

    Et on sait maintenant que la NASA, et son complice un certain Michael Malin (et vous verrez que l'on devrait plutôt le nommer, plus diaboliquement parlant, Michael le Malin), ont trafiqué les photos pour en neutraliser les formes non naturelles . Voir pour cela absolument l'article incontournable de la revue Nexus n° 61 de Mars-Avril 2009 :


    Ces protagonistes pervers ont tout fait, pour maquiller sans scrupules cette admirable image, et donc tant que ces Messieurs les sceptiques, qu'ils soient haut placés ou pas dans l'Université, et tous ces médias et autres prétendus astronomes et scientifiques de tout bord, se tairont au sujet de cette "forteresse" sur Mars (ou au sujet de cette structure gigantesque placée sur la face cachée de la Lune, et visible sur le Paris Match du 18 Janvier 1969 ), le site ARTivision, continuera à les pousser dans leurs plus petits retranchements, et les forcer à un jour à parler.

    Voilà une mission très prosaïque, qui n'a rien de magique.

    Les deux sondes Spirit et Opportunity et (d'autres après comme celle nommée Curiosity lancée le 26/11/11 ) qui ont dit-on, été envoyées sur Mars (soi-disant pour y détecter la vie ), ne sont que des leurres, et de la frime, pour faire travailler les chercheurs de la NASA, mais surtout pas pour prouver que la vie a existé sur Mars, car alors, la preuve est déjà là, en la matière de cette "forteresse", dont chaque mur fait, nous l'avons déjà dit plus haut, près de 300 m de large et qui doit faire à vue d'œil au moins 700 m de haut (alors la Tour Eiffel serait vraiment un petit bambin à côté)

     La NASA et ses sbires agissent exactement comme si un extraterrestre voudrait ralentir la découverte de l'existence d'une civilisation développée sur Terre, commencerait pour noyer le poisson, en faisant atterrir son robot au beau milieu d'une zone aride et stérile du Sahara, oubliant volontairement, les villes comme Paris, New York etc...

     Pour en savoir plus, il est utile d'avoir sous la mains entre autres choses, le remarquable fascicule américain publié dès 1988, et intitulé "Unsusual Mars Surface Features" de Vincent DiPietro, Gregory Molenaar, et Dr John Brandendurg, par Mars Resaearch P.O. Box 284 GLENN DALE , MAYLAND 20769 :


, et où l'on découvre la photo claire et nette de la région Cydonia sur Mars :


    C'est à vous qu'il appartient désormais, de juger tout cela, documents à l'appui...

       Bien sûr ce 8 Février 2018, nous pourrions présenter d'autres artefacts très anciens découverts sur Mars, et qui furent assurément construits par des anciennes civilisations, dont parle si bien le sieur Corey Goode tel que :

       " ....mais qui étaient en fait une civilisation Humaine Ancienne de type "Civilisation de Rupture" de la Terre qui avait développé un Programme Spatial (appelé "La Flotte d'Argent") et créé de vastes bases sous les montagnes himalayennes (la plus grande au Tibet)."

      Mais, dans cette affaire scabreuse, voici aussi, le livre que tout chercheur en Astroarchéologie, devrait avoir en sa possession. C'est le remarquable ouvrage de GUY GRUAIS et de GUY MOUNY paru en Avril 1997, et intitulé :"Guiseh, au-delà des grands secrets " :

  

, oú ces auteurs nous font part des recherches qu'ils ont effectuées sur près de 500 clichés de la NASA obtenus par le Service d'Imagerie Planétaire de la Faculté d' Orsay-Sud . Des agrandissements de diverses parties du site de Cydonia Mensaé autour des "pyramides" et du "fameux visage" montrent très nettement des alignements, des formes rectangulaires géantes ressemblant à des ruines anciennes de villes. Nous empruntons avec déférence , à ces auteurs le montage suivant très explicite à ce sujet :



       Et de plus, on y voit même une colline circulaire de 2200 m de diamètre à étages possédant un replat tout rond à mi-hauteur mettant bien en relief une >coupole supérieure, et supportant un gigantesque rectangle de près d'un km de long, et le tout connecté à une sorte de rampe d'accès à bords parfaitement rectilignes de plus de 900 m. Voyez donc l'image  ci-dessous:


      Et tout cela est intégré dans un cadre géométrique où règnent le nombre d'or et les coudées égyptiennes .

      Ce qui est triste, mise à part les éternels détracteurs zélés et zététiques souvent fustigés par le site ARTivision, c'est qu'à cause de ces manigances de la NASA, aucun infographiste qualifié, n'a eu le courage de tenter une reconstitution en 3 D, de ces artefacts martiens pourtant si bien structurés, et en, particulier l'incontournable colline circulaire , déja montrée plus haut, et qui est pour nous absolument artificielle...


       Mais ce jour, (nous l'avons déjà écrit dans le premier volet) , disons encore que comme l'expriment parfois aussi, les anglo-saxons : "Let us make hay, while the sun shines" (faisons du foin, quand le Soleil brille), voici une affaire très ancienne, reliée selon nous aux Aliens ayant visité la Terre, il y a des lustres... et affaire que les bien-pensants de nos universités et de nos écoles préfèrent ignorer largement, pour ne pas contredire les affirmations de leurs mentors et menacer ainsi leur réputation, bien assise dans cette société bancale.

       Mais pour aborder, ce sujet extrèmement sensible, disons que tout commença, quand avons récemment découvert, dans nos vieux dossiers, par le plus grand des harsards ( Hum, Hum!), la revue suivante :


      En feuilletant cette revue, nous sommes tombés en arrêt, à la page 43 suivante, où nous avons incrusté volontairement, l'incription en rouge du bas :


      Certains détracteurs qui se disent cultivés , (engoncés dans leur fière culture officielle), vont encore se tordre de rire jusqu'à se rouler par terre, lorsque nous allons affirmer que des géants à trait négroides très caractérisés, comme encore celui là, placé à droite de la photo suivante :


venaient d'une manière quasi certaine, de l'Atlantide, avant sa disparition totale, il y a près de 12 000 ans.

      Mais ce qu'ils n'ont jamais appris dans leurs Universités, c'est que ces Atlantes avaient atteint un niveau de civilisation, bien plus évolué que le nôtre actuellement et donc l'on trouvera obligatoirement, la trace de leur passage sur la Lune, sur Mars ...etc...

      Mais, si ces zélés détracteurs avaient d'une part, de bonnes lectures, ils se seraient aussi, d'autre part, assurément étouffés de stupéfaction, s'ils avaient eu la grande opportunité, de lire, dans le remarquable ouvrage déjà présenté plus haut :


, ce passage inouï , que l'on découvre aux pages 143-144 ::


      Dommage que l'auteur, n'ait pas jugé bon, de nous en dit plus, sur cette affaire d'aviateurs, qu'il évoque si bien, au sujet de nos géants Olmèques en question, et géants dont les traces historiques sont désormais, pour ARTivision, irréfutables

      Comme on le voit, une fois de plus, le site n'invente rien et, appuye toujours ses dires, sur des documents incontournables...

      Montrons maintenant, que ces géants ( peut-être aviateurs comme le suggère plus haut, Mr Guillaume DELAAGE), sont bien, semble-t-il allés ailleurs, que sur la Terre.

       Mais, ce jour, jetons aussi maintenant, un coup d'œil, sur cette tête olmèque publiée le 2 Février 1947, par le journal américain "The Miami News" :


     On nous parle, du peuple olmèque , sorti tout armé et civilisé, de la préhistoire mexicaine. On sait alors, que ces têtes, qui parait-il mesurent de 1,47 à 3,4 m et pèsent entre 6 et 50 t, ( et, ce que l'on évite soigneusement de dire), ne peuvent qu'avoir appartenu manifestement, de leur vivant, qu'à d'impressionnants géants, comme ceux de l'île de Pâques, et géants, dont aucun savant actuel, ne peut nous dire, d'où ils venaient :

     Le site ARTivision affirme, venaient d'une manière quasi certaine, de l'Atlantide, avant sa disparition totale, il y a près de 12 000 ans.

      Mais, ce que l'on n'apprend pas dans nos Universités et nos lycées, c'est que ces Atlantes, avaient atteint un niveau de civilisation, bien plus évolué que le nôtre actuellement , et que l'on trouvera obligatoirement, la trace de leurs passages sur la Lune, sur Mars ...etc...

      Nombreux sont ces géants qui ont des traits négroïdes prononcés, et qui étaient cependant, considérés, comme des dieux, puisque on a bien voulu, les honorer, par d'édification de ces têtes géantes, de provenance totalement inconnue :

       Nous avons déjà parlé, de ces géants dans divers articles, mais étant donnée l'importance hors normes, de cette affaire extraordinaire, nous allons revenir volontairement sur les images clefs qui s'y imposent.


      Mais voyons aussi ceci :

  

     Allez voici un petit plus, où une une amie sert à donner l'échelle).



      Des noirs considérés comme des Dieux, puisque, l'on a jugé bon de leur ériger de colossales statues, dont certaines pésent près de 18 tonnes, comme celle-ci de Véracruz:


      La question à 1000 € , est désormais de savoir comment des noirs, qui habituellement vivaient en Afrique, sont arrivés là, au Mexique, bien avant le commerce appelé pudiquement " le commerce triangulaire", dit aussi esclavagiste.

      Chez les ethnologues, archéologues et consorts, c'est le silence assourdissant de la pierre tombale. Mieux, pour éviter de contredire ce que l'on enseigne dans les universités, la parade a vite été trouvée : "Ces têtes mexicaines n'ont rien à voir avec les noirs d'Afrique, car il existe aussi des têtes asiatiques, ou autres, et c'est donc une communauté inconnue. "Point Barre....

      Il existe même, un ouvrage entier, qui traite du sujet :


"They came before Columbus" (ils étaient là avant Christophe Colomb), prétend que les africains se sont rendus en Amérique une centaine d’années avant Colomb.

      On découvre tout cela sur le site
https://zafroland.wordpress.com/2013/03/18/qui-a-vraiment-decouvert-les-ameriques-certains-disent-que-des-noirs-etaient-la-avant-colomb/

       Un ami me disait récemment : "L’histoire officielle a du mal à accepter et digérer des arguments et preuves qui sont des vérités risquant de troubler l’ordre officiel et prédominant. Mais le Temps des révélations est bien arrivé; et nous en sommes tous les deux de modestes artisans ... "

Puis, nous avons même aussi reçu notre grande amie belge, cet url qui est le PDF du livre en question :

http://thehouseofsankofa.com/books/Ivan-Van-Sertima-They-Came-Before-Columbu.pdf

Où, il est précisé que ces géants à trais négroïdes, sont arrivés près d'un siècle, avant Christophe Colomb, ce qui est selon ARTivision archi-faux, , et nous allons voir pourquoi plus bas

      Ce qu'ils oublient de dire, c'est que ces têtes sont casquées et sanglées comme des explorateurs en mission, et même, regardez bien l'oreille gauche, de ces deux là :


    En effet, sur l'oreille gauche du sujet, apparaît nettement branché, une sorte d'appareillage très particulier.

>

      A quoi cet appareillage pouvait-il bien servir ? Ces explorateurs connaissaient-ils un moyen d'amplifier et de capter le son à distance ? Bien sûr les archéologues officiels vous diront que c'est simplement un dispositif pour tenir en place le casque . Point barre...

      D'ailleurs, ce que ces archéologues officiels, éviteront aussi d'expliquer, c'est quelle usine à l'époque, aurait pu fabriquer ces casques aussi sophistiqués, dignes de designers les plus modernes ? Leur réponse serait sans doute, comme celle ci-dessous, dans l' image de gauche, qui parle tout bonnement, de l'œuvre, d'habiles artisans précolombiens inconnus :


  


       Mais, si vous voulez en voir plus, analysez donc sur la droite, avec le Dr Smith, cette manifique courbure, d'une autre boule :

       Là non plus, on ne pourra pas nous dire, que se sont des artistes bricoleurs, qui ont réalisé ces boules si parfaites, avec les outils primitifs qui sont supposés, d'après nos universités, exister à l'époque.

      On trouve ces boules bien pleines, parfois au milieu de la jungle, sur de hautes montagnes, dans les deltas des fleuves et elles sont dispersées çà et là . Leur diamètre nous dit-on va de quelques centimètres, à près de 3 mètres.

            Voyez-aussi la magnifique ciselure en creux, et coupée à angle droit, réalisée sur le casque de droite de la photo vue plus haut :

  


      Ce que les pontifes des universités évitent à tout prix d'évoquer, c'est la question de savoir, avec quels outils sophistiqués, ces habiles ouvriers ont-ils pu tailler et si finement ces blocs de pierre très dure. La science actuelle n'a aucune réponse à nous fournir à ce sujet.. (Et c'est pour cela qu'ARTivision, s'intéresse si profondément à cette affaire) , car même avec nos puissantes machines outils et nos ordinateurs modernes, on aurait un mal fou pour réaliser de tels exploits. Comment donc ces extrordinaires ouvriers s'y sont-ils pris ?

On est certain que ces ouvriers n'avaient pas de burins en acier, et chose bizarre dit-on, ils ne connaissaient pas la poulie, ni le treuil, ni la roue, et le site ARTivision a démontré que pour la roue...cela est faux...

      Ce que l'on évite aussi de dire, c'est que l'on a trouvé certaines de ces têtes mexicaines profondément enfouies dans le sol, comme par exemple celles-ci :

    

       Etant donné, le profond enfouissement de ces sculptures, cela démontre, selon nous bien sûr, leur énorme ancienneté, et finalement, c'est le cas de dire ici, que la vérité au sujet de ces géants, sort donc du puits progressivement, comme il en est de même, pour les statues de l'île de Pâques , qui a dû faire partie, il y a bien longtemps de la fameuse la Lémurie, si bien évoquée plus haut, par Edgar CAYCE.

  

      Ces admirables photos sont tirées du site :

http://www.wikistrike.com/article-incroyable-les-statues-de-l-ile-de-paques-deja-mysterieuses-possedent-un-corps-92291792.html


       Nous avons dit plus haut que ces géants venaient de l'Atlantide juste avant 12 000 ans, quand ce légendaire territoire s'est brutalement enfoncé sous les eaux., Mais d'autre part, comme à notre connaissance bien sûr, on n'a pas encore trouvé de squelettes de ces géants dans le sol mexicain, c'est bien qu'ils sont partis ailleurs... Pourquoi pas sur la Lune, d'où étaient basés leurs ancètres... et Lune , qu'occupent actuellement d'après Corey leurs descendants depuis des lustres...Ils auraient même pu s'installer, (où il y a beaucoup de place), par exemple, à l'intérieur de l'extraordinaire astre, qu'est le fameux Titan (5150 km), qui, ont le sait est plus gros que la Lune ( 3 474 km), plus gros que Pluton ( 2280km ), et même que Mercure (4960 km) . C'est une hypothèse bien sûr, qui est aussi plausible, que les inepties que l'on nous a sorties, au sujet de ces géants inconnus, comme aussi on a osé en raconter, au sujet de Miranda, l'impossible satellite d'Uranus, pour éviter absolument de parler des Aliens, qui ont raboté son sol; pour en extraire des minerais . Revoyez vous-même, cher novice, ceci :


      Certaines figures de Miranda, sont en forme d'ovales très allongés et dont les structures évoquent incontestablement des champs de courses de chars romains à la "BEN HUR".Voir l'image, ci-dessous:


, et voici encore l'explication ahurissante et magique de nos scientifiques :

       Miranda serait selon eux : " une planète ressuscitée, c'est à dire qu'elle aurait volé en éclat à la suite d'une violente collision, mais ses morceaux au lieu de se disperser dans l'espace se seraient agglomérés de nouveau pour former dans le désordre, ce puzzle sphérique, que nous avons découvert, montrant à sa surface des "grumeaux" provenant des entrailles de son incarnation intérieure.(sic)"

      Il y a là vraiment, de quoi, se rouler par terre d'hilarité... n'est ce pas !!!. Vraiment comme le dit si bien Soria , dans un de ses ouvrages, on nous prend pour des attardés mentaux très caractérisés...

      Voila donc, Messieurs les grands représentants et programmeurs des Télévisions du monde entier l'image qu'il faut absolument diffuser dans vos programmes spatiaux, car cette image à notre connaissance, n'a jamais été montrée, en encore moins discutée concernant sa structure, sur vos plateaux télévisuels, si nombreux actuellement, comme le montre, ce qui suit :

     


      Peut-être alors aussi Messieurs les Hauts Dirigeants de cette planète, qui êtes très embarrassés avec ces barbares de djihadistes et autres consorts anarchistes révolutionnaires, qui massacrent sur cette Terre, leurs frères de misère, arriverez-vous alors, à les dé-radicaliser, car en voyant l'image hors norme, ci-dessus de Miranda, ils feraient peut-être, leur acte de contrition, en apprenant qu'ils ne sont que des minus minables sur cette planète, par rapport à d'autres êtres, qui la visitent régulièrement sans vouloir nous contacter, et mettre le pied dans notre fourmillière débridée et dérisoire

     A vous de juger tout cela, en connaissance de cause...

      Mais, revenons à nos géants olmèques si surprenants du Mexique...

       C'est alors que Super-Hasard, vient à nouveau de faire des siennes. En effet, notre très bonne amie Nicole, avec qui nous avons pendant si longtemps échangé sur Internet, nos découvertes ésoteriques, a quitté hélas ce monde, à la suite d'une détérioration brutale de sa santé. C'est alors, qu'elle a pu dans le monde parallèle, où elle réside actuellement, contacter certains channels, choisis par les Maîtres, pour faire avancer le Temps des Révélations, qui s'amorce tout naturellement actuellement,

      Voici donc, le message que Nicole, nous a fait parvenir, le 06/02/2018, du channel nommé Channa :

Message 1 de Nicole :

       Je suis heureuse de pouvoir communiquer avec vous comme avec Aurélia

       Vous allez dire à Fred, de ma part, que les Olmèques sont des humains de races différentes et qu'ils n'ont pas tous été très bons avec l'humanité.

       De ce fait, beaucoup de documents ont été annulés par les "Gardiens du Temps" dans les Annales Akashiques, et il n'est pas possible de retrouver beaucoup de documents sur les Olmèques

       Vous devez faire comprendre à Fred qu'il ne trouvera rien de vrai dans tous les textes édités sur Terre, l'histoire Olmèque étant trop ancienne pour qu'il en reste des écrits valables.

       Toutefois, il y a la possibilité des légendes indiennes pour retrouver certains segments de cette histoire.

      Vous devez aller voir dans la mythologie du peuple Assassi, qui est un peuple indien d'Amérique du Nord, qui a été fondé en 20.322 av JC, par les Olmèques.

      Vous avez, là, de quoi intéresser mon ami Fred à qui vous remettrez mon bonjour et mon amitié du Ciel.

       Vous êtes une âme riche en promesses de travail en commun.

Message 2 de Nicole :

       Nicole va lire le texte concernant les Assassi, de l'époque des Olmèques.

       " Moi, chef suprême de la tribu Assassi, je confère le droit de raconter l'histoire de mon peuple à la personne qui est en train d'écrire pour le moment et qui n'a aucune connaissance préalable de notre histoire.

       Mon nom est Viracocha pour les Incas, et Vatomou pour les indiens Assassi.

       Vous devez comprendre que nous sommes une race venue de très loin, des confins de votre univers, il y a des éons, afin de coloniser la Terre, où il y avait alors très peu d'habitants.

       Nous avions subi des guerres terribles et nous étions en recherche d'un havre de paix

       La Terre nous apparut être cet endroit

       Malheureusement, nous avions emporté nos guerres avec nous et les combats continuèrent ici sur Terre.

       La Terre fut divisée en grandes zones ou territoires de combat qui ne sont pas relatés dans vos textes car cela s'est fait en une époque trop lointaine pour vous.

       Vous avez vu les "têtes", qui sont les seuls vestiges actuellement visibles de notre passage sur Terre.Il y a d'autres vestiges, plus impressionnants encore pour vous, mais qui ne sont pas visibles pour vous en ces temps de grands changements. Ces têtes ont été fabriquées d'un seul tenant, par la Symphonie des Sons, qui et une technique employée chez beaucoup de peuples de l'Univers.

      Vous pouvez dire à votre ami Fred que cette technique est facilement montrée aux humains évolués, mais la Terre est actuellement dans un profond malaise, qui ne lui permet pas d'accéder à certaines merveilles de l'Univers, sous peine d'en faire mauvais usage.

      Les têtes ne sont que négroïdes, et ne sont que cela.

      Peu importe la couleur qui est une marque de différenciation bien terrestre, malheureusement.

Nous venons de la Galaxie que vous nommez du Sombrero, à cause de sa forme. Elle est très différente de ce que vous avez pu photographier.

C'est une Galaxie énorme avec une grande quantité de planètes habitables et habitées.

      Mais cela est une autre histoire.

      Vous avez de quoi dire à votre ami Fred.

      Mais je doute qu'il soit satisfait et qu'il vous croit, vu qu'il n'y a rien de tangible à montrer comme preuves à vos lecteurs.

      Fin de citation.


       Alors Messieux les internautes curieux, si vous trouvez au moins une trace, sur le Web ou dans des bibliothèques de la présence de ces améridiens nommés Assassi, alors, vous ne serez pas loin du début d'une merveilleuse découverte...

       Mais, ce 16 Février 2018, nous allons une fois de plus apporter une preuve irrécusable de la présence des Aliens dans le système solaire ( qui peuvent être parfaitement des descendants de terriens, qui ont quitté la Terre, il y près de 20000 ans en raison d'une catastrophe planétaire.)

       Faisons alors maintenant, un court voyage dans le Temps, afin de mieux cadrer notre problème.

       En effet, il n'y a pas si longtemps, alors que nous étions dans notre garage, en compagnie d'un voisin, une forte invitation à lui montrer que dans ce garage, il y avait des documents très rares, nous a fait sortir, d'une boîte en carton bien fermée, la revue qui se trouvait au-dessus d'une pile . Nous avons un peu déchiré le scotch qui encerclait la boîte, et voici la revue qui émergea à notre grand étonnement :


     Comme on le voit, il s'agit de la revue Sciences et Avenir n°153 de Nov. 1959, déjà présentée plus haut.

      Et aux pages 562 et 563, on trouve ce titre très significatif :


     Mais avant de poursuivre notre exposé de ce jour, faisons ici pour les puristes, et autres satisfaits des niaseries de la NASA, une importante digression :

        En effet, il est quasi certain qu'aux USA, il existait aussi de nombreux magazines comme celui-là, ( en particulier le magazine "Sky and Telescope" , paru dès Nov 1941), qui publiaient régulièrement des informations classiques sur notre satellite comme la NASA et ses Sbires continuent à les diffuser, et informations qui s'opposent catégoriquement aux données avancées par les spationautes non officiels, comme George Adamski et Howard Menger...

    Mais, pour être plus explicite, voyons brièvement, ce que l'on nous dit, au sujet de la Lune, dans ce Sciences et Avenir n°153 Nov. 1959 : présenté juste ci-dessus>

Début de citation, page 558 :

Futures visions Lunaires ?

    ....C'est le moment de nous préparer à la première grande révélation astronomique. Ce que des esprits scientifiques pouvaient refuser d'imaginer gratuitement nous devons le regarder bien en face: Que seront les paysages lunaires?
    ...Jusqu'ici, c'est comme par jeu que certains astronomes se sont plus à les concevoir. Sur quels éléments certains pouvaient-ils raisonner ?
    D'abord la nudité du sol est évidente, ni fleuves, ni mers, ni forêts. Pas de nuages. Un monde strictement minéral
.      D'autre part , la certitude de l'absence d'atmosphère. D'où découlaient de nouvelles certitudes : toute érosion aussi bien éolienne que fluviales, est à exclure : la lumière du soleil ne pouvant se diffracter sur les molécules atmosphériques comme elle le fait chez nous, en donnant au ciel son apparence azurée, le ciel est noir , même en plein jour, et les étoiles y scintillent sans cesse; le fait que toute diffraction est impossible mène à comprendre que tout objet est divisé en deux moitiés bien opposées, l'une franchement éclairée l'autre franchement dans l'ombre, sans que des molécules gazeuses donnent un certain moelleux aux ombres portées; enfin, élément décisif pour compléter notre tableau, la lumière est terriblement forte, terriblement crue car les feux du soleil ne sont filtrés par rien.

    ;Fin de citation.
,

     Nous avons, comme à notre habitude, mis en évidence, en rouge, les mots clés à prendre en considération avec attention, dans cette déclaration.

    Nous avons aussi, à part du magazine en question, cet ouvrage qui nous parle de la Lune, dans les mêmes termes. ( Bien sûr, il parle aussi des autres planètes) :

  

     Nous gardons précieusement, avec une certaine nostalgie, cet ouvrage, édité en Octobre 1947, car il nous avait été offert, il y a bien longtemps déjà, à la Distribution des Prix en Terminale. Il résume toutes les connaissances astronautiques et planétaires de l'époque, qui, on le sait, sont contredites par le sieurs Adamski, et aussi Howard Menger, dont nous parlerons plus tard.

     Et voici donc, ce que l'on peut y lire, en page 112 :

     " Chaque monde, chaque projet de voyage porte avec lui une tare principale qui, dominant toutes les autres, représente la difficulté caractéristique à vaincre. Nous avons de nombreuses fois indiqué que l'aéro-astronef ne pourrait être remplacé par l'astronef tripode que le jour où nous aurions trouvé le moyen de résorber l'énorme dégagement de chaleur produit. Et en attendant, l'aéro-astronef ne saurait nous conduire dans un monde sans atmosphère. Or la Lune ne posséde pas d'atmosphère : là est sa première tare. Une autre, non moins sérieuse, c'est la trop longue durée des jours et des nuits.

     Quant au spectacle du monde lunaire, il a mille fois été imaginé. Donc, ici encore, inutile de nous attarder. Ni air, ni eau, ni la moindre trace d'une vapeur quelconque : ce ne sont vraiment pas des pespectives de villégiature bien souriantes. La Lune est, de plus, le royaume de l'éternel silence par suite du manque d'agent transmetteur des sons. Un panorama curieux sera certes celui d'un ciel tout noir dans lequel le disque solaire apparaîtra sans rayons et où les étoiles et la Terre seront visibles en plein jour....Etc...
.

     Un grand merci donc à l'internaute qui nous découvrira, le nom d'un ouvrage américain, qui dans le début les années 50, nous parlait du système solaire de manière semblable.

     Fin de la digression

      Mais revenons à notre n°153 de "Sciences et Avenir" de Septembre 1959:

     En page 564, on découvre, une superbe photo du cratère Copernic dit officiellement cratère d'inpact:


      Les scientifiques et consorts astronomes affiliés, prétendent que ce cratère, est le type flagrant du cratère météoritique, dont le complexe de rayures blanches en étoile, est produit par des projections de matière expulsée du sol, lors de l'impact du météore. Le site ARTivision, donne une tout autre explication à ce phénomène, et nous présentons ici a contrario, cette image très incroyable du cratère du Valhalla, dont le diamètre est d'environ 1500 km ( Donc plus large que la France nord-sud), et photo extraite d'un satellite de Jupiter, nommé Callisto :


     Cette image nous vient de la revue"Pour La Science N° 270 d'Avril 2000", qui affirme que ce ce cratère est un cratère d'impact, c'est à dire un cratère météoritique. Pour ARTivision, ce cratère est phénoménal, car il possède des formes géométriques classiques et des angles droits à profusion.

      Il suffit alors de regarder attentivement le bout de la flèche rouge, pour y découvrir une sorte d'incroyable hexagone régulier, qui s'érige à l'intérieur du cratère, qui est lui-même d'une blancheur extraordinaire.

      D'autre part, pas besoin non plus, de sortir de Polytechnique, pour deviner que l'image en bas à droite, ayant grossièrement la forme d'une croix de Malte :


n'a elle, aucune chance, de provenir de choc météoritique, tant elle est bizarrement structurée et aussi d'une blancheur inouïe.

     , les médias ayant pignon sur rue, qui devraient bondir de satisfaction sur ce scoop d'ARTivision, publié dès la mi-septembre 2003, sont restés aussi silencieux qu'une pierre tombale... Et les infographistes qui croient être malins, et toujours prêts à inventer des images bidonnées, ont , fourré carrément la tête sous le sable exactement comme ceci :


     Et ils ont loupé lamentablement le coche, comme beaucoup d'autres quidams, et coche, qu'ARTivision, avait justement conduit devant leur porte.

     Voyons maintenant de plus près cette affaire du fameux cratère Copernic :

  

     L'image de gauche est tirée de la page 564 du Sciences et Avenir n°153 de Nov. 1959, (déjà présenté plus haut) qui hélas ne spécifie pas clairement de quel télescope est tirée cette image, mais l'image de droite est tirée du fameux Science&Vie d'Avril 1964 ( que tout astroarchéologue de vrait avoir dans sa bibliothèque et l'on va vite ci-dessous découvrir pourquoi ! ) . Cette revue elle, nous précise bien que la photo du cratère Copernic en question , fut aussi prise, par l'observatoire du Mont Wilson en Californie, observatoire très cher à notre site. Notons cependant l'image de droite semble être la même que celle de gauche, qui est plus agrandie sur les bords :

     Mais pour le novice qui decouvre à peine le site ARTivision, et pour le bienheureux qui le verrait dans une brocante, voici la première couvertue de cet incontournable Science&Vie d'Avril 1964:


     Pour le puriste qui aime à rechercher, la source d'un document, disons que dans ce n° 559 dans la rubrique L'UNIVERS, figure un article incroyable pour l'époque, jamais repris ensuite dans ce magazine, et intitulé : "Des lueurs étranges sur la Lune", Voici donc comment se présente le début de cet important article :


       Pour en savoir davantage sur cet article, prière de consulter notre Article :

http://www.artivision.fr/FlashbackJUNG.html


Cependant Il nous importe de présenter ici ce passage inouï de cet article, dont le thème n'a jamais plus été évoqué dans la revue en question :

     Rien enfin n'empêche, d'imagininer - mais ici nous tombons quelque peu dans la science-fiction que les taches brillantes apparues aient eu une origine artificielle, témoignant de l'activité d'êtres intelligents à la surface de la Lune.

      La vie n'a certainement pas pu se dévélopper sur notre satellite, mais si une expédition d'astronautes extraterrestres venus des espaces intersidéraux explorait le système solaire , on peut supposer que ces astronautes établieraient une base sur la Lune, ne serait-ce que dans le but d'étudiier la terre à faible distance sans être repérés. Dans un récent article sur les voyages intersidéraux publié dans la revue Planetary and Space Science, le très serieux astrophysicien américain Carl Sagan a froidement envisagé une telle possibilité, qui soulève cependant encore les plus grandes réserves chez la plus part des astronomes...

     Comme on le voit, l'exploration de la Lune, nous réservera sans doute bien des surprises...
"


     Fin de l'extrait.

     Inutile de preciser ici que cette sublime hypothèse, a été totalement assimillé dès Juillet 1997 , par le site ARTivision qui régulièrement découvre des preuves incontournables de sa validité.

     Mais pendant que nous parlons de ces cratères, que l'on dit météoritiques, ayant "des projections radiales de poussière", comme Copernic, voici aussi, par exemple, le cratère Tycho, de 85 km de diamètre et qui possède aussi ces rayures centrales :

  

     Pour expliquer ce phénomène extraordinaire, le site ARTivision, affirme que ce phénomène, n'a rien à voir, avec l'éclaboussement radial causé au sol, par la chute d'une grosse météorite...

En effet voici les deux premieres pages, de l'ouvrage très scientifique publié chez l'Editeur D. Reidel Publication à Dordrecht, en 1969, du grand astronome et mathématicien tchèque Zdenek KOPAL, qui vivait alors en Angleterre:


et, pour ceux qui lisent bien l'anglais, il y a dans cet ouvrage à la page 251, une sublime comparaison, à la même échelle, du cratère Copernic, à deux époques différentes, et avec deux télescopes du moment. A vous de juger, les différences et d'en déduire, les raisons :


Nous avons surtout souligné en rouge que la photo de droite vient de l'Observatoire français du Pic du Miidi .Le mot récent pourrait signifier une date entre 1967 et 1968.

     Mais analysons plus en détail cette image du Pic du Midi :


analysons maintenant la structure bizarre placée à l'intérieur du cercle :


      Et voici encore mieux :


    N'empêche, qu'il faut vraiment, vouloir imiter l'autruche, pour dire, que ceci qui suit, est tout à fait naturel :

     Si l'on sait que ce cratère Copernic mesure environ 93km, un calcul élémentaire donne pour la largeur de l'engin excavateur, près de 12,4 km, que nous arrondissons volontier, à cause de l'imprécision de nos mesures à : 12 km. Comment donc il se fait, qu' un engin de près de 12 km, est passé totalement inaperçu dans les colonnes des revues d'astronomie et consorts analogues, jusqu'à la sortie du remarquable ouvrage du très grand chercheur et ami Alfred NAHON (hélas décédé en 1990) : "La Lune et ses défis à la Science ", paru en 1973 aux Editions Mont-Blanc en Suisse.

  

       Que c'est troublant, tout cela !!! A vous de juger, documents à l'appui...


     Bien sûr, aucune autre photo moderne de Copernic, ne nous présente ce super engin excavateur, et nous formulons ici, le grand espoir qu'un courageux infographiste, pourra enfin, nous mettre en 3 D, cette super-structure, tout à fait hors normes.

     Cependant dans le n°153 de "Sciences et Avenir" de Septembre 1959 que nous remontrons ici étant donnée son importance :


     , on trouve à la page 565, cette image :


     Cette photo ci-dessus, du Sciences et Avenir, n'est pas hélas référencée et pourrait elle aussi, venir du Télescope du Mont Wilson en Californie. Merci mille fois à l'internaute qui en déterminera la date de sortie.

     Cependant, il semblerait que l'on y voit bien de manière très floue le Truc de Copernic, vu plus haut, mais totalement déformé :


     Le site ARTivision, pense alors que puisque la la NASA a été créée en fin, Juillet 1958, et que la photo du Pic du Midi, serait sortie autour de l'année 1968, donc 10 ans plus tard, il y aurait donc une magouille quelque part, à un certain niveau . Aux spécialistes de l'espace, de nous en dire plus...

      Il faut savoir aussi, que nous avons écrit le 19 Janvier 2018, à l'Observatoire Midi-Pyrénées,, en passant par l'adresse : yves.meyerfeld@aero.obs-mip.fr, afin simplement de savoir, quelle est, la date exacte de la sortie de la photo suivante :


photo présentée en 1969, dans l'ouvrage très sérieux, bourré de formules mathématiques, de l'astronome Zdenek KOPAL Jusqu'a présent nous n'avons reçu aucune réponse . La courtoisie, n'est donc pas le point fort de cet organisme. Mais le Temps des Révélations saura mettre au pas, ceux qui croient à tort, être sortis de cuisse de Jupiter. Point Barre...

       Mais revenons alors à notre cratère Tycho, dejà présenté plus haut, que l'on dit météoritiques, ayant "des projections radiales de poussière", comme Copernic.

  

     Mais, nous avons vu juste au dessus,comment un engin indiscutablement non naturel, était entrain de "raboter" la partie droite du cratère Copernic. Nous en déduisons que cet engin évolue t sans roues et fonctionne de manière antigravitationnelle avec des énergies inconnues de nous, pour extraire du sol du cratère, des minéraux utiles aux occupants de la Lune. ( En parlant d'energies inconnues, ce n'est pas pour nous, une figure de style , car concernant le super lanceur l'alerte Corey GOODE, on a bien écrit sur la page :



à la fin d'un paragaphe : " Ses réponses expliquent en détail comment les activités secrètes des programmes spatiaux aux États Unis..et ailleurs dans le monde, ont été cooptées par des forces et des institutions peu scrupuleuses qui privent l'humanité des bienfaits des secrets technologiquement acquis au cours du siècle dernier " )


       Nous pensons alors que la poussière lunaire, peut donc s'y coller progressivement, et surtout s'y détacher en fonction des directions rectilignes empruntées pour le transport de ces minéraux. Cela est à l'origine de la blancheur du cratère, et surtout c'est la raison des fameuses rayures blanchâtres, pas toujours concentriques qui s'étalent autour du cratère : Voyez donc l'image suivante de Tycho, avec une rayure bien décalée, passant loin du centre du cratère :


     Rappelons que le cratère Tycho, a près de 85 km de diamètre, et cela fait que le décalage observé de la rayure, est donc très significatif , et ne peut être, selon nous, une projection venant du point de chute, d'un météore quelconque.

       Voici donc l' explication hors normes que propose ARTivision, au sujet de ces rainures blanchâtres visibles autour de certains cratères.

     Si vous avez une meilleure explication du phénomène, soyez assez aimable de nous l'envoyer, afin que nous puissions la publier, dès réception....

     Mais revenons à notre affaire du cratère Copernic...

       Mais voici encore un petit plus, que l'on peut tirer de l'image déja vue plus haut, de la page 584, du n° 153 de Nov. 1959 de la revue Sciences et Avenir :


     En agrandissant on voit apparaître en haut à gauche, une chaîne de montagnes et pas loin en dessous, le cratère Tobias Meyer, tel que :


     Mais juste à côté de Tobias Meyer, nous avons découvert , ce petit cratère traversé diamétralement, par une sorte "de pont ou de muraille" :


  

     Notons en passant, que sur Google, on découvre que le diamètre de Tobias Mayer peut être évalué à 30,5 Km,, alors le soi-disant "le petit pont", aurait selon nous, grosso modo, un diamètre voisin de 6 km. Merci mille fois à l'internaute béni, qualifié pour ce genre d'évaluation, de nous de préciser cela .

       Inutile de dire ici, qu'à notre connaissance, qu'aucune revue d'astronomie ou même aucune sorte de revue médiatique affiliée, toujours avide de scoops atypiques, n'a présenté cela, dans leurs colonnes habituelles. Il serait grand temps de le faire, car le super déballage cosmique est imminent, et il n'est jamais bon de prendre le train en marche sous peine, de glisser la tête première sur le ballast et les dures traverses, de la voie ferrée.

      A bon entendeur salut..

       Mais ce 18 Février 2018, nous allons faire état, d'un document exceptionnel prouvant une fois pour toute, que notre Terre a au Pôle Nord, à un moment très particulier,, le même aspect que celui de Titan, déjà présenté plus haut, et que voilà de nouvveau


     Nous imaginons alors parfaitement les grincements stridents de molaires et les cris d'ahurissements, des spécialistes officiels de l'étude de notre système solaire... Mais qu'ils n'avalent pas trop brutalement leur salive, car le plus étonnant est encore à venir ...

      Mais pour aller de l'avant dans cette affaire, disons que c'est le Vendredi 13 Février 2004, (Il y a donc juste, 14 ans et 4 jours), que nous avons eu le grand privilège de recevoir de l'ami canadien Jean RESTAYN, (qui maitrise parfaitement la lanque allemande), l'importante missive suivante, dont nous vous donnons ici quelques passages clefs... (les couleurs sont évidemment de nous;,bien sûr)

          "Cher Fred,

     Décidément vos articles Byrdalice et Byrdalicesuite et la théorie de la Terre creuse, nous enfoncent de plus en plus dans les profondeurs du sujet. Nul doute qu' à ce rythme nous serons bientôt rendus au centre de la Terre, d' ici peu de temps et je m' en félicite autant que vous.

     C'est donc en ce sens que je vous fais parvenir ces quelques informations très anciennes et complémentaires sur ce sujet passionnant et qui sera bientôt une révélation, une apocalypse à lui seul.....

     Il existe en langue allemande une série de livres que l' on qualifierait aujourd'hui de " channelés " écrit par un auteur du nom de Jakob Lorber (1800-1864).

     Je joins une courte biographie malheureusement en allemand sur ce personnage fort intéressant.....
.......................................................................................................................................................................................
     ...Mais le plus intéressant, en ce qui concerne notre théorie de la Terre creuse , est qu' il en parle dans ses écrits (Erde und Mond - terre et lune :256 pages). Il la décrit comme un être vivant et respirant, tout comme la lune, creux à l' intérieur , inspirant l' énergie cosmique par le Pôle Nord, et expirant par le Pôle Sud, peuplé d' une civilisation très évoluée et aussi d' esprits.Tous ceci n' est pas en contradiction avec les articles de Byrdalice et de Byrdalicesuite, bien au contraire.

     Le Soleil ( die naturliche Sonne - le soleil naturel : 320 pages)est également vivant, et ne dégageant aucunement la fameuse chaleur provenant de son soi-disant noyau en fusion.

     Ce soleil serait notre mère à tous ( die Sonne - le soleil est féminin en allemand) et réunirait à lui seul tous les éléments contenu sur nos planètes. Lui aussi est peuplé d' êtres merveilleux....

     ....Le tout fut écrit par lui entre 1840 et 1864. Je recommande vraiment la lecture de ces très nombreuses pages. Elles sont édifiantes sous tous les aspects.

     La Mythologie germanique est fondée sur la théorie de la terre creuse. Le royaume intérieur s' appelle AAGARD . Coincidence?

     Rappellons ici que Mihkaël Omraam Aïvanhof dans ses nombreuses conférences parle aussi de la Terre creuse , et du Roi du monde, vivant en son centre. Il s' agit selon lui d' une synarchie. On pourrait la contacter par télépathie.

          J' espère, cher Fred que vous pourrez présenter le cliché envoyé par mes soins montrant le si beau trou du pôle nord ...Elle est issue du site allemand :





     Amitiés

     Jean

PS : Je vous écrirai prochainement un peu plus longuement sur nos Reichdeutsch, si vous le souhaitez bien sûr. des dizaines de pages peuvent être consultées sur cette histoire si l'on connait l'allemand, par exemple :
Fin de missive<
BR>
      Nous sommes restés bouche bée devant les nombreuses révélations que nous apporte cette missive en si peu de lignes.

     Hélas le site en question : http://www.pousada.ch/erde/pol.html, n'existe plus sur le web. Merci mille fois à l'internaute béni qui aurait enregistré à l'époque ses informations.

     Après quelques recherches, nous avons appris après, que cette photo aurait été captée par un radio-amateur d'Allemagne, qui a travaillé, à l'époque, au Centre Spatial de Garchlingen ( Bayern ) et qui connaissait la fréquence du satellite qui survolait la région.

      Mais maintenant présentons à nouveau, ce fameux trou à l'image de gauche suivante, que nous avons commentée à droite

  


      L'image de gauche a été bien sûr, étudiée en long et en large par un très aimable infographiste très qualifié,( qui a fait cette étude gratuitement), et qui en a déduit que ses caractéristiques étaient déjà pour l'époque exceptionnelles.

      Voici donc ici, une partie, de la conclusion de cet aimable infographiste.

    "Hors dans ce cas, le film atmosphérique a une forme parfaitement régulière ne dépendant pas des irrégularités de la surface terrestre et son intensité ne dépend que de l'éclairage global du globe, et pas des points immédiatement en dessous, ce qui est normal pour une lumière réfléchie.

  Seule une image extrêmement complexe utilisant du Lancer De Rayon avec un module de calcul de diffraction associé à un nuage de particules fines, peut donner ce résultat en synthèse.

    Mais vu la finesse des détails, il faudrait vraiment posséder une sacrée machine et d'excellents infographistes . De plus je persiste à dire que les outils d'imagerie ont la facheuse habitude à créer des dégradés parfaits,(la bande de dominante rouge aura toujours la même épaisseur que la bande de dominante bleu, et suivra parfaitement la courbure de la surface terrestre), et légèrement sursaturés en couleurs, à l'opposé d'un dégradé naturel où les couleurs sont beaucoup plus mêlées et diffuses...
"

     Fin de citation;

      Si cela s'averrait exact, nous serions , en présence d'un document exceptionnel et inestimable.

     D'ailleurs le Webmaster du site ARTivision, se pose vraiment la question de savoir, si les rédacteurs des fascicules suivants :

   

n'ont pas justement pris en considération la conclusion précédente de l'aimable infographiste en question, pour oser presenter dans leur fascicule, sans aucune explication, la superbe photo de gauche, vue ci-dessus et que voici à nouveau, étant donnée son importance :


     Les deux premiers facsicules de gauche présentent la photo en noir et blanc (respectivement page 16 et 52) et le 3e, bien plus agréable à voir en couleur, (page 23).

     Nous avons aussi retrouvé cette photo camoufflée par la mention "The Hollow Earth" sur le site : http://www.2012unlimited.net/hollow.html .



     Mais ce site ne nous dit rien non plus d'où provient cette photo. Nous avons contacté en anglais le 13/03/04, le Webmaster en question, pour savoir s'il savait quelque chose à ce sujet.Pas de réponse. Le 15/04/04, nous avons récidivé et enfin le 04 Mai 2004, nous avons eu la réponse suivante:

----- Original Message -----
From: Nick Armstrong
To: fred.idylle
Sent: Tuesday, May 04, 2004 7:53 PM
Subject: Hollow Earth
          Hi Fred,
     I am not sure of the origin of the Hollow Earth graphic, but I think it came from the video series and book "Legend of Atlantis"      Both of these are available from my catalogue at www.2012.com.au.
     The videos were produced at my studio in Tasmania, Australia by a German producer
.      I am not sure where he sourced many of his graphics
.      I hope that is helpful.
          regards

     Nick

Nick Armstrong
2012 Unlimited
PO Box 157, North Hobart
Tasmania, Australia. 7002
Phone: 04 1988-2012
Phone: 03 62788422
Fax: 03 62788411
International +614 and +613
Email: 2012@2012.com.au
Web: www.2012.com.au

Fin de missive.

     Donc tout cela nous vient d'Australie et comme vous le voyez, si vous connaissez un peu l'anglais, nous n'avons pas avancé beaucoup dans notre affaire qui est de trouver l'origine de cette photo extraordinaire publiée par ce Nick Armstrong. Encore donc des recherches en perspective... et nous invitons les internautes intéressés à pousser aussi loin que possible les investigations.

      Mais, beaucoup plus tard, pourtant nous avons aussi, par un heureux hasard, (que nous ne pouvons décrire ici), réussi à mettre la main, sur cette étonnante photo :


     Cette superbe photo nous a été envoyée notre ami de longue date, Frédéric(ashtar-sheran.htm), qui nous explique que cette photo est extraite de la vidéo plutôt ancienne :

http://www.dailymotion.com/video/x9mgp5_hollow-earth-15-battle-of-armageddo_webcam

     On voit alors que, cette image est exactement la même que celle dejà vue plus haut, mais elle a été redressée ...

    Cette inclinaison, s'explique par le schéma suivant :



    Où l'on voit alors, que le disque représentant le vortex polaire en question, ne se juxtapose pas juste au-dessus du Pôle Nord, d'après le site ( http://www.ourhollowearth.com/PolarOpn.htm), il existe bien un Pôle Nord géographique, tel que l'axe polaire de rotation, n'est pas confondu avec l'axe passant par le centre des trous polaires, comme l'indiquerait le schéma :





      Quant à cette affaire de mer libre du Pôle Nord, que nous avons mentionnée sur la photo de droite, elle a très souvent été évoquée par ARTivision, dans de très nombreux articles dont :


     Mais, toujours à l'intention de notre novice en question, et pour mieux analyser cette affaire, rappelons ici les propos très poétiques de l'explorateur américain Israel Isaac Hayes, dans l'ouvrage que nous avons le grand privilège de posséder, et intitulé "La mer libre du Pôle" de 1877:


    On trouve alors ceci, aux pages 188 à 189 :

" Tout le démontrait: j'avais atteint les rivages du bassin polaire. L'océan dormait à mes pieds.... il m'était donc impossible d'aller plus loin. La crevasse dont j'ai parlé eût déjà suffit pour nous empêcher d'atteindre le nord de la baie; mais, au large, les glaces paraissaient encore en pire état. Plusieurs flaques d'eau s'ouvraient près du littoral, et sur l'une d'elles venait de s'abattre une bandes de "dovekies" ou de guillemots à miroir blanc. En remontant le canal kenedy, j'avais reconnu nombre de leurs stations d'été; cependant j'étais assez surpris de voir les oiseaux eux-mêmes à une époque si peu avancée de la saison. Les mouettes bourgmestres volaient au dessus de nous, se dirigeant vers le nord où elles cherchaient les eaux libres pour leur nourriture et leur demeure... "

    et le 19 Mai 1861:

" Cette note placée dans une petite fiole apportée tout exprès, fut soigneusement déposée sous le cairn, puis nous poursuivîmes notre route en nous tournant vers le sud; mais je quittais avec répugnance ce lieu qui exerçait sur moi une fascination puissante, et c'est avec des sensations inaccoutumées que je me voyais seul avec mon jeune camarade, dans ces déserts polaires que nul homme civilisé n'avait foulé avant nous. Notre proximité de l'axe du globe, la certitude que de nos pieds, nous touchions une terre placée bien au delà des limites des découvertes précédentes, les pensées qui me traversaient l'esprit en contemplant cette vaste mer ouverte devant nous, l'idée que peut-être ces eaux ceintes de glaces baignent des rivages d'îles lointaines où vivent des êtres humains d'une race inconnue: telles sont les considérations qui semblaient donner je ne sais quoi de mystérieux à l'air que nous respirions... "

      Fin de citation

    Tout ce qui est raconté ci-dessus, est superbement rassemblé dans une gravure montrant ce fantastique paysage, qui à juste titre a suscité beaucoup d'émotion chez Hayes et son compagnon. Voici à nouveau cette gravure sublime :


     Et en aquarelle en couleur, c'est mieux :


    Cette émotion toute naturelle, n'a pourtant pas plu aux bien-pensants explorateurs modernes des pôles, comme un certain Paul-Emile Victor.(Voir notre article : http://www.artivision.fr/LaMerlibreduPoleNord.html)
       Rappelons au puriste , qui aime aller aux sources d'une information, qu'un aimable internaute qui se reconnaîtra facilement Renaud F......, nous a fait découvrir, le fait important que notre célèbre écrivain du fantastique, Jules Verne en parle clairement de cette affaire de Mer libre, au chapitre 7, dans son roman " Le pays des fourrures ", en ces termes :

" - Croyez-vous, monsieur Hobson, demanda Mrs. Paulina Barnett, que l'homme puisse jamais atteindre le pôle même?
- Sans aucun doute, madame, répondit Jasper Hobson, l'homme, - ou la femme, ajouta-t-il en souriant. Cependant, il me semble que les moyens employés jusqu'ici par les navigateurs afin de s'élever jusqu'à ce point, auquel se croisent tous les méridiens du globe, doivent être absolument modifiés. On parle de la mer libre que quelques observateurs auraient entrevue. Mais cette mer, dégagée de glaces, si elle existe toutefois, est difficile à atteindre, et nul ne peut assurer, avec preuves à l'appui, qu'elle s'étende jusqu'au pôle. Je pense, d'ailleurs, que la mer libre créerait plutôt une difficulté qu'une facilité aux explorateurs.
"

      Comme vous le voyez, Jules Verne était parfaitement au courant (en plus des trous polaires : voir le premier volet), de cette affaire de mer libre alors que nous ne l'avons sue qu'en 1972, quand une amie de la Métropole, a eu la géniale idée, de nous envoyer l'ouvrage incontournable et devenu très rare, de Raymond Bernard "La Terre creuse" paru chez ALbin Michel en 1971, ouvrage pratiquement introuvable, même en librairie spécialisée, et dont voici la couverture:


    Nous nous souvenons alors très bien, que nous avions feuilleté cet ouvrage à la Librairie Flammarion, Rue de la République à Lyon, alors qu'il venait de paraître . Mais hélas nous n'étions pas encore prêts, pour en saisir les tenants et les aboutissants. Ce n'était donc, que partie remise, et ce livre est venu, plus tard, nous trouver chez nous, au moment voulu, car rien ne se fait par hasard sur cette planète comme le croient encore les rationalistes irréductibles..

       Ces derniers temps, on le sait déjà, on peut trouver sur le marché, cet autre ouvrage en remplacement du précedent , publié aux Editions Hades en Sept.2017



       Mais, voici une image très officielle et cartographique, qui figure dans un livre réservé aux élèves de 6 éme, et publié en 1977 par Fernand Nathan :




     Vous avez bien noté, dans la légende, que cette carte, place le Pôle Nord, en plein dans la zone dite, de la "banquise permanente", alors que le site ARTivision, prétend démontrer que ce Pôle Nord, se trouve dans une "Mer libre de glace".

     Reste à savoir, pourquoi nos gouvernements, nous cachent cette mer libre du Pôle Nord, dont il est question dans de très nombreux articles de notre site, et cela sera pour une prochaine fois...

        Mais, ce 21 Février 2018 , nous allons démontrer, que les géographes et consorts concepteurs agrégés, de l'ouvrage de l'éditeur Nathan de 1977, cité ci-dessus, avaient assurément le moyen de connaitre le fait que "banquise permanente", à laquelle, ils font état, dans leur ouvrage, possédait, à un endroit particulier, une large mer libre de glace, mentionnée par de très nombreux ouvrages de géographie polaire.

    Mais voici donc, par eemple, ce que nous dit au sujet de cette mer libre, le grand explorateur, le Dr Elisha Kent Kane, qui fut un officier médecin (28 Février 1820 - 16 Février 1857), de la Marine des USA, et qui fut un très grand explorateur polaire du 19 e siècle.

    On sait qu'il publia en 1857, cet ouvrage connu que l'on peut trouver sur le site :

http://www.archive.org/stream/arcticexplorati02kanegoog#page/n0/mode/2up


     Et pour les puristes, voici en anglais, le paragraphe surprenant qui nous intéresse :


      Et voici une traduction de cet étrange paragraphe :

" Il est impossible, en rappelant les faits relatifs à cette découverte,- La neige fondue sur les rochers, les troupes d'oiseaux marins, la végétation augmentant de plus en plus, l'élévation du thermomètre dans l'eau, de ne pas être frappé de la probabilité d'un climat plus doux vers le pôle. Mais signaler les modifications de température au voisinage de la mer libre, ce n'est pas résoudre la question, qui reste sans réponse : Quelle est la cause de la Mer libre ? "

    Que dire de plus, si ce n'est que l'on découvre, ici, encore une fois, l'incompréhension des observateurs de l'époque , devant ce phénomène hors normes de la mer libre du pôle.

     Alors chers détracteurs zélés et consorts admirateurs de la carte de Nathan ci-dessus, sauf de dire que Dr Elisha Kent Kane était plutôt timbré, nous attendons votre réponse...

     Mais disons également ici, qu'il y a aussi des chercheurs, dont nous possèdons certains ouvrages, qui, tout en n'étant pas des explorateurs, ont largement évoqué cette mer libre du Pôle, dans leurs investigations, comme Buffon, Boiteau, Jules Gay, J-p Bellot, Jules Verne, Daines Barrington etc...

     Tous ces gens ne peuvent avoir menti, surtout à l'époque, où l'on ne plaisantait pas avec la rigueur morale.

     Mais, pour les puristes, qui aiment remonter aux sources, voici aussi un document très significatif à cet égard :



      Donc, juste au début on découvre que : " le 20 Octobre .- Des Rapports complets de la dernière expédition allemande vers le Pôle Nord ont été publiés. Il y est fait état que l'expédition fut un succès. Une mer polaire fut découverte libre de glace, et grouillant de baleines...".

      A vous de juger ...

      Nous devons maintenant ici, stigmatiser à nouveau , l'explorateur Français (mentionné dans le premier volet)Paul Émile Victor, qui a critiqué très sévèrement l'explorateur américain Israel Isaac Hayes, au sujet de cette mer libre. Voir alors cette triste affaire, à notre article :

http://www.artivision.fr/Recherchemerlibre.html

     Ce Paul Emile Victor, est décédé le 7 Mars 1995 à Bora Bora, et il aurait sans doute changé d'avis ( à moins qu'il ait été parfaitement au courant, mais qu'il ait eu, des Secrets d'État, à camoufler), s'il avait eu, le privilège comme nous, d'avoir sous la main, la missive extraordinaire en date du 18 Mai 2003 (mais hélas il n'était plus de ce monde), qui suit. Remarque : le lien présenté à l'époque ci-dessous, dans cette missive ne fonctionne plus, mais on peut retrouver le texte en question, aux urls :

Pour le 19 Mars 2003 à :
http://web.archive.org/web/20030319171628/http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N1999.asp

Pour le 9 Janvier 2006 :
http://web.archive.org/web/20060109200414/http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N1999.asp
et aussi à d'autres dates).

     En effet, le 18 Mai 2003, nous avons eu le privilège de recevoir l'aimable missive suivante (les couleurs sont de nous, évidemment) :

----- Original Message -----
From : W.... T.....
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Tuesday, May 18, 2003 8:43 PM
Subject: plus de glace au Pôle Nord

Bonjour Fred

     J'ai trouvé sur le site :http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N1999.asp cet article plutôt bizarre. Et vous qu'en pensez-vous ?...

v.........t

 
  Pas de glace au Pôle Nord  

Une expédition qui s'est rendue au Pôle Nord cet été n'y a pas vu de glace. Là où aurait dû se trouver la banquise, il n'y avait que l'océan Arctique. Une première en... 50 millions d'années. 

États-Unis 

21/08/2000 - James McCarthy, un océanographe américain qui faisait route vers le Pôle Nord dans un brise-glace russe en compagnie d'un groupe de touristes a eu la surprise de sa vie. À son arrivée, début août, pas de glace. Il n'y avait que de l'eau, sur au moins deux kilomètres de largeur. Selon l'expert, ce serait la première fois depuis 50 millions d'années, que le pôle n'est pas couvert par la banquise. D'autres spécialistes contestent : le mouvement des glaces crée parfois des trouées temporaires, même à cette latitude extrême.



Le paléontologue Malcolm C. McKenna, qui était aussi de l'expédition, croit toutefois que c'était la première fois, que l'on trouvait les eaux du pôle libres de glace. Il ajoute que le navire russe n'a traversé que de la glace très mince pendant tout son voyage. Dans cette région, l'été, elle fait normalement au moins trois mètres d'épaisseur. Cette fois-ci, les touristes ont dû s'éloigner à 10 kilomètres du Pôle Nord avant de trouver de la glace assez solide pour pouvoir y marcher.

Autre détail troublant : des goélands ont été vus en train de voler au-dessus du Pôle. Là encore, ce serait une première. Ces oiseaux, qui se nourrissent de créatures marines, ne vivent habituellement pas des ces régions en principe couvertes d'une épaisse banquise.

Les participants de l'expédition voient dans <toutes ces premières une preuve de plus de la fonte rapide de la calotte polaire. Des observateurs extérieurs croient plutôt que la banquise s'est temporairement déchirée lorsque la glace a été emportée par le vent ou les courants marins. Quoi qu'il en soit, tous les spécialistes s'entendent pour dire que la banquise recule, au moins à sa limite sud, et que son épaisseur a diminué d'au moins 40 % depuis 50 ans. À ce rythme, elle pourrait complètement disparaître d'ici 2100

Philippe Gauthier



     Voilà donc, un fantastique communiqué, qui parle souvent de première fois, et chose surprenante qui n'a eu aucun écho dans la Presse, ayant pignon sur rue.... Devinez alors pourquoi, une découverte d'une telle importance, est passée carrément à la trappe. Ce communiqué montre bien, aussi, l'ignorance totale de ses auteurs, en matière de connaissance des récits concernant les explorations polaires
, et, ne dit pas autre chose, sur "La mer libre du Pôle", que ce que raconte justement l'ouvrage du même nom et de l'explorateur americain, Isaac Israël Hayes :


      Cet ouvrage extraordinaire, a été publié en 1868, en France par l'éditeur Hachette, sous le titre "LA MER LIBRE DU PôLE" Voyage de découvertes dans les mers arctiques exécuté en 1860-61 Paris, In-8 , 517 pages. Traduit de l'anglais par Ferdinand de Lanoy. Ouvrage illustré de 70 gravures sur bois et de 3 cartes. Vous trouverez ce livre, en PDF à l'url :

http://www.archive.org/stream/lamerlibredupl00haye#page/n9/mode/2up

     Isaac Israël Hayes, était un explorateur, né à Chester (Pennsylvanie) le 5 mars 1832, mort à New York le 17 décembre 1881. Médecin en 1853, il prit part en cette qualité à une expédition de Kane au pôle Nord.

      Nous avons de lui, l'ouvrage suivant :


, ouvrage de 1877, qu'en 1984, par une chance inouie (Merci à Super Hasard, car cette chance est sans doute mieux que celle de gagner le gros lot au Loto), nous avons trouvé dans une vieille malle à 600 m de chez nous. Comme il manquait, les 18 premières pages de la Préface, nous avons dû aller, en 1992, les photocopier à la BN de Paris. Ce livre, qui est un condensé du précédent, nous raconte de même l' émerveillement, de Isaac Israël Hayes, à la découverte de cette mer libre du Pôle Nord, ce qui (on vient d'en parler), a déplu amèrement, à l'explorteur français Paul Emile Victor.

     Mais revenons aussi ce jour, ànotre fameuse ouverture polaire vue plus haut :

  


      Nous avons alors, fait quelques calculs concernant le diamètre du trou présenté. Compte tenu du diamètre polaire de la Terre qui d'environ 12713 km, et que sur la photo testée l'arc de la courbure terrestre mesure 15,5 cm un calcul élémentaire nous donne 1494 km pour l'ouverture et nous arrondissons à 1500 km, ce qui est tout de même bien plus court que les 2300 km du schéma extrait du livre de 1971 de R. Bernard "La Terre creuse" , déjà présenté plus haut :


    Mais, si dans le livre en question, ci-dessus, nous avions découvert que "l'ouverture polaire " avait environ 2300 km, de diamètre, nous avons aussi découvert sur le site :

http://www.ourhollowearth.com/PolarOpn.htm

ce schéma :


     Nous constatons là, ( les côtes étant en miles), que l'ouverture polaire nord (comme celle du sud d'ailleurs) ne fait plus que 90 miles (145 Km environ) à son niveau le plus centré, ce qui fait une sérieuse différence avec les 2300 km présentés sur le schéma de R. Bernard.

    Nous avons alors poussé l'audace à demander au collectif Soria, formé, on le sait, de 4520 entités cosmiques, quel était, en fait, le diamètre des "ouvertures polaires", que divers auteurs présentaient avec des mesures différentes.

     Et voici la réponse personnelle, qui nous fut faite, et qui nous causa à l'époque, une très grande émotion :

     "Ami de la Terre",

     L'ouverture des Pôles utilise la respiration de votre Terre. De ce fait son diamètre évolue au rythme des mouvements.
     L'ouverture se dilate et se rétracte constamment. Aussi les deux mesures ne sont pas fausses. La Terre dans son ensemble use du mouvement dilatation, rétractation, mais en réalité cette planète est en expansion. Dans quelques décénies, son diamètre ne sera plus celui de cet instant.

     Au plaisir de l'échange.

       Scientifique Soria.


     Que dire de plus devant tant de révélations fantastiques ? Sinon ce que disent souvent les anglosaxons embarrassés : No Comment.


     On reparlera, une autre fois, de cette affaire de la fluctuation, de "l'ouverture polaire", où les guillemets ont donc, on le sait, une très grande importance .

     Disons aussi, ce jour, que sur les photos de la NASA, montrant la zone polaire nord, pas une, ne montre cette mer libre autour du pôle.

     D'ailleurs, voici quelques photos étranges et pourtant très significatives, que nous avons glanées, par ci et par là :

     Voyons donc ce que nous avons trouvé à l'époque, concernant des images satellites du Pôle Nord :

    D'abord sur le site :

http://www.ruwenzori.net/earth/Earth_EMEA+Atlantic_1280x1024.html



     Mais qu'est-ce que peut, bien être cette sombre sorte de toile d'araignée, au Pôle Nord ?

    Voyons cela, sous un autre angle :



    , et maintenant, de plus près :



    C'est très artistique et inouï à la fois...Que sont donc ces nuages noirs filiformes et qui se dirigent tous, vers un point central au dessus du Pôle Nord. A notre humble connaissance, c'est du jamais vu dans un contexte météorologique quelconque. Tout cela doit être , pour camoufler quelque chose...A vous de juger !!!

     Mais, justement, concernant cette affaire, sur le super site :

http://www.youtube.com/watch?v=Z9SGRqiUrnU&feature=related

     , voilà ce qu'on y trouve :



     L'emplacement du trou polaire nord, est indiqué par la flèche rouge...

     De plus, lors d'un bulletin météorologique, sur un Canal météo du Canada, notre ami Roger L...... de la région, nous a envoyé, les images suivantes :

  


     Ce qui frappe l'observateur attentif, c'est le disque sombre qui apparaît au-dessus de la tête de la speakrine, sur une carte de la région arctique:

  


     Les éternels détracteurs, auront vite fait, de qualifier cela de leur illusion d'optique habituelle. Mais, dans les mêmes conditions, on découvre sur un site suivant, qui hélas n'est plus joignable (même sur Google) ceci :



     Merci à l'internaute, qui nous avait envoyé à l'epoque, cette séquence vidéo, de nous recontacter, s'il la retrouve ailleurs sur le Web.

     Nous pourrions arrêter , cette ballade polaire, mais, nous avons aussi découvert sur la séquence vidéo, du super site suivanr : :

http://www.youtube.com/watch?v=Z9SGRqiUrnU&feature=related

, ces images qui gagneraient à être aussi placées dans notre article : articleARTEtc.html

  


     Et aussi, d'après ce site, voici l'emplacement du trou polaire nord, qui est bien sûr ici masqué, et qui se trouverait tel que :



       Mais, ce 23 Février 2018, nous allons tenter de trouver d'autres documents explicitant tant soit peu, cette affaire de fluctuation du diamètre des "ouvertures polaires", et donc, tous les calculs vus plus haut, pour déterminer le diamètre de ces "ouvertures polaires" sont parfaitement dérisoires, car chose inouïe, ces trous polaires, on vient de le découvrir, s'ouvrent et se ferment, en fonction de la "respiration" de la planète ... car les Maîtres , le disent tous, que la Terre est vivante. Elle inspire par le Pôle Nord et expire par le Pôle Sud. Point Barre...

    Mais poussons plus avant, l'investigation sur ce sujet :

     En effet, cette affaire est aussi expliquée dans l'ouvrage de Mars 2002 intitulé "Voyage" Tome 3, aux Editions ARIANE en Mars 2002 ISBN 2-920987-58-5 du Collectif Soria, qui est formé on le sait, de 4520 entités cosmiques, tel que :

"...Plusieurs portes d'accès sont disséminées à la surface de cette Terre. Dernièrement, vos satellites et vos astronomes ont pu constater la dilatation des pôles, qui sont parmi les entrées des mondes internes ".



     A vous de juger, une fois de plus, tout cela !


      Mais, pour traduire, un peu mieux cette affaire de respiration de notre planète Terre, rendons donc d'abord à "César, ce qui lui appartient" :

      En effet, c'est déjà en 1979, que Mr Siragusa (si critiqué par les journalistes ignares ), a présenté page 193, dans le livre de Victorino Del Pozo, publié par COSMICA BP 31 13190 Allauch 1979,


, l'image surprenante suivante :


    Comme vous le découvrez dans la légende des photos ci-dessus, Mr Siragusa (qui n'avait pas la langue dans sa poche) affirme que " ces photos démontrent que le Pôle Nord, sous l'effet d'une dilatation de la matière qui est élastique, s'ouvre périodiquement et personne ne s'en rend compte ".

    Il dit aussi dans le livre en question "qu'au centre de la Terre vivent des êtres de deux à cinq mètres de hauteur, au teint parfaitement blanc et que leur proportion sont déterminées par l'effet de la force centrifuge contraire à la notre". (Avouons donc ici que ce ne sont pas des déclarations de ce genre qui font la une, même des journaux à sensation.)

     Rappelons aussi, que la photo ci-dessus, montrant un trou noir inexplicable, fut présentée dès le 20 Mai 1972, (d'après la revue Ondes Vives n° 75 en Juillet 1972) lors d'une conférence de Mr Siragusa , qui eu lieu à Paris,, salle Marchesseau 26 Rue d'Enghien.

    Et Mr Siragusa dira alors : "Voici une photo prise par un satellite américain. Vous voyez l'ouverture du Pôle Nord, qui permet d'accéder au centre de la Terre. Cette photo fait partie d'une série de 29 000 clichés pris, par le satellite. Je l'aie eue par la NASA. Ces photos ne sont pas diffusées dans le Grand Public".

    Alors, Messieurs les psychologues, psychiatres, et consorts intellectuels blasés affiliés, pouvez vous SVP, nous expliquer comment ce Mr Siragusa, a pu être au courant au moins 23 ans avant , la sortie de l'ouvrage de de 2002 de Soria, (déjà présenté plus haut) de cette affaire de dilatation du Pôle Nord qui serait élastique... alors que personne, à notre connaissance, n'en avait fait état, au paravent. Nous attendons avec ferveur votre réponse...

     Tout cela serait considéré, comme de la pure Science-Fiction, s'il n'y avait pas cet extraordinaire cliché :


     Des nuages tourbillonnent autour de l'ouverture. Il est à noter que les clichés ci-dessus ont été pris en période de nuit polaire, et on y voit sans contestation aucune, que le diamètre d'un certain trou , (qui n'est pas selon nous, axé sur le vrai trou polaire), n'est pas le même pour chaque photo.

    De plus nous avons aussi reçu, le 11/06/08 , cette missive incroyable de notre ami Rodolphe D.... :

----- Original Message -----
From: Rodolphe D....
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Wednesday, June 11, 2008 10:04 AM

          Bonjour Cher Fred,

     Je t'ai envoyé un mail le Lun. 09/06/2008 10:34. Mais tu n'as pas dû le recevoir, alors je réitère mon envoi.

     Voici un article qui risque de t'intéresser au plus haut point :

     Tiré du site Futura Science , ce jour. Voici donc de quoi il retourne et voir les photos à :


http://www.futura-sciences.com/fr/sinformer/actualites/news/t/geologie-1/d/des-violents-seismes-en-antarctique-deux-fois-par-jour_15782/


Des violents séismes en Antarctique... deux fois par jour

Énorme surprise des glaciologues :

     Avec une régularité de métronome, la glace de la partie ouest du continent antarctique est secouée par des mouvements équivalant à un tremblement de terre de magnitude 7.
     A chaque craquement, le glacier avance de quelques dizaines de centimètres.
En plantant depuis plusieurs années des sismographes et des récepteurs GPS, une équipe américaine a mis en évidence un gigantesque glacier de cent kilomètres de large sur un kilomètre d'épaisseur.
     Cette énorme masse glisse vers l'océan au sein de ce que l'on appelle la Calotte Occidentale de l'Antarctique, ou, en anglais, WAIS (pour West Antarctic Ice Sheet). On désigne ainsi la partie du continent du côté des longitudes ouest, et qui contient la péninsule antarctique, cette langue de terre s'avançant en direction de l'Amérique du sud.
     Entre 2001 et 2003, Douglas Wiens, un sismologue (Washington University in St Louis), avait installé 43 détecteurs en Antarctide (comme on appelle parfois le continent antarctique) pour analyser les inévitables vibrations parcourant la glace en perpétuel mouvement. Il avait alors mis en évidence des tremblements de glace, semblables à ceux que d'autres équipes avaient repérés au Groenland.
     Mais dans la Calotte occidentale, ce sont de formidables ébranlements que les instruments ont détectés, étonnamment régulièrs et violents.
     Deux fois par jour, les sismographes enregistrent une secousse dont l'énergie correspond à un tremblement de terre de magnitude 7, c'est-à-dire une puissance suffisante pour détruire une ville entière.
     Le terrible séisme qui a fait tant de dégâts en Chine le 12 mai dernier a été classé à 7,9.
     Comment de telles secousses ont-elles pu passer inaperçues jusqu'ici ?
     Parce que ces tremblements de glace s'étalent sur une dizaine à une vingtaine de minutes, expliquent Wiens et ses collègues, alors qu'un séisme libère son énergie en quelques secondes seulement.

Saccades géantes…

     Pour mieux comprendre les mouvements de la glace, Wiens a travaillé avec Sridhar Anandakrishnan, un glaciologue de la Pennsylvania State University, qui, en 2004, avait planté une batterie de GPS. En comparant leurs séries de mesures, ces chercheurs ont découvert que cet énorme glacier avance brutalement à chaque secousse, de 46 centimètres en dix minutes, puis reste immobile durant douze d'heures.
     Quel est le déclencheur de ces fracassants à-coups ?
     Peut-être la rupture d'un énorme bloc de banquise, à l'extrémité du glacier, là où il flotte sur l'océan et se disloque en icebergs. La brutale libération de contraintes mécaniques engendrerait alors une onde remontant le long du glacier.
     Rien ne vient pour l'instant étayer cette hypothèse. Mais quelle qu'en soit la cause, le phénomène attire toute l'attention des glaciologues, qui ont désormais du travail devant eux pour expliquer ces tremblements de glace.
     Jusque-là, la progression d'un glacier était vue comme un mouvement à peu près continu. Mais ces observations en Antarctique évoquent au contraire un type de mouvement par saccades, souvent appelé stick-slip, signifiant à peu près collé-glissé. Ce phénomène physique très commun explique pourquoi un objet posé sur une surface légèrement inclinée ne bouge pas mais démarre brusquement pour ne plus s'arrêter quand l'inclinaison du support dépasse un certain seuil.
     C'est justement de cette manière que se déclenche un tremblement de terre. Visiblement, les glaciers peuvent aussi s'offrir du stick-slip.
     Ces recherches présentent encore un autre intérêt. On sait que la fonte des glaces s'est accélérée en Antarctique et la manière dont ces énormes glaciers craquent et se disloquent influe directement sur l'élévation du niveau de l'océan.
     La vitesse à laquelle la glace coule vers la mer apparaît désormais comme un paramètre important de la régression des calottes polaires, ainsi que l'ont montré plusieurs scientifiques, dont Anny Cazenave et Eric Rignot. Mieux comprendre les mouvements de ces glaciers est donc indispensable pour prédire les effets du réchauffement climatique.


     Que voilà une nouvelle qui me ravit, en effet dès la lecture de cet article, mon cœur s’est un peu emballé !

     Pourquoi ?

     Parce que, ces tremblements géants, tous les 12 heures, avec une régularité de métronome, qui s’étalent sur 10 ou 20 minutes, qui ont lieu aussi bien en Arctique qu’en Antarctique et qui n’ont jamais été détectés, me font immédiatement penser, à la Terre creuse bien sur !

     En effet comme il est dit dans cette théorie de la Terre creuse, les ouvertures varient en taille, un peu comme si la Terre respirait ! (Note du Webmaster voir ci dessus l a famause image clef avec les 12 clichés du pôle, qui montrent bien que le trou polaire a un diamètre qui varie avec le temps).

     Et là, on nous confirme scientifiquement un tel phénomène : Très régulier, qui a lieu toutes les 12 heures très précisémment, tel un métronome, ces tremblements violents s'étalent sur une dizaine à une vingtaine de minutes, alors qu'un séisme libère son énergie en quelques secondes seulement, de plus ceci se déroule aux deux poles !

     Tout cela confirme donc très bien, cette histoire de Terre creuse qui fait tant rire les sceptiques.

     Peut-être commençeront-ils à changer de couleur à la lecture ce cet article ! ........

nbsp;    Hors les tremblements aux pôles, ne sont jamais détectés dirait on, alors que ceux-ci ont lieu depuis l’origine de la terre soit 4.5 miliards d’années !

     Ces tremblements violents de 7 sur 9 de l’échelle de Richter, sur nos 2 pôles, toutes les 12 heures, ne sont jamais detectés par nos sismographes éparpillées de par le monde, cela n’est il pas étrange !

     On le voit bien une nouvelle fois, les scientifiques nous disent toujours : cela est impossible dès qu’une théorie ne colle pas aux connaissances du jour.

     Mais le fait est, que cela est tout à fait possible bien au contraire, la preuve en est une nouvelle fois !

     Donc les railleurs de tout bord, doivent revoir leur copie, et cela est comme je le dis sans cesse, une découverte d’aujourd’hui, remet toujours en cause une belle théorie d’hier.

     Très amicalement

     Rodolphe.


     Fin de citation de la missive de Rodolphe.

     Merci donc mille fois à l'ami Rodolphe pour sa si aimable participation aux recherches d'ARTivision, et que dire de plus, sinon que l'on s'étonne une fois encore, que ces violents séismes en Antarctique, n'aient pas eu un écho retentissant, dans les médias qui ont pignon sur rue. Il est désormais aisé de savoir pourquoi..!!

    Disons d'autre part, qu'il est très difficile d'obtenir des photos satellites (non trafiquées) montrant le Pôle Sud. Mais Super Hasard, a bien voulu nous mettre sous le nez, cette incroyable photo de l'Antarctique :


     Cette image provient, de la revue bien connue Science&vie de Novembre 2004, numéro 1046. Aucune explication ne fut fournie par cette revue, sur la présence de ce disque tout noir, au beau millieu de la photo, sauf celle-ci : "L'Antarctique est surveillé de prés par Envisat"

     Ce qui est plus extraordinaire, c'est qu'une revue, qui a pignon sur rue, dans le monde des médias, se permet de présenter une photo de l'Antarctique avec un disque noir gigantesque, sans aucune explication concernant sa présence très insolite à l'endroit en question.

    Bien que l'on sache que cette photo est une photo mosaïque (il a fallu de très nombreux passages du satellite pour l'obtenir), on demeure confondu devant tant d'insouciance et de désinvolture, vis à vis des lecteurs de cette revue. ( A vous de juger...)

    Il va s'en dire que cette gigantesque pastille noire, n'est pas là par hasard, et une fois encore, elle vise à masquer une chose incroyable qui s'impose à nous, et donc le satellite Envisat, semble bien avoir, quelques trous dans ses mémoires électroniques, d'autant plus que l'on aperçoit des faisceaux très lumineux sous-jacents, s'échapper tout autour du disque noir.



     Les éternels détracteurs zélés, ne manqueront pas de s'esclaffer vite fait, en disant :"Toutes vos prétendues rayons lumineux ne sont que des illusions d'optique, venant du sommet des montagnes neigeuses".

       Mais ce que ces détracteurs semblent ignorer, c'est que le site ARTivision, a toujours en réserve, des données irrécusables prouvant ses dires...

      En effet c'est le 19 Octobre 2012, que notre ami Jean Philippe, nous a envoyé cette photo mosaïque :


    Cette image est tirée du site :

http://forum.planete-astronomie.com/planetes-partiellement-creuses-est-ce-definitivement-impossible-t1681-15.html

    Certains détracteurs, ne manqueront pas de dire à ce sujet : "Rien d'étrange du tout dans ces trajectoires, c'est simplement de la mécanique spatiale " voir le site:

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9canique_spatiale

    D'abord pour les fortiches en Math, nous ne résistons pas au plaisir d'extraire du site précédent, la formule régissant l'orbite d'un satellite terrestre :


     Mais, nous serions très heureux d'apprendre, par un spécialiste, (mais nous en doutons fortement), que cette formmule prend bien en compte, le fait que nous montre l'image envoyée par Jean-Philippe, à savoir que les nombreux satellites passant au-dessus de l'Antarctique, restent tous tangents à un disque de diamètre bien déterminé qui semble être du même calibre que le disque du Science&vie de Novembre 2004 vu plus haut .

      A vous de juger tout cela, documents à l'appui...


      Mais, il y a bien mieux encore, car dans la revue Science&Vie n° 893 de Février 1992, il y a un article évoquant la trajectoire des multiples débris de satellites orbotant autour de la Terre, et dont voici le début en page 80 :



      C'est alors que la revue nous présente aussi une simulation informatique de l'évolution, 4 ans après en 1989 , des orbites des fragments de l'explosion d'un étage supérieur de d'Ariane :


      Nous serions curieux de découvrir cette simulation pour 2018 !

      Mais ce qui frappe en priorité dans cette figure c'est que toutes les trajectoires semblent passer tangentiellement à un disque ou à un cylindre, dont le centre serait sur l'axe des pôles de la Terre. Pas un débris ne traverse diamétralement ce disque. C'est très bizarre n'est-ce pas !!.

      A vous de juger, une fois de plus ctout cela, documents à l'appui...

       Rappelons qu'en ce qui concerne le Pôle Sud, l'amiral Byrd prétend y avoir découvert (comme au Pôle Nord) une contrée tropicale incroyable, Qui nous est décrit dans des tas de documents journalistiques comme celui-là en date du 7 Septembre 1933 :

    Mais extrayons de cet article, le passage suivant, et soulignons encore en rouge les mots qui nous interpellent:


    Traduisons alors grosso modo ce passage :

     " Byrd expliqua :

: "Je suis sur le point de tenter d'explorer une terre non répertoriée aussi étendue, que les Etats Unis et le Mexique réunis. "

    Il ajouta qu'il espérait faire 10 fois aussi bien que son vol effectué lors de son précédent vol en Antarctique, quand il partit de sa base au Pôle Sud et qu'il y retourna.

Byrd dit : "Je suis sur le point de tenter cette fois, de voler au-delà du Pôle, car là se trouve une zone non répertoriée. Je crois que, aussi longtemps qu'il existera un vaste territoire inconnu de l'homme sur la face du globe, nous allons devoir l'explorer. Nous allons vivre dans une époque glacière, et chercher un nouveau continent, et dans le même temps nous mettre au service de 10 à 12 branches de la Science. "

    Byrd, qui a volé au dessus du pôle, 4 ans auparavant, dit qu'il était plein d'espoir en compagnie de ses amis explorateurs de fournir à la science quelques uns des liens manquants dans le déroulement des faits. "


    Fin de la traduction.


Ou mieux encore, celui-là :


    Traduisons alors, grosso modo, le début :

"L'expédition de Byrd au Pôle Sud, est prète à partir, par avion, de Boston le 25 Septembre"

L'amiral fait appel aux bons offices du Président.

L'expédition, utilisera deux navires, un personnel élargi, pour partir à la recherche d'un vaste continent et du pôle.

    On voit alors que l'on retrouve ici, le vocable surprenant : "continent", mais certains, pour noyer le poisson, auront vite fait, de dire que là, il ne s'agit que du continent Antarctique. Mais allons plus loin, voulez-vous ...


    "Comme on lui demandait pourquoi il tenait à retourner dans cet Antarctique lugubre, Byrd a répondu " qu'il y a , une zone encore inexplorée aussi vaste que les USA et le Mexique réunis. Aussi longtemps qu'il existera une étendue aussi géante que cela, sur la face de la Terre , dit-il , nous devons nous attacher à la connaître. Il y a aussi le fait que nous devons compléter certains liens manquants relatifs aux problèmes scientifiques en explorant cette contrée qui s'attache à notre ère glacière "

Nous recherchons un nouveau continent .

    Byrd dit : " Nous espérons découvrir un nouveau continent, en plus de celui déjà découvert : afin d'affirmer que les montagnes du Pôle Sud sont dans le prolongement de la cordilière des Andes; afin de cartographier ce territoire jusqu'à présent inexploré et afin de déterminer si l'actuel terre gelée a été autrefois une terre tropicale comme l'Inde..."


     Là, tout est clair, Byrd parle bien, d'un nouveau continent, et même, si vous savez lire entre les lignes, ce continent aurait des caractéristiques d'une zone tropicale, car si Byrd parle de cela, dans ces régions ultrafroides et gelées, c'est bien qu'il a trouvé des témoins géologiques et climatiques, qui en attestent la présence.

    Et même le Président des USA de l'époque, T. Roosevelt, renchêrit en affirmant qu'il existe bien, une immense zone à répertorier d'un nouveau continent, jusqu'à présent inexploré,, et s'il ne sagisait que d'une autre grande étendue extrêmement froide de neige et de glace, il n'aurait jamais utilisé ce langage, n'est-ce pas !!!

    Finalement, on en déduit qu'en 1933, les protagonistes de cette exploration polaire, étaient loin d'imaginer la portée gigantesque, de leurs découvertes dans les régions polaires de notre planète.

      Mais, voyons, ce 27 Février 2018, une autre preuve incontournable du jaillissement de la lumière du soleil central, par l'ouverture polaire d'un astre. Nous avons récemment, on le sait, déjà montré que la superbe lumière bleutée issue du satellite IO de Jupiter :

  


    où l'on voit que le faisceau lumineux en question, est si bleuâtre, que nous nous demandons comment des spécialistes avertis, ont aussi osé aussi nous représenter, ce volcan d'IO en activité de la sorte :



où là, on voit effectivement des jets en projection, qui ressemblent à des gravas, sans doute incandescents, mais surtou, à une matière contenant beaucoup de poussières, de fumées et de souffre .

Il y a donc anguille sous roche.

      Venons en maintenant, à l'affaire tout à fait fantastique, de l'astéroide CÉRÈS, affaire au sujet de laquelle, nous avons longtemps attendu, que les les irréductibles zélés détracteurs et consorts zététiques, de la théorie de la Terre creuse, s'expriment clairement ... Mais ce fu, une fois de plus, un retentissant silence mortuaire. Cette affaire, nous est présentée, par les deux entrefilets suivants, très surprenants, à plus d'un titre :
    

Premier texte :


     Sur le site :

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/espace/20050909.OBS8748/la-vraie-nature-de-ceres.html

, on pouvait découvrir, fut un temps, alors ceci :



où, chose très surprenante, on ne voit aucune photo de Cérès. Pourtant en 2005, sur un autre site du Nouvel Obs , qui a disparu comme par magie, et que nous avions heureusement capté à l'epoque, on pouvait lire à l'époque, ceci, où figure alors une photo :

© Le Nouvel Observateur
 
La vraie nature de Cérès

Hubble a observé Cérès pendant une rotation complète (9 heures) afin de confirmer l’homogénéité de sa forme. (NASA/ESA/Parker, Thomas, McFadden)
 
 

      L’astéroïde Cérès, le plus gros représentant connu de la ceinture principale d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter, aurait pu être une planète. Si Jupiter ne s’était pas formée, si du même coup elle n’avait pas empêché nombre d’objets de la cette ceinture de continuer à grossir en acquérant de la matière, Cérès serait peut-être devenu une planète. La forme sphérique de l’astéroïde accrédite l’hypothèse d’un objet homogène, possédant un cœur et un manteau, selon une étude publiée cette semaine dans la revue Nature.

De nouvelles observations menées en décembre 2003 et janvier 2004 par le télescope spatial Hubble montrent que Cérès est un objet sphérique, pas aplati, suggèrant que sa forme est contrôlée par une force de gravité. De plus sa rotation correspond à une distribution homogène de la matière, expliquent Peter Thomas (Cornell University) et ses collègues.

Cérès pourraient donc être composé de deux couches : un cœur rocheux et un manteau riche en glace d’eau. Une structure comparable à certaines lunes glacées du système solaire. Pour se faire une idée plus précise et plus définitive, les chercheurs attendent avec impatience la mission Dawn, conçue pour rendre visite à Cérès et à Vesta, et qui se mettrait en orbite autour de Cérès en 2015.

Cécile Dumas
(09/09/05)

    Vous constatez effectivement, que dans l'entrefilet précédent, il n'est question nulle part de cette lumière éclatante, qui éclabousse Cérès. Est-ce un reflet de la lumière lointaine de notre Soleil sur de la glace de l'astéroide ? Aucune suggestion, ne nous est proposée.A vous de juger ce mutisme caractérisé.

    

Deuxième texte :


    Il y a aussi cet entrefilet qui est tiré du journal "20 minutes TOULOUSE", qui est offert gratuitement . Il est daté du 13 Septembre 2005 :



    Vous voyez que là, nous apprenons que le diamètre de Cérès mesure 930 km, et surtout que les astronomes disent qu'ils n'ont pour l'instant aucune explication à proposer, au sujet de cette tache blanche très lumineuse, qui apparaît sur les photos.

       Nous avons alors en début d'Octobre 2005 pousser l'audace, jusqu'à demander par l'intermediaire de Mme Régine Françoise Fauze, qui channellise Soria, de nous en dire plus sur l'affaire, et le 13/10/05, nous avons été comblé par le fait, de recevoir ces fantastiques mots : " Quand la Science vient confirmer la vision transcendante de certains médiums... Nous vous apprenons très particulièrement que le noyau solaire de Cérès est de 71, 300Km, et il y aura d'autres découvertes...Donc affaire à suivre..."

     Nous avons évidemment imméditement fait un petit calcul, qui tient compte du diamètre de 930 km de Cérès, et de celui de la Terre de 12760 km. Donc toute proportion gardée, s'il elle existe, le diamètre du soleil intérieur de notre planète Terre, serait donné par l'expression : d = ( 960 x 930) / 12760 km = pour le diametre du noyau central de la Terre on trouve alors : 947, 69583...km. Pour simplifier, nous arrondissons alors à 950 km, ce qui est bizarrement très voisin du nombre de 960 km, avancé en 1920, par Marschall B.Gardner auteur de l'ouvrage :

  


      Avec le schéma surprenant à gauche en anglais, et à droite tiré du livre la Terre creuse en Français, on a :

  


    Mais pour certifier tout cela, il faudrait d'abord pouvoir filmer l'autre hémisphère de Cérès, et voir ainsi si l'on y découvre aussi une lumière éclatante similaire.

    Donc, dans cette affaire extraordinaire de Cérès, nous voyons que, dans ces entrefilets la question de la lumière étrange apparaissant à la surface de cet astéroïde, a embarrassé assurément certains observateurs qui ont préfèré comme dans le premier cas cité plus haut , de ne pas montrer l'image de Cérès, pour éviter d'expliquer la présence de ce disque lumineux qui nous éblouit et subjugue carrément.

     A vous de juger cette affaire, documents à l'appui..., et affaire qui prouve bien que cette histoire de planètes creuses, avec un soleil central , est très dure, même actuellement, à encaisser, et on fait tout pour l'éviter car aucun débat à ce sujet n'a jamais eu lieu sur un plateau de télévision quelconque.


    Mais ce dernier jour de Février 2018, "comme il faut battre le fer pendant qu'il est chaud", pour ceux qui doutent encore, voici tiré du site :

http://www.gurumed.org/2015/05/13/de-nouveaux-indices-apparaissent-sur-les-mystrieuses-taches-lumineuses-de-crs-alors-qe-nous-nous-en-rapprochons

, une photo de l’astéroïde Cérès en question, le plus gros représentant dit-on, de la ceinture principale d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter:


     Selon le chercheur Christopher Russell : "Les scientifiques de Dawn peuvent maintenant conclurent que la luminosité intense de ces zones est due à la réflexion de la lumière solaire par un matériau hautement réfléchissant sur la surface, éventuellement de la glace."

    "Il reste maintenant à confirmer qu’il s’agit bien de glace", dira ce chercheur...

     De la glace, sur ce corps céleste aride sans atmosphère, et ni eau, ni air ? Et bien sûr on nous dira, que cette glace, viendrait du comète...

     Mais ARTivision , se tord de rire à cette explication, car ces lumières possèdent une configuration ayant de nombreux angles droits, qui en aucune façon ne sauraient être, l'effet du hasard...


    Mais il y a mieux : On a repéré "une sorte de pyramide", sur le sol, pourtant désertique, de Cérès , et les mêmes scientifiques diront, vite fait, qu'il s'agit d'un monticule tout a fait naturel :


    Nous attendrons sans doute longtemps encore, avant que, les astronomes, astrophysiciens et consorts assimilés, nous donnent une seule explication orthodoxe des phénomènes étant à l'origine des configurations des structures précédentes bien étranges. N'est-ce-pas !! .

    Nous pourrions, (et nous l'avons déjà fait, dans de nombreux autres articles) , trouver ici, beaucoup d'autres structures insolites, qui prouvent de manière incontournable, qu'il existe sur la Lune et dans les environs, des artefacts prouvant , l'expression d'une vie assurément intelligente, (et nous montrerons plus tard, d'autres manifestations extraordinaires des extraterrestres en question), mais ces événements extraordinaires, qui est, selon nous, par exemple, bien plus important que le passage une comète dans le ciel, ont été occultés et ainsi soustraits à la connaissance de l'Humanité entière (et le sont toujours), pour de vulgaires questions de prestige national, et de puissance technologique ou militaire, alors que ces événements portent en eux-même, la raison majeure d'unir cette Humanité, et d'en finir une fois pour toutes avec ces guerres dérisoires et calamiteuses, qui la déchirent depuis des siècles, et à bon entendeur salut !!.

     A vous de juger, tout cela , documents, l'appui...

       Mais ce 2 Mars 2018, revenons aux affaires polaires de notre planète, et pour les novices qui découvrent à peine notre site, reprenons ici volontairement maintenant, l'incontournable et stupéfiant article de l'amiral Byrd dans le Sélection du Reader's Digest de Janvier 1956 , publié pour les USA à Pleasant ville N.Y et publié aussi pour le Canada, la Grande Bretagne, et l'Australie etc..., et revue que nous avons eu la très grande chance, de trouver ici-même, en Guadeloupe.

     Il y a en effet, pas mal d'années, en cherchant dans nos dossiers tout autre chose, nous sommes tombés, avec un vrai ahurissement, sur cette revue en français, dont voici aussi, pour les puristes, (qui pourraient avoir la chance inouïe, de la trouver dans un vide-grenier ou une brocante ), la photo de la couverture :

  

      Et voici aussi donc encore, une image de la première page de l'article incroyable en question :


     Précisons aussi que nous n'étions pas du tout abonné à cette revue, et qu'elle est arrivée dans notre bibliothèque, tout simplement après le décès d'une parente qui habitait à 100 m de chez nous.

     Et, dans cet article, on le sait déjà, (voir le premier volet) , il y a un passage hors-norme, de B>l'Amiral Byrd, qui s'exprimait avec des sous-entendus notoires.


      Reprenons alors volontairement cet incroyable texte :


      "
Pour la première fois, nous possédions une image assez nette de la configuration du continent austral, mais il subsistait au-delà du pôle , une région aussi vaste que les États-Unis, entièrement inconnue, et dont il n'existait aucune carte...".

      Bien sûr, Byrd ne parle pas ici de la découverte d'une quelconque végétation, mais vous avez bien noté le terme "au-delà", et non "autour" du pôle, ou "après le pôle", ou encore "derrière le pôle". L'expression "au-delà du Pôle", nous l'avons souvent dit dans nos articles, nous fait plutôt penser à une contrée bien à part, et qui n'a pas, le mêmes particularités, que celles que l'on trouve autour du Pôle.

       Mais, comment peut-il exister"au-delà du Pôle", une immense région, surtout "inconnue", alors que chacun s'attend à n'y trouver, à perte de vue, que des étendues glacées et neigeuses très caractérisées ?

      Il ne faut pas oublier (nous l'avons aussi souvent exprimé) que Byrd, était un militaire de haut rang, et qu'il était évidemment astreint, à une stricte obligation de réserve, à laquelle il ne pouvait se soustraire, même à la retraite.

    Bravo donc, à cette revue "Sélection du Reader's Digest", de nous avoir dès début de 1956, mis aussi, en alerte sur des événements surprenants, arrivés sur le continent Antarctique...

     A vous de juger, tout cela... documents à l'appui.

    Rappelons aussi, (et nous l'avons déja exposé amplement plus haut), que dès 1929, donc pratiquement 27 ans avant 1956, il avait survolé le Pôle Sud, et avait alors, participé à une incroyable émission de radio (disparue de la circulation), dont l'extraordinaire reportage, ( (voir plus haut), nous est fait par l'écrivain célèbre Charles Berlitz. "

    Que celui qui a des yeux pour voir, et un esprit curieux pour comprendre, s'interroge franchement sur tout cela, et surtout en tire l'envie de vouloir en découvrir davantage.

    Il nous appartient alors maintenant de présenter, une aventure très particulière, arrivée à l'amiral Byrd, au Pôle Sud, mais aventure, dont il nous manque les références exactes.

       L'information en question, est sortie dans le n° 21 de la revue Nexus de Juin-Juillet 2002...

      Bravo donc, à l'internaute, qui trouvera dans un vide-grenier, cet exceptionnel n° 21 de Nexus.

      Pour les puristes donc, voici aussi, la couverture de cette remarquable revue :


et dont voici à titre documentaire le sommaire :



où, l'on découvre un article concernant la Théorie de la Terre creuse, qui pour ARTivision, est parfaitement démontrée, noir sur blanc  , dans près de 100 articles et des poussières ... Point Barre.

     Voici donc, ce super article de Monsieur Pascal Cazottes, dont nous donnons seulement, le début :


     Voyons d'abord ce texte préliminaire :


     Et au bas du texte, on découvre plus clairement :


    Les phrases en rouge, sontassez claires et significatives, pour que nous n'ayons pas besoin d'en dire plus, n'est-ce pas ? On reste cependant bouche bée, en découvrant que c'est le génial mathématicien suisse Euler ( 1707-1783), (toute information à son sujet concernant un texte, où il affirme cette affaire de Terre creuse, serait la bienvenue), qui semble être le premier ( il y eu d'autres thèses bien moins superbes), à avoir conçu que la Terre pouvait, être creuse avec surtout, un soleil central, tel que le découvrirent ( voir notre article à : SmokyGod.html ), les norvégiens Olaf Jansen et son père, partis en voyage de découverte en 1829, en direction du Pôle Nord.

    Selon nous, ce mathématicien prodigieux, a dû recevoir en temps utile, une inspiration bien calibrée, pour nous produire une si remarquable thèse, qui n'est toujours pas admise dans nos universités, et thèse, qui remet en question toute notre connaissance de la géographie et de la géodynamique de notre planète Terre, et même la connaissance intime de notre système solaire.

    Si nous parlons ici de cette audacieuse hypothèse, d'une inspiration, venue d'ailleurs pour prodige Euler (et pour bien d'autres écrivains comme Jules Verne), c'est d'une part parce que le site ARTivision, ne croit pas du tout, au banal Hasard, soumis à une simple fonction aléatoire, des rationalistes endurcis, et que d'autre part, nous allons une fois de plus nous référer, à l'incroyable texte (déjà présenté dans de nombreux articles ), dit transcendant, (venu d'une autre dimension supérieure à 3 ) qui suit, et texte qui ferait rêver sans doute assurément même, les meilleurs auteurs de Science-fiction :

     "L'intérieur de votre Terre est creux ; un Soleil y réside, permettant la vie comme sur la croûte extérieure de cette planète. Chaque humanité vit dans une des réalités physiquesd'Urantia Gaïa. Suivant le cercle d'influence atomique, certaines peuvent avoir des relations directes et physiques avec le peuple extérieur, vous Ainsi parmi les survols d'ovnis, quelques-uns sont imputables aux intraterrestres. L'harmonie interne de votre sphère d'accueil subirait des interférences si ces êtres n'intervenaient pas dans votre évolution. Il n'est pas rare que les scientifiques internes surveillent les travaux des vôtres, les aidant même en laissant des formules dans la matrice des ordinateurs ou en envoyant l'un des leurs se fondre au sein de votre multitude. Certains occupent des postes importants dans votre société, contrôlant ainsi les progrès, en favorisant certains ou en écartant d'autres, mais en tenant toujours compte de votre degré d'ouverture d' esprit, de vos faiblesses, de vos points forts et du maintien de l'équilibre du centre de la Terre. Parfois, des documents disparaissent, étant jugés sortis trop tôt, pour réapparaître dans une séquence plus appropriée. Il est temps de trouver un point de rencontre conscient entre eux et vous. Seule votre volonté de développer un échange sain, fraternel et respectueux entre chaque ethnie concrétisera cette rencontre. Pourtant, les habitants de l'intérieur de la Terre n'ont jamais été aussi ouverts à une telle éventualité. Votre conscience sera touchée par des informations révélant autant la vie stellaire que la vie intraterrestre. Il est même possible que certaines portes d'accès du centre de la Terre s'ouvrent à quelques-uns d'entre vous afin qu'ils puissent témoigner de la réalité de leur existence. Votre grand visionnaire et prophète Jules Verne, vous a préparés aux ouvertures de ces temps nouveaux. Rapidement et étrangement, vous pourriez éprouver comme une surdose d'informations, déstabilisant ainsi vos croyances établies et fragilisant vos tendances à vous accrocher aux lois actuelles".

     Extrait pages 172 et 173 de "Voyage" tome III de Soria Edition Ariane Mars 2002.

      Mais, si vous savez lire entre les lignes, de l 'extrordinaire texte précédent, on peut imaginer alors que Jules Verne, et sans doute d'autres écrivains bien choisis, ont été contactés, en leur temps, soit par télépathie... soit directement par des missionnaires spéciaux de la Terre intérieure, pour préparer l'arrivée des découvertes extraordinaires, mises en relief actuellement, avec ses faibles moyens, par le site ARTivision.

      On pourrait en effet écrire un ouvrage en entier, uniquement sur le passage en question ( avis aux journalistes, aux éditorialistes et autres amateurs psychologues et philosophes des mystères de ce monde).

      Mais ce jour, nous allons encore monter le niveau de notre exposé. Jetez par exemple, un coup d'oeil à la photo qui suit, et qui est tirée pourtant d'une revue d'informatique très connue. Il s'agit du Micro Hebdo n°568 du Samedi 11 Mars 2009 :



      Cette image, nous rappelle étrangement, celle-ci n'est-ce pas, déja vue plus haut :



      Disons alors que les Maîtres, qui vivent très longtemps, interviennent depuis des lustres dans les affaires humaines, comme de plus l'illustre, le célèbre film "Retour sur Terre"de Star Trek 4, de 1987,


     Ceux qui ont eu le privilège de visualiser ce film, se souviennent alors que l'équipage de l'Enterprise, un vaisseau spatial du XXIIIe siècle, remonte le temps et débarque sur Terre en plein milieu du XXe siècle, pour sauver deux baleines.

     Une fois de plus, le site ARTivision, peut dire ici, que "la réalité surclasse souvent de très loin, la fiction".

     Alors Messieurs les éternels détracteurs zététiques, si cela vous fait encore sourire sous cape, préparez-vous à raser les murs le soir, car tout cela sera révélé très bientôt.

      Mais, poursuivons la découverte de ce super article, où il y a surtout le passage suivant en page 31, dont hélas l'auteur ne donne pas les sources...(Merci donc mille fois à l'internaute béni, qui pourrait nous dire, d'où est tiré ce texte inouï).

     " ...Mais cette découverte n'est rien comparée à celle que fit Byrd, le 14 juin 1947...

     Naturellement, Byrd et ses hommes n'hésitèrent pas un seul instant lorsqu'il s'est agi de prendre la décision d'atterrir. Une fois posés au sol, ils virent une masse sombre se déplacer à quelques 1500 mètres d'eux. Après avoir saisi ses jumelles, Richard Byrd put distinguer nettement un animal s'enfonçant dans un fourré, et identifia la bête en question comme étant semblable à un... mammouth ! Cependant, les compagnons durent renoncer à aller plus avant, car s'enfoncer dans ce lieu inconnu, sans aucune préparation préalable, aurait relevé de la plus folle témérité. Aussi, est-ce la mort dans l'âme que Byrd et ses hommes remontèrent dans l'avion afin de rejoindre le camp de base. Dés leur retour, ils ne manquèrent pas, bien entendu, d'informer leurs camarades restés sur place de leur fabuleuse découverte, et il fut décidé qu'une expédition plus conséquente s'en irait, dès le lendemain, explorer cette vallée des merveilles. Malheureusement, l'équipée ne réussit pas à retrouver ce lieu unique dont l'emplacement avait pourtant été localisé dans le secteur du pôle géographique. Dans l'hypothèse où cette histoire est vraie, il peut être envisagé que Byrd et ses hommes aient pénétré à l'intérieur de notre terre, sans même s'en apercevoir, en passant par une espèce de sas dont la porte aurait été ouverte au moment propice. Ce qui expliquerait, d'autre part, pourquoi le chemin ne put être retrouvé la fois suivante. Mais tout ceci n'est encore que spéculation gratuite.
"

     Fin de citation.


     En fin de compte, cette vallée des merveilles, était devenue introuvable, et inaccessible...

     Cependant, en parlant de " sas dont la porte aurait été ouverte au moment propice", l'auteur a certainement eu vent de la phrase inouïe, parue dès Mars 2002 du collectif Soria, et phrase que nous reprenons ici, étant donnée son importance :

"...Plusieurs portes d'accès sont disséminées à la surface de cette Terre. Dernièrement, vos satellites et vos astronomes ont pu constater la dilatation des pôles, qui sont parmi les entrées des mondes internes"...

      Monsieur Pascal Cazottes, pouvait aussi avoir eu en main l'ouvrage de Siragusa de 1979, où ce dernier parle en vrai précurseur de la dilatation du Pôle Nord.

     Ce n'est pas en effet, une information cosmique, que l'on trouve à tous les carrefours à portée de mains, et même l'ouvrage de Raymond Bernard, "La Terre creuse", publié en 1971, n'en parle pas. Mais lui, Mr Pascal Cazottes, en avait eu la remarquable révélation.

     En effet, dans le même article du Nexus n°21, de 2002, il a écrit aussi cela :

     " D'ailleurs, l'on peut constater que les mystérieuses ouvertures n'apparaissent plus sur des photos prises précédemment ou ultérieurement. C'est alors que vient à point nommé la théorie des «pro», qui vous expliqueront que les ouvertures aux pôles s'agrandissent et se rétractent à la manière de l'obturateur d'un appareil photo, trouvant ainsi et du même coup une explication au fait qu'aucun explorateur n'ait jamais trouvé ces fameuses ouvertures ".

     Tout est clair, désormais Mr Pascal Cazottes était parfaitement au courant déjà, au moins dès Juin 2002, de cette affaire inconcevable de dilatation des pôles et de territoire polaire inaccessible, et nous serions très particulièrement enchanté , qu'il veuille bien expliciter plus avant, dans un autre article l'origine de cette la théorie des «pro», à laquelle il a fait, si bien allusion.

     Nous ne terminerons pas la transcription de ce super texte de Mr Pascal Cazottes, sans ce petit clin d'oeil, à un film montrant des actualités de 1926 :


      Aux dernières nouvelles, les recherches du Webmaster d'ARTivision, l'amènent à déclarer, que cette lectrice du magazine "Amazing Stories", s'appelait Miss Dorothy E. Graffin, et vivait à New York.

      Alors, Messieurs les journalistes et consorts blasés, si vous retrouvez cette missive dans un petit coin, non seulement, vous aurez gagné le Super Gros Lot, mais en plus votre nom sera désormais, sous peu de temps, cité, dans les manuels d'histoire de cette planète.

     " Cette année (1929) un film d'actualités a pu être vu dans les cinémas d'Amérique, où l'on y décrit les deux vols. Ce film a également montré des photographies de journaux concernant "la terre au delà du pôle avec ses montagnes, les arbres, les rivières et un grand animal identifié comme un mammouth". Aujourd'hui, ce film d'actualités ne semble pas exister, bien que des centaines de gens se souviennent de l'avoir vu. Ils ont vu des choses enregistrées sur ce film qui prouve que cette terre inconnue, inexplorée, et actuellement non admise, existe."

     L'auteur dit que l'existence de ces actualités filmées, a également été confirmée dans un certain nombre de lettres de gens qui les avaient vues.

     Mais d'après ce qui suit, cette lettre aurait plutôt été envoyée à Ray Palmer, Directeur de la Flying Saucer's Review:

     En effet voici ce que l'on peut lire sur le site :

http://aliensandufos.forumco.com/topic.asp?TOPIC_ID=730

     "Magazine editor and publisher Ray Palmer stated that hundreds of his magazine readers recalled seeing the newsreel filmed by Admiral Byrd during his 1929 flight BEYOND the south Pole. It was shown that year in American movie theatres. Here is a letter from one of the magazine's readers: "Dear Ray Palmer,

     There still seems to be considerable controversy about Admiral Byrd's flights to the North and South Poles and what he saw in the interior of the earth at the South Pole, but nobody ever mentions the DOCUMENTARY FILM, WHICH BYRD TOOK ON HIS FLIGHT IN COLOUR, and which was shown in motion picture theatres throughout the United States soon after Byrd's return home. (My sister (Miss Dorothy E. Graffin), and I, saw this in White Plains, New York.)

     Byrd narrated this film himself and EXCLAIMED IN WONDER, AS HE APPROACHED A WARM WATER LAKE SURROUNDED BY CONIFERS, WITH A LARGE ANIMAL MOVING AMONG THE TREES, and what Byrd described as a 'MOUNTAIN OF COAL, SPARKLING WITH DIAMONDS'.. Sincerely,
".


     Et voici notre traduction approximative :

     "Éditeur de magazine et éditeur Ray Palmer a déclaré que des centaines de ses lecteurs de magazines se rappelaient le fait d'avoir vu les actualités filmées par l'amiral Byrd au cours de son vol 1929 AU-DELÀ du Pôle Sud. Ce film a été diffusé, cette année là, dans les cinémas américains. Voici une lettre d'une des lectrices du magazine:

"Cher Ray Palmer,

     Il semble toujours y avoir une controverse considérable sur les vols de l'amiral Byrd aux pôles Nord et Sud et ce qu'il a vu à l'intérieur de la terre au pôle Sud, mais personne n'a jamais mentionne le FILM DOCUMENTAIRE en couleur que BYRD a pris lors de son vol , et qui a été montré dans les salles de cinéma aux États-Unis peu de temps après le retour à domicile Byrd. (Ma sœur (Miss Dorothy E. Graffin) et moi, avons vu ce film à White Plains, New York.

     Byrd commentait lui-même ce film et exprima son émerveillement, comme il approchait un lac d'eau chaude, entouré par des conifères, et apparu un gros animal se deplaçant sous les arbres que Byrd décrit comme une "MONTAGNE CHARBONNEUSE", étincelante de diamants ».

Cordialement,
"

"Fin de citation
.

      Comme vous le voyez, il n'est pas mentionné dans quel document de Ray Palmer apparaît cette extraordinaire lettre. Il va sans dire, qu'il est donc impérieux que l'on retrouve ces lettres, si elles n'ont pas été jetées négligemment, à la poubelle...

      Quant au film en question, il existe certainement quelque part, et il est évident que le journaliste ou autre archiviste, qui mettra la main dessus, touchera bien plus qu'un gros lot de la loterie. Avis aux amateurs...

      Mais, ce 4 Mars 2018, c'est le journal France-Antilles, qui va nous permettre de hausser, une fois de plus, le niveau culturel de cet exposé. En effet, lisons attentivement, ces deux documents :



     Avant d'en dire plus, rappelons en passsant au novice ingenu qui vient de découvrir notre site, que le terme Aliens, contenu dans le titre de cet article est un terme très générique, qui peut à la fois signifier : - Les Dieux, de nos prétendues légendes dieux, qui ne sont que des authentiques extraterrestres venant d'autres galaxies (malgré la reticence des savants actuels à admettre cela, bien que certains audacieux admettent le passage par des trous de ver), - Les intraterrestres vivant au sein de notre planète qui est creuse, - Les terriens, qui ont quitté la Terre, il y a des milliers d'années à la suite d'un cataclysme gigantesque, - Les habitants des autres planétes de notre système solaire, car toutes les planètes de ce systeme solaire sont creuses et même parait-il, le Soleil...

     Revenons alors à nos documents ci-dessus dont le premier et le second, ne sont encore que des manifestations d'individus décérébrés et totalement ignorants des secrets incroyables que nous cachent ceux qui nous gouvernent en haut lieu comme par exemple, cette figure topologique totalement inexplicable officiellement, de Miranda satellite d'Uranus, en forme d'ovales très allongés et dont les structures évoquent incontestablement des champs de courses de chars romains à la "BEN HUR".


ou encore comme cette gigantesque superstructure placée sur la face cachée de la Lune, que nous avons présentée dans de très nombreux articles de notre site, et que ne peuvent aucunement expliquer, Prêtres, Évêques, Archevêques, Pasteurs, Grands Rabbins, Mollahs, dirigeants Bouddhistes, et autres consorts confessionnels annexés, qui ne jurent que par des textes éculés et trafiqués...:


     Cette superstructure, on le sait,, à l'aspect d'un demi porte-avions et en arrondissant, de prés de 30 kilomètres de long et dont la partie centrale serait constituée de sphères de près de 4 km de diamètre apparemment surmontées d'une sorte de" flèche gigantesque".


     Même nos scientifiques ne pourraient pas nous expliquer cela, et l'excellente revue intitulée : "Monde Inconnu", en parle dans son n° 390 de Février-Mars 2018 :



      Alors Messieurs les anarchistes révolutionnaires et autres va-en-guerre jihadistes décérébrés, qui tuent leur frères de misère de passage sur cette Terre, et qui ne savent pas, qu'ils sont considérés en haut lieu par ceux, nous gouvernent en douce, comme des pions sur un jeu d'echec, et qui on le sait, cachent au monde entier, une vérité inouie, et gouvernants, qui nous assimilent ainsi à de véritables de minables minus, à mener par le bout du nez. demander donc à vos zélés commanditaires et autres instructeurs agréés, et s'ils peuvent expliquer ce qui précède, et s'ils ne le peuvent pas,, tourner leurs, le dos, sans la moindre hésitation. Point barre... .

      Voyons maintenant la troisième image extraordinaire du France-Antilles du 3 Mars 2018, hélas quelque peu tronquée, et dont certaines colonnes ont été amenagées par nos soins.


      Cette image, nous apprend, sans la moindre ambigüité, que l'être humain est d'une complexité et d'une adaptibilité incroyables. Son ADN régit son comportement, bien plus qu'on ne se l'imaginait.

       Il va sans dire que le comportement des jihadhistes cités plus haut, ou dans celui là :

qui raconte l'attentat perpétré à Manchester le 22 mai 2017, vers 22h 30, et que présente, le journal "Le Monde", peut parfaitement être dévié psychologiquement, en agissant sur leur cursus culturel archaïque. En effet, l'on pourrait alors avoir dans ce cas un résultat plus positif qu'actuellement, si l'on voulait vraiment appliquer les conseils indiqués plus bas, et souvent mis en exergue par le site ARTivision :

      Ce site affirme, une fois de plus, que pour arrêter ces jihadistes, et autres consorts "va-en-guerre", qui ignorent assurément, entre autres choses ce qui suit, et qui fut publié, par nos soins, en Avril 1974, il y a déjà 44 ans, en 2018 :

  

     Et voici le texte de présentation :

  

      Comme nous sommes bien arrivés au Temps des Révélations, ces conjurés, d'En Haut, n'ont donc que deux solutions pour neutraliser rapidement et très efficacement, les piètres vélleités, des révolutionnaires "va en guerre" :

- Soit, avouer, le fait que la Lune est habitée, depuis des lustres par des entités très évoluées, qui nous considèrent comme des ninus batailleurs insignifiants...

- Soit, avouer aussi le fait que l'affaire Roswell, est authentique, et prouve clairement que d'autres êtres cosmiques, visitent la Terre depuis des siècles .


       Le site ARTivision affirme, preuves à l'appui, depuis des lustres que ces deux faits extraordinaires, ont été cachés à l'humanité entière, pour de vulgaires questions de stratégies militaires et d'hégémonie politique et économique, et donc pour satisfaire les désirs de puissance des nations, alors que la connaissance de ces événements, porte en elle-même, la raison majeure d'unir l'Humanité, et d'en finir une fois pour toutes, avec ces guerres dérisoires qui la déchirent depuis des siècles ...

       Pour mieux comprendre, les tenants et les aboutissants de cette affaire,, faisons une fois encore ici, importante digression :

       Imaginons alors d'une manière plutôt réaliste, qu'il n'y a pas bien longtemps, dans l'histoire du Nouveau Monde, deux tribus amérindiennes voisines d'Amérique du nord, ( par exemple les Sioux et les Comanches), et ou même d'ailleurs, cela n'a aucune importance, s'entretuent à l'époque de Christophe Colomb, à l'aide de flèches bien aiguisées et empoisonnées, pour une vulgaire et futile question de zone d'influence, et d'une infignifante limite territoriale.

     C'est alors qu'arrivent, à leur plus grande stupéfaction, ceux appelés au Nord, pudiquement les pionniers, et au sud les conquistadors, munis de chevaux effrayants, de canons tonitruants, et de fusils qui tuent à de longues distances, et envahisseurs qui chassent sans remords les belligérants, dont nous venons de parler, pour s'emparer de leurs précieuses terres, faisant l'objet des litiges évoqués entre les deux tribus.

     Que pensez-vous qu'il arriva ? Croyez-vous vraiment que ces amérindiens vont continuer à se battre entre eux, sous le regard cynique et amusé, de leurs envahisseurs ?

     Nous pensons au contraire, que ces deux peuples amérindiens vont vite s'unir pour faire front, sans doute hélas d'une manière dérisoire, à la nouvelle menace venue de l'Est, et menace qui, nous le savons maintenant, sera l'une des plus graves atteinte à l'écologie mondiale (voir à ce sujet l'excellent article de A. DOROZYNSKI page 72 à 84 de la revue "Science&Vie" n° 892 de Janvier 1992, et intitulé "Le plus grand bouleversement écologique de l'Histoire").


      Fin de la digression .

      Mais, lisons aussi , une fois encore, cela, tiré de l'ouvrage"Voyage " du collectif Soria, formé, on le sait de 4520 entités cosmiques :

  

      Ces derniers temps, nous avons été amenés à plusieurs reprises, à sortir de notre bibliothèque l'ouvrage deSoria, vieux de 15 ans (en 2017), ci-après , extrait des pages 185 et 186 :

     "...Votre isolement commence seulement à se lézarder. Les rayonnements des autres formes de vie pointent leur Lumière (Ombre ou Lumière : attention, tout n'est pas rose au sein des Univers !), et certains de vos gouvernements savent déjà à quoi s'en tenir ! Même s'ils ne vous ont pas révélé ces visites et essaient de vous ridiculiser dans votre approche des autres mondes, il est vrai qu'ils considèrent les habitants de cette Terre comme des retardés mentaux, à qui il faut cacher la vérité, de manière à ne pas les affoler. La population terrienne ne jouit pas d'une grande réputation aux yeux des dirigeants ! Étrange, votre choix d'être sans cesse rabaissés aux yeux des autres ! Ce miroir vous apprend-il encore quelque chose aujourd'hui ? Ne l'avez-vous pas assez exploité ? Ou avez-vous simplement oublié que vous pouvez exister sans cette reconnaissance aliénante ?...etc... ".

      Dur.. Dur... n'est-ce pas !!!, et l'on est quasi certain, qu'aucun de nos médias actuels ne pourrait soutenir un tel langage...! Point Barre...

      Donc finalement disons aussi... à bon entendeur salut.

      Mais, ce 7 Mars 2018, disons encore que le premier livre qui a osé parler de l'affaire incroyable tout à fait, du Paris Match 1028,, et qui normalement devrait faire grincer les molaires des détractreurs psycho-sociaux et consoerts intellectuels blasés, qui continuent à fourrer la tête sous le sable, pour ne pas nuire, à leur petit confort intellectuel et social, est celui de notre ami Alfred Nahon, hélas décédé de 1990, paru en Janvier 1983, et qui s'intitule"Les Extra-Terrestres et les mutations mondiales de l'ère verseau", et qui fut édité par Buchet-Chastel, et nous lui rendons ici hommage en publiant aussi sa photo :

  

      Voici alors ce que vous pouvez trouver aux pages 159 et 160 de cet ouvrage de 1983 de Mr A. Nahon :

" Paris Match, le 18 Janvier 1969 a publié une photo de la face cachée prise par Apollo 8 , et que j'ai sous les yeux. On y distingue clairement au sud-est d'une vaste région, une espèce de "super-structure" allongée, toute blanche, qui se détache nettement du paysage lunaire où elle se trouve . mon ami Fred IDYLLE .....dans le journal France-Antilles du 14 Février 1975 , écrivait " Dans le cas le plus dévavorable, nous avons estimé sa longueur à 26 km au moins... "

     Pour les puristes, qui veulent aller aux sources, voilà, en mieux, de quoi il s'agit :

     En effet, il y aura un grand chambardement dans les médias, quand les tenants et les aboutissants de "l'affaire du Paris Match N° 1028 " éclateront au grand jour. Aucun journaliste et éditorialiste de profession n'a jusqu'alors ni révélé, ni même, nous le pensons, rêvé un jour d'avoir à dévoiler une telle affaire. Mais comme le dit si bien un texte sacré bien connu : " Il n 'y a rien de caché qui ne doive être un jour découvert, ni de secret qui ne doive être connu .". ( Voir donc à ce sujet l'article sur "les Mystères de la Bible" à bible.html).

    Voici à titre indicatif, au cas où vous le voyez dans une brocante, la couverture de cet incroyable PARIS MATCH 1028:


     Mais, ce qui nous réconforte ici, est de savoir que ce grand chercheur et ami, que fut Alfred Nahon, a eu le temps de découvrir, l'ouvrage qui lui donne entièrement raison, paru 16 ans plus tôt avant son décès en 1990, de l'écrivain Patrice Gaston, intitulé "Disparitions Mystérieuses", et paru chez R. Laffont en Janv. 1974 dans la prestigieuse collection "Les énigmes de L'univers" :

    

     Et voici, un bref aperçu de la page 232 :

     " Les savants n'ignorent pas que la Lune est habitée, qu'une activité fantastique s'y déroule depuis des lustres, que parmi les milliers de photos qui ont été prises de son sol, il en est qui sont "la" preuve d'une d'une vie sur le satellite. Mais la NASA se tait. Sans doute attend-elle qu'on lui donne le feu vert pour faire - publiquement - des révélations. Ainsi, la conquête spatiale prendra-t-elle sa véritable dimension...."

     Ce n'est pas, à avis, la conquête spatiale qui aurait pris une autre dimension, si la NASA avait parlé, mais c'est toute l'humanité qui aurait pris un autre visage...sans doute plus fraternel, et certains conflits à revendications militaires, commerciaux; et souvent religieux... n'auraient plus de raison d'être.

     Disons donc aussi Bravo, à l'Editeur R. LAFFONT, pour avoir osé publier en 74, (cela fait déjà 43 ans, en 2017), une déclaration aussi fracassante, qui pourtant aurait dû inspirer davantage les détractreurs psycho-sociaux et consorts intellectuels blasés, qui continuent ainsi à fourrer la tête sous le sable :

pour ne pas nuire, à leur petit confort intellectuel et social...


    C'est donc pour cela, que le ARTivision, va devoir, une fois de plus, sortir pour le novice ingénu les images d'Eros, dont certaines ont déjà été présentées au premier volet. Ces images sont très diffcille à rejetter, par ceux qui comme l'autruche qui préfèrent s'étouffer petit à petit, en plongeant la tête sous le sombre sable de leur aveuglement :

     En effet c'est, le 14 février 2000, que la sonde américaine Near se satellisait à 355 km environ de l'astéroïde 433 Eros, un rocher d'environ 33 km de long dont la masse volumique est de 2,4 gramme par cm3 et dont on nous dit bien que les instruments de la sonde y ont noté la présence de plusieurs types de roches dont du pyroxène et de l'olivine des minerais à haute teneur en fer.

   Nous avons en effet, on le sait, eu le grand bénéfice de découvrir dans nos dossiers, une revue merveilleusemment illustrée, qui est le Science&VieJunior n°139 d'Avril 2001 que voici :


      On découvre alors dans cette revue, un super schéma,


qui montre bien, la complexité de l'exploit qui a présidé à la descente finale de la sonde NEAR de la NASA, sur l'astéroïde EROS : Cet atterrissage inouï et inespéré, qui eu lieu le 12 Février 2001. Et, chose très bizarre, cette descente de Near sur Eros, a été anoncée par la NASA, au tout dernier moment, comme si cette manœuvre, n'avait pas été préparée de longue date, alors que cela doit être prévu, de très nombreux mois avant le lancement. Que signifie donc ces cachotteries notoires de la NASA ? Avait-on, déjà les photos d'Eros, avant l'arrivée de la sonde Near ? A vous de juger...

       Voici donc encore un petit plus pour la route qui est une preuve incontournable que nous cachent, en Haut Lieu, les conjurés gouvernementaux et leurs sbires lêche-bottes :

    voici donc quelques vues d'Eros, que tout un chacun pouvait à l'époque consulter :



    Mais regardons de plus près :



    On découvre alors qu'il existe de nombreuses zones d'une blancheur notoire inexplicable, et on decrouvre ici des rayures ayant des barres parallèles coupant à angle droit un axe central. Mais il semblerait que cette blancheur cache parfois (comme le montre la flèche de gauche de la photo précédente et avec une loupe bien sûr c'est encore mieux) des formes très régulières (sortes blocs parallèles et orthogonaux)

    Nous aimerions connaître l'explication des spécialistes sur la nature du phénomène qui est à l'origine d'une telle érosion du sol de cet astéroïde, où rappelons le, il n'y a sur Éros, ni air, ni eau, ni vent, ni volcan, etc..

    Nous avons trouvé cependant une tentative d'explication de quelques spécialistes en vulgarisation astronomique :

    En Avril 2000, la revue "Ciel & Espace" dans son n°359 publiait d'excellentes photographies de ce rocher, et en voulant commenter ces rayures insolites du cratère précédent, elle nous dit ceci : " Dès le 14 Février cette image du pôle d'Éros a montré des détails d'une trentaine de mètres . On y voit en particulier, à l'intérieur d'un gros cratère de 6 km de diamètre, des rainures parallèles qui sugèrent la présence de strates . C'est l'indice que l'astéroide est issu d'un corps différencier bien plus important ".

     Donc si nous savons lire entre les lignes, cela signifie qu'Éros ne peut qu'être qu'un fragment d'un beaucoup plus gros rocher, détruit probablement par une collision gigantesque avec un autre corps céleste, et cela aurait été la raison de la présence de ces strates géologiques sur Éros. Le problème est que ces prétendues strates paraissent d'une fraîcheur inouie. A vous de juger tout cela...

    De plus, la présente sur Éros de nombreux cratères indiquerait une probable ancienneté de ce rocher, qui étant donnée sa petitesse pose donc bien des problèmes.

     Il existe ainsi des dizaines de photos d' Éros présentant ces zones extrêmement blanchâtres où l'on pourrait aller de suprise en surprises

    Par exemple regardons la photo suivante :


    En haut à droite de l'image, nous observons un complexe de structures ayant des segments à supports parallèles et orthogonaux et tout cela juxtaposé avec des trous parfaitement alignés.

    Voyons maintenant cette autre image d' Éros :

    

    Il ne nous reste qu'à attendre aussi que l'on nous explique la nature du phénomène capable que créer dans l'espace, sur un rocher en forme d'haricot plein de rondeurs, une topographie aussi structurée.

    Au mois de Décembre 2000, la revue "Ciel & espace", a sorti son n° 367, en spécifiant qu'il était "exceptionnel", car il représente, nous dit-on le "journal du siècle en Astronomie". Cependant à la page 88, une photo d' Éros prise le 26 Octobre 2000, à 7 km d'altitude, par la sonde américaine Near, (qui, la revue le précise surtout bien, a réalisé des prises de vue avec grand un luxe de détails), mais, où l'on ne voit, chose surprenante, qu'un terrain presque uni sans aucune des rainures et anomalies extraordinaires relevées plus haut et qui pourtant font partie de "ce luxe de détails" que nous aimerions bien voir de plus près. Voir l'image suivante:



     A vous d'en tirer les conclusions judicieuses qui s'imposent.

    D'ailleurs voilà pourtant une autre image bien plus signficative , que celle qui précède :


    Il y a aussi ces fameux blocs tout blancs, nommés "boulders" qui se dressent verticalement sur le sol uni d' Éros :



    Les nombreuses photos d'Éros , disponibles sur le site précédent, vous permettront d'en savoir un peu plus, mais voyons cependant, la photo suivante, où nous avons placé des flèches pour mieux localiser certaines structures étranges et très significatives.



    En effet si vous scrutez le bout de la flèche n°1, vous apercevrez une structure très insolite en forme T, qu'il faudrait surtout bien analyser, tant elle est surprenante, ainsi que d'autres structures qui se trouvent en bout de la flèche n° 2, un complexe très extraordinaire de structures où règnent un bassin étrange ayant des angles droits et jouxtant un ensemble de blocs insolites presque cachés hélas par l'ombre formée dans grand cratère.

    En suivant la crête supérieure du paysage, les flèches 3 et 4 montrent aussi très nettement deux formations insolites formés de blocs très structurés avec bords apparemment parallèles. Le rocher en bout de la flèche n° 5, lui, par la projection de son ombre au sol, nous montre qui a une forme très géométrique.

    Il y a bien plus à voir dans cette image (comme certains bassins rectangulaires ou presque carrés, rainures parallèles etc...), que nous vous laissons le soin de découvrir par vous même . Des agrandissements fidèles et un traitement informatique, faits par des spécialistes pourraient s'avérer, ici , très utiles pour révéler, enfin, ce que l'on nous cache depuis des lustres. Avis aux amateurs.

    Le 8 mai 2001 nous avons reçu du spécialiste en traitement photographique Yves V........ du canada l'agrandissement suivant :



    Il est donc curieux que cette structure très insolite ci-dessus, n'ait jamais été montrée en 3D par la NASA et les médias spécialisés si avides d'images chocs. Un grand merci donc à Yves V.................. pour sa remarquable contribution aux recherches plutôt pointues ARTivision.

      Jetons maintenant un coup d'oeil sur le site de l'ami Christian Macé à :


Vous y découvrirez cette très étrange sphère dans un cratère d'Éros :


Photo NASA de l'astéroïde ÉROS :
au fond du cratère, une sorte de bloc sphérique rocheux.

    Bien sûr les détrateurs endurcis auront vite fait de nous dire que sur Terre, on peut trouver des blocs de roches qui ressemblent à des sphères, quand on les regarde d'en haut, et qu'il n'y a pas de quoi en faire un plat.

     En effet, en agrandissant cependant, l'image en question, on découvre ceci :



    Nous ne comprenons pas d'ailleurs, que jusqu'à présent, aucuun spécialiste de la 3D n'a pas eu encore l'idée de nous présenter cette roche en relief. A vous de juger.

    Voici à nouveau maintenant une image d'Eros déjà vue au premier volet et qu'il convient de vite enregistrer, car elle pourrait disparaître à n'importe quel moment :


    Cette image est tirée du site :


, cette l'image extraordinaire Near 20000501:

visible à : http://http://nssdc.gsfc.nasa.gov/planetary/image/near_20000501.jpg et avec un agrandissement d'environ 6 fois :

 
    C'est le 30/05/2001, nous avons reçu de notre ami internaute Philippe S.........., tirée, à l'époque , du site:


où l'on voit au fond, d'une petite excavation, une forme très bizarre et très structurée, que les sceptiques auront bien du mal à justifier, par l'explication habituelle d'une érosion naturelle issue de phénomènes dont l'existence dans la région reste problématique. L' agrandissement, nous donne ceci :


    Notons en plus, que cette forme surprenante, présente des blocs verticaux à bords parallèles.

     Le site ARTivision met alors ici , chacun ( écrivains, journalistes, savants officiels) au pied du mur, et ils seront bien obligés un jour, de ne plus faire comme l'autruche et de tirer la tête sous le sable, pour analyser enfin ce fait implacable et très dérangeant de notre environnement.

    Notons en plus, que cette forme surprenante, qui présente des blocs verticaux à bords parallèles. D'après Roch Saüquere Directeur de la revue Top Secret, selon les commentaires de la NASA : ce rocher blanc au fond du cratère devrait mesurer 45 mètres. Faut-il encore y ajouter, 45 m, pour le bloc fin qui se déboîte en dessous ? Aux spécialistes de répondre !!

Nous attendons vos suggestions...

    Le 15 Octobre 2003, nous avons eu le grand privilège de recevoir de l'ami canadien Yves Vaillancourt (déjà présenté plus haut) le super message suivant, ayant trait, à l'étrange structure ci-dessus d'Éros:

----- Original Message -----
From: Yves Vaillancourt
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Wednesday, October 15, 2003 3:50 PM
Subject: Éros Structure

    Bonjour Fred.

    L'adresse permettant d'obtenir une image mieux définie de la structure d'Éros n'est pas fonctionnelle.
    J'ai donc récupéré directement de ton site l'image en question et je suis tout même arrivé à des résultats probants.
    Si toute fois tu pouvais me faire parvenir un fichier de plus haute définition,
alors il serait possible d'aller plus loin au niveau précision.
    Ce qui veut dire, moins d'interprétations subjectives. Je n'avais pas encore fait la modélisation de cette structure, cependant c'était dans mes projets, ton courriel m'a donné le coup d'envoi !

    La modélisation géométrique est basée sur une perspective dite « cavalière » ou « isométrique ».
     Elle fut possible suite à une observation minutieuse, basée sur 3 éléments distincts d'observation :

1-Schématisation de la structure suite à la réduction maximal du flou. Le reste est fait mentalement de manière subjective.

2-La forme des ombres est très révélatrice. En effet, c'est grâce aux ombres qu'il est souvent possible de reconstituer une structure en 3D.

    Dans la revue « Science et Vie » de ce mois-ci, il y a un article très intéressant à cet effet.

3-Les jeux d'ombres et de lumières, plus la dénivellation du terrain.

    Cette projection géométrique n'est en fait, qu'une interprétation possible du réel. Par contre, mon expérience de la schématisation et la qualité des détails observés me permettent d'estimer que cette interprétation schématique n'est probablement pas très loin de la réalité.

    À bientôt

    Yves

    P/S: En passant, le dernier « Ciel et espace » mentionne que la structure hexagonale que j'ai remarquée sur Io, est un lac de lave.

Yves Vaillancourt
Designer, spécialiste en traitement d'images.




    Fin de message

    Nous adressons nos vifs remerciements à Yves, pour ce travail remarquable.

    Mais revoyons l'image clef :


au travers du site :


 

     Où sont clairement inscrits les mots suivants : " Numerous craters and boulders as small as 8 meters (26 feet) across dot the landscape. The large, rectangular boulder at the upper right is 45 meters (148 feet) across"

      Notre modeste traduction serait alors : " De nombreux cratères et blocs rocheux atteignant à peine 8 mètres ( 26 pieds de large), agrémentent le paysage. La largeur du bloc retangulaire sur le côté droit en haut à droite est de 45 m (148 pieds)" .

     Si donc la largeur supérieure du bloc, mesure 45 m d'après la NASA, et a sur notre photo imprimée, 1,5 (mm), la longueur du bloc mesurant 5 mm sur notre image, on en déduit que cette structure bizarre, mesure en long, flèche comprise : (45x5)/1,5=150 donc 150 m.

     Nous avons aussi vu, dans le premier volet, qu'un autre courageux infographiste, nous a envoyé le 29 Mai 2010, du Service de Création de son entreprise spécialisée dans la 3D , les vues modélisées suivantes (légèrement différentes de celles de Yves V...........)





    Et en tenant compte du relief et du bassin dans lequel est placée la structure, on a aussi :


     Merci donc, mille fois, au Webmaster de cette entreprise, d'avoir accepté de nous structurer en 3D, cette surprenante image d'Eros qui pour ARTivision et représente une structure absolument artificielle. Point à la ligne...

     Que celui, qui a de bons yeux, pour analyser tout cela, en tire les illuminations, logique, historique et cosmique qui s'imposent, et surtout, le désir latent, d'en savoir plus.


     Mais, comme chacun le sait, nous avons alors ici, le plaisir de rappeler au novice ingénu, que le site ARTivision est un site Mystico -Rationaliste, et donc demandons une fois de plus au Grand Maître de Findhorn, (voir alorsFindhorn.html)), de nous en dire un peu plus sur notre comportement en général, qui explique ce qui précède, et propos qui sont extraits, on le sait, de l'ouvrage "Opening Doors Within"publié en 1986, par Eileen Caddy, décédée en Mars 2007 :

     En effet au 27 Février, on trouve ceci :


      Le site ARTivision, essaye donc avec ses faibles moyens plutôt archaïques, dans la mesure du possible, d'éviter de se comporter comme l'oiseau en cage en question.Et à bon entendeur salut...

     Allez, voici un petit plus, qui nous vient justement de ce jour le 7 Mars :


           La volonté de La Source et marche dans            
Ses chemins et La glorifiant.

La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (en français dès 1989).
Méditation pour le 7 Mars, après adaptation d'ARTivision.

     Fin de citation.

     Mais, ce 8 Mars 2018, disons ici, une fois encore, la maxime célèbre des anglo-saxons prudents : "Let us make hay, while the sun shines" (faisons du foin, quand le Soleil brille), et à la suite immédiate de ce qui précède, avouons, qu' il ne nous reste, n'est-ce pas, qu'à démontrer, que La Source, n'est pas une simple vue de l'esprit... Le Temps des Révélations, saura certainement bientôt, nous en dire plus..., et disons alors qu'ici nous pouvons assurément appliquer l'adage suivant :

"L'absence de la preuve d'une chose,
n'est pas la preuve de l'inexistence de cette chose"
.

         Et donc, si les scientifiques n'ont pas encore prouvé qu'il existe une Intelligence Supérieure, qui anime et règle le Cosmos, cela ne prouve pas, qu'ils n'arriveront jamais à le démontrer. Mais lisez donc Messieurs les rationalistes et consorts agnostiques irréductibles, l'entrefilet surprenant, plutôt récent en 2018, suivant :


       Ce communiqué de presse, n'est-il pas déjà, s'il en était encore besoin, une marche, vers les prémisses de la découverte du fait, prouvant que la Nature, n'est pas du tout un concept soumis aux tribulations d'un hasard aléatoire, comme on veut nous l'enseigner, dans nos écoles et nos universités.

        Mais il conviendrait aussi, dans le même ordre d'idée, de découvrir le super passage qui suit, et qui est tiré de l'ouvrage extrordinaire de Joseph Whitfield , ISBN 9.782880.580674, publié aux Editions Vivez Soleil en 1991, mais aux USA dès 1983 sous le titre : The Eternel Quest :

  

        Il importe aussi de savoir, que c'est une très forte intuition , qui nous a invité à commander ce livre, que nous avons reçu le 25/07/2012 :

    Voici donc, en page 185, le sublime passage en question :


     Comme cela est...tout à fait surprenant...n'est-ce pas !!!

    Mais il faut savoir que pour ARTivision, cette notion d'interdépendance des éléments qui constituent le vivant, ne recouvre pas du tout, une affaire de foi aveugle, mais plutôt une affaire de connaissance expérimentale...

    Cette assertion est basée sur les découvertes extraordinaires, révélées dans notre article hors normes, souvent évoqué sur ARTivision :


    L'article est intitulé "Intercommunications naturelles spécifiques chez les êtres vivants et retour à la dimension cosmique de l'humain ", et, dès Juin 1999, il avait mis l'accent sur des expériences extraordinaires prouvant la communication des plantes entre elles, des plantes avec animaux et des plantes avec les humains, et expériences qui auraient dû être répétées dans toutes les universités, car elles montrent incontestablement, l'unité du vivant et l'incommunication qui règnent entre ses éléments constitutifs.

    Mais au contraire, il est évident que ceux qui préfèrent "diviser pour régner", n'avaient aucun intérêt à diffuser ce genre d'expériences , qui pourraient grandement remettre en cause leurs moyens de pression sur les humains, qu'ils ont su si bien séparer par toutes sortes de combines.

        Il est alors bon de plus, de redire ici, (nous l'avons mentionné déjà, dans le premier volet) pour ceux qui lisent en diagonales, les modestes articles du site ARTivision, que ce site, très particulier, ne cautionne, aucune confession religieuse, n'appartient à aucun parti politique, aucun groupement ou association quelconque, ne rentre dans aucun forum, aucun réseau, ( pas de Twitter, ni de Facebook...etc...), et son Webmaster, aime fouiller dans les vieux documents de ses dossiers, pour y trouver la preuve que "le Passé de la Terre" fut bien plus fantastique, que ne sauraient l'imaginer, nos meilleurs auteurs de Science-fiction, et il dit alors un vrai bravo, à ceux qui ont de grands moyens, pour le démontrer.

et ce 8 mars 2018 et demandons une fois de plus au Grand Maître de Findhorn comment réagir en face des velléités débridées de ce Monde :

La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or .
Méditation pour le 8 Mars, après adaptation d'ARTivision.


     Fin de citation.

     Finalement, pour résumer tout ce qui précède, il nous vient, l'idée de placer ici, la superbe phrase de Lionel Hubert, tirée dans son ouvrage : "Les phénomènes Psi" aux Editions F. Lanore, Avril 83, page 61 :


"Ce n'est pas la lumière qui manque... mais, c'est le désir de voir, qui fait défaut"

       Mais ce 16 Mars 2018, voici un témoignage qui semble irrécusable (bien que l'on sache qu'il existe des infographistes félons), concernant la présence d'Aliens, dans notre système solaire, et témoignage extraordinaire qui nous a été envoyé par notre ami Alain N.... , très grand initié à la science ésotérique, et dont le site, d'une très grande richesse, est placé est à :


       Mais lisez alors ceci :


       Et veuillez ensuite, plonger svp, dans la vidéo :

       Et présentons alors seulement, ( par défaut de place et de moyens), les deux images suivantes, qui confirment tout à fait, les très nombreux articles, que nous avons déjà sortis, sur l'affaire des Aliens de Roswell...

  

       Maintenant venons en à la preuve de ce que presente le super Wistleblower ( Lanceur d'alerte du web ) Corey Goode dejà présenté plus haut et qui parle à Q21, des "Anciens Batisseurs", de la Lune sur le site, déjà vu plus haut :

       Ce qui va vous être presenté ci-dessous, est une exclusivité mondiale du site ARTivision, jamais contestée, ni même présentée par aucun média quelconque, même ceux les plus tapageurs, et avides de scoops hors-normes...

        Toute cette affaire est partie, du fait que le Webmaster ARTivision, a découvert dans sa bibliothèque, il y a quelques années déjà de celà, tout à fait par hasard...Hum, hum..., un ouvrage de vulgarisation en Astronomie, où apparaissent des structures tout à fait insolites, dans le Cratère Rutherford de la Lune, et strutures qui ont été neutralisée sur toutes les autres photos de la NASA.

     Cet ouvrage, que nous possédons dès 1973, porte le titre "Des Astres, de la vie et des Hommes" de l'americain Robert Jastrow, et il fut publié en 1972 par les Editions du Seuil à Paris, sises à l'époque au 27, rue Jacob, Paris 6e :


     Et à la page 86 de cet ouvrage on découvre cette image

     Et si nous agrandissons, la partie encadrée, on obtient en page 87:


     Mais voyons cela de plus près :


     Jetons maintenant un rapide coup d'oeil sur le grand cratère Clavius, où nous apercevons une étrange configuration dans le petit cratère Rutherford (61 ° S, 9 ° W).

      Et voici maintenant un agrandissement de la zone cerclée de rouge :

  


      Selon nous bien sûr, on y découvre, une profusion des formes géométriques spéciales avec de nombreux blocs à bords parrallèles et à angles droits. Tout cela ne laisse, aucun doute, sur le caractère artificiel des structures, que l'on y voit, , et cependant Mr Jastrow, n'y fait nullement allusion dans son ouvrage. A vous de juger tout cela ...

     Cet ouvrage qui est paru en anglais dès 1967 , est très connu dans les milieux de l'Astronomie anglosaxone, et est intitulé alors "Red Giants and White Dwarfs", de Robert JASTROW, chez Harper and Row Publishers incorporeted, à l'époque situé à : 49 East 33rd Street New York N.Y. 10016 .

      Nous avons le privilège de possèder la 3 ème édition de 1969, en version de poche, publiée par The New American library (Signet Science book Y4741) et dont voici les deux couvertures:

   


     En page 109, on trouve alors bien sûr, la même image, et en l'agrandissant, on a :


      La flèche rouge nous indique que le complexe très structuré de Rutherford est toujours là. Il y a une sorte d'obélisque surélévé sur une plateforme carrée. On y voit aussi cette sorte d'arche gigantesque (flèche bleue) qui semble en suspension sur du vide. pusique son ombre, apparaît en-dessous de son extrémité. Notons toujours à droite de cette arche, de nombreux blocs à bords parallèles ou orthogonaux.
      Surprenant n'est-ce pas!!!

      Nous avons imprimé l'espace en question :


, et mesuré en mm, les deux cratères Clavius et Rutherford :


      Comme les resultats dépendent de l'agrandissement choisi, les mm sont remplacés par un peitit u.

      On voit ainsi que, selon la prise de nos mesures, si d'après le site :


le cratère Clavius messure 225 km de large, notre Rutherford mesurerait alors : (225X26)/110= 53,1818, et avec l'imprécision de nos mesures, nous arrondissons volontier à 53 km bien que le site en question, nous donne pour Rutherfurd (en anglais) : 75 km.

     Avec nos mesures approximatives, nous en déduisons alors, pour l'arche qui donne 5 mm sur notre image imprimée, et Rutherford 15 mm : (53 x 5 )/ 15 = 17, 66 soit arrondi 17 km pour l'arche en question :


     Donc en conclusion, cet arche est gigantesque, et ce ne sont pas des entrepreneurs minus, qui l'ont érigé n'est-ce pas.!!!

     Nous avons même poussé l'audace, à commander la version plus récente de 1990, du livre de Robert Jastrow, et aussi intitulé "Red Giants and White Dwarfs", considéralement agrémenté d'images nouvelles, dont plusieurs en couleur ( le cratère Rutherford, y est aussi ingnoré totalement) , telle que :

  


      Et, en page 119, on y trouve aussi ceci, de déjà vu :



     La photo ci-dessus est de l'observatoire du Mont Wilson, et remonte à plus de 40 ans, à l'époque où personne ne se préoccupait de traces d'extraterrestres sur la Lune,...

     Ce négatif doit bien dormir quelque part et il faut absolument le retrouver,, car Monsieur Robert Jastrow doit être très agé (s'il est encore de ce monde), et lui il connaît certainement, où a été archivé ce négatif.

    Si donc l'on pouvait mettre la main sur le négatif, utlisé par l'auteur et l'Editeur pour publier cette photo de la Lune dans l' ouvrage en question, on pourrait agrandir tout cela, comme il faut pour en savoir bien plus.

    Le site ARTivision, n'est pas resté inactif à ce sujet :

    D'abord, nous avons contacté les Editions du Seuil à Paris, sises à l'époque au 27, rue Jacob, Paris 6e, éditeurs en 1972 en français du livre, de Robert JASTROW, intitulé alors "Des Astres, de la vie et des Hommes". Et nous avons fait chou blanc. Ils n'ont jamais eu en main ce négatif et de plus, ils n'ont même pas été capables de nous fournir l'adresse , (qu'ils ont obligatoirement connue), de l'éditeur américain du livre qu'ils ont traduit.

    C'est alors que, nous avons ensuite eu l'idée de demander à notre ami londonien Eric Barkian, de se charger de contacter l'Editeur américain Harper and Row, pour savoir s'il avait gardé par chance, ce négatif.

   Voici la missive que nous avons reçue de lui :

----- Original Message -----
From: Eric Barkian
To: fred.idylle
Sent: Monday, February 28, 2005 12:49 PM
Subject: Echos de mes recherches "Red Giants and White Dwarfs"

Cher Fred,

   Vous m'avez contacté, le mois dernier, afin de vous aider à retrouver le négatif d'une photo publiée en 1971 dans l'ouvrage "Red Giants and White Dwarfs" de Robert Jastrow aux Editions Harper and Row.

   Mes recherches se sont vite orientées vers le groupe d'Edition HarperCollins auquel j'envoyai une requête et qui m'informait, quelques jours plus tard que le groupe n'était plus propriétaire des droits d'auteurs et n'avaient donc plus le document en question en leur possession. Il m'était précisé que puisque le livre n'était plus publié, il était très improbable que le négatif existe encore et m'était suggéré de contacter le cabinet Greenbaum, Wolff & Ernst, à New york, spécialisé dans les transactions de droits intellectuels.

Mes investigations m'apprenaient que ce cabinet n'existait plus.

   Il me restait, comme vous l'aviez vous meme suggéré, à explorer une derniere piste: contacter l'observatoire qui avait pris la photo, celui du Mont Wilson.

   Apres une rapide visite sur leur site, je leur addressai un e-mail pour leur faire part de mes recherches.

   L'observatoire me conseillait de prendre contact avec L'observatoire de l'Institution Carnegie de Washington qui mettait un point final a ma recherche en m'informant que l'Institution n'avait plus de copie du négatif en question et qu'il était improbable que celui-ci existe encore.

   A bientot donc.
Eric.


   Comme vous le voyez, Maître du Temps, a fait son œuvre, et il fallait hélas penser à tout cela plus tôt, surtout si l'on avait les moyens, comme certains éditorialites et groupes médiatiques qui ont pignon sur rue dans cette socièté. Ils préfèrent donc fuir les reportages conduisant à la découverte d'une dimension plus cosmique de notre humanité. En voici un exemple parmi tant d'autres :

   En effet, plusieurs Chaînes de Télévision, n'ont-elles pas, il y a quelques temps, dépêché jusqu'aux USA, des "super envoyés spéciaux", pour retrouver les méfaits d'un habile escroc, qui a grugé de nombreuses personnalités importantes du Show Business, comme s'il n'y a avait rien mieux à faire que d'encourager d'autres escros, à agir davantage, encore dans le même sens, pour faire ensuite, la Une des journaux à sensation, bien que l'on sache que ce genre d'émission pourrait très modestement, servir aussi à avertir les gens encore crédules qui ont pourtant déjà été mis en garde par la presse et la radio ? N'y a-t-il pas, n'est-ce pas, bien plus de sujets importants, à monter en épingle, que cette affaire d'escroc, dans ces temps difficiles de la planète ? A vous de juger !

      Donc, les journalistes, les astronomes et consorts écrivains, plus éditeurs, qui ont eu en main le livre de Jastrow en question n'ont absolument rien vu concernant ces structures fantastiques de ce petit cratère Rutherford, , placé on le sait , à la page 87 du livre en français, et cela accrédite encore parfaitement la superbe phrase de Lionel Hubert dejà vue plus haut :

"Ce n'est pas la lumière qui manque... mais, c'est le désir de voir, qui fait défaut"

     Mais, comme il n'est jamais bon d'avoir un seul son de cloche ( bien que cette fois notre cratère Rutherford apparait ici, dans 3 ouvrages de 3 éditions différentes, que nous possédons ), nous devons une, fois encore, remercier vivement Super Hasard, pour nous avoir permis de mettre la main, sur une autre image, ne venant pas de la NASA, du cratère Rutherford.

     En en effet, en feuilletant, un peu plus avant, cette même revue (déjà mentionnée plus haut) , de Science&Vie d'Avril 1964, dont étant donnée son importance, nous vous donnons une fois de plus, la couverture :


     En arrivant alors, jusqu'à à la page 69 de cette revue, devenue incontournable pour ARTivision, nous sommes tombés à la renverse, en y découvrant une photo, pas très superbe, il est vrai, mais assez significative, de, devinez de quoi... du cratère Rutherford, et qui de fait, a été mentionné dans nos articles


et voici l'image en question :



     En effectuant une petite comparaison, voilà ce que cela donne :



      Il y a beaucoup de concordances entre ces deux photos n'est-ce pas !!!

     Peut-être aussi qu'un aimable internaute parlant l'anglais couramment, pourrait-il obtenir une autre photo de Rutherford, d'un autre observatoire astronomique (par exemple celui du télescope terrestre Keck du Mont Mauna Kea, à Hawaii. Nous avons écrit pour cela par envoi postal, à l'Observatoire en question. Peut-être, un jour aurons-nous une réponse, voir les pages en question placées à :


mais, nous n'y croyons plus du tout... ou encore le Grand Télescope des Canaries, GTC) . Nous refusons évidemment toute photo venant de la NASA, surtout par la sonde Clémentine.

    En effet, dans notre article : http://www.artivision.fr/Nasatangible.html, notre ami Frendelvel astronome amateur, nous a présenté, entre autres images, une photo de Rutherford prise en 1964 par la sonde américaine Clémentine, et voici ce que cela donne, (Le cratère Rutherford est encerclé en rouge).

 


     A moins que cela soit dû à un jeu de lumières parasites, qui annulle tout relief notable, nous voyons clairement que ces deux photos de Rutherford sont totalement différentes de celle de Jastrow vue plus haut.

     Le vendredi 3 Octobre 2014, nous avons reçu de notre amie très vigilante et super médium Aurélia (http://www.unepetitelumierepourchacun.com ), les photo de Rutherford prise à l'époque par Clémentine, et aussi par la sonde lunaire LRO :

   

    Puis concernant la sonde lunaire LRO :

   

     Jamais on ne voit le pilier central et surtout le fameux arche si bien caractérisé .

     Cela n'a rien à voir, n'est-ce pas avec la photo de Clémentine. Voyez plutôt :

     


     A vous de juger ces étranges différences, de formes et de structures de ces deux images.

    Nous avons alors, encore ici, une preuve absolue, que l'on se moque majestueusement, de nous.

     Alors, pensez-vous que la NASA soit encore crédible ?

     D'autre part, nous avons découvert, par hasard, dès le 22/02/02, une autre photo de Clavius  prise par un télescope de 305 mm Schmidt-Cassegrain :

    Bien que l'intérieur de Rutherford soit malheureusement dans l'ombre, le bout de la flèche fait apparaître cependant une structure bizarre, jointe à une flèche pointue, qui on l'a vu, ne semble pas être du tout apparente sur les photos de la sonde Clémentine.

    En terminant, cette affaire Rutherford, nous avons une petite pensée pour le regretté Stanley Kubrick, dont l'admirable film "2001 L'odysée de L'espace", nous a fait rêver en son temps. Or le scénario de ce film est d' Arthur C. Clarke (membre de l'Académie Astronautique, inventeur des satellites artificiels, prix kalinga de vulgarisation) qui avait imaginé, comme par hasard, que c'était justement dans le cratère Clavius (qui on l'a vu, englobe presque entièrement Rutherford), que l'on avait découvert un monolithe en forme de parallélépipède, signe du passage sur la Lune, d'une civilisation très avancée. L'auteur a pourtant choisi, ce cratère parmi des milliers d'autres. Comme le Hasard, fait bien les choses, ne trouvez-vous pas ?

     Pour les puristes, disons aussi que A.C. Clarke, avait déjà parlé dès 1948, de cette pierre noire, (sorte de balise cosmique prouvant le passage sur la Lune d'êtres très évolués) dans une "nouvelle" (qui a précédé son livre), et qui était intitulée " La sentinelle". Nous avons eu le privilège de pouvoir découvrir cette nouvelle en entier, dans la revue hélas disparue, Planète N° 32 du Jan-Fév. 1967.

         Mais avant de clore cet exposé prouvant sans aucune ambiguïté que l'on nous a trompé au plus plus Haut Niveau, et avant de prendre quelque repos bien mérité, nous ne résistons pas, une fois encore, à soumettre à votre grande sagacité, les propos, tout à fait hors normes,, en date justement du 16 Mars, du le Grand Maître de Findhorn, où il n'hésite pas à remetttre les pendules à l'heure, pour Les Temps Nouveaux, qui approchent à grands pas :

Qu'il ait aucun sentiment de compétition entre vous.
Quand vous prendrez conscience que
chacun a un rôle spécifique à offrir au Tout
cet esprit de compétition disparaîtra,
et vous pourrez vous détendre et être vous-mêmes.

Comme la vie devient plus simple
quand tu cesses d'essayer d'être quelque chose que tu n'es pas !
Tu as ton rôle à jouer dans le Tout ,
alors joue-le au mieux de tes capacités.
Le Très Haut vous dit de vous aimer les uns les autres.
Le fais-tu ou, par simple tolérance,
te donnes-tu des excuses en disant
qu'il y a certaines âmes avec lesquelles tu ne peux pas te fondre,
vu que vous êtes à des lieues l'une de l'autre ?

Vous êtes tous les bien-aimés du Très Haut ,
et plus vite vous en prenez conscience,
mieux ce sera, car vous êtes tous sous Son regard,
et Son amour coule vers chacun de la même manière.

Lorsque vous pourrez aussi accepter le fait,
que vous faites Un avec Lui,
vous pourrez accepter que vous faites Un, les uns avec les autres.


La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 16 Mars , après adaptation d'ARTivision



      Curieux n'est-ce pas, que ce langage qui s'oppose à tout le contexte de notre civilisation moderne, dont la maxime habituelle semble être : "Otes-toi de là, que m'y mette"

      Mais notez bien que, l' on a déjà pu supprimer, dans nos écoles maternellee et les autres petites classes, certaines notations d'élèves, pour ne pas trop traumatiser nos bambins ...

Alors, Messieurs les fidèles fervents des joutes militaires, culturelles, ou sportives, les Jeux olympiques ou autres quelconques compétitions, entre les humains si fiers de les exiber, cela vous branche toujours ...

     Mais, pour ceux qui continuent à rire sous cape en pensant que tout cela, ne sont que des niaiseries et des foutaises, pour mieux comprendre, ce qui précède, lisez plutôt ce qui suit :


Extrait des pages 186 et 187 de "L'Être Solaire" de Soria, Edition Ariane Juillet 2002.


     Comme on le voit la situation est loin d'être cool sur cette planète.

       Cela semble désormais très clair n'est-ce pas!!! , aucune notion de compétition, ne doit s'installer entre les hommes, et briser ainsi le contexte de l'Amour véritable entre eux. Vous pensez-bien, que ce n'est pas demain la veille, que nos sociétés actuelles, accepteront cette idée.

       Mais ce 21 Mars 2018, bien que nous ne sommes pas astrophysiciens et que nous ne pouvons confirmer l' affaire du Temps cyclique terrestre, mentionné ci-dessous, nous allons cependant, en dire deux mots et les spécialistes s'exprimeront alors, s'ils le désirent :

       En effet, beaucoup de gens, ont sans doute entendu parler de L'ére du verseau, que nous abordons en ce moment. Mais pour résumer cela, on doit savoir que l'axe de la Terre fait un tour, sur lui-même tous les, environ 25920 ans d'après les travaux de l'ésotériste français Jean Sendy, qui a publié en 1968, chez Julliard, cet ouvrage vraiment hors normes :

  

       Le site ARTivision, démontre dans de très nombreux articles, que c'est ce savant, grand maître de l' humour ésotérique, Jean Sendy, qui a amplement raison, car à notre avis, nous l'avons déjà dit plus haut, aucun actuel dignitaire religieux, ( prêtres, évêques, pasteurs, grands rabbins, Mollahs, et autres consorts confessionnels ), ne peut expliquer la présence sur notre satellite, de cette gigantesque construction d'environ 30 km de long :


Et pour voir encore mieux :


       On l'a aussi montré ci-dessus, que cette très étrange affaire, vient d'être publiée dans le n° 390 de Février-Mars 2018 de l'excellente revue intitulée : "Monde Inconnu, et elle avait aussi été publiée, il y a 44 ans , en 2018
, par la revue ufologique Ouranos, n° 11 en Avril 1974.

       Mais Jean Sendy, nous dit aussi, que ce tour de 25920 ans, s'achève ces temps-ci, et pour certains occultistes, il paraît que nous basculons alors dans le Temps des Révélations, où l'on ne pourra plus cacher grand chose aux communs des mortels....

    Mais voyons cela plus en détails :

    L'Axe Nord-Sud de la Terre, lorsque celle-ci tourne autour du soleil , n'est pas perpendiculaire au plan de rotation, mais il est incliné d'un angle voisin de 23°,26 . Cet axe ne reste pas immobile et fait un tour complet qui dure 25920 ans (ce chiffre varie un peu chez d'autres auteurs: 25800 pour certains, et 25868 pour d'autres ), période que l'on a divisé en 12 ères de 2160 années, chacune portant le nom d'un signe du Zodiaque (voir schéma ci-contre) .

    Notre Ère du Verseau qui suit celle des poissons, durera 2160 ans, comme la précédente.

     Mais, comme 25920/360 = 72 ans, on découvre qu'il faut donc 72 ans pour voir le Soleil se déplacer de , à l'équinoxe de printemps, le 21 Mars. C'est ce que l'on appelle, le déplacement du point Vernal. ( Plus académiquement, on apprend que ce point Vernal, est un des deux points de la sphère céleste où l'équateur céleste et l'écliptique se croisent). Le 21 Mars 1950, certains ésoteristes pensent que le point vernal est passé, de l'ére des Poissons, en Verseau. Il aura avancé d'un degré seulement le 21 Mars 2022.

     Ce phénomène est appelé la préccession des équinoxes, et il parait chose incroyable que les sumériens, ont inscrit ce phenomême sur leurs tablettes en écriture cunéiforme, il y a - 2500 ans, environ avant notre aire.72 ans pour repérer 1 degré de déplacement, du point Vernal, il fallait donc être très fortiche pour découvrir cela. Bravo donc aux sumériens initiés....Mais comment ont-ils pu trouver cela ? C'est là encore une façon de démontrer empiriquement que le Passé de la Terre est beaucoup plus fabuleux, que l'on ne saurait jamais l'imaginer et que ces sumériens ont bien hérité de la connaissance de Maîtres antérieurs initiateurs .

     Mais pour assimiler tout cela en ces temps du renouveau, il nous faut d'abord harmoniser nos vibrations corporelles, avec celles que nous prodigue la Nature, de toute éternité, et pour cela, restons Zen, et branché en continu, sur les vibrations harmonieuses du Cosmos, et en commençant déjà par écouter celles qui viennent du plus profond de nous-mêmes, de cette merveille extraordinaire que constitue le corps humain, proprement dit.

     Il va sans dire que pour faciliter notre contact avec la Nature et plus, nous devons fuir absolument toute information négative, qui génère la Peur et la Haine, en refusant d'accepter de regarder des films noirs, d'épouvante, et autres thrillers à frissons, de lire des romans noirs où règnent violence, crimes et exactions de toute nature, et aussi d'écouter de la musique et des sons qui dépriment déjà les plantes, ..etc...alors et alors seulement, on pourrait peut-être ramener sur cette Terre, Paix et Sérénité, au sein d'un Âge d'Or retrouvé, et d'un Amour véritable entre les humains.

     Soyons plus précis encore et expliquons cette affaire ésotérique, de l'ére du Verseau que nous venons d'aborder, et qui implique un changement total du contexte vibratoire de la planète Terre et de ses occupants :

     En effet, progressivement, on découvre que sur ARTivision, la notion de quatrième dimension, est de rigueur et que l'intuition personnelle est de mise, ( hélas, cela ne s'apprend pas dans nos écoles publiques), ce qui en fait un site tout à fait singulier, où rien ne se fait par hasard ...

     Les éternels détracteurs, vont enccore se tordre de rire, mais ils feraient mieux de relire, ceci déja publié sur notre site et rappelons que Le Très Haut s'appelle aussi La Source .

Rien n'est le fruit du hasard.
Il y a un dessein et un plan parfaits
sous-jacents à toute vie,
et tu fais partie de cette globalité ;
tu fais donc partie de ce dessein et de ce plan parfaits.
 
Lorsque tu vois d'étranges choses se passer
et que tu te demandes pourquoi elles t'arrivent,
 prends du temps pour voir
comment tout cela s'articule,
et tu verras qu'il y a une raison à toute chose.

Les raisons peuvent te surprendre,
mais sois prêt néanmoins à les accepter
et à apprendre au travers elles,
et ne lutte pas contre elles.
La vie devrait se dérouler sans effort.
Une fleur ne lutte pas pour s'épanouir au soleil,
alors pourquoi devrais-tu lutter pour t'épanouir
par la grâce de l' amour infini du Très Haut ?

Si c'est le cas, cela vient de toi,
et cela ne fait pas partie
de Son dessein et de Son plan parfaits pour toi.
La simplicité est Son sceau, alors garde la vie simple.
Reste sans cesse en contact avec Lui,
et regarde-toi te déployer dans
Son amour.

La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 30 Mars, après adaptation d'ARTivision.


        Mais terminons avec ces trois pages du petit livret de 1985, de 146 pages, n° ISBN 2-651157-918-8, suivant :

 

       En page 104 et 105, on trouve alors





Mais, ce 21 Mars voici le super buzz, qui va tout simplement scier les jambes déjà branlantes, des très suffisants détracteurs zététiques et de leurs consorts intellectuels blasés et engoncés dans leur cocons feutrés... :

Le printemps est là!
Le nouvel Âge est là !

Eveille-toi de ta somnolence
et contemple la merveille du temps présent

car tu vis une époque vraiment merveilleuse.

Vois le meilleur en tout événement

Attends-toi à des changements et va dans leur sens,
ne permets à rien en toi de les arrêter.

Ne crains jamais le nouveau, I'inconnu.
mais risque-toi sans peur,

sachant que la Source est avec toi, toujours.

qu'elle ne te laissera jamais, ni ne t'abandonnera.

Reconnais-La en tout, et rends-Lui , l'honneur et la Gloire.

Sache que c'est dans I'Âge d'Or
que tu es en train de passer, alors ne t'inquiete pas,
et ne lutte pas contre les changements qui apparaissent.

L'heure la plus sombre vient avant I'aurore splendide.

L'aurore est là
elle vient en son heure juste, et rien ne peut I'empêcher d'arriver.

La totalite, de l'Univers fonctionne dans ce rythme parfait,

alors pourquoi pas toi ?

La petite voix : EileenCaddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 21 Mars, après adaptation d'ARTivision.


Dur, dur... à encaisser n'est-ce-pas !!! ce super buzz, qui devrait inviter les cosmologistes et autres spécialistes des mouvements planétaires, à rechercher la présence permanente des vibrations de la Source en question, dans notre Univers, où les choses les plus extraordinaires peuvent arriver. Peut-être alors, que ces spécialistes pouraient mieux comprendre, le récit incroyable de notre amie de correspondance postale (dès le début l'année 2000) Rose C, dont le Livre a été publié sous le titre "Rencontre avec les Extra-terrestres" de ROSE.C, aux Editions du Rocher au début de 1979 :

  

       Cette incroyable affaire, fut présentée à nos articles clefs, dès le 4/12/1999 :




        Mais ce 27 Mars 2018, il nous semble utile d'ajiuter ici un autre passage très significatifs en priant aimablement, une fois de plus,, le néophyte ingénu, de bien s'acrocher aux murs, car à l'altitude où l'on va évoluer, il risque d'avoir pour lui, de très sérieuses turbulences...

        En effet, bien que l' extraordinaire histoire de Rose C, a dû déjà contrarier de nombreux penseurs bien calfeutrer dans leurs cocons bien académiques et aussi spirituels à souhaits, nous allons une fois de plus, (compte-tenu des tragiques événements arrivés récemment), mettre mettre au pied du mur, ceux, qui détienent les rênes du pouvoir et qui préfèrent garder le mutisme d'une carpe qui navigue dans une eau trouble, où sa vision est déjà très limitée.

         Commençons alors, par les informations suivantes tirées de Google :

Une fusillade dans un lycée en Floride fait plusieurs victimes
www.lefigaro.fr/.../01003-20180214ARTFIG00393-une-fusillade-en-cours- dans-un-lycee-en-floride.php
14 févr. 2018 ... Un tireur s'est introduit, ce mercredi, dans un lycée de Parkland, en Floride,
fréquenté par quelque 3.000 élèves. Le bilan provisoire serait d'un mort et au ...
Aux Etats unis vous avez plus de chance de perdre vos enfants dans une
fusillade scolaire que dans un attentat. Le gouvernement Trump/pence ne ...

Fusillade en Floride : la rage d'une lycéenne contre Donald Trump ...
www.lepoint.fr/.../fusillade-en-floride-la-rage-d-une-lyceenne-contre-donald- trump-18-02-2018-2195881_3241.php -
18 févr. 2018 ... Depuis la fusillade qui a fait 17 morts dans un lycée de Floride, le président
américain est resté coi sur la prolifération des armes aux États-Unis. Une
survivante de l'attaque l'a pris à partie samedi et a dénoncé avec force ses liens
avec la NRA, principal lobby américain des armes. « À tous les hommes ...

      Mais ce que l'on sait moins, car les médias n'ont pas jugé, bon de s'étendre là-dessus, c'est aussi que le 21 Mars 2018 :



      Autrement dit, certains quidams totalement timbrés préfèrent s'inspirer des actions stupides d'autres quidams encore plus fêlés, pour que l'on parle d'eux dans les dérisoires médias actuels. Mais quittons les USA, pour voguer plus près de nous; dans cette affaire terroriste, qui eu lieu en France, le Vendredi 23 /03/2018 ::

Attentat près de Carcassonne: le gendarme Beltrame égorgé par le terroriste

Publié le : Lundi 26 Mars 2018 - 10:19

www.francesoir.fr/.../attentat-pres-de-carcassonne-gendarme-beltrame-egorge -par-terroriste-lakdim -
il y a 14 heures ... Après l'horreur de l'attentat perpétré à Trébès, près de Carcassonne (Aude) est
venu le temps de l'hommage et de l'enquête. L'hommage notamment au
lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, le gendarme qui a pris la place d'une otage
dans le supermarché où s'était retranché Radouane Lakdim vendredi ...

Attentat près de Carcassonne: le point à 13h sur l'attaque terroriste ...

www.francesoir.fr/.../attentat-pres-de-carcassonne-le-point-13h-sur-attaque- terroriste-du-supermarche-trebes -
il y a 3 jours ... Tireur se revendiquant de l'Etat islamique, bilan provisoire, intervention en cours:
voici les toutes dernières informations disponibles sur l'attentat en cours dans un
supermarché de la petite commune de Trèbes, tout près de Carcassonne dans l'
Aude, ce vendredi 23. Suivez l'évolution de la situation en ...


Et voici plus de détails :



et la suite du bas à gauche devient :



        Vous avez bien lu, nous l'espérons, cet aphorisme séculaire et récurent, "C'est le même Dieu que nous adorons entre musulmans, chrétiens et juifs"

        Hélas le site ARTivision s'est fait pendant dejà 21 ans (en 2018) , un strict devoir de démontrer que cet aphorisme est totalement faux, car, il n'est plus besoin de sortir de l'école Polytechnique, pour s'apercevoir que ( par exemple) , le Dieu de l'Ancien Testament , n'est qu'un transfuge, sur le tard, des Elohim... dont le nom très mal traduit figure bien dans le texte en question, et que par ailleurs chacun peut l'affirmer et le vérifier, que Le Maître Jésus n'a jamais écrit nulle part, que l'Elohim de l'Ancien Testament, était son père spirituel, (que d'autres nomment la Source ou le Très Haut... , dont il rejette d'ailleurs a priori, et assurément, la " loi du Talion", car il affirme clairement : "Vous avez appris qu'il a été dit :" œil pour œil , et dent pour dent ". Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant... " Matthieu V-38.

      Ceci n'est-il pas bien l'application de la théorie de la "Non Violence", si chère au Mahatma Gandhi, et théorie qui a fait parfois ses preuves ?

      Mais disons aussi que Dieu de l'Ancien Testament,, que l'on a aussi appelé YHWH, Iavhé, Yahveh, Jéhovah, Adonaï, Êternel, le Seigneur, El shaddaï, the Lord... etc... , n'était en fait qu'un ancètre bien terrestre , de ces les dieux sumériens à peine présentés dans notre premier volet , (voir l'adresse au début de cet exposé), et qui aimait décimer les peuples, qui ne faisaient pas partie de la communauté très sélective, qu'il avait choisie, et sur laquelle, il pratiquait un eugénisme sévère : voir notre article très significatif:


      Donc pour en revenir aux attentats précédents que les autorités n'arrivent pas à circonscrire par leurs classiques et dérisoires manœuvres, seules nous restent, les options claires et nettes , déjà présentées plus haut, et que nous explicitons encore volontairement ici, sachant que nous sommes bien arrivés au Temps des Révélations, et que les conjurés d'En Haut qui tirent sournoisement les ficelles, n'ont donc désormais que deux solutions, pour neutraliser rapidement et très efficacement, les piètres velléités, des révolutionnaires "va en guerre" :

- Soit, avouer, le fait que la Lune est habitée, depuis des lustres par des entités très évoluées, qui nous considèrent comme des ninus batailleurs insignifiants...

- Soit, avouer aussi le fait que l'affaire Roswell, est authentique, et prouve clairement que d'autres êtres cosmiques, visitent la Terre depuis des siècles .


       Le site ARTivision affirme, preuves à l'appui, depuis des lustres que ces deux faits extraordinaires, ont été cachés à l'humanité entière, pour de vulgaires questions de stratégies militaires et d'hégémonie politique et économique, et donc pour satisfaire les désirs de puissance des nations, alors que la connaissance de ces événements, porte en elle-même, la raison majeure d'unir l'Humanité, et d'en finir une fois pour toutes, avec ces guerres et tueries dérisoires, qui la déchirent depuis des siècles ...

       Mais, comme le hasard, Hum Hum ..., fait toujours bien les choses sur ARTivision, il se trouve que le Dimanche 25 Mars à 18 h 05 locales, nous avons revu l'épopée du télescope Hubble, voir l'image de gauche, émission que nous avions aussi suivie le Lundi 12 juin 2017, voir l'image de droite :

  

      Mais pendant que nous y sommes, parlons un peu plus d'Hubble...

      Nous devons d'abord avouer que les prétendues images époustouflantes, des galaxies d' Hubble, comme par exemple, cette image surprenante, que l'on a bien voulu appeler "l'œil de Dieu":


, ne nous font ni chaud ni froid, car les grands manipulateurs de ce télescope ont été incapables (par suite des ordres qu'ils ont reçus d'en haut), de nous montrer certaines images de la Lune, bien plus proches de lui que celles du lointain Cosmos, et images qui posent problème, comme par exemple, celle que nous avons découverte dans le cratère Rutherford (ou Rutherfurd en anglais) (61°S; 9°W), (placé sur le bords du grand cratère Clavius), dont nous avons déjà parlé, ci-dessus.

      Mais voici tout de même une fois encore de quoi il s'agit étant donné son inportance :

  

      La photo ci-dessus est nous le savons de l'observatoire du Mont Wilson en Cafifornie et remonte à plus de 50 ans, à l'époque où personne ne se préoccupait de traces d'extraterrestres sur la Lune et Robert Jastrow en publiant son livre en 1967, n'y a probablement rien vu de saillant. Nous, nous y voyons dans le cercle rouge, ( qui entoure, à peu près, Rutherford), une profusion des formes géométriques spéciales, et il y a aussi des angles droits partout dans la zone en question, qui ne laissent aucun doute, sur le caractère artificiel des structures que l'on y aperçoit, et seuls les irréductibles détracteurs, vont fourrer encore la tête sous le sable, pour ne rien y voir de particulier.

      Mais en jetant un nouveau coup d'œil sur l'ouvrage incontournable de notre ami, hélas décédé en 1990, Alfred Nahon, "La Lune et ses défis à la Science ", paru aux Editions Mont-Blanc en 1973 .

  

          Nous avons alors, revu les images suivantes, de la formation lunaire dite Rima Hyginus qui, pour nous, est aussi étrange, que celle de Rutherford :


         Mais alors, nous nous sommes demandés si Hubble, avait éventuellement photographié cette configuration lunaire très remarquable, Rima Hyginus ?

        De ce fait, nous avons soumis à Google la proposition suivante : "Une seule photo de Hubble de Rima Hyginus sur la Lune"

      Hélas, la seule photo demandée, s'est présentée comme suit, sur le site :


.

        Mais regardez alors les trois photos en bas à gauche:


          Il y a bien sûr la seule image de Rima Hyginus, à droite mais surtout il ya juste à côté (comme c'est bizarre notre affaire de structure découverte page 33 dans le Paris Match 1028 du 18 Janvier 1969 et comme le hasard fait bien les choses n'est-ce pas

         Visualisons alors de plus pres cette topograhie de Rima Hyginus d'après le site ;


.

         Des fleuves de lave qui ont causé ces structures si insolites !!! Comme ces fleuves ont dû se contortionner curieusement, pour nous offrir ceci :


ou encore :



    Que celui, qui a lu ce qui précède, avec un esprit curieux pour comprendre, s'interroge franchement sur tout cela, et surtout en tire l'envie, de vouloir en découvrir davantage.

          Mais ce 30 Mars 2018, nous allons (s'il en était encore besoin, malgré tous les témoignages irrécusables montrés ci-dessus), fournir d'autres preuves irréfutables montrant que les coujurés d'en-haut, cachent au monde entier le fait que notre système solaire est assurément visité et exploté par des entités utilisant une technologie bien supérieure à la nôtre et que ces entités Aliens préfèrent ne pas mettre le pied ( comme ils le faisaient autre fois), dans la fourmillière débridée et toujours confiltuelle et coupe-jarret actuelle.

        Nous allons en effet, reprendre ici une affaire très significative montrant que certains journaliste prèfère de loin fourrer la tête sous le sable que de révéler une information succesptible de les sortir brutalement de leurs cocons bien feutrés dans cette société branlante :

        Commençons ce jour, si vous le voulez bien, pour le novice ingénu, qui découvre à peine ce site ARTivision, et pour lui éviter ainsi d'aller s'égarer, dans les arcanes informatiques de ce site, voici déjà un paragraphe où apparaisent, des nivellements inexplicables, caractérisés sur l'astéroïde 253 Mathilde, photographié à environ 1200 km de distance , la fin du mois de Juin 1997, par la même sonde spatiale NEAR-Shoemaker.

         L'astéroïde Mathilde, aurait pour dimensions 50 × 53 × 57 km et le cratère noir à peine visible vers le bas aurait 10km de large :



    Cette photo a été présentée à l'époque sur le site : http://www.solarviews.com/eng/mathilde.htm

         A vous de juger, une fois de plus, cette affaire.

          Voyons de même ici, des tranchées extraordinaires inexplicables et caractérisées sur Ganymède. le plus gros satellite de Jupiter, visité par la sonde Galileo, lancée en Octobre 1989 :

    Les images suivantes concernant Ganymède, sont tirées de la revue "Ciel & Espace" 340 de Septembre 1998:

  


    L'explication de la revue sur ces deux images précédentes est assez surprenante, pour que nous ne nous privions pas du plaisir de vous la transcrire:

Première image de gauche : " Bolides en rafale : une comète happée et brisée par le champ gravitationnel de Jupiter, s'est sans doute abattue sur Ganymède pour laisser cette chaîne de treize cratères, baptisée Enki Catena "

Deuxième image de droite : Ganymède, " un océan formé d'une croûte, mélange de glaces et de silicates. Cette croûte n'est qu'une succession de terrains sombres , très fracturés, et de terrains brillants plus jeunes, séparés de façon assez nette par des bandes claires; On cherche encore à comprendre dans le détail, les mécanismes de cette transformation "

    Vous avez bien lu, on ne connait pas encore les mécanismes de formation de ces structures: Quant à la comète qui se brise en heurtant le sol, et cela, en créant une succession rectiligne de cratères imbriqués, dont le dernier en haut est presque carré..."Bravo Super-Hasard, tu nous combles de joie...".

     D'ailleurs si vous voulez bien voir ce site d'Enki Catena , vous pouvez vous reporter, en rebelote, aussi à la même revue plus récente Ciel & espace n° 400 de Septembre 2003, où l'on trouve en page 46 l'explication suivante: " Enki Catena, une série de treize cratères, forme une chaîne à la surface de Ganymède. Elle résulte de l'impact d'une comète déchiquetée en au moins treize morceaux sous l'effet du champ gravitationnel jovien, peu avant sa collision".

     Vous avez noté, nous l'espérons le ton affirmatif de cette explication, où il est toujours question de la comète morcelée en 13 morceaux à l'approche de Jupiter, et morceaux qui ont bien voulu se précipiter sur Ganymède en ligne droite parfaite pour donner ces cratères à formes géométriques très structurées et où , si on les analyse à la loupe, on voit pulluler les angles droits. Comme vous le voyez, en cinq ans donc aucun progrès n'a été fait pour tenter une approche plus logique de l'explication de l'édification de cet exceptionnel site de Ganymède. A vous donc de juger...

    Mais voici encore un certain plus concernant Ganymède :

    Sur le site http://system.solaire.free.fr/asteroide.htm

, on découvre dans une présentation d'un chapitre consacré aux astéroîdes, le beau cadre :



     Nous avons sans doute mal cherché, car nulle part sur la page en question, nous n'avons trouvé quel astéroïde était représenté dans ce cadre (comme si cela était génant de le dire).

        Nous avons alors trouvé sur Google le site : http://www.astrosurf.org/rceleste/expGALILEO.htm qui nous apprend que le 22 Mai 2000, c'était la sonde GALILEO qui survolait la plus grosse Lune du système solaire : Ganymède :. Nous admettrons donc, dans ce qui suit, que nous sommes encore sur ce corps céleste Ganymède :. Analysons donc de plus près cette image :



         Aucune érosion habituelle et connue, n'étant possible dans dans la région en question, on aura bien du mal, à expliquer la totologie extraordinaire qui s'y trouve... n'est-ce pas !!!

      Venons en alors maintenant, toujours pour notre novice ingénu,, à cette affaire extraordinaire du Paris Match , qui s'est permis dans son n° 287 de Septembre 1954, (sans doute le premier article sur les soucoupes volantes de la revue), de parler de la découverte d'une nouvelle route construite sur la Lune, sans jamais nous montrer sa photo, qui pourtant intéresserait l'Humanité entière.


      Dans ce Paris Match, incontournable pour les passionnés des affaires d'ovnis, on découvre des témoignages inouïs, et surtout un laïus très favorable au sieur Adamski, qui était peu connu en France à l'époque, et donc pas encore villipendé par les rationalistes de tous bords, qui se disaient fermement cartésiens.

     Les anti-soucoupistes et consorts intellectuels blasés actuels, devraient lire avec une attention toute soutenue, ce passage très surprenant, de l'article, en page 63 :


      Rappelons, à notre novice en question, que le Major Donald E. Keyhoe, a travaillé à USAF (United States Air Force : Force aérienne des Etats Unis), et qu'il a dirigé pendant 13 ans, le NICAP: (Comité National Américain d'enquêtes sur les phénomènes aériens). C' est donc l'un des chercheurs les plus documentés sur le phénomène des Ovnis, et dont l'autorité est mondialement reconnue.

     On s'étonne alors, que les reporters Paris Match, de l'époque ( peut-être que l'on ne l'appelait pas encore à l'époqueune revue People et qu'elle n'appliqu'ait pas encore la devise "Le poids des mots" et surtout "Le choc des photos" ), n'aient pas bougé, le petit doigt, pour retrouver chez les astronomes en question, un seul cliché de cette route lunaire construite récemment disait-on, à l'époque. Voilà le genre de preuve qu'un journaliste patenté, doit obligatoirement se procurer. C'est exactement comme si une météorite était tombée sur un arbre du Zoo de Vincennes, et avait calciné cet arbre, et que le journaliste s'était contenté du récit d'un visiteur pour raconter l'affaire, sans se rendre sur place pour photographier l'événement. Il serait n'est-ce pas inadmissible que l'auteur de l'article agisse ainsi. Alors pourquoi ne nous a-t-on pas montré, dans ce super Paris Match n°287, cette route lunaire si significative ?...

     Disons déjà que le fait que nous utilisons le vocable people, pour la revue Paris Match, n'est pas du tout une critique, car à chacun ses goûts qui correspondent à son niveau d'évolution.      En effet, en fouillant dans nos dossiers, le 23/05/2012, nous sommes tombés sur une missive d'un ami internaute Joël B....., datée du 30 Juin 2002, où il nous présentait une photo de la Lune extraite du site Cassiopaea de l'an 2000,, et photo qui prouvait sans l'ombre d'un doute, que les autorités gouvernementales cachaient la vérité au sujet de la Lune, à savoir que notre satellite fait depuis des lustres, l'objet de travaux que l'on pourrait qualifier en termes bien terre à terre, de "Génie Civil":


     La piste rectiligne fait près de 29 km de long sur 1,7 km de large. Cette piste est courbée à gauche comme le serait une crosse de Hockey. Voici d'ailleurs, en vert, la forme générale de la structure :


     On distingue d'ailleurs, très nettement, une figure insolite, en forme de F, qui apparaît sur la gauche du tracé rectiligne :


     Donc voilà un document extraordinaire de la NASA, qui date d'avant l'An 2000, et qui n'a fait l'objet d'aucune discussion , dans les revues d'Astronomie, qui ont pignon sur rue, et encore moins de débats télévisuels de prétendus journalistes et consorts, souvent à l'affût du moindre scoop d'actualité.

     Ces anciens journalistes de Paris Match, s'ils avaient été plus curieux, ils auraient aussi, un peu plus tard, après la sortie de leur super n° 287 de Sept 1954 s'intéresser davantage à la Lune , et poursuivre leurs investigations, en découvrant, de superbes informations sur le sujet, dans la revue très avant-gardiste, des années 61 et suivantes :


     Et dans ce n° 41 de Juillet- Août 1968, en pages 17 à 26, ils auraient découvert ceci, (les colonnes sont de nous) :


      Et, ce n'est qu'une petite partie de l'article en question. Il aurait déjà été n'est-ce pas, très surprenant, que tout cela ait été imaginé par un esprit pervers, alors que l'Internet, n'existait pas à l'époque.

     Maintenant, comme nous le dit ce n° 41 de Planète, de Juillet-Août 1968, il ne nous reste qu'à prouver que cette preuve inouïe, non présentée par les journalistes distraits ou égarés, du fameux Paris Match n° 287 de Septembre 1954, pourrait justement être, la la brèche découverte le 6 Mai 1954 par le professeur Frazer Thompson de l'Université américaine de Tulane, dans la ceinture du cirque Piccolomini de la Lune d'où partait une longue bande é et rectiligne large d'environ trois cents mètres, et ressenmblant à une super autoroute ou à une piste d'envol. L' internaute possédant des images de télescope de cette brèche, dans le cratère Piccolomini ( hélas, il y a plusieurs cratères qui portent ce nom), serait bien sür, le béni des cieux, s'il pouvait, nous envoyer une image de cela :

  

Bon courage pour la recherche, et merci d'avance..

     Aux dernières nouvelles, grâce à l'initiative de notre amie Channa de Belgique, nous avons pu retrouver, la première parution de cette photo sur le Web, à l'adresse superbe suivante :


     Et voici l'image, et le début du texte qui l'accompagne :


     Un grand merci au site magique : http://archive.org/web/, qui nous a permis de retrouver l'origine de cette photo qui porte le nom de landstrip.jpg . Les puristes, pourront donc chercher sur Google images de quel dossier de la NASA, cette image est sortie. S'ils ne trouvent rien, c'est que cette affaire a éte classée au niveau Top secret, pour que le commun des mortels ne se pose pas, les questions cruciales requises.

     N'empêche qu'ARTivision, a publié cette photo, il y a déja environ 16 ans, (en l'an 2018), et les journalistes et tous bords et autres consorts éditorialistes blasés, n'ont pas sorti à ce sujet, le moindre petit texte, d'autant qu'il aurait été pratiquement impossible à l'époque, à un infographiste quelconque, de trafiquer une telle photo de la Lune, sans que cela se voit.

     A vous de juger une fois de plus, la piètre fuite notoire, de nos responsables astronomes et consorts intellectuels blasés , devant cette extraordinaire réalité...

         Terninons alors cet exposé, par ce rappel cosmique du Grand Maître de Findhorn déjà présenté plus haut... et méditation oh combien significative en ces Temps de Révélation :

Rien n'est le fruit du hasard .
Il y a un dessein et un plan parfaits
sous-jacents à toute vie,
et tu fais partie de cette globalité ;
tu fais donc partie de ce dessein et de ce plan parfaits.
 
Lorsque tu vois d'étranges choses se passer
et que tu te demandes pourquoi elles t'arrivent,
 prends du temps pour voir
comment tout cela s'articule,
et tu verras qu'il y a une raison à toute chose.

Les raisons peuvent te surprendre,
mais sois prêt néanmoins à les accepter
et à apprendre au travers elles,
et ne lutte pas contre elles.
La vie devrait se dérouler sans effort.
Une fleur ne lutte pas pour s'épanouir au soleil,
alors pourquoi devrais-tu lutter pour t'épanouir
par la grâce de l' amour infini du Très Haut ?

Si c'est le cas, cela vient de toi,
et cela ne fait pas partie
de Son dessein et de Son plan parfaits pour toi.
La simplicité est Son sceau, alors garde la vie simple.
Reste sans cesse en contact avec Lui,
et regarde-toi te déployer dans Son amour.

La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 30 Mars, après adaptation d'ARTivision.


     Les éternels détracteurs, vont enccore se tordre de rire en lisant tout cela. Mais le dernier à rire, ne sera peut-être pas, celui que l'on pense... et alors

Advienne que pourra, et qui vivra verra...


Prolongement révélateur manifeste (en date du 10/04/2018)


         Avec tout ce qui précède, les détracteurs irréductibles, adulateurs thèses tordues officielles niant ouvertement la présence des Aliens,dans l'environnement terrestre, sont déjà assurément, pour le Webmaster d' ARTivision, placés au pied du mur qu'ils vont bientôt raser de près le soir pour que l'on ne les montre pas du doigt en plein jour.

          Mais justement, comme rien ne se passe par hasard, sur ce site, il nous semble utile de reprendre ici le préambule significatif, que nous venons de présenter (le 08/04/18), dans notre article suivant :


       Voilà donc, de quoi il s'agit :

          "Nous pourrions bien sûr approffondir ici les propos insolites du très grand lanceur d'alerte (en anglais Whistleblower) Corey GOODE que l'on peut trouver à l'url très connu : http://stopmensongesCoreyGoode1 , où les puristes peuvent lire :

        On découvre par exemple, ceci où il répond à une huitième question :

Q8. Quel groupe d'extraterrestres aida les nazis dans leur combat avec l'amiral Byrd en 1946/1947 et développa une présence hors du monde?

Réponse de Corey Goode : Il y a eu l'aide de la Fédération Draco ainsi que d'un groupe que les NAZI ont été amenés à croire qu'ils étaient des ET (appelés "Arianni" ou "Aryens", parfois appelés "Nordics") mais qui étaient en fait une civilisation Humaine Ancienne de type "Civilisation de Rupture" de la Terre qui avait développé un Programme Spatial (appelé "La Flotte d'Argent") et créé de vastes bases sous les montagnes himalayennes (la plus grande au Tibet).

     Le premier vaisseau qu'ils construisirent utilisait des turbines Mercury, et les moteurs électro-gravité furent développés avec l'aide de ce groupe. Encore une fois, les NAZI et à ce jour beaucoup d'humains de la Terre qui sont en contact avec eux et d'autres les croient être des ET (à cause de leurs manipulations) alors qu'ils sont en fait des humains basés sur la Terre issus des anciennes civilisations ayant vécu une "Civilisation de Rupture".

     J'ai fortement évité de parler en profondeur des quelques civilisations terrestres anciennes qui ont des programmes spatiaux et des bases massives sur la Terre, la Lune et ailleurs dans le système Sol et d'autres systèmes Sol. Certains d'entre eux ont été extrêmement trompeurs et ont convaincu certaines personnes qu'ils sont des groupes d'ET, qui sont là pour aider l'Humanité.


     Mais, on a aussi plus bas :

     Le dénonciateur du Programme spatial Secret, "Corey GOODEd" (alias GoodETxSG), a révélé des détails étonnants impliquant des activités classifiées sur Mars et la Lune.

     Le plus troublant, sont ses révélations sur l'influence d'une civilisation NAZI secrète délinquante, qui a réussi à infiltrer le système de sécurité nationale des États-Unis.

     Ses réponses vont dans le détail, à savoir comment, des activités du programme secret de l'espace, aux États-Unis et dans le monde, ont été infiltrées par des forces et des institutions sans scrupules, qui dénient à l'humanité, tous les avantages des technologiques secrètes acquises, au cours du siècle dernier.


      Dur.. Dur... n'est-ce pas !!!, et l'on est quasi certain, qu'aucun de nos supers médias télévisuels actuels, n'aurait le courage lancer un débat à ce sujet... et medias qui seront tous avides à en débattre, dès que la Révélation, pourtant proche, se fera jour... Point à la ligne...

      Le site ARTivision a parlé dans de très nombreux articles de la civilisation de l'Atlantide (et de bien d'autres), qui nous ont précédés sur cette planète, (voir par exemple notre article clef, en date du 24/12/2014 : CaviardageNASA.html), où il est écrit, noir sur blanc :

     " Ici, ARTivision, doit apporter une petite précision : Les extraterrestres qui nous surveillent depuis des siècles, n'ont pas nécessairement, les étranges silhouettes, que nous présente l'image ci-dessus, mais ils auraient plutôt notre apparence. En effet, disons, qu'il y a plus de 12 000 ans, qu'une civilisation très avancée, "l'Atlantide" , avait pris naissance sur Terre. Mais, elle a été balayée par un gigantesque cataclysme et son continent a sombré dans l'Océan Atlantique (Voir notre article : bimini.html). Cependant, il y a eu des rescapés priviliégés, (comme toujours dans ces cas là), qui se sont installés sur notre satellite, et aussi quelque part "ailleurs" (voir nos articles très étranges concernant l'Amiral Byrd des USA). Ils possédaient en effet, déjà à l'époque, des moyens de locomotion plus modernes que les nôtres ( A ce sujet, voir par exemple à titre documentaire, la "lecture" d'Edgar CAYCE ( n'en déplaise aux intellectuels récalcitrants et blasés actuels), n° 2157-1 du 27 Mars 1940), et ils continuent donc à utiliser actuellement comme nous, des minerais et des métaux pour évoluer ". Et à bon entendeur Salut ...
"

        Fin de citation.

        Si nous avons repris ce qui précède, c'est d'abord pour exposer cette superbe pyramide lunaire :


et qui est tirée de la page :


        Mais ensuite, c'est aussi, parce que notre ami de très longue date au nom si "prédestiné", Pierre Lux, nous a transmis récemment, le message suivant, dont voici juste le début (Les couleurs et les polices sont de nous bien sûr) :

----- Original Message -----
From: Pierre Lux
To: Fred Idylle
Sent: Sunday, April 08, 2018 4:58 AM
Subject: photos


Des photographies de la NASA montrent qu'il y a des "Pyramides" à la surface de la Lune


      Avril 07, 2018

        Des informateurs aux scientifiques et même aux anciens astronautes, de nombreuses informations sur la Lune ont été divulguées au public ces dernières années. Des photographies de la NASA qui ont été sécrétées montrent qu'il y a des "Pyramides" à la surface de la Lune.

        Beaucoup sont d'accord sur le fait que le monde doit savoir une fois pour toutes la vérité sur l'existence de structures pyramidales spectaculaires sur la surface lunaire. Les théoriciens du complot s'accordent à dire que pendant de nombreuses années les agences spatiales et les grandes puissances de notre monde sont restées silencieuses sur la vérité derrière les structures extraterrestres sur la lune. Heureusement, un groupe d'anciens ingénieurs de la NASA a publié une série d'images qui exposent les mystères incroyables derrière les structures supposées à la surface du satellite naturel de la Terre.



... Voir la suite des images, à la vidéo :


et la suite du texte à :


         Comme on le voit ici, il s'agit d'une photo d'une forteresse lunaire très structurée et qui est voisine d'une autre construction qui a été trè malafroitement caviardée d'une couleur blance très lumineuse :


        Mais pour clore ce jour, cet exposé, il ne nous reste qu'à présenter quelques éléments de l'ouvrage remarquable de notre ami Alfred Nahon ( hélas décédé en 1990) intitulé: "La Lune et ses défis à la science", paru aux Editions Mont-Blanc 1973, en Suisse :

  

      On y decouvre on le sait, à la figure 29 ceci :


     On y voit clairement un engin excavateur qui triture le sol lunaire (voir la structure très insolite au centre du cercle) , sur un contrefort du cratète Copernic , déjà bien raboté, n'est-ce pas, sur sa droite .

     Mais, parmi les surprenantes images de cet ouvrage, extrayons aussi celle-ci tout a fait extraordinaire, n°41


      Mais, dans ce même livre, l'ami Alfred Nahon, nous avait aussi présenté une structure très bizarre, découverte par Monsieur Delcorps à l'époque Directeur du Laboratoire LAET de Liège. Cette structure apparaît sur une photographie prise par le Planétarium de la Haye, et figures 23 et 24 on a : :


     Il faudrait vraiment être de mauvaise foi, pour affirmer que cette structure est tout à fait naturelle, et qu'il ne s'agit encore que, d'une illusion d'optique.

     Allons plus loin, car on est aussi en demeure de se demander pourquoi, la NASA n' a-t-elle pas envoyé des sondes speciales aux bords du cratère Vitello, où l'on voit sans discussion possible des traces de plus de 600 mètres de long, laissées par deux "véhicules" d'environ 5m et 25m de large pesant des centaines de tonnes et qui ont remonté les pentes de deux petits cratères ?

    En effet, en Août 1967, la sonde américaine "Lunar orbiter V" a photographié (Ref. NASA 67-H-1135), nous l'avons dit, à l'intérieur du cratère Vitello sur la Lune, situé à l'extrémité sud de la Mer des Humeurs et diamétralement opposé au célèbre cratère Gassendi (ce dernier lui même étant criblé de rainures ayant des formes géométriques très étonnantes) deux pistes d'inégales longueurs laissées par deux objets ayant respectivement environ 5m et 25m de large et brillamment illuminés par le soleil, ce qui empêche notablement d'en voir, en détail les contours. Dans l'image de droite, nous avons matérialisé en blanc les deux trajectoires de la figure 27:

  


    Mais, il est cependant aisé de constater que le petit mobile qui a tracé la piste la plus longue, est sorti d'un cratère en remontant son versant intérieur pour poursuivre sa trace sur l'autre versant sur près de 700 m . Comment une masse de près de 500 tonnes a-t-elle pu quitter l'intérieur d'un cratère pour aller ensuite, sur une pente ne dépassant pas les 25 degrés, se promener sur une si longue distance en laissant un tracé aussi large qu'un chemin de servitude (environ 5m) alors que la Lune n'a aucune activité volcanique reconnue susceptible de provoquer une telle expulsion ?

    D'ailleurs on constate que le fond à gauche de ce cratère est parfaitement jonché de structures blanchâtres ayant des formes géométriques remarquables surprenantes, qu'un meilleur grossissement fait par des spécialistes (ce que nous ne sommes pas) devrait mettre très bien en évidence.

    Et que dire alors de l'autre mobile bien plus colossal qui est d'une blancheur éblouissante, et en forme de tronc de cône et flanqué d'un appendice triangulaire parfaitement centré sur son côté gauche et qui lui confère ainsi un axe de symétrie remarquable et une notoire impossibilité de rouler naturellement ?

    Comment ce mobile, (dont la masse devrait s'approcher de celle de la célèbre pierre "Hadjar el Gouble" de Baalbeck très connue, mais qui pèse 6 fois moins sur la lune ), a-t-il pu donc se déplacer en laissant sur près de 500 m, une piste, de la largeur d'une route nationale ( environ 25 m) et qui présente des structures ressemblant parfaitement à des empreintes de chenilles?

    Notons l'explication pour ce cas de la revue Science et vie de Mars 1968 N° 606 page 71 : "Un gros bloc vient de débouler creusant un long sillon. Providentiellement un lunar Orbiter V a pu le photographier".

    Voilà une information très fantaisiste, qui a pour but , selon nous bien sûr, de "noyer le poisson", car comment peut-on prouver que ce bloc gigantesque "a glissé" juste au moment où la sonde passait (les mots "vient de débouler" sont bien écrits) ? A-t-on surpris un nuage de poussière ? Il n'y a pas d'atmosphère dit-on sur la Lune pour le tenir en suspension. Il y avait certainement des dizaines d'années ou plus que ce bloc avait bougé ? Et pourquoi la revue n'a-t-elle pas jugé bon de montrer l'autre mobile, juste à côté, sorti d'un autre petit cratère? Évidemment les deux mobiles ne pouvaient pas avoir "déboulé" en même temps de deux endroits différents...! et il était bien préférable alors de n'en montrer qu'un seul. Voir l'image 2 ci-dessous:


     Nous pourrions bien sûr, vous présenter de très nombreuses autres photos du sol lunaire, prouvant qu'il y règne une notoire activité, de nature, disons, "industrielle", mais cela risquerait de devenir trop assomant ou indigeste, pour le lecteur.

(Cependant le 08/05/09 , nous avons reçu de l'internaute, Gabriel les bons mots suivants:"... je suis à nouveau plongé dans votre dernier article sur la Lune et je viens d'avoir un tilt sur une image que j'ai pourtant déja vue maintes fois :


    En la regardant tout à l'heure, j'ai noté soudain que les irrégularites dans la trace laissée derriére ce mobile, suggèrent étrangement un deplacement correspondant à une marche pédestre. Veuillez noter la disposition en quinconce des trous apparaissant dans les empreintes. Il semblerait que cet engin dispose, soit de jambes, ce qui m'étonnerait un peu, soit par contre d'un système de chenilles à multipattes du genre de ceux qui sont développés dans des Centres, tel que la célèbre NASA and co.
     Bien amicalement depuis le continent : Gaby "
)


     Nous avons nous-mêmes explicité certains phénomènes lunaires très surprenants dans trois lettres, parues dans le journal France-Antilles, et dont vous pouvez découvrir la première parue dès le 14 Février 1975, dans notre article plutôt corsé :


     En effet, il faut savoir que La Lune n'est pas morte, comme on pourrait le croire. Des phénomènes lumineux insolites, ont été aperçus à sa surface depuis très longtemps. Au cours des trois derniers siècles et en 1971, on notait près de 1500 cas de taches lumineuses brillantes, et de changements temporaires, nommés pudiquement phénomènes transitoires, par les spécialistes, (TLP :Transient lunar phenomenon), qui ont été notés sur la surface lunaire, dont plus de 200 concernent,la seule région du cirque d'Aristarque.

     Voici donc un extrait du super article venant de la revue Science&Vie d'Avril 1964, dont voici la couverture :


     Cet article est issu de la rubrique L'UNIVERS, et est intitulé : " Des lueurs étranges sur la Lune". Voici donc comment se présente le début de cet important article :


     Et voici le début du texte en question : (les couleurs sont de nous évidemment)

     "Flagstaff (Arizona) le soir du 29 octobre 1963, peu avant la tombée de la nuit.

     Deux astronomes de l'Observatoire Lowell, James A. Greenacre et Edward Barr, dont le travail de routine consiste à prendre des séries de photographies de la Lune en vue de l'établissement de la grande carte lunaire au 1 millionième de l'U.S. Air Force, venaient de pointer vers notre satellite la célèbre lunette de 60 cm d'ouverture au moyen de laquelle P. Lowell, puis E. C. Slipher, tentèrent autrefois de percer les secrets de Mars. Ils examinaient, l'oeil à l'oculaire, la région tourmentée des cratères Hérodote et Aristarque et de la grande crevasse sinueuse au fond large et plat appelée vallée de Schroter. Leur intention était de comparer certains détails de cette région à ceux qui sont portés sur la carte. L'atmosphère au-dessus du désert de l'Arizona était assez agitée, rendant les images bouillonnantes, mais elle devint progressivement plus calme et un oculaire grossissant 500 fois fut adapté à la lunette.

     C'est alors - il était 18 h 50 - que l'attention de Greenacre fut attirée par deux taches lumineuses de couleur rouge orangé tout à fait insolites, situées à 45 km l'une de l'autre, sur les sommets de deux monticules voisins de l'extrémité méridionale de la vallée de Schroter. La tache la plus petite mesurait 2,7 km de diamètre, et la plus grande, de forme ovale, 2,7 km sur 9 km environ. Au cours des deux minutes suivantes, les deux taches devinrent ensemble extrêmement brillantes, et Greenacre, stupéfait, appela son collègue afin qu'il puisse à son tour observer et confirmer le phénomène. Les taches étaient toujours visibles trois minutes plus tard (c'est-à-dire à 18 h 53) lorsque Greenacre, qui avait repris l'oculaire, découvrit une troisième tache brillante, de couleur rose, recouvrant sur une vingtaine de kilomètres l'arête méridionale du rempart d'Aristarque. A 19 heures, les deux premières taches avaient perdu leur éclat initiale et leur couleur était devenue rouge rubis sombre. Dix minutes plus tard, elles avaient disparu, tandis qu'on distinguait encore faiblement la troisième tache, laquelle cessa à son tour d'être visible à 19 h 15. Aucune caméra photographique n'étant fixée à la lunette, il fut impossible d'obtenir des clichés.


UN MOIS A L'AFFUT


     Vingt-huit jours plus tard, le 27 Novembre 1963, la région d'Aristarque se présentait dans des conditions d'éclairage similaires et nos deux astronomes, qui n'avaient pas cessé de surveiller la Lune depuis l'observation précédente, mirent une fois de plus l'oeil à l'oculaire. Leur espoir ne fut pas déçu. A 17 h 30, une tache allongée rou&e rubis apparaissait, cette fois encore, sur l'arête du rempart d'Aristarque, mesurant 22 km de long. Greenacre et Barr n'étaient plus seuls : ils s'étaient fait accompagner sous la coupole par Fred Duggan et par le Dr John S. Hall, Directeur de l'Observatoire Lowell. Ce dernier, ayant constaté le phénomène, téléphona immédiatement à son collègue Peter Boyce qui disposait, à quelque distance de là, du grand télescope Perkins de 1,75 m d'ouverture, et lui signala qu'un phénomène coloré insolite était visible sur la Lune dans la région d'Aristarque, sans lui donner d'autre précision. Boyce découvrit immédiatement la tache rouge allongée et en confirma la position. Les minutes passaient et la tache était toujours visible. Des clichés en noir et blanc furent obtenus. Ce n'est qu'à 18 h 50 que la tache disparut : le phénomène avait duré 1 h 1/4 .


Les flèches indiquent où apparurent les lumières et leurs dispositions

     "I1 n'y a pas de changement sur la Lune". Cette vieille assertion, professée jusqu'à ces dernières années par l'immense majorité des astronomes professionnels, se révèle quelque peu erronée et il apparait au contraire que notre satellite pourrait bien être le siège de phénomènes lumineux passagers assez fréquents. Quelle est l'origine de ces lumières? Nul ne le sait. Est-ce le sol qui, en certains endroits, est recouvert de cristaux réfléchissant sélectivement les rayons solaires par le jeu des lois de la réfraction ? S'il en était ainsi, les taches observées auraient dû passer par les différentes couleurs de l'arc-en-ciel, et tel n'est pas le cas. S'agirait-il alors d'émissions de gaz, rendus luminescents par le rayonnement ultra-violet solaire ? Un argument de poids en faveur de cette hypothèse est apporté par la célèbre observation spectrographique de Kozyrev, dont nous parlerons en détail plus loin. Mais quelle pourrait être l'origine de ces émissions ? On a supposé qu'il s'agirait de la mise au jour de poches gazeuses occluses dans la roche lunaire, sous l'effet d'impacts météoritiques, ou encore de la volatilisation de la matière des météorites elles-mêmes. Mais par quel miracle alors le cirque d'Aristarque aurait-il été, à deux reprises, le siège de tels impacts, répartis d'ailleurs sur une bande de 20 km de longueur épousant très exactement l'arête même de ses remparts ? Ajoutons que, dans le vide (la Lune, ne l'oublions pas, ne possède aucune atmosphère), le libre parcours moyen des atomes et des molécules est infini : si une bouffée gazeuse était émise au voisinage du sol lunaire, elle se dissiperait très rapidement dans l'espace et cesserait bientôt d'être visible. Dans le cas présent, il faudrait donc admettre un renouvellement continu de l'émission des gaz pendant une durée assez longue (plusieurs dizaines de minutes) ; il faudrait admettre également que chacune des taches lumineuses était produite par plusieurs sources d'émission assez rapprochées, de façon à expliquer en particulier la forme extrêmement allongée et la grande dimension des deux lueurs observées sur Aristarque ; enfin, il faudrait supposer que ces émissions de gaz furent déclenchées, au méme moment, par un même processus, puisque les trois taches lumineuses du 29 Octobre 1963 présentèrent des variations d'éclat concomitantes.

     Tout cela fait penser, soit à une activité interne (tectonique ou volcanique), soit encore à une action calorifique du rayonnement solaire sur le sol de la Lune, produisant un dégazage des roches après la longue nuit lunaire (il est peut-être significatif à cet égard que les quatre lueurs observées prirent naissance, aussi bien le 29 octobre que le 4 novembre, un peu moins de deux jours après le lever du Soleil sur la région d'Aristarque).

     Rien enfin n'empêche, d'imagininer - mais ici nous tombons quelque peu dans la science-fiction que les taches brillantes apparues aient eu une origine artificielle, témoignant de l'activité d'êtres intelligents à la surface de la Lune.

      La vie n'a certainement pas pu se dévélopper sur notre satellite, mais si une expédition d'astronautes extraterrestres venus des espaces intersidéraux explorait le système solaire , on peut supposer que ces astronautes établieraient une base sur la Lune, ne serait-ce que dans le but d'étudiier la terre à faible distance sans être repérés. Dans un récent article sur les voyages intersidéraux publié dans la revue Planetary and Space Science, le très serieux astrophysicien américain Carl Sagan a froidement envisagé une telle possibilité, qui soulève cependant encore les plus grandes réserves chez la plus part des astronomes...

     Comme on le voit, l'exploration de la Lune, nous réservera sans doute bien des surprises...
"

Fin de l'extrait

     En ce qui concerne le côté brillant de certaines structures de la Lune, signalons aussi que le 22 Mars 09, nous avons reçu une missive très intéressante de l'aimable internaute Mike, qui nous invitait à prendre connaissance de la superstructure suivante découverte il y a déjà quelques temps, dans cratère Copernic de la Lune ( 9.3° N, 19.25° W / Eastern Oceanus Procellarum, Mare Insularum). En effet nous avons été particulièrement surpris de découvrir ceci :



     et en agrandissant un peu :


     Et cette structure très étrange est visible dans les vidéos :




     Pour la suite, il ne nous reste qu'à souhaiter qu'un intrépide infographiste, veuille bien nous traduire en 3D cette si étrange configuration. Donc alors, comme disent les anglosaxons restant dans l'expectative, Wait and see !

      Mais, ce 11 Mai 2018 dans la droite ligne de cet article, il nous appartient de vous présenter cet étrange e-mail, très significatif reçu récemment :

----- Original Message -----
From: Pierre L........
To: Fred
Sent: Sunday, May 06, 2018 7:54 AM
Subject: Stupéfaction ... ..

     Cher Fred,

     Voici encore une preuve, que ces gens ne sont jamais allés sur la Lune !

     Amitiés,
   Pierre.


-------------------------------------------------------------------------------

Stupéfaction : La NASA abandonne une simple mission d'exploration lunaire
Publié par wikistrike.com sur 4 Mai 2018, 09 : 41am
          
Catégories : #Astronomie - Espace


       Les scientifiques de la Lunar exploration analysis group (LEAG) sont restés bouche bée devant l’annonce du chef de la NASA, Jim Bridenstine, de ce qui semble être l’arrêt d’un programme sur lequel ils travaillent depuis une dizaine d’années et qui devait aboutir à la construction d’un module destiné à explorer les zones polaires de la Lune. Il leur a quand même fallu quelques jours pour comprendre ce qui leur arrivait. Ils ont exprimé leur désarroi dans une lettre adressée à Bridenstine : « Nous comprenons maintenant que le (programme) RP a été annulé le 23 avril 2018 et que la mission prendra fin d’ici la fin de mai. […] Cette action est perçue à la fois avec incrédulité et consternation par notre communauté», lit-on dans la lettre.

        A quoi s’attendre d’autre de la part de la NASA ? Depuis les années bénies de 1969 à 1972 au cours desquelles le monde entier était inondé d’images sautillantes sur fond de décors « lunaire », la NASA n’a eu de cesse de chercher à transformer ces images en réalité. Peut-être, à l’époque, dans un contexte d’euphorie et de grandes percées technologiques où tout semblait possible, pensaient-ils que ce serait une entreprise aisée et que ce ne serait qu’une question de temps pour transformer un récit fictif en réalité. Ça n’a malheureusement pas été le cas. D’année en année, les programmes et les projets se sont succédé sans aucune avancée permettant d’espérer retrouver les jours heureux où l’Homme allait se balader sur la surface lunaire comme d’autres vont à la plage.

       Après avoir repoussé indéfiniment ses programmes habités, la NASA en est maintenant réduite à repousser ses projets de simples explorations lunaire par des robots. Là encore, nous tombons dans l’un de ces paradoxes auxquels la NASA nous a habitués : Ils seraient capables d’envoyer des robots explorateurs sur Mars et sur d’autres planètes lointaines, mais la Lune leur pose des difficultés insurmontables. Sacrée Lune ! Et pauvre NASA, condamnée maintenant à courir après un récit désormais inscrit dans les livres d’histoire et qu’il faut faire tenir debout coûte que coûte.

Avic – Réseau International


      En ce qui concerne le site ARTivision, disons que nous pouvont reprendre ici les très nombreux exemples illustrant ce que ci-dessus commentateur de "Avic – Réseau International", suggére de façon très voilée, à savoir que les spationnantes en question n'étaient pas du tout sur la Lune, mais dans un centre de simulation notoire bien terreste. Pour faire très court, voici donc quelques images tout à fait significatives à ce sujet qu'artivision a presentée en exclusivité sur son site il y a de cela plusieurs années, et images souvent extraite du site remarquable ;




     Commençons, si vous le voulez bien, par cette photo apparemment toute simple :

AS17-146-22365.jpg

     , une petite explication s'impose : En effet, nous aimerions ici savoir si les astronautes utilisaient, une perche de plusieurs mètres de long, pour déposer le petit appareil nommé gnomon, soi-disant destiné à donner l'échelle de la photo et servir pour l' étalonnage des couleurs. On voit en effet, ici, qu'il n'y a aucune trace de pas à ses pieds. Comment a-t-on fait pour mettre en place ce gnomon ?

     Mais venons en mainrenant à cette affaire incontournable de jeep lunaire, qui ne laisse aucune trace sur le sol :

AS15-85-11470Rouespasdetraces1.jpg

AS15-90-12218rouesanstrace.jpg


AS15-82-11062Rouespasdetraces4.jpg

ApolloXVIdessindesroues.jpg

AS17-143-21933jeepsanstracesderoues.jpg

, et aussi cette autre photo : AS17-133-20342 :


AS17-133-20342LRVsanstracesderoues


AS17-133-20342LRVaucunetracesderoues.jpg

     Pour être encore plus crédible, nous nous baserons sur les affirmations péremptoires, de la revue Ciel&espace n° 391 Décembre 2002, qu'il convient d'avoir absolument sous la main, afin que l'on ne dise pas que nous avons tout inventé, et qu'il s'agit encore d' images manipulées:


      Et en feuilletant donc cette revue, vous découvrirez un surper un dossier central détachable de 8 pages, consacré à "l'exploit", d'Apollo 17...

      Mais brûlons les étapes et arrivons d'emblée au point crucial de l'histoire... Voici donc déjà les pages 8 et 9 de la revue en question :

      On voit, les nombreuses évolutions accomplies par les prétendues astronautes et leur Jeep, nommée officiellement le LRV (Lunar Rover Vehicule). ...

      Puis, nous arrivons, à cette dernière image clef concernant Apollo 17, de la revue en cause :


      Cette photo porte le n° AS17-137-20979, que l'on peut trouver sur le site quasi officiel? déjà présenté plus haut :


      Mais pour les puristes, voici donc le bouquet... (qui est aussi une exclusivité d' ARTivision), et qui n'a jusqu'à présent pas reçu la moindre explication, de ces Messieurs astronomes, astrophysiciens et consorts béni-oui-oui de NASA...


   Notons d'abord ici, que le site ARTivision, n'a jamais bien su, comment le garde-boue de la jeep lunaire a été cassé. Mais, on dit tout de même, que cela a eu lieu lors de la première sortie des "astronautes".

    Donc, on devine que les "spationautes", d'Apollo 17, ont effectué après leur premier périple mouvementé, sur des "km de sol lunaire", une réparation de fortune du garde-boue de la roue arrière droite du LRV (Lunar Roving Vehicle), et ils ont fait rouler la jeep jusqu'à son emplacement actuel. Comment ont-ils pu l'amener ici, sans qu'elle laisse des traces sur le sol ?

    Donc là, tout est clair,
comme de l'eau de roche, et ce LRV, n'a pu être placé ici, qu'avec un élévateur bien terrestre, mais cela, dans un centre de simulation du Névada ou de l'Arizona, où l'on avait reconstitué l'apparence du sol lunaire. Mais, on a oublié de faire rouler un peu la jeep, avant de faire la photo. C'est le très petit détail qui, comme dans le célèbre film d'Alfred Hitchcock, sorti en 1954 : "Le crime était presque parfait" , a confondu le coupable...Point barre...


      Mais venons-en maintenant à la photo présentée, dans le texte de ci-dessus de l' "Avic – Réseau International":

:

      Cette photo se trouvre, dans nos dossiers dans le n°367 de Déc. 2000 de la revue "Ciel & espace", et disons que cette image qui est l'une des photos les plus surprenantes des missions lunaires. Elle est pourtant présentée, dans cette revue, sans aucune explication, concernant les anomalies qui s'y trouvent. On aperçois aperçoit là, parait-il, "l'astronaute" , Conrad d'Apollo 12 , circulant sur le sol de l'Océan des Tempêtes,, les bras chargés d'appareils formant un laboratoire Lunaire de près de 200kg et coûtant la bagatelle de 25 millions de dollars et qui comprenait un sismomètre, un appareil de mesure de poussière, un magnétomètre, un spectromètre, une analyseur d'ions et un instrument destiné à l'étude des éventuels gaz très raréfiés qui s'échappent encore de la croûte lunaire et qui formerait une atmosphère dont la densité est soit disant bien plus basse, dit-on, que le meilleur vide jamais réalisé sur Terre. Reoilà donc cette photo du "Ciel & espace"en question :


     Comme vous pouvez le remarquer cette photo présente une superbe diffusion des rayons lumineux du soleil, diffusion qui ne s'explique que par la présence d'une épaisse atmosphère lunaire et non pas seulement par la diffraction de ces rayons lumineux au travers du verre de l'objectif de l'appareil photographique, comme on l'a si vite dit, pour se débarrasser du problème.

     Mais il y a en plus du Soleil, sur cette prédédente photo extraordinaire de la Lune, la présence de deux autres sources lumineuses, totalement inexpliquées, qui ont eu pour effet de plonger dans la plus grande perplexité, tous ceux qui s'interrogent vraiment sur les tenants et les aboutissants de l'épopée lunaire des américains, et sur les "cachotteries de la NASA".

     Certains diront vite, que c'est un defaut du développement de la péllicule de l'époque chez les photographes de la revue . Mais il faut savoir que l'on découvre aussi, cette même photo, sur le site quasi officiel vue plus haut sous le n° AS12-46-6806 :

     

      Il y a de cela des années, nous avions cru, que ces disques lumineux qui accompagnent "le soleil" , de cette photo, étaient des ovnis espions.

     Mais, certains internautes avisés, diront aujourd'hui, que cela prouve simplement que Conrad, n'était pas sur la Lune , et que cette photo a été prise dans un centre de simulation du Névada ou ailleurs aux USA ...Point à la ligne...Et les disques lumineux en question, ne sont que des reflets des projecteurs sur des surfaces brillantes du site. Point Barre...

     Mais, le 25/05/2014, en cherchant dans nos dossiers, tout autre chose, nous sommes tombés sur ce dossier Spécial Lune, de 18 pages du Paris Match n° 1076 de Déc. 69, dossier que nous avons cru, avoir perdu depuis des années.

     Voici le haut du document :

     

     Voyons alors, les pages 66 et 67, de ce document. Nous avons rétréci, la partie centrale des deux pages en question, car elles dépassent de loin les capacités de notre petit scanner:


     On voit, alors que les deux sources lumineuses bizarres vues plus haut, en plus du Soleil, ont été gommées page 66, comme par enchantement, sur la même photo en couleur de ce Paris-Match n° 1076. Alors, bravo , tout de même à la revue "Ciel & Espace", d'avoir eu l'audace de monter ces sources lumineuses très insolites, et pourtant bien gênantes, puisque le "choc des photos", si bien prôné , par la revue Paris Match en question , n'a pas été assez puissant, puisque que cette célèbre revue, n'a ette assez audacieuse pour nous montrer clairement ces lumières, identiquement à ce que la NASA, nous a sorti...pour Apollo 12, en Nov 1969...

    Une fois de plus, c'est à vous, qu'il appartient de juger tout cela, documents très prosaïques, à l'appui...

        Donc est-il encore utile ici, de dire que beaucoup de journalistes, éditorialistes, et autres consorts chroniqueurs zélés, ont lamentablement loupé le coche de cette affaire lunaire, en ignorant de plus, le fait, qu'en plein système moderne, analysé par toutes sortes de médias prétendus évéillés, on nous a parfaitement et sournoisement mystifiés, dans de nombreux cas, comme par exemple, l'affaire du Crash de Missouri en Mai 1941, l'affaire de Pearl Harbor en Déc. 1941, l'affaire du crash de de Roswell en Juillet 1947, l'affaire de l'assassinat du Président Kennedy en Nov. 1963, l'affaire du débarquement bidon des américains sur la Lune, (dont on vient justement, de présenter ci-dessus, certaines prémices), l'affaire de la destruction des tours jumelles de New-York en Sept. 2001... etc..., et bien d'autres affaires, encore cachées...

     Pour l'affaire Pear Harbor :


     Voir quelques unes d' autres affaires dans nos articles :







.....................................etc ......................................
            Fred IDYLLE

     Article mis en page le 08/11/2017, et revu le 10/11/2017, et revu le 12/11/2017, et revu le 13/11/2017, et revu le 15/11/2017, et revu le 17/11/2017, et revu le 19/11/2017, et revu le 21/11/2017, et revu le 22/11/2017, et revu le 25/11/2017, et revu le 27/11/2017, et revu le 07/01/2018, et revu le 09/01/2018, et revu le 12/01/2018, et revu le 14/01/2018, et revu le 18/01/2018, et revu le 20/01/2018, et revu le 22/01/2018, et revu le 24/01/2018, et revu le 27/01/2018, et revu le 29/01/2018, et revu le 31/01/2018, et revu le 02/02/2018, et revu le 04/02/2018, et revu le 06/02/2018, et revu le 08/02/2018, et revu le 16/02/2018, et revu le 18/02/2018, et revu le 21/02/2018, et revu le 22/02/2018, et revu le 23/02/2018, et revu le 27/02/2018, et revu le 28/02/2018, et revu le 02/03/2018, et revu le 04/03/2018, et revu le 07/03/2018, et revu le 08/03/2018, et revu le 16/03/2018, et revu le 21/03/2018, et revu le 27/03/2018, et revu le 30/03/2018, et revu le 01/04/2018, et revu le 11/05/2018.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil
     

-->--> --> --> -->