Consultations pour cet article :

ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu
Pour entendre le fond musical de cette page, prière de cliquer ci-dessous :
fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire un clic droit sur le disque du bas

Pour connaitre le code des couleurs, prière d'aller, SVP, à :
Avant-propos.html





Quand, la Chaine ARTE, zappe formellement les trouvailles d'ARTivision, concernant ses découvertes sur la Lune, et les déclarations hors-normes du célèbre Amiral Byrd.

      Cet article est la suite directe de la page :

http://www.artivision.fr/Quand-ARTE-zappe-formellement-les-trouvailles-d-ARTivision2.html

Troisième volet : Quand le site ARTivision, en remet une couche, concernant les pastilles de camouflage du phénomène polaire.

I Introduction.

      Pas besoin d'etre un agrégé en philo ou crack en psycho, pour savoir que parfois, les répétitions bien choisies, aident notre subconscient, à s'accomoder parfaitement aux clefs essentielles, d'un récit, pour en saisir, à la longue le substrat incontournable.

      Donc dans le but de rappeler vraiment au novice ingenu, qui entre pour la première fois par cet article, dans les supers concepts, vus précédemment, revoyons dabord , ici cette expression très inadéquate "Le huitième continent", utilisée dans le TVMag du 8 Janvier 2019, suivant :


      On sait déjà, le fait que, nous ne croyons pas du tout au Hasard, et nous allons poursuivre nos investigations dans cette affaire jusqu'à ce que les protagonistes culturels en question,, soient poussés dans leurs derniers retranchements, et qu'ils avouent, un jour, sous l'influence d' une force inexplicable, qu'ils ont lamentablement loupé le coche, que le site ARTivision, avait placé, juste devant leur porte.

     De même, reprenons cette icroyable image, extraite du n° 266 de la revue Ciel&Espace de Février 1992 :


     Comme nous sommes quasi certains, de ne pas recevoir de réponse de ces cosmologistes et consorts affiliés, qui sont restés, lamentablement muets, en face de cette incroyable affaire, que nous avons présentée, depuis des années dans nos articles.

     Cette photo du Pôle Nord de Jupiter, qui est assurément trafiquée,nous interpelle grandement et évidemment, ce qui saute aux yeux, encore une fois, c'est cette pastille noire, mais en plus quasiment rectangulaire, placée juste au pôle, et sous laquelle, on voit nettement là encore, fuser des rayonnements lumineux notoires.

     Que fait , cette obscure pastille très géométrique ? Elle n'a rien à voir, ici, bien sûr, avec une limite satellitaire quelconque explication stupide avancée en 2006 dans les volets précédents par le sieur Fabrice C...... , n'est-ce pas !!!. Hélas nous n'avons pas reçu, une seule réponse même vaseuse, depuis des années, des ( prétendus rationalistes endurcis : astronomes, astrophysiciens et consorts cosmologistes béni-oui-oui de la NASA.).

      Nous serions donc particulièrement heureux, au moins que les les protagonistes de la chaine ARTE, et des autres consorts de même gabarit, veuillent bien nous en dire, deux simples petits mots...

II Genèse de l'affaire.


      Mais, puisqu'il faut dit-on,"battre le fer pendant qu'il est chaud", voici en plus, quelques images des pôles, magouillées, par qui l'on sait :

     En effet, le Mercredi 04/10/06, nous avons eu l'opportunité de regarder le journal télévisé de 19/20 de France 3 retransmis par RFO guadeloupe de l'époque.

    Dans un volet relatif au déréglement climatique de la planète, un interlocuteur patenté a présenté sur un écran vidéo la calotte polaire nord. Mais ce qui nous a frappé d'emblée, c'est qu'il y figurait un super disque noir à peine plus petit que celui que nous avait présenté le Science&Vie de Nov 2004, dont nous reparlerons plus bas et dont voici à droite l'image réduite :

     Hélas nous n'avions pas capté sur DVD ces informations, et nous nous sommes précipités à l'adresse de l'époque:

http://info.france3.fr/index-fr.php

     Pour retrouver ce volet sur les déréglements climatiques, mais malheureusement, nous n'avions pas le logiciel pour capter les images du film où figurait le disque noir. Le 6/10/06, nous en avons parlé tout à fait par hasard , à notre cousin Patrick, Directeur d'une école de langues, à Basse-Terre, qui nous a alors dit qu'il possédait un logiciel requis et qu'il allait nous envoyer les images en question.

    Merci donc une fois de plus à Super Hasard, et voici donc trois clichés, parmi ceux que nous avons reçus :

    


    Mais, que peut-on dire sur ces photos surprenantes ? Nous avions toujours cru que le pôle géographique était symbolisé par un point et non un disque. Sur la photo de gauche relative à l'année 2005, il aurait suffit de placer un petit point noir et tout à côté l'inscription bien visible, (en jaune par exemple), "Pôle Nord". Passons, on nous dira que le disque noir, c'était pour mettre en relief l'inscription. Mais pour 2006 on a carrément oublié de l'inscrire, ce qui est plus étonnant.

    Vite, appelons à notre secours, l'intertnaute Fabrice c...., dont nous avons parlé,plus haut, et qui nous affirmait sans sourciller:

" Eeeet oui, il ne faut pas d'explications, quand il est EVIDENT qu'il s'agit de la limite de la couverture satellitaire..."


    Eh oui bien sûr, comme c'est évident pour tout un chacun, et surtout, on attendait cette fois que l'interlocuteur scientifique de l'émission, nous en dise quelques mots de plus..

        Mais non...rien de plus...C'est l'éclipse totale. Revoyez le disque des images 2 et 3, justement c'est très ressemblant à une éclipse... n'est-ce pas ?

    Mais on le sait, sur ARTivision, rien ne se passe au hasard, car justement, une missive disons très opportune :

-----Message d'origine-----
De : Pierre ....
Envoyé : Lundi 30 Septembre 2013 04:53
À : Fred Idylle
Objet : Pole Nord

        Bonjour,

     Vous trouverez certainement votre bonheur à :


 Bien cordialement

      Bien sûr, nous avons déjà remercié vivement Pierre, pour sa souvereine participation, aux recherches très pointues d'ARTivision .

      Mais, au cas où ce site venait à disparaître comme par enchantement,, voici le début de sa présentation :


puis on découvre plus bas cette surprenante vue du Pôle Nord

     Mais voyons cela de plus près :


     On voit alors encore ici, que le satellite ENVISAT, en question, a de même à nouveau, quelques regrettables trous de mémoire, et surtout qu'aucune explication ne nous est également donnée, sur la présence très insolite de ce disque noir, au Pôle Nord.

      D'autant plus, qu'en agrandissant l'image, on voit aussi cela :


     Comme on le voit finalement, il se passe pas mal de choses très mystérieuses, qui s'attachent aux zones polaires de notre planète.

     Mais, il y a aussi cette information, tout aussi significative venant de la chaine ARTE, elle-même et donc, elle n'aura aucun mal à vérifier qu'il ne s'agit pas qu'une "fakenews"

     : Le Jeudi 15 Mars 2012, la chaine ARTE a passé le documentaire suivant :


que l'on pouvait aussi capter, à l'url :

http://videos.arte.tv/fr/videos/tara_voyage_au_coeur_de_la_machine_climatique_extrait_2_3_-3728646.html

      On voit alors apparaître dans le film, à un certain moment, la salle de contrôle et d'enregistrement des données.


      Puis, apparait, une carte montrant les flux de chaleur induits par les courants marins :


     On apprend alors sur le Net que " Le «Tara» est un laboratoire flottant. Cet immense voilier dont l'équipage est composé des meilleurs climatologues mondiaux a une mission majeure à remplir. Conçue pour rester prisonnière de la banquise, cette goélette de 36 mètres permettra aux scientifiques d'étudier l'évolution du pôle Nord. "

    Puis, sans explication, apparait la carte du bassin polaire telle que :


     Mais, chose étonnante, une seconde image est présentée, comme si le caméraman voulait nous dire en douce : "Regardez cela un peu mieux" , mais le narrateur est resté lui, muet comme une carte, à ce sujet :


      Et bien sûr, aucun des climatologues en question, n'a donné la moindre explication sur ce disque insolite , placé au cœur de la zone arctique.

      A vous de juger, une fois de plus, cette nouvelle incongruité, documents à l'appui...

Mais voilà le bouquet quand le journal Libération (Sciences), nous fait, le même coup qu'ARTE.

     Précisons aussi que c'est dès le 25/04/2012, que nous avons reçu de notre ami Jean-Philippe, l'information en question, qui est placée sur la page :

http://lespasseurs.com/chroniques_arcturius/?p=10181

      Or donc, le 26 Avril 2012, nous avons reçu de notre ami suisse Alain le message important suivant :

De : Alain...
Envoyé : jeudi 26 avril 2012 01:44
À : fred.idylle@orange.fr
Objet : Photo de l'Arctique par Cryosat - édition du 25.04.2012

           Bonsoir Fred !

     Curieuse photo, n'est-ce pas…?


     Affaire à suivre… Amitiés suisses,

           Alain ....


      Comme ce site peut disparaître comme par enchantement du jour au lendemain, en voici le principaux éléments :



     Notez bien, la présence d'une rosace surprenante au Pôle Nord...

     Mais en activant la vidéo en question, on voit apparaître progressivement, au Pôle Nord, un disque sombre insolite :


      Puis l'apothéose arrive :


      Quant à nous expliquer la présence de ce cercle bleuté, d'où semblent s'échapper (sur cette dernière photo), de nombreux rayons lumineux, qui éclaboussent la région...Motus et bouche cousue....

      A vous de juger... documents à l'appui.

      Mais ce 1er Mars 2019, il nous importe aussi, de transcrire ici, les paroles du Maître de Findhorn, relatives au contexte civilisationnel actuel qui garde en ce jou, toute sa magnificence et qui nous ouvre un peu plus les yeux, sur tout ce qui se passe sur cette planète Terre en grande mutation :

Attends-toi à un miracle !
Attends-toi à ce qu'il arrive miracle sur miracle,
et ne mets aucune limite d'aucune sorte.

Plus tu es ouvert, mieux c'est, car alors rien ne se met en travers du chemin
pour arrêter le cours de des lois de La Source ,
car les miracles sont simplement Ses lois en action.

Va dans le sens de ces lois
,
et tout peut arriver.

Vois la perfection de Son plan se déployer!

II n'y a pas d'urgence, ni de précipitation.

Lorsque quelque chose se déploie,
cela peut se faire très vite,
mais dans une paix et une sérénité totales,
au bon moment et avec précision.

N'aie peur de rien,

car il n'y a rien à craindre

quand ta foi et ta confiance sont en ELLE.

Elle est en toi, alors vois la perfection de Son plan
advenir au-dedans de toi et au-dehors.

Tout commence de l'intérieur et se fraie un chemin vers l'extérieur;

donc ne laisse rien en toi empêcher sa progression.

Laisse tout venir .

et contemple le nouveau Ciel et la nouvelle Terre !


La petite voix: Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 1er Mars , après adaptation d'ARTivision.

.
       Curieux n'est-ce pas ! cette affaire de nouveau Ciel et de nouvelle Terre , qui semble s'ériger, maintenant, et affaire que ce Maître de Findhorn, nous a bien déjà specifiée le 9 Février dernier. De plus, il a aussi parlé en d'autres circonstances du "Nouvel Âge", et époque, que le grand ésotériste français Jean Sendy appelle : "Les temps messianiques" :

  

   Mais relisons plutôt cela :

     " Les descriptions de l'Age d'Or des idolâtres et celles des Temps messianiques des Hébreux, concordent sur un point fondamental :
       Quand on en sera là, nous rabâchent-ils depuis des siècles et des siècles, l'homme saura accomplir les actes attribués par les Mythes aux divers "dieux" , et aux Elohim par la Genèse.
" .

     Extrait de "Les temps messianiques", J'ai Lu A 381 page 33.

     Affaire à suivre donc de très près ...



     Mais, ce 4 Mars 2019, pour le novice ingénu, qui découvre à peine le site ARTivision, par cet article, nous allons en dire un peu plus, sur cette affaire "des temps messianiques" (affaire aussi confondue avec "l' Ère du Verseau"), si souvent évoquée sur notre site, en souhaitant vivement qu'un internaute béni des dieux, arrive à trouver à la Bibliothèque Nationale, les ouvrages, qui parlent de ces descriptions si étranges des idolâtres et des hébreux, évoquées, ci-dessus, par ce grand chercheur, l'Einstein de l'ésotérisme français Jean Sendy.

      En effet, il n'est pas besoin d'être un agrégé en philo,ou dans une autre discipline de l'esprit, pour s'apercevoir que des choses fantastiques, se passent en ce moment, sur cette planète, et, pour résumer tout cela, disons d'abord, que l'axe de la Terre, fait un tour, sur lui-même tous les, environ 25920 ans et ce tour s'achève ces temps-ci. (d'après Jean Sendy, auteur de l'ouvrage incomparable : La Lune clé de la Bible ) , Alors, puisque, le Temps des Révélations est bien arrivé, bientôt l'on ne pourra plus cacher grand chose aux communs des mortels...

     Soyons plus précis encore et expliquons cette affaire ésotérique, de l'ére du Verseau que nous venons d'aborder, et qui implique un changement total du contexte vibratoire de la planète Terre et de ses occupants :

    L'Axe Nord-Sud de la Terre, lorsque celle-ci tourne autour du soleil, n'est pas perpendiculaire au plan de rotation, mais il est incliné d'un angle voisin de 23,26°. Cet axe ne reste pas immobile et fait un tour complet qui dure 25920 ans (ce chiffre varie un peu chez d'autres auteurs: 25800 pour certains, et 25868 pour d'autres ), période que l'on a divisé en 12 ères de 2160 années, chacune portant le nom d'un signe du Zodiaque (voir schéma ci-contre) .

    Notre Ère du Verseau qui suit celle des poissons, durera 2160 ans, comme la précédente.

     Mais, comme 25920/360 = 72 ans, on découvre qu'il faut donc 72 ans pour voir le Soleil se déplacer de 1 degrés, à l'équinoxe de printemps, le 21 Mars. C'est ce que l'on appelle, le déplacement du point Vernal. ( Plus académiquement, on apprend que ce point Vernal, est un des deux points de la sphère céleste où l'équateur céleste et l'écliptique se croisent). Le 21 Mars 1950, certains ésoteristes pensent que le point vernal est passé, de l'ére des Poissons, en Verseau. Il aura avancé d'un degré seulement le 21 Mars 2022.

     Ce phénomène est appelé la préccession des équinoxes, et il parait chose incroyable que les sumériens, ont inscrit ce phenomême sur leurs tablettes en écriture cunéiforme, il y a - 2500 ans, environ avant notre ère.72 ans pour repérer 1 degré de déplacement, du point Vernal, il fallait donc être très fortiche pour découvrir cela. Bravo donc aux sumériens initiés.

...Mais comment ont-ils pu trouver cela ? C'est là encore une façon de démontrer empiriquement que le Passé de la Terre est beaucoup plus fabuleux, que l'on ne saurait jamais l'imaginer et que ces sumériens ont bien hérité de la connaissance de Maîtres antérieurs initiateurs.

     Mais pour assimiler tout cela en ces temps du renouveau, il nous faut d'abord harmoniser nos vibrations corporelles, avec celles que nous prodigue la Nature, de toute éternité, et pour cela, restons Zen, et branché en continu, sur les vibrations harmonieuses du Cosmos, et en commençant déjà par écouter celles qui viennent du plus profond de nous-mêmes, de cette merveille extraordinaire, que constitue le corps humain, proprement dit.

     Mais, pour ceux qui continuent à rire insidieusement sous cape de tout cela, reprenons ici, ce que nous dit, au sujet de la disparition de l'Atlantide, l'ouvrage de 2013 qui suit, (déjà présenté au 2e volet), et qui prétend que nous sommes en effet entrain de perpétuer, avec notre farouche esprit, ancré dans la notion de mutelle compétition, le même système d'exploitation des masses innocentes, qu'à l'époque de cette Atlantide, avant sa disparition totale, près de 12000 ans. Nous prenons donc exactement le même chemin, et le même sort, nous sera réservé..., si nous n'agissons pas très rapidement...


     Et donc nous vous invitons aimablement et très humblement, à découvrir les phrases extrordinaires, situées en pages 179 et 180, de l'ouvrage en question :


     Il va sans dire, que pour faciliter notre contact avec la Nature et plus, nous devons fuir absolument toute information négative, qui génère la Peur et la Haine, en refusant d'accepter de regarder des films noirs, d'épouvante, et autres thrillers à frissons, de lire des romans noirs où règnent violence, crimes et exactions de toute nature, et aussi d'écouter de la musique et des sons qui dépriment déjà les plantes (Utiliser pour cela, un vérographe moderne ultra-sensible)... etc...alors et alors seulement, on pourrait peut-être ramener sur cette Terre, Paix et Sérénité, au sein d'un Âge d'Or retrouvé, et d'un Amour véritable entre les humains.

       Mais, pour illustrer une fois encore, de manière très anecdotique, le comportement absurde des décérébres et va-en-guerre actuels, imaginons qu'il n'y a pas bien longtemps, dans l'histoire du Nouveau Monde, deux tribus amérindiennes voisines d'Amérique du nord, ( par exemple les Sioux et les Comanches), et ou même d'ailleurs, cela n'a aucune importance, s'entretuent à l'époque de Christophe Colomb, à l'aide de flèches bien aiguisées et empoisonnées, pour une vulgaire et futile question de zone d'influence, ou d'une insignifiante limite territoriale.

     C'est alors qu'arrivent, à leur plus grande stupéfaction, ceux appelés au Nord, pudiquement les pionniers, et au sud les conquistadors, munis de chevaux effrayants, de canons tonitruants, et de fusils qui tuent à de longues distances, et envahisseurs qui chassent sans remords les belligérants, dont nous venons de parler, pour s'emparer de leurs précieuses terres, faisant l'objet des litiges évoqués entre les deux tribus.

     Que pensez-vous qu'il arriva ? Croyez-vous vraiment que ces amérindiens vont continuer à se battre entre eux, sous le regard cynique et amusé, de leurs envahisseurs ?


     Nous pensons au contraire, que ces deux peuples amérindiens vont vite s'unir pour faire front, sans doute hélas d'une manière dérisoire, à la nouvelle menace venue de l'Est, et menace qui, nous le savons maintenant, sera l'une des plus graves atteinte à l'écologie mondiale (voir à ce sujet l'excellent article de A. DOROZYNSKI page 72 à 84 de la revue "Science&Vie" n° 892 de Janvier 1992, et intitulé "Le plus grand bouleversement écologique de l'Histoire").



      Mais, lisons aussi cela, tiré de l'ouvrage "Voyage", du collectif Soria, formé, on le sait, de 4520 entités cosmiques :

  

      Ces derniers temps, nous avons été amenés à plusieurs reprises, à sortir de notre bibliothèque l'ouvrage de Soria, vieux de 17 ans (en 2019), ci-après, extrait des pages 185 et 186 :

     "...Votre isolement commence seulement à se lézarder. Les rayonnements des autres formes de vie pointent leur Lumière (Ombre ou Lumière : attention, tout n'est pas rose au sein des Univers !), et certains de vos gouvernements savent déjà à quoi s'en tenir ! Même s'ils ne vous ont pas révélé ces visites et essaient de vous ridiculiser dans votre approche des autres mondes, il est vrai qu'ils considèrent les habitants de cette Terre comme des retardés mentaux, à qui il faut cacher la vérité, de manière à ne pas les affoler. La population terrienne ne jouit pas d'une grande réputation aux yeux des dirigeants ! Étrange, votre choix d'être sans cesse rabaissés aux yeux des autres ! Ce miroir vous apprend-il encore quelque chose aujourd'hui ? Ne l'avez-vous pas assez exploité ? Ou avez-vous simplement oublié que vous pouvez exister sans cette reconnaissance aliénante ?...etc... ".

      Dur.. Dur... n'est-ce pas !!!, et l'on est quasi certain, qu'aucun de nos médias actuels ne pourrait soutenir un tel langage...! Point Barre...

     Mais, s'il vous arrivait de revoir, l'incroyable affaire Barboto, voir notre article :


et aussi l'affaire du lanceur d'alerte Corey Goode, qui affirme qu'il existe bien, une civilisation Humaine Ancienne de type "Civilisation de Rupture" de la Terre, qui a développé sur la Lune, une technologie bien plus avancée que la nôtre : Voir notre article :


      Et même le collectif SORIA, nous a avoué, qu' il y a au moins, une cinquantaine de civilisations, dites aliens, en vadrouille dans le Système Solaire.

      Alors Messieurs les anarchistes et va-en-guerre incultes, arretez de jouer les matamores offusqués, en tuant vos frères innocents, car vous ne comptez même pas pour des prunes, aux yeux, de ceux qui naviguent à notre barbe, dans l'outre-espace de l'environnement proche de notre planète...

       Que celui qui, a de bons yeux pour voir, et de saines oreilles pour entendre, en tire dès lors, le profit qui s'impose .


         ARTivision, aborde souvent le sujet sensible de "L'ère du Verseau" dans laquelle nous plongeons actuellement, inéluctablement, malgrè les ralleries des penseurs bien officiels.


         Reprenons alors quelques phrases, du message lancé le 27 Octobre 2018, par Grand Maître de Findhorn, et phrases, qui ont dû faire grincer les molaires des outrecuidants intellectuels et consorts bien-pensants blasés du système actuel, qui part, résolument, à vau-l'eau ...

        Le message disait alors; entre autres choses :

" Cela demande un grand amour et une grande patience;
Cela demande de la concentration et du dévouement;
Ce processus est ce qui se passe en ce moment avec le Nouvel Âge"



     En effet, progressivement, on découvre que sur ARTivision, la notion de quatrième dimension, est de rigueur et que l'intuition personnelle, est de mise, ( hélas, cela ne s'apprend pas dans nos écoles publiques), ce qui en fait un site tout à fait singulier, où rien ne se fait par hasard ...

       Mais ce 07 Mars 2019, puisqu'il faut dit-on, "battre le fer pendant qu'il est chaud", expliquons alors plus avant, cette incroyable affirmation de SORIA, concernant les aliens, visitant en ce moment, notre Système Solaire ( âmes sensibles s'abstenir).

       Voilà donc le commentaire très significatif, qui ne manquera pas de donner aux bien-pensants et autres détracteurs zététiques, joints aux consorts intellectuels très blasés, des frissons le long de leur colonne vertébrale et qui de plus assurément, va les faire hurler d'amertume et de dépit, et d'ailleurs nous recommandons aussi, novice ingénu avant de lire ce qui suit, de bien s'appuyer aux murs environnants...

       En effet, on doit aussi savoir, qu' il y a déjà pas mal de temps, pendant l'année 2004, nous avions pris contact avec le channel : Mme Régine Françoise Fauze du Collectif Soria, formé (nous l'avons déjà exprimé), de 4520 entités cosmiques, (et collectif en qui nous avons toute confiance), au sujet de l'affaire très ambigüe des Ummites, (Voir sur Google, les nombreux ouvrages qui en parlent, et aussi ce récent petit fascicule remarquable, d'Octobre 2018:


qui y consacre 12 pages)
, et voici en substance, la réponse de Soria, qui nous avait été faite, et qui nous a fait, à l'époque, tomber carrément, à la renverse :

"Pourquoi vous préoccuper, au sujet de cette affaire, puisqu'il y a près d'une cinquantaine, d'entités extraterrestres, qui visitent régulièrement cette planète " .

     Voici alors, quelques plans notoires, envoyés à des chercheurs patentés, par ces fameux ummites, qui selon nous, maintenant, existent vraiment sur Terre, depuis 69 ans (en 2019) :



     Il est évident que ces dessins, et bien d'autres choses encore plus étonnantes, ne peuvent avoir été élaborés, par un ignare plaisantin, comme certains, ont voulu nous le faire croire.

      Les deux pages de supers croquis, sont tirées, parmi tant d'autres, d'un manuscrit espagnol de 1979 d'Antonio RIBERA,"El Misterio de Ummo" Traduit en français par J.J.PASTOR, sous le titre "Ummo le langage Extra-terrestre" aux Editions du Rocher en 1984 (épuisé actuellement) :

  

      Et, en page 99, on trouve alors ce passage très instructif:


         Ces Ummites donnent des détails très minutieux sur leur débarquement en France (Cocorico) le 28 Mars 1950 entre Digne et la Javie, dans le département des Basses-Alpes. Ils affirment avoir : "creuser dans le sol à huit mètres de profondeur, une mini base dont l'accès est parfaitement camouflée et qui est en forme de galerie de 4 métres de longueur, étayée par des cintres extensibles modulaires, faits d'un alliage de magnésium et se trouvant dans l'un des contreforts montagneux de la région à proximité du Pic du Cheval-Blanc dont le sommet culmine à 2323 mètres ".

         Ces ummites, affirment, entre autres choses extrordinaires, pouvoir résoudre vite fait et bien fait, nos problèmes d'élimination des déchets, en utilisant un appareil de leur fabrication, capable de casser toute matière pour la transformer en oxygène ou hydrogène. Mais, cet appareil ne pouvait nous être confié, car nous ne sommes pas assez mûrs et sages pour l'utiliser à bon escient.

      En effet, pas besoin de dire, les ravages que ferait un dictateur en possession d'une telle machine et pas besoin, n'est-ce pas !... de remonter dans les temps anciens, pour découvrir cela :



        Or, malgré un dossier en béton, cette affaire ummite, n'a jamais été discutée dans les médias, qui ont pignon sur rue, ce qui prouve, une fois de plus, que sont à proscrire des voies de l'information habituelle, tous les éléments vraiment importants pour l'humanité, qui bouleverseraient, le circuit économique, mis en place par les magnats actuels de l'énergie...

    C'est à vous donc, qu'il appartient désormais, une fois de plus, de juger tout cela, documents tangibles à l'appui...


      Mais pour ceux qui continuent à rire sous cape de cette affaire, voici la couverture du n° 82 de la revue Top Secret, de Déc 2015-Jan 2016, de l'ami Roch Saüquere, dont voici la couverture :


, où l'on découvre un dossier tout à fait renversant de 9 pages, dont voici la première (âmes sensibles s'abtenir) :


      On y découvre alors un texte concernant un certain M.X, l'enfant des "Black Program", qui a décidé de faire quelques menues révélations, concernant les canailles d' humains, juste évoqués plus haut. Et à la page 32, on peut lire ceci :


      Le communiqué Soria, présenté plus haut, comme le voit, est effectivement confirmé, et le nombre d'extraterrestres visitant la Terre tourne bien, autour de la cinquantaine. Point Barre...

      Curieux n'est-ce pas que tout cela !!!.


      De plus, en face, de ces faits implacables, de nombreux médias, et autres journalistes blasés du système,qui ont pignon sur rue, n'ont pas, malgré tout ce qui précède, hésité une seconde à fourrer la tête sous le sable comme l'autruche, tel que le montre l'image suivante :



tiré du livre admirable de J.G. DOHMEN, sorti par les Editions TRAVOX au 2etrimestre 1972


:


     Mais, ces détracteurs irréductibles ont été encore plus, caustiques et dérisoires et ridicules, lorsque, le grand reporter Jacques Pradel, (cet intarissable chercheur de l'Inconnu, à qui nous rendons ici aussi, un vif hommage pour le courage dont il a fait preuve à l'époque, et cela lui a causé d'ailleurs, d'énormes ennuis par la suite), a présenté le 23/10/1995, le film qui suit, lors d'une extraordinaire émission de TF1.

    Voici alors, la photo de la cassette vidéo, que nous avions pu nous procurer à l'époque. Nous ne savons pas si TF1 a sorti un CD ou un DVD, sur l'affaire :


     Pour les passionnés de cette affaire extraordinaire, voici une vidéo en ligne, qui montre de quoi il s'agit :



    Et voici une autre vidéo :


     Evidemment, il convient d'enregistrer la vidéo en question, qui peut disparaitre du jour au lendemain .

     En ce qui concerne les médias, et autres journalistes en question, sous-alimentés en données spatiales pointues actuelles, ils ont loupé lamentablement le coche, et ils seront jugés, très sévèrement, quand la vérité éclatera au grand jour, ce qui ne saurait tarder...

        Le site ARTivision a publié de très nombreux articles, sur l'affaire précédente, et pour les puristes, voir par exemple ceci :


        Nous avons parlé ci-dessus les médias, et autres journalistes en question, sous-alimentés en données spatiales pointues actuelles, mais ce n'est pas du tout, une figure de style, car cela s'adresse aussi, à tous les astronomes, astrophysiciens et consorts cosmologistes béni-oui-oui de la NASA... et aussi à tous les prêtres, évêques, archevêques, pasteurs, mollahs, grands rabbins, chefs bouddhistes... même les savants hébraïques orhodoxes actuels, et nous attendons avec une très grande ferveur, que tous ces messieurs disent enfin en public, qui a construit, cette superstructure incroyable, qui fait près de 30 km de long, et placée sur la face cachée de la Lune, telle que :


et avec certains agrandissements, on a :


       Mais hélas c'est le glaçant silence de la pierre tombale, qui a suivi la publication dès le 28/08/1998 (donc il y a 21 ans en 2019), de notre article clef sur ce sujet :


     Pourtant les ufologues (qui s'occupent de l'espace et des Ovnis), avaient bien été avertis, par nos soins, dès le mois d'Avril 1974, (il y a donc 45 ans de cela, en 2019), de cette affaire extraordinaire, comme le montre la revue d'ufologie Ouranos de l'époque, et cela ne fut pourtant, jusqu'à présent, qu'un simple coup d'épée dans l'eau :

  

     Et voici le texte de présentation :

  

      Bien que nos préoccupations quotidiennes, visent plutôt, la 3e dimension, très "terre à terre", c'est peut-être ici, qu'il conviendrait de présenter les paroles d'un très grand Maître, que chacun reconnaitra aisément :

"Si vous ne croyez pas, quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes" (JEAN Chap3 vers 12)

       À bon entendeur Salut..et Messieurs les gilets jaunes... si vous voulez vraiment pimenter vos légitimes revendications... exiger que ceux qui nous gouvernent en Haut Lieu, sortent d'abord l'affaire secrète des Ummites, et tout le reste viendra ensuite par dessus, en ces temps de la Révélation.


       Pour en savoir, un petit peu plus, sur cette incroyable affaire Ummite, prière SVP, de rejoindre notre vieux site réajusté récemment :


      Mais ce 11 Mars 2019, nous allons soumettre, à ces protagonistes journalistes et rédacteurs zélés de la Chaine ARTE, et aux autres consorts de même gabarit, des faits polaires notoires, qui ne sont jamais discutés par eux sur les médias, qui ont pignon sur rue, et faits qui contredisent assurément la déclaration, présentée dans l'article dérisoire publié par un certain Serge Jodra, dans le dans le n° 326 de la revue de vulgarisation Ciel&Espace de Juillet 1997 :


     Donc, on voit bien que ce Monsieur Serge Jodra, dans cet article tristement mémorable, intitulé "Terre creuse voyage au centre d'un fantasme", met volontairement entre guillemets (en page 68) l'expression "mystère polaire".

     Ce Monsieur Jorda, très amateur de la notion de fantasme en considérant nos mythes culturels, n'aurait certainement pas écrit cela, s'il avait à l'époque pu se procurer ce document extraordinaire du journal "The Leader-Post" du 31 Janvier 1947 , souvent présenté par ARTivision, dans de nombreux articles :

     Le titre surprend déjà " Byrd annonce ses objectifs pour aller investiguer dans le secret polaire " .

      Ah Ah... comme vous le voyez, il y a tout de même un secret à découvrir (contrairement à ce que prétendait ci dessus, le sieur Serge Jodra en question ), dans ces immenses zones glacées extrêmement froides et couvertes de neige à l'infini, n'est-ce pas ?


      Nous avons fait état, de ces mystères polaiires, dans de très nombreux articles, et nous n'avons jamais reçu, la moindre explication de ces cosmologistes patentés (astronomes, astrophysisiens ufologues ..etc.. qui devraient au contraire, sauter de jubilation devant ces faits inexplicables actuellement.)

     Pour les puristes qui aiment retrouver les sources d'une information, présentons maintenant quelques éléments anciens concernant unphénomène polaire concernant la planète Mars et éléments nous donnant, dès lors, le moyen de résoudre définitivement ces affaires de luminosités polaires.

    Commençons, si vous le voulez bien, par ce montage mosaïque, réalisé dès fin Sept 1902, par l'Observatoire Astronomique de Yerkes, appartenant à l'Université de Chicago à Williams Bay dans le Wisconsin :



>      Traduisons grosso modo, le texte de l'image : " Vues de Mars prise à l'observatoire de Yerkes le 28 Septembre 1902, montrant, la prétendue la calotte neigeuse, se projetant au-delà du globe de la planète, ce qui exclut toute possibilité qu'elle soit faite de neige ou de glace."

    Voici d'ailleurs deux photos agrandies de ce panorama :

  


     Ces images sont extraites, page 80 bis, de l'ouvrage incontournable de Marshall B. Gardner (1920), et voici donc, une photo de l'auteur, suivie de celle de la couverture de l'ouvrage en question :

  

    Nous avons alors ici, le plaisir de vous transmettre un paragraphe en pages 84 et 85 :

     "Earlier writers, however, had noticed that the spots were brighter than the other surfaces of Mars, an astronomer, writing in the Scientific American Supplement as early as 1879, in effect, having made that observation. But this writer was not aware of the real nature of the light. In 1892 the celebrated English astronomer, J. Norman Lockyer, repeated in a periodical a number of observations he had made thirty years before and had then communicated to the Royal Astronomical Society of England. Here is a significant quotation :

     "The snow-zone was at times so bright that, like the crescent of the young moon, it appeared to project beyond the planet's limb. This effect of irradiation was frequently visible; on one occasion the snow spot was observed to shine like a nebulous star when the planet itself was obscured by clouds, a phenomenon noticed by Messrs. Beer and Madler, recorded in their valuable work, 'Fragments sur les Corps Celestes.' The brightness, however, seemed to vary very considerably, and at times, especially when the snow zone was near its minimum, it was by no means the prominent object it generally is upon the planet's disc."
"

     Traduisons, à peu près, cela :

     " Cependant, plus tôt, des écrivains , avaient remarqué que les taches étaient plus brillantes que les autres surfaces de Mars, et en effet, dès 1879, un astronome, écrivit dans le Supplément de la revue Scientific American , le fait qu'il avait découvert cette particularité. Mais cet écrivain n'était pas au courant de la vraie nature de cette luminosité. En 1892, le célèbre astronome anglais, J. Norman Lockyer, a repris dans un périodique un certain nombre d'observations qu'il avait faites, trente ans auparavant, et observations qu'il a ensuite communiqué à la Royal Astronomical Society d'Angleterre. Voici une citation significative :

     "La zone neigeuse, était parfois si brillante, que, comme le croissant de la lune montante, elle se projetait au-delà du globe de la planète. Cet effet de la luminosité, a été fréquemment constatable. Une fois même,la zone neigeuse, s'est mise à briller comme une nébuleuse, alors que la planète elle-même était obscurcie par les nuages. Ce phénomène fut remarqué par MM bière et Madler, et enregistré dans leur précieux ouvrage "Fragments sur les Corps Celestes". La luminosité, cependant, semble varier considérablement, et parfois, surtout quand la zone de neige est près de son minimum, elle n'est alors nullement l'objet en relief qui se projette généralement Au dessus de la planète."."

       Poursuivons ensuite notre investigation de cette histoire polaire, en analysant des données remarquables qui sont tirés du n° 108 de Février 1956, de la revue Sciences et Avenir, que nous avons la très grande chance, de posséder dans nos dossiers, et dont voici la couverture :



et revue qui, a justement publié à l'époque, un article remarquable intitulé :


      Mais, voici le texte en question :



    Cette image, nous montre d'abord, la calotte polaire de Mars qui brille d'une manière surprenante, alors que la zone tout autour, est encore dans le noir.

         Faisons alors ici, une petite digression très utile :

          Comme vous le voyez, ci-dessus, un astronome bien connu de l'époque, (il y a à peine 63 ans en 2019), nommé Arthur Eddington, (il est certainement décédé actuellement), n'avait pas hésité à écrire, (hélas on ne dit pas où) :

"qu'il croyait assez volontiers que notre humanité pouvait être la seule à contempler les beautés de l'Univers".

        Cette idée prévalait assurément, au début du siècle, avant la première guerre mondiale, mais cependant dans les années 50, il fallait tout de même, une sacrée dose d'arrogance, pour en arriver à cette conclusion, n'est-ce pas !!! Pourtant cette idée est à l'origine de l'orgueil démesuré, qui caractérise l'action des dirigeants et autres pontifes culturels de notre société à la dérive, ou actuellement, la vie humaine est devenue une quantité négligeable...


       On sait d'ailleurs qu'actuellement, il est préférable de ne pas évoquer dans une conversation courante, la notion de visiteurs extraterrestres, sans susciter chez nos protagonistes scientifiques ou autres intellectuels officiels, des sourires narquois caractérisés.

      Selon nous, c'est le simple fait d'avoir peur de l'inconnu ( fait mis en exergue par nos livres et films extravagants contemporains), qui suscite cette attitude stupide...

      Mais un très bon point est à accorder au film ..."Le jour où la Terre s'arrêta", réalisé en 1951, par Robert Wise, et dont voici ci-dessous, la jaquette du DVD sorti en 2003 : .


      Fin de la digression

       Pour mieux encore illustrer notre propos montrons maintenant, d'autres photos plus modernes et encore plus significatives de la calotte polaire de Mars, qui brille encore admirablement, et même apparait carrément en relief, comme une sorte de casquette :


      Pas mal, n'est-ce pas, ces "couvre-chefs lumineux" , bien en relief, au dessus de la planète !!!

      En voici encore d'autres, où l'on voit, que la calotte polaire brille sompteusement, alors que la région environnante est dans l'ombre...




      Mais, il n'est pas besoin d'être un docteur en Philosophie pour savoir, que chacun situe son appréhension des choses et ses priorités, en fonction de ses préocupations immédiates. Cependant, il arrive souvent que quelques temps plus tard, ( pour les textes bibliques, par exemple, il faudra attendre des siècles) , ces préoccupations se révèlent n'avoir été que des futilités, qui n'apportaient rien à la compréhension de notre environnement, et à notre intégration dans la communauté humaine de cette planète en grande évolution...

      Donc, pour ARTivision, voici aussi, un autre fait cosmique irrécusable très cher à notre site, et fait qui concerne l'astre nommé Titan, le plus gros satellite de Saturne, et dont on attend toujours, des éclaircissements notables, de la part des spécialistes...

      Donc pour bien comprendre, cette affaire de l'esquimau, qui pour indiquer la provenance de son peuple, montre actuellement le Pôle Nord, il est préférable d'avoir sous la main, l' image suivante de la NASA :

  

      Cette photo, qui nous montre le satellite Titan de Sature, provient du site très bien fait :


      Et on découvre aussi que cette photo, aurait été obtenue, par la sonde Cassini, le premier Juillet 2004 :


      Si nous analysons de près, le disque blanc très brillant, au pôle sud de l'astre, ( que certains ont qualifié, vite fait, de petit nuage blanc), on voit nettement en-dessous, une sorte de réverbération lumineuse, sur les couches de l'atmosphère de Titan, prouvant ainsi que la lumière du disque blanc, vient de l'intérieur de l'astre :


    Mais, "comme il faut battre le fer pendant qu'il est chaud", voici encore une superbe image bleutée de Titan, qui met bien en relief, le phénomêne en question :


      Disons alors aussi que la photo précédente est du début de Juillet 2004, et url du site , est placé tel que :



       Pas besoin de redire ici, que c'est cet ?il surprenant de Titan , extrêmement brillant ci-dessus, qui nous interpelle assurément,, et où l'on voit nettement juste en-dessous une sorte réverbération sur les couches de l'atmosphère de l'astre, prouvant que cette luminosité vient de l'intérieur . (voir le bout de la flèche rouge).

      Il faut aussi remarquer surtout que c'est parce que la sonde Cassini Huygens avait été mise au point par plusieurs nations, dont l'Allemagne, la France, l'Italie..., que ces pays et d'autres, ont eu un accès direct en temps réel aux informations de la sonde. Donc la NASA, a été prise de court, et n'a pas eu le temps de nous cacher, ce disque extrêmement lumineux, qui est apparu au Pôle Sud de Titan.....

     
Disons alors que la photo précédente, vient bien sûr, de la NASA elle-même, et fut présentée en début Juillet 2004. On la trouve à l'url du site tel que :


On découvre alors ceci d'abord justement en noir et blanc :


Et voici alors, un semblant d'explication de la NASA :


     En rouge, on comprend : " Un brillant nuage de particules de méthane apparait au pôle sud des 3 images. .."

     Oh là ...."un nuage de particules de méthane", disons que ce méthane, a dû être chauffé à blanc, et ionisé sous forme de plasma, par un phénomène naturel inconnu, pour nous fournir une luminosité d'une telle intensité, amplifiée magnifiquement par les rayons d'un Soleil, qui, on le sait, est très éloigné de Titan, de près d' 1,5 milliard de Km...

       On le voit, ici la NASA, parle de " d' un brillant nuage de particules de méthane qui apparait au pôle sud de Titan " , ce qui nous montre une fois de plus que les mots employés nous éloignent, tout aussi assurément, de la réalité.

     Et en couleur, c'est bien mieux sur le même site de la Nasa on trouve aussi ceci :



     Pas besoin d'être fortiche en anglais, pour découvrir que le laïus en dessous de l'image, ne mentionne plus du tout, le disque blanc apparu ( Bien sûr, on en a déjà parlé ci-dessus, et pour la NASA, pas de bavardage inutile n'est-ce pas !!) . A vous de juger.

     Mais ajoutons une image en couleur, de plus :


     Le point lumineux au bas de la planète, est toujours là, et, étant donnéé sa grosseur, ce point correspond en fait, à un disque superbement lumineux gigantesque d'environ 300 Km de diamètre .

A vous de juger,  tout cela, documents à l'appui.


      Fin de citation.


       Mais, il faut aussi savoir savoir que nous avions déjà publié près de 100 articles sur le sujet, et que si l'on voulait, découvrir un ouvrage qui laisse loin derrière, celui de Jules VERNE "VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE" de (1864) publié à Paris par le prestigieux
Editeur Pierre-Jules Hetzel & Cie, alors il faut aller à la page :

ou encore pour les anglicistes :


      Le site ARTivision, avec ses très faibles moyens, fut pourtant le premier, à traduire sur le Web français, dès le 6 Avril 2001, cet ouvrage ...et plus tard, des professionnels, l'ont aussi fait.

    Il y a aussi, cette extraordinaire photo de Mars , prise le 31 Août 2003 par le "Griffith Satellite Observatory", lors de la fameuse opposition de 2003, où Mars, était alors au plus près de la Terre, à environ 56 millions de km :


    Nous insistons ici sur le fait que cette photo ne vient pas de la NASA,(qui verouille et camoufle toutes images venant des sondes spatiales), mais du Griffith Observatory, à los Angeles, en Californie, (et qui existe depuis 1935), et photo que vous pouvez découvrir actuellement à l'url :



et à la date du 29 Février 2008 vous trouverez ceci :

:

     On trouvera la genèse de cette extraordinaire photo, à (par exemple) notre page :



    Quant à prendre en considération, les documents de la NASA, où figurent certaines images, des pôles de Mars, comme par exemple, celles-ci :

  


, c'est du temps totalement perdu, car chacun sait, que rien n'est plus facile actuellement pour la NASA, de trafiquer des photos à sa convenance.

     Nous avons même, la preuve que cet organisme, considère le commun des mortels, comme un mouton innocent à qui on peut faire avaler n'importe quelle couleuvre mal dégrossie.

     Nous pourrions aussi montrer les Pôles de Mercure, Saturne, Jupiter Neptune etc... qui ont aussi des disques lumineux à leurs pôles, et par exemple pour Saturne et Neptune on a ceci :


    Et pour Neptune c'est encore plus beau :



Par ailleurs, on trouve parfois mais rarement des images montrant simultanément la luminosité des deux pôles d'une planète :

     Pas loin de notre Terre, voici, quatre photos représentant les phases de Vénus, et où l'on voit parfaitement, une luminosité notoire et caractérisée, apparaître aux pôles de la planète :


     Il y a t-il, comme le on le prétend pour Mars, une calotte polaire glacée, aux pôles de l'ardente Vénus ?. Nous attendons vos suggestions avec ferveur..

     Et pour Mercure, on a aussi ceci :


pour Jupiter, on a aussi :

  


     Cependant, il est aussi judicieux de présenter ici, cette image que l'on peut encore apprécier, sur le site :


"
 
WIRO at Jupiter
Credit: A. Kutyrev (SSAI/GSFC), D. Rapchun(GST/GSFC), J. Norris(NASA/GSFC)
R. Canterna & R. Martin (U Wyoming)



image, qui est en plus animée, et visible sur le site, tel que

       Alors Messieurs les gilets jaunes... si vous voulez vraiment sortir de sentiers battus et augmenter vraiment, le poids de vos légitimes revendications... exiger aussi, que ceux qui nous gouvernent en douce, sortent en priorité l'affaire des mystères polaires, si bien présentée par ce journal extraordinaire, d'époque, "The Leader-Post" du 31 Janvier 1947, et dont voici à nouveau, le début :


et, vous découvrirez alors, que tout le reste viendra ensuite par dessus, en ces temps du retour, du nouveau Ciel et de nouvelle Terre qui semblent dès lors, poindre à l'horizon.


    C'est à vous donc, qu'il appartient, une fois encore, de juger tout ce qui précède, documents tangibles et incontournables, à l'appui...

       Mais ce, 15 Mars 2019, disons que concernant les faits polaires notoires, vus juste ci-dessus, concernant les planètes de notre Système Solaire, nous attendons encore avec ferveur,, les explications même dérisoires et ridicules ( du genre : ces lumières polaires ne sont que des sortes de paréidolies autrement dit, des phénomènes dus à une illusion d'optique), de ces messieurs protagonistes journalistes et rédacteurs zélés de la Chaine ARTE, et des autres consorts de même gabarit, tels que :

  


    Mais, hélas, c'est le silence assourdissant du sépulcre mortuaire, qui nous glace la colonne vertébrale.


         Mais rappelons aussi ici, pour ceux qui lisent les articles ARTivision, comme une bande dessinée pour adulte en mal de distraction, que ce site est surtout un site anti-suicide, qui contrairement à ce que pensent certains internautes de passage,, n'est pas du tout un site réservé aux choses insolites et fantasmagoriques... Par exemple, le site ARTivision pourrait parfaitement parler du côté négatif qui concerne, les ovnis, les mutilations de bétail, les chupacabras, les maisons hantées, les combustions spontanées des corps physiques de personnes, etc..
(nous avons évidemment de nombreux livres et documents écrits qui traitent de ces sujets, et nous aurions pu parfaitement dès 1997, parler de ces affaires macabres), mais désormais ARTivision, oublie tout ce qui provoque la Peur, chez l'interlocuteur et ne recherche que le Sublime, qui subjugue l'humain, et lui fait prendre conscience de sa place effective dans l'Univers., n'en deplaise aux rationalistes endurcis qui croient, dur comme fer, de l'être humain est le fruit du hasard sur cette Terre, dont nous avons montré, dans de nombreux articles, le Passé prestigieux.


         Ces propos, ne sont pas des imaginations philosophiques de notre site, mais, ils sont axés sur de très nombreuses informations, comme celle-ci :

Revue "Ondes Vives" n° 99 Juillet 1974. Rubrique : Soucoupes volantes.


L'AVENTURE D'ADAMSKI (Suite IV)
"DANS LES VAISSEAUX DE L'ESPACE"
par Georges ADAMSKI.

Rencontre avec un Maître .


     Retournant au salon, George aperçut un homme que tous écoutaient avec respect et qui, à première vue, semblait très évolué (Par la suite Adamski apprit que cet homme avait dépassé l'âge de 1000 ans dans la présente incarnation. O.V).

     Cet homme lui dit :

     "Mon fils, vous venez, de faire un petit voyage qui vous a tout de même permis d'apprendre beaucoup de choses à transmettre à vos compatriotes. Vous avez vu que l'espace est en constante activité, rempli de particules mobiles à partir desquelles toutes les formes viennent finalement à être. Il n'y a ni commencement ni fin. (Note du Webmaster : Bizarre, c'est exactement ce que dit le Maitre de Findhorn, si souvent présenté dans nos articles ).
Les corps innombrables que vous appelez planètes sont semblables à votre monde et beaucoup sont peuplées et gouvernées par des formes comme vous-mêmes et comme nous. Certaines sont à votre niveau, mais d'autres n'ont pas encore atteint ce degré de développement. Comprenez que les mondes sont des Formes qui doivent progresser depuis la plus petite jusqu'à la plus grande.

     Chaque planète se meut en coordination avec d'autres planètes autour du Soleil, en équlibre parfait, formant un tout que vous appelez SYSTÈME. II y a 12 planètes dans un système. Douze systèmes tournent autour d'un SOLEIL CENTRAL que certains nomment ILE-UNIVERS. Douze îles-univers forment une vaste unité et ainsi de suite, sans fin.(Note du Webmaster : Sans doute tout cela devrait être aussi rapproché des 12 signes zodiacaux, des 12 méridiens du corps humain, et parait-il aussi des 12 spirales de l'ADN à découvrir)

     Dans notre planète (Vénus) et sur d'autres de notre système, la forme que vous appelez HOMME a avancé intellectuellement et socialement, à travers divers stages, jusqu'à un niveau inconcevable pour les Terriens.

     Ce développement s'est opéré seulement en suivant les LOIS DE LA NATURE. Chez nous, nous disons que cette croissance se fait en suivant les Lois de La Toute Suprême Intelligence, qui gouverne le Temps et l'Espace.

     Comme vous l'avez vu, nous voyageons dans l'espace aussi facilement que vous traversez une salle. La traversée de l'espace n'offre aucune difficulté à ceux qui ont maîtrisé les lois dans lesquelles vivent et se meuvent tous les corps : planètes et hommes pareillement. Vous avez une conception erronée de la distance. Plus votre connaissance grandit, plus la distance raccourcit. Il vous faut bien moins de temps aujourd'hui pour aller d'Europe en Amérique qu'il n'en fallait il y a un siècle, et pourtant la distance est la même. Il en sera de même, lorsque vous aurez appris les lois de l'Espace. De même, sachez que tout être humain peut être aussi à l'aise dans une planète que dans une autre, malgré les conditions différentes d'atmosphère, d'altitude, de température etc... C'est une question d'acclimatation et de temps. Concernant la situation de votre monde, non mon fils, votre planète n'est pas la moins développée de 1 l'Univers. Elle est la moins développée de notre système, mais dans d'autres systèmes, il y a des mondes qui n'ont pas atteint votre niveau d'évolution. Il y en a aussi qui sont allés très loin dans le domaine de la science, mais demeurés arriérés dans la compréhension personnelle et sociale, même si l'espace a été conquis. Dans notre système, les peuples des planètes, sauf ceux de la Terre, voyagent librement dans l'espace, plus ou moins loin selon leur niveau, et certains peuvent aller dans d'autres systèmes que le nôtre. Du fait que votre savoir de la vie et de l'univers, est très limité, vous avez de fausses conceptions, et par conséquent peu de savoir sur vous-mêmes. Il est vrai que beaucoup d'entre vous ont le désir sincère de s'instruire, et nous sommes disposés à aider dans ce sens, ceux qui veulent bien nous accepter.

     La première chose à réaliser est que les Extra-Terrestres ne sont pas fondamentalement différents des Terriens, car le but de la vie est basiquement le même partout : L'EFFORT, LE DÉSIR DE S'ÉLEVER VERS QUELQUE CHOSE DE PLUS HAUT. De même que dans vos écoles vous progressez de classe en classe, d'école en école, vers une éducation plus complète, de même l'homme progresse de planète en planète, de système en système, vers une plus haute compréhension et d'évolution dans la progression universelle de service.

     Vous, Terriens, êtes ligotés parce que vous appelez "TEMPS". A mesure que vous avancerez dans les voyages spatiaux, vous verrez combien cette notion se retrécira. Mais il vous faudra trouver de nouveaux mots. Ainsi vous appelez nos Scouts : SOUCOUPES VOLANTES. Mais nos Scouts ne VOLENT PAS. Nous annulons l'atmosphère par un procédé mécanique. Vous exprimez cela par : suppression de LA GRAVITÉ. Or nous supprimons la résistance de l'air. C'est pourquoi nos vaisseaux sont capables de virer à angle aigu et de se mouvoir à des vitesses qui vous étonnent. Nous pourrions vous dire beaucoup sur le contrôle de la gravité, connaissance qu'il est nécessaire de posséder pour la sécurité en quittant une planète ou en approchant d'elle
(Voir à ce sujet Ondes Vives n°s 90 à 94 concenant Kraspedon ).

     C'est avec joie que nous vous communiquerions ces données si vous aviez appris à vivre dans la paix et la fraternité et pour le bien-être de tous, comme dans d'autres mondes. Si nous vous donnions nos secrets, vous construiriez des nefs spatiales armées pour aller conquérir les autres mondes. Déjà certains groupes de Terriens font valoir leurs droits de propriété sur la Lune, pour en faire une base militaire. C'est pourquoi nos plus gros vaisseaux de l'espace ne viennent pas dans votre atmosphère. Nous ne pouvons pas risquer la vie de milliers d'hommes qui voyagent dans ces nefs ; tant que vous n'aurez pas une meilleure mentalité, il y aurait danger pour nous.

     Mon fils, notre but principal en venant à vous, est de vous avertir du grand danger qui menace les Terriens aujourd'hui. Vos semblables accepteront les connaissances que nous leur transmettons par votre canal et par d'autres et ils seront sauvés, ou bien ils feront la sourde oreille et se détruiront eux-mêmes. Le choix vous appartient. Nous ne pouvons pas vous l'imposer"
.


     Fin de citation.

          Mais, voici un petit plus, tout aussi fantastique, où il est fait état du processus du peuplement de la Terre..

       Là encore, cet Adamski , contredit sévèrement l' opinion de la communauté scientifique.

       Tiré de la page 105, de son livre de 1955, et dont voici la couverture d'époque en anglais :


, on trouve :

" l'homme n'est pas "une manifestation temporaire" du cosmos. Il en est "une manifestation éternelle".

      Mais, il y a encore plus fort, aux pages 92 et 93, où l'on peut lire :

" A ce moment, Ramu, fut interrompu par la serveuse qui vint remplir nos tasses de café chaud. Quand elle fut partie, Firkon dit: «L'homme est une étrange créature. Et cela est vrai où que vous le trouviez dans le vaste Univers. Bien que la race humaine dans son ensemble préfère vivre en paix et en harmonie avec toute la création, ici et là quelques-uns laissent croître leur égo personnel et leur agressivité et deviennent avides d'assumer le pouvoir. Ceci peut arriver même sur nos mondes, en dépit de l'enseignement qui conduit l'homme à vivre, en accord avec les Lois Divines» ".


     Fin de citation.

     Notons en passant, que ce n'est du tout là, le genre de discours utilisé par un affabulateur psychopathe, ou un gourou de secte, ou un barman, distributeur de hot-dogs et de coca-colas, comme ses inflexibles détracteurs, ( journalistes blasés, scientifiques académiques émules de la désinformation officielle ou encore certains auteurs qui ont oublié de se recycler en données ésotériques modernes et même des consorts ufologues célèbres comme un certain Aimé Michel..etc..), nommaient cet Adamski, qui vivait simplement aux abords du Mont Palomar, dans sa résidence en Californie..

     Ceci n'est qu'une infime partie des informations en question. Pour en savoir vraiment plus, prière SVP de consulter notre page sortie dès le 03/10/2007 à :


     Bien sûr, chacun est libre d'y croire ou pas, mais nous, nous avons depuis 1997, choisi notre camp dans la vision planétaire en question, de notre Système Solaire..

      Mais, de plus, (nous l'avons déjà dit dans le premier volet), nous aimerions, maintenant, (et là, ses virulents détracteurs, se taisent lamentablement à ce sujet), que ces Messieurs, les psychologues, psychiatres et consorts bien-pensants de cette socièté en grand mouvement, puissent nous expliquer, par quelques mots pragmatiques et non fantaisistes, pourquoi ce fameux George Adamski, qui connaissait très bien les théories officielles, concernant la Lune et les autres planètes de notre système solaire, qui étaient diffusées dans nos universités a pris carrément le contrepied, des déclarations officielles à ce sujet...,et contre toute attente, il a horripilé les astronomes et consorts affiliés, en les carressant totalement à rebrousse-poil...

       Nous allons donc, ce jour , enfoncer davantage le clou, en parlant d'un autre phénomène, totalement, lui aussi, occulté , par nos zélés bien-pensants zététiques :

      Reste à savoir, pourquoi nos gouvernements, nous cachent, cettemer libre du Pôle Nord, dont il est question, dans de très nombreux articles de notre site ?

     Mais, il faut savoir aussi que dès 1908 est paru aux USA, l'exceptionnel ouvrage nommé "The Smoky God", (auquel nous accordons, un très grand crédit).

  

     Ou encore, avec une courte explication :


     Le navigateur norvégien, Olaf Jansen, en se dirigeant vers le Nord avec le sloop de pêche de son père, à une certaine période d'avril 1829, nous dit ceci :


que nous traduisons, très modestement :

"Devant nous et directement au nord, s'étendait une mer libre."...


      Le site ARTivision, a d'ailleurs été, le premier du Web français, à traduire en amateur, l'ouvrage en question, et cela dès le 6 Avril 2001. Cet ouvrage surclasse de très loin, celui de Jules Verne, bien connu : "VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE" (1864)

      La traduction se trouve à :


     Et, nous voilà donc, en plein milieu, de cette affaire de La mer libre du Pôle Nord, niée actuellement par nos universités, mais longuement évoquée, par de très nombreux explorateurs des données polaires comme les nommés : Le Dr Elisha Kent Kane, le Dr Isaac Israël Hayes, le Comte de Buffon, Daines Barrington, Boiteau, J-p Bellot, Nansen, Greely, Hall, Edward Parry, Ingleflied, Jules Verne, Jules Gay, De Wrangell, etc...

      Mais pour mieux saisir cette affaire, voici ce jour, le résumé des propos d' Isaac Israël Hayes, à son arrivée devant cette mer libre de glace au Pôle Nord :


    On trouve alors ceci, aux pages 188 à 189 , de ce super ouvrage :

        " Tout le démontrait: j'avais atteint les rivages du bassin polaire. L'océan dormait à mes pieds.... il m'était donc impossible d'aller plus loin. La crevasse dont j'ai parlé eût déjà suffit pour nous empêcher d'atteindre le nord de la baie; mais, au large, les glaces paraissaient encore en pire état. Plusieurs flaques d'eau s'ouvraient près du littoral, et sur l'une d'elles venait de s'abattre une bandes de "dovekies" ou de guillemots à miroir blanc. En remontant le canal kenedy, j'avais reconnu nombre de leurs stations d'été; cependant j'étais assez surpris de voir les oiseaux eux-mêmes à une époque si peu avancée de la saison. Les mouettes bourgmestres volaient au dessus de nous, se dirigeant vers le nord où elles cherchaient les eaux libres pour leur nourriture et leur demeure... "

    et le 19 Mai 1861:

        " Cette note placée dans une petite fiole apportée tout exprès, fut soigneusement déposée sous le cairn, puis nous poursuivîmes notre route en nous tournant vers le sud; mais je quittais avec répugnance ce lieu qui exerçait sur moi une fascination puissante, et c'est avec des sensations inaccoutumées que je me voyais seul avec mon jeune camarade, dans ces déserts polaires que nul homme civilisé n'avait foulé avant nous. Notre proximité de l'axe du globe, la certitude que de nos pieds, nous touchions une terre placée bien au delà des limites des découvertes précédentes, les pensées qui me traversaient l'esprit en contemplant cette vaste mer ouverte devant nous, l'idée que peut-être ces eaux ceintes de glaces baignent des rivages d'îles lointaines où vivent des êtres humains d'une race inconnue: telles sont les considérations qui semblaient donner je ne sais quoi de mystérieux à l'air que nous respirions... "

      Fin de citation.

        Tout ce qui est raconté ci-dessus est superbement rassemblé dans une gravure montrant ce fantastique paysage, qui à juste titre a suscité beaucoup d'émotion chez Hayes et son compagnon. Voici donc cette gravure sublime, représentant en page 190 bis, cette surprenante Mer libre du Pôle :



    Il nous reste cependant, à bien analyser cette gravure dans ses détails les plus fins, et surtout en ce qui concerne les oiseaux, dont nous parlerons plus bas.

    Et en couleur c'est mieux, grâce à la une petite contribution de notre ami Christian C....... qui réalise d'amirables aquarelles (Aquarelle et voyage):


      Mais tout cela aurait pu être classé dans le domaine de la Science-Fiction, s'il n'y avait pas eu au paravent, (le texte qui suit qui s'interroge au sujet de la mer libre en question ) du très grand explorateur, le Dr Elisha Kent Kane, qui fut un officier médecin (28 Février 1820 - 16 Février 1857), de la Marine des USA, et un explorateur polaire du 19 e siècle.

    On sait qu'il publia en 1857, cet ouvrage connu que l'on peut trouver sur le site :



     Et pour les puristes, voici en anglais, le paragraphe surprenant qui nous intéresse :


      Et voici une traduction de cet étrange paragraphe :

" Il est impossible, en rappelant les faits relatifs à cette découverte,- La neige fondue sur les rochers, les troupes d'oiseaux marins, la végétation augmentant de plus en plus, l'élévation du thermomètre dans l'eau, de ne pas être frappé de la probabilité d'un climat plus doux vers le pôle. Mais signaler les modifications de température au voisinage de la mer libre, ce n'est pas résoudre la question, qui reste sans réponse : Quelle est la cause de la Mer libre ? "

    Que dire de plus, si ce n'est que l'on découvre, ici, encore une fois, l'incompréhension des observateurs de l'époque, devant ce phénomène hors-norme de la mer libre du pôle.

     Mais, pour lespuristes, qui aiment remonter aux sources d'une affaire, voici encore un autre document très significatif à cet égard, et venant du " The New York Times" du 21 Octobre 1871 :



      Donc, juste au début, on découvre que : " le 20 Octobre .- Des Rapports complets de la dernière expédition allemande vers le Pôle Nord ont été publiés. Il y est fait état que l'expédition fut un succès. Une mer polaire fut découverte libre de glace, et grouillant de baleines...".

     Tous ces gens qui affirment l'existence d'une mer libre de glace au Pôle Nord, ne peuvent avoir menti, surtout à l'époque, où l'on ne plaisantait pas avec la rigueur morale...

      Disons aussi, que notre grand Maître du fantastique Jules Verne, était parfaitement au courant de cette affaire de la mer libre au pôle nord, que nous cachent si bien, nos gouvernements.

     En effet, c'est l'aimable l'internaute, Renaud F......, qui nous fait découvrir que Jules Verne, parle clairement de "la Mer libre du Pole" , au chapitre 7, dans son roman : " Le pays des fourrures" , en ces termes :

     " - Croyez-vous, monsieur Hobson, demanda Mrs. Paulina Barnett, que l'homme puisse jamais atteindre le pôle même ?
- Sans aucun doute, madame, répondit Jasper Hobson, l'homme, - ou la femme, ajouta-t-il en souriant. Cependant, il me semble que les moyens employés jusqu'ici par les navigateurs afin de s'élever jusqu'à ce point, auquel se croisent tous les méridiens du globe, doivent être absolument modifiés. On parle de la mer libre que quelques observateurs auraient entrevue. Mais cette mer, dégagée de glaces, si elle existe toutefois, est difficile à atteindre, et nul ne peut assurer, avec preuves à l'appui, qu'elle s'étende jusqu'au pôle. Je pense, d'ailleurs, que la mer libre créerait plutôt une difficulté qu'une facilité aux explorateurs.
"

      Comme vous le voyez, Jules Verne, était parfaitement au courant de cette affaire de mer libre, dont on ne parle jamais dans nos écoles et nos universités.

     D 'ailleurs, à propos de légende attachée cette fois, à la cartographie, en voici une très officielle, qui figure dans un livre qui était réservé aux élèves de 6 éme et publié en 1977 par Fernand Nathan :



     Chacun sait en effet, que le texte explicatif figurant en dessous de l'image, est appelé justement une légende. N'est-ce pas ?

     Vous avez bien noté, cependant que cette carte, place le Pôle Nord, en plein dans la zone dite, de la "banquise permanente", (encerclée d'un trait vert pâle) alors que le site ARTivision, prétend démontrer que ce Pôle Nord, se trouve dans une "Mer libre de glace".

        Mais pour les puristes qui aiment trouver les documents de base d'une affaire, étant donnée la multitude de documents présentés ici, ils vont être sans doute alors aux anges, en apprenant que c'est le 31 Mai 2012, que nous avons eu le grand bonheur, de recevoir de l'ami intenaute Phil du Temps de Paris, les 16 pages photocopiées, de l'ouvrage de 1873, d'un certain Jules Gay ( qui fut à l'époque, professeur de Physique à Montpellier), et ouvrage intitulé :"La Mer libre du Pôle Nord" :



     Mais voici la missive en question :

From: Phil Du T.....
Sent: Thursday, May 31, 2012 7:09 PM
To: Fred IDYLLE
Subject: De la part de Phil de PARIS !...

          Bonjour de Métropole cher Fred !

     Vous avez écrit :

"Merci d'avance à l'internaute béni, qui pourrait découvrir cet ouvrage quelque part."
     Et bien voilà, l'heure de la bénédiction a sonné ! Le texte va s'étaler sur plusieurs mails pour éviter les lourdeurs risquant d'entraver la correspondance entre nos deux adresses...

          Bonne lecture !

     A bientôt Fred !

     Avec tous mes encouragements et mes vifs remerciements pour votre travail !


     Fin de citation

     C'est ainsi que les 16 pages de l'ouvrage sont arrivées chez nous sous forme d'images, dont nous allons ici vous digitaliser sans crainte certains passages, car cet ouvrage a bien plus de 70 ans, et est donc tombé dans le domaine public.

     Présentons d'abord le début, tel quel, en page 5 :


     On voit alors déjà, que pour nous guider dans notre perception du sujet évoqué, le professeur Jules GAY nous présente d'emblée, à juste titre, ( très utiles pour les puristes) quelques ouvrages disponibles à son époque, et que nous rassemblons dans la liste suivante, en invitant alors les internautes qui pourraient retrouver ces ouvrages anciens, de bien vouloir, nous en toucher si possibe, deux petits mots :

- Histoire des deux voyages entrepris par ordre du gouvernement anglais, l'un par terre, dirigé par le Capitaine Frankling, l'autre par mer, sous les ordres du capitaine Parry, traduit de l'anglais. 1 Vol in 8, Paris Gide 1824

- Voyage à la recherche du passage N. O. pendant le années 1829 à 1833. par Sir J. ROSS, traduit de l'anglais par Defauconpret. 2 vol in 8 Paris 1835.

- Voyage dans les régions arctiques à la recherche du capitaine Ross en 1834 et 1835 Capitaine Back, traduit par Caseaux; 2 vol . In 8. Paris, Artus Bertrand 1836.

- Journal d'un Voyage aux Mers Polaires de J.-R. Bellot 1 vol In -12 Pérotin libraire Editeur 1866.

- La Mer polaire - De Lanoye - 1 vol in 18 Paris Hachette (Date non mentionnée).

- Voyage dans les glaces du pôle arctique - Hervé et De Lanoye - vol in 18 Paris Hachette (Date non mentionnée).

- Voyage of the Fox, in the Arctic seas - Mac Clintock - In 8 Londres 1859.

- Discovery of a N.-W. Passage by H.M.S investigator 1850-54 - Mac Clure - In 8, Edimbourg 1865.

- Stray leaves from and Arctis journal 18 Months in the Polar regions, - Osborne - in 8 Edinbourg 1865

- The polar Regions Richardson - in 8 Edimbourg 1861.

- Artics Explorations - Kane - in 8 Philadelphie 1857.

- Du Spitzberg au Sahara - Ch. Martin - in 8 Paris 1866.

- Esquisse physyque des îles Spitzbergen et du pôle Arctique - Ch. Grad - in 8 Paris 1866.

- Les voyageurs au pôle Nord - Desprez - in 8 Paris 1869.

- La Mer libre du Pôle . - Dr Hayes - trad. par Ferd de Lanoye, In 8 Paris Hachette 1868.

- Lettres écrites des régions polaires. - Lord Dufferin - trad. par Ferd de Lanoye in 8, Paris Hachette (Date non mentionnée).

- Année géographique - Vivien de Saint Martin - Paris Hachette (Date non mentionnée).

- Le Tour du Monde journal des Voyages. Paris Hachette ( Auteur et date non mentionnés).

- Le Bulletin de la Société géographique (n°s non mentionnés).

- Geograph Mittheilungen - Aug. Petermann -(date non mentionnée).

etc etc ...


     Mais allons vite, à l'essentiel qui se trouve au bas de la page 15, et au début de la page suivante, et nous y découvrons alors cette déclaration époustouflante de Jules Gay :

     "... Enfin, les renseignements que l'on a pu recueillir auprès des rares habitants de ces contrées désolées sont venus confirmer ces indices d'un climat plus doux vers le nord. " Un vieux prêtre russe que j'ai connu à Iakutsk, dit Mr. de Wrangel, et qui a longtemps vécu chez les Tchoukises ( Note du Webmaster : il s'agit bien sûr, du nom des esquimaux de la région), m'a assuré que, selon la tradition, des bateaux et des hommes venus d'une île plus chaude, située au nord, sont arrivés sur leurs côtes."

     Fin de citation.

     Etant donnée, l'importance d'une telle déclaration, le Webmaster du site ARTivision, serait bien aux anges, s'il pouvait en découvrir l'origine russe, et l'ouvrage qui l'a publiée en premier.

       Nous avons, bien sûr, écrit à de nombreuses associations et ambassades russes, afin de joindre un interlocuteur parlant français et russe, pour lui demander simplement, de découvrir dans quel ouvrage cet Amiral De Wrangel, a pu écrire, les phrases inouïes, qui précèdent, mais, hélas, nous n'avons jamais reçu, une seule petite réponse, depuis des années. Ah... si notre site s'écrivait ainsi :


, les réponses n'auraient pas manqué de pulluler. Autrement dit, dans cette affaire pourtant extraordinaire, c'est l'indifférence totale, qui a droit de cité et donc :

"Moins on se mouille, mieux on se porte".

       Mais, ne vous en faites pas, le Maître du Temps, saura bientôt reconnaître, à bon escient, ses limiers...

     Mais pour les puristes, voici aussi ce que l'on peut lire en pages 14 et 15 :

     " Au nord de la Sibérie, des résultals semblables ont été obtenus, et les explorateurs ont toujours trouvé la mer libre au-delà d'une ceinture de glace. adhérentes aux côtes " Au nord des îles de la Nouvelle Sibérie, par 76 degrés de latitude, dit Hedenstöm, on trouve un océan qui ne gèle jamais; même en Mars, je n'y ai vu que peu de glaces flottantes. " Le gouvernement russe chargea en 1819 le lieutenant, depuis amiral Wrangel (décédé en 1870), d'explorer les rives septentrionales de la Sibérie et de s'élever le plus possible au nord en taîneaux. Pendant trois années, Wrangel fit des efforts prodigieux pour s'élever ainsi vers le nord; chaque fois, il fut arrété par l'eau libre et obligé de regagner la côte en toute hâte, non sans courir de graves dangers, par suite de la faible épaisseur des glaces et de l'agitation de la mer, qui menaçait à chaque instant de rompre la crôute solide. En dernier lieu, en 1823, à 17 milles allemands de la terre, par 70° 51' latitude, M. de Wrangel étant monté sur le plus élevé des blocs de glace, "la mer ouverte s'étendait devant nous, à perte de vue", et nous dûmes abandonner le but que pendant trois ans, à travers des privations, des misères et des dangers de toutes sortes, nous nous étions efforcés d'atteindre. Le courant était dirigé avec une vitesse de 4,3 milles à l'heure...Depuis, les baleiniers américains, particulièrement les capitaines Long et Rodger, se sont avancés fort loin dans cette mer libre, cette Polynia des Russes, vue par Hedensöm et Wrangel".

      Tout ce qui précède, justifie n'est-ce pas à lui seul, les nombreux articles, où ARTivision, affirme l'existence effective de cette mer libre du Pôle Nord, que l'on nous cache depuis des lustes, en très Haut lieu ....


     Aux dernières nouvelles, un très aimable internaute GR, nous indique que l'on peut désormais trouver le livre de Jules Gay en PDF à :


       Finalement, ce fascicule de Jules GAY, est très important pour nous faire toucher du doigt les phénomènes polaires, que les médias de l'époque et même ceux d'aujourd'hui, ont évité soigneusement de mettre exergue, comme par exemple, le fait que l'on ait trouvé dans la zone polaire boréale, beaucoup d'arbres qui flottaient dans la mer et qui étaient d'espèces inconnues, et le site ARTivision, s'est évertué avec beaucoup d'efforts, à poursuivre des recherches très prosaïques, sur cette affaire, qu'aurait pu et dû poursuivre Jules GAY, et là, nous devons hélas avouer, qu'il a vraiment loupé le coche, (comme beaucoup d'autres chercheurs), alors qu'il était arrivé tout près de la Sublime Vérité, qui éclatera inéluctablement, bientôt...

       Mais, ce 18 Mars 2019, disons, comme le disent parfois les anglo-saxons : "Let us make hay, while the sun shines" (faisons du foin, quand le Soleil brille), voyons alors dans la foulée, quelques autres données très significatives sur cette affaire ahurissante de la Mer libre du Pôle, que l'on a occultée en très haut lieu et pour une cause extrordinaire qui va être explicitée, bien sûr, clairement par ARTivision, sous peu.

Pour rester dans les faits historiques notoire presentons donc ici des faits concernants concernant ce grand naturaliste,dit Comte de Buffon déjà mentionné plus haut.

       Il a en effet publié une somme culturelle de son temps intitulée "L’histoire naturelle générale et particulière" , en 36 volumes parus de 1749 à 1789, fut l'un des plus retentissants succès de librairie au XVIIIe siècle. Ouvrage décliné en anthologies plus ou moins richement illustrées, pour les grands et pour les petits, il y inclut tout le savoir de l’époque dans le domaine des sciences naturelles. Buffon fut élu le 23 Juin 1753 à l'Académie Française.

       Voici donc le portrait de l'auteur et la couverture du livre en question :

  


       La digitalisation de l'ouvrage faite par le super site :


, nous permet d'extraire des pages 215 à 220, les paragraphes très intéressants suivants (l'orthographe est d'époque, et les couleurs sont de nous évidemment) :

PREUVES DE LA THEORIE DE LA TERRE.

ARTICLE VI.

GEOGRAPHIE.


Page 215 et suivantes:

     .....On trouve une grande quantité de ces glaces flottantes (les icebergs) dans la mer du nord, surtout à quelque distance des terres ; elles viennent de la mer de Tartarie dans celle de la nouvelle Zemble & dans les autres endroits de la mer glaciale. J'ai été assuré par des gens dignes de foi, qu’un Capitaine Anglois, nommé Monson, au lieu de chercher un passage entre les terres du nord pour aller à la Chine, avoit dirigé sa route droit au pole & en avoit approché jusqu’à deux degrés ; que dans cette route il avoit trouvé une haute mer sans aucune glace, ce qui prouve que les glaces se forment auprès des terres & jamais en pleine mer ; ...

.... en sorte que si on vouloit encore tenter le voyage de la Chine & du Japon par les mers du nord, il faudroit peut-être, pour s’éloigner le plus des terres & des glaces, diriger sa route droit au pole, & chercher les plus hautes mers, où certainement il n’y a que peu ou point de glaces ; car on sait que l’eau salée peut sans se geler devenir beaucoup plus froide que l’eau douce glacée, & par conséquent le froid excessif du pole peut bien rendre l’eau de la mer plus froide que la glace, sans que pour cela la surface de la mer se gèle, d’autant plus qu’à 80 ou 82 degrés, la surface de la mer, quoique mêlée de beaucoup de neige & d’eau douce, n’est glacée qu'auprès des côtes. En recueillant les témoignages des voyageurs sur le passage de l’Europe à la Chine par la mer du nord, il paroît qu’il existe, & que s’il a été si souvent tenté inutilement, c’est parce qu’on a toûjours craint de s’éloigner des terres & de s’approcher du pole, les voyageurs l’ont peut-être regardé comme un écueil...

....     Cependant Guillaume Barents qui avoit échoué, comme bien d’autres, dans son voyage du nord, ne doutoit pas qu’il y eût un passage, & que s’il se fût plus éloigné des terres, il n'eût trouvé une mer libre & sans glaces. Des voyageurs Moscovites envoyés par le Czar pour reconnoître les mers du nord, rapportèrent que la nouvelle Zemble n’est point une isle, mais une terre ferme du continent de la Tartarie, & qu’au nord de la nouvelle Zemble c’est une mer libre & ouverte. Un voyageur Hollandois nous assure que la mer jette de temps en temps sur la côte de Corée & du Japon, des baleines qui ont sur le dos des harpons Anglois & Hollandois. Un autre Hollandoisa prétendu avoir été jusque sous le pole, & il assuroit qu’il y faisoit aussi chaud qu’il fait à Amsterdam en été. Un Anglois <nommé Goulden, qui avoit fait plus de trente voyages en Groenland, rapporta au Roi Charles II que deux vaisseaux Hollandois avec lesquels il faisoit voile, n’ayant point trouvé de baleines à la côte de l’isle d’Edges, résolurent d’aller plus au nord, & qu’étant de retour au bout de quinze jours, ces Hollandois lui dirent qu’ils avoient été jusqu’au 89me degré de latitude, c’est-à-dire, à un degré du pole, & que là ils n’avoient point trouvé de glaces, mais une mer libre & ouverte, fort profonde & semblable à celle de la baye de Biscaye, & qu’ils lui montrèrent quatre journaux des deux vaisseaux, qui attestoient la même chose & s’accordoient à fort peu de chose près. Enfin il est rapporté dans les Transactions philosophiques que deux Navigateurs qui avoient entrepris de découvrir ce passage, firent une route de 300 lieues à l’orient de la nouvelle Zemble, mais qu’étant de retour la Compagnie des Indes qui avoit intérêt que ce passage ne fût pas découvert, empêcha ces Navigateurs de retourner. Voyez le Recueil des voyages du nord, page 200...


     Fin de citation.

     Que dire de plus, sur le fait (comme nous le raconte si bien le comte de Buffon) qu'il existe bien, au delà d'une certaine latitude voisine du Pôle nord, une mer libre de glace inexplicable , et Buffon, nous invite donc paradoxalement en partant de l'Europe et pour rejoindre la Chine et le Japon par le passage nordique tant recherché de foncer droit vers le pôle, pour rejoindre la mer parfaitement navigable qui s'y trouve.

et pour les puristes, qui recherchent des documents d'origine, il nous vient à l'idée de présenter ici l'ouvrage de 1818, d'un certain Daines Barrington, que nous avons sous la main :


     Et nous découvrons alors en page 37, ceci :


      Une modeste traduction pourrait donner alors :

      " Le Capitaine Goulden, qui avait fait plus de trente voyages au Groenland, a rapporté à Sa Majesté, que, étant au Groenland pendant une vingtaine d'années, il fut en compagnie de deux Hollandais à l'est de l'île d'Edge. Comme les baleines fuyaient la côte, les deux Hollandais se déterminèrent à aller plus loin vers le nord, et après une quinzaine de jours, ils furent de retour. Ils dirent alors qu'ils avaient navigué jusqu'au 89 ° de latitude nord , et qu'ils ne rencontrèrent pas de glace, mais une mer libre et ouverte, et qui avait une configuration ressemblant à celle de la baie de Biscaye. M. Goulden n'étant pas satisfait par cette brutale révélation, ils lui ont présenté quatre journaux de bord des deux navires, qui en témoignaient catégoriquement, et cela, en quatre minutes, reçu l'agrément de tout un chacun. "

    Comme il serait intéressant n'est-ce pas, de retrouver la trace de la déclaration de ce Goulden, et bien sûr, aussi le nom de ces hollandais et surtout leurs journaux de bords, s'ils ont été conservés dans des bibliothèques !!!

      A la page 101 de ce super ouvrage, nous trouvons aussi ce passage :


      Et notre traduction pourrait donner, grosso modo :

       " Le célèbre Mr. Boyle, à partir de ces exemples et beaucoup d'autres, a rejeté la notion longtemps admise que le pôle est l'archétype du froid. Le Capitaine Jonas Poole, qui en 1610 a navigué dans un vaisseau de soixante-dix tonneaux pour faire des découvertes vers le Nord, a trouvé un temps chaud au voisinage du 79 ° de latitude, tandis que les étangs et les lacs étaient débloqués, ce qui le mit, dans l'espoir de trouver un été adouci, et qui l'a amené à croire que le passage ( note du Webmaster : passage nordique généralement est-ouest ou ouest-est très recherché) pourrait être trouvé plus rapidement, en passant par le pôle de quelque manière que ce soit; et c'est pour cette raison que le soleil a donné une grande chaleur là, et que la glace était loin d'être aussi épaisse que ce qu'il avait rencontré à la latitude de 73 °. En effet, les Hollandais, qui prétendent avoir avancé à un degré du pôle, ont dit qu' il y faisait aussi chaud là que pendant l'été à Amsterdam. "

      Autrement dit, tout se tient, et Buffon , a eu certainement en mains, les mêmes sources que celles de cet ouvrage, car on y retouve les mêmes déclarations.

      Et pour les puristes, voici encore cela placé sur le site


   

      Les exemplaires du périodique en question, furent rassemblés dans les " Annales des voyages, de la géographie, de l'histoire et de l'archéologie ", ouvrage dirigé par V. A. Malte-Brun,...Éditeur : Challamel aîné (Paris) .

      Jetons alors un coup d'oeil, aux pages 16 et 17 du tome 1 :

  


      Nous avons souligné en rouge, les paragraphes qui nous interpellent fortement. On voit alors que les informations évoquées dans ce périodique, se rapprochent grandement de celles vues plus haut et aussi de celles qui ont déjà aussi été présentées en partie dans notre article : Buffon.html

      On note ainsi, qu'un capitaine de la Compagnie Hollandaise du Nord, affirma à l'époque avoir trouvé la mer libre, en se dirigeant droit au Nord, et il approcha à la distance de 2 degrés du Pôle, duquel il fit deux fois le tour. Ce capitaine avait coutume de raconter cela publiquement, et de prendre son équipage à témoin de ce fait. Mais, on peut toujours dire alors, que les mesures de ce capitaine, furent, à l'époque, très approximatives.

      Mais, plus connue, est l'histoire de ce que raconte Joseph Moxon, qui lors de sa visite en hollande en 1656, eu écho du fait qu' un capitaine hollandais, " homme très respectable auquel il pouvait ajouter foi, qu'il avait navigué sous le Pôle, où, il trouva l'air aussi chaud qu'il avait coutume de l'être en été à Amsterdam. Enfin le capitaine Gould, qui avait fait plus de vingt voyages au Groenland, dit au roi Charles II, qu'étant au Groenland vingt ans auparavant, il avait rencontré près de l'île Edges, à l'est de cette contrée, deux navigateurs hollandais qui résolurent, comme il ne paraissait pas de baleine sur ce rivage, de faire voile plus loin vers le nord ce qu'ils firent en effet; qu'ils étaient revenus quinze jours après, et avaient été jusqu'au 89° degré, où ils n'avaient vu aucune glace, mais une mer parfaitement libre, et des vagues aussi grandes que dans la mer de Biscaie."

      Comme il serait important et merveilleux qu'un chercheur des Pays Bas, puisse mettre la main sur le carnet de bord du voyage de ces deux navigateurs dont hélas, le nom n'est pas ici encore mentionné.

    Mais voyons aussi les pages 18 et 19 :

  

      Là encore, ce périodique, nous reprend les propos de l'explorateur Kane, vus plus haut par nous, sous la forme plus complète et inouïe : " Il est impossible, en rappelant les faits relatifs à cette découverte,- La neige fondue sur les rochers, les troupes d'oiseaux marins, la végétation augmentant de plus en plus, l'élévation du thermomètre dans l'eau, de ne pas être frappé de la probabilité d'un climat plus doux vers le pôle. Mais signaler les modifications de température au voisinage de la mer libre, ce n'est pas résoudre la question, qui reste sans réponse : Quelle est la cause de la Mer libre ? "

        Allez, voici encore un petit plus pour la route, qui se trouve dans le livre remarquable, de J.-R. BELLOT, que nous possédons, intitulé tel que :

  

     Dans la préface, écrite en 1866, de ce livre, un certain Paul Boiteau, nous précise en page XIX, ceci :


     Comme vous le voyez, ce Mr Paul Boiteau, parle clairement d'une mer libre de glace, au-delà du 80° de lattitude Nord. Point à la ligne ...

      Cependant, il nous vient alors, l'idée de placer ici maintenant, la superbe phrase de Lionel Hubert dans son ouvrage : "les phénomènes Psi" aux Editions F. Lanore, Avril 83, page 61 :


"Ce n'est pas la lumière qui manque... mais, c'est le désir de voir, qui fait défaut"

      Mais le site ARTivision, lui, poursuivra sans relache, sa quête d'une vérité inouïe, qui concerne l'humanité entière, et que l'on nous cache en Très Haut lieu, pour de vulgaires questions de prestige national, et de dérisoires sujets économiques et militaires.

     Voilà, ainsi, ci-dessous, la preuve que nous ne nous tournons pas les pouces, de satisfaction dans l'état de notre situation actuelle et où nous avons essayé d'obtenir des renseignements sur ces hollandais en mission autour du Pôle Nord .


      A bon entendeur salut...

    Mais ce 19 Mars 2019, nous allons dans le feu de l'action précécente, vous raconter une histoire fantastique, qui n'aurait pas manqué de plaire à notre grand Jules Verne sous la forme d'un roman autobiographique (Avis aux amateurs) .

        Cette aventure, qui nous est arrivée, il y quelques années, est si insolite, (et dont nous en gardons précieusement toutes les preuves tangibles), que les rationalistes zélés et endurcis, auront cette fois-ci bien du mal à attribuer cette aventure à l'effet d'une banale coïncidence aléatoire, si chère à leurs déductions habituelles, car le calcul des probabilités de la réalisation d'un tel événement devrait donner un résultat pratiquement nul
.

     Voici de quoi il s'agit : Le 19/12/72, nous avons fait l'acquisition ( la facture fait foi) d'une collection de quatre volumes d'une " Histoire Universelle des Explorations" éditée par la "Nouvelle Librairie de France", sise à Paris et dont le premier volume est sorti des presses le 15 MAI 1964.

   Cet ouvrage, nous avait été proposé par des représentants de l' Imprimerie Nationale, à l'intérieur même du collège où nous avions le privilège d'enseigner les Maths et la Physique. Nous n'aurions probablement pas acheté cette collection qui intéressait (nous le pensions vraiment alors), plutôt les enseignants en Histoire et Géographie si,(et ce si est d'importance), l'on ne nous avait pas promis à l'époque, la publication prochaine d'un cinquième volume concernant "l'Exploration de l'Espace". Il n'en demeure pas moins vrai, que nous n'avons jamais reçu ce 5ème volume, (et nous ne l'avons jamais réclamé, ni nous n'avons pas non plus cherché à savoir s'il est bien sorti des presses). En effet la multitude des informations que nous avons reçues, par la suite sur l'Espace rendait superflue, la réclamation de ce 5ème volume.

    Lorsqu'au début de 1973, nous avons voulu vérifier les extraordinaires affirmations contenues dans le livre surprenant de 1971, "La Terre Creuse"; de R. Bernard tel que :


nous nous sommes précipités, tout naturellement, sur cette "Histoire Universelle des Explorations", qui était toujours dans sa boîte d'origine, pour constater en effet, que les derniers chapitres du quatrième volume, étaient justement réservés aux explorations polaires. Mais notre déception a été par la suite bien grande, car si l'on y parlait bien de l'Amiral Byrd, pour des informations et des manœuvres banales, rien, pas une ligne, ne parlait des découvertes extraordinaires de cet amiral, que nous avons mentionnées plus haut dans cet article.

      Cependant, il y avait en page 381, de ce quatrième volume, une certaine bibliographie : (Voir ci-dessous la photo d'une partie de cette bibliographie)


où nous avons découvert la présence d'un ouvrage intitulé : "La Mer Libre du Pôle" de J. HAYES édité à Paris en 1884, ouvrage qui, lui au moins, annonçait la couleur clairement concernant cette affaire de mer sans glace au Pôle.

   Lors de nos visites en Métropole en 1975, 1977, 1983, nous avons cherché en vain cet ouvrage chez les bouquinistes de Paris et d'ailleurs et l'on nous disait partout que seule la Bibliothèque Nationale de Paris, pourrait nous faire découvrir le contenu de ce livre.

   Mais, c'est en 1984, que nous avons rendu, à environ 600 m de chez nous, une visite de condoléances à notre "oncle" (d'adoption), dont la femme venait de décéder. Après l'entretien de circonstance, nous allions prendre congé, quand nous avons remarqué que nous étions assis sur une sorte de malle recouverte d'un épais tissu. C'est alors que débuta, le dialogue le plus révélateur de cette affaire:

"Mais Tonton C... Qu'est-ce qu'il y a en dessous dans cette malle" demandons nous ? Cela faisait près de 40 ans (vous avez bien lu "quarante ans "), que nous avions l'habitude, accompagnés ou pas de notre mère, de venir de temps en temps rendre visite à cette famille, et de nous asseoir à cet endroit, sans jamais, nous poser cette question. Et la réponse fut : "Oh de vieux livres qu'utilisaient tes tantes ou qu'elles ont obtenus aux distributions de prix ".

   La curiosité aidant, nous avons demandé à l'oncle, l'autorisation de jeter un coup d'œil. Et c'est avec joie que nous y avons découvert, nos premiers livres scolaires de lecture, de morale, d'instruction religieuse, d'histoire et de géographie, de mathématiques etc...que nous avons eu un vif plaisir à feuilleter. Mais, entre autres choses, nous y découvrons aussi, un vieux livre pourtant bien solidement cartonné... et auquel il manquait les premières pages de l'introduction. Et en tournant les pages jusqu'au début du premier chapître, voilà la page incroyable que nous avons découverte :


   Vous avez bien lu donc le titre incroyable, mais vrai : "La mer libre du Pôle".

     L'introduction servant de préface (il en restait 13 pages numérotées en chiffres romains), était signée d'un certain J.Belin de Launay et datée du 24 juin 1870. En feuilletant ensuite le premier chapitre de l 'ouvrage, nous nous sommes aperçus, qu'il s'agissait bien d'une expédition montée par le Dr américain J.J. HAYES, et donc cet ouvrage était bien celui cité dans notre encyclopédie. Mais, il nous fut impossible d'en déterminer la date exacte de publication, car 18 pages manquaient de l'introduction et celles qui restaient donnaient cependant déjà, de précieux détails, sur certaines expéditions, réalisées par d'autres explorateurs, en direction de cette mer libre, nommée Polynia. La partie blanche de gauche est formée, des 18 pages photocopiées :


   En effet, en 1992, lors d'une nouvelle visite à Paris, nous avons profité pour nous rendre à la "Bibliothéque Nationale de Paris" (size à l'époque à la rue de Rivoli), pour faire les photocopies des pages manquantes, et après bien des péripéties et 2 visites à cette Bibliothèque, nous avons réussi à les réaliser et c'est là, seulement, que nous nous sommes aperçus, que notre livre était daté de 1877, et qu'il était donc de 7 ans plus ancien, que celui de 1884 présenté page 381 du volume 4 de notre encyclopédie.(voir ci-dessous la première page de ce livre en question de J. Hayes que nous avons réussi à photocopier à la Blibliothèque Nationale et nous présentons aussi les copies des "laisser passer", que l'on nous avait alors accordés à l'époque, pour entrer dans cette vénérable institution)


    Nous ne pouvons pas évidemment nous étendre ici, faute de place, sur les surprenantes révélations de cet ouvrage, mais voyez tout de même les pages 176 et 177. très significatives telles que :


       Mais, ce 21 Mars 2019, disons avec constance, que tout ce qui précède, nous montre bien que rien de ce qui se passe sur ARTIvision, ne peut être l'effet du hasard, que les irréductibles rationalistes zététiques croient être soumis à une fonction aléatoire d'évènements synchrones.

       Mais nous l'avons déjà souvent expliqué, dans d'autres articles que cette planète est bien soumise à des cycles réguliers, et en particulier à celui qui arrive tous les 25920 ans d'après l'Einstein de l'ésotérisme humoristique français Jean Sendy.
(Il y en a d'autres cycles plus longs, connus des Mayas )

        Que ces rationalistes endurcis, le croient ou pas, nous avons souvent aussi exprimé ici , le fait que leur sournoise hilarité, se transformera vite en stupéfaction, quand ils découvriront, (si ce n'est pas encore le cas), l'entrefilet étonnant ci-dessous :


       Ce communiqué de presse, n'est-il pas déjà, (s'il en était encore besoin de le dire), une première marche, vers les prémices de la découverte du fait, prouvant que la Nature, n'est pas du tout un concept soumis aux tribulations d'un hasard casuel, comme on veut nous l'enseigner, dans nos écoles et nos universités. Disons alors qu'ici, nous pouvons assurément appliquer l'adage suivant :

"L'absence de la preuve d'une chose,
n'est pas la preuve de l'inexistence de cette chose"
.

         Et donc, si les scientifiques n'ont pas encore prouvé qu'il existe une Intelligence Supérieure, qui anime et règle le Cosmos, cela ne prouve pas, qu'ils n'arriveront jamais à le démontrer. Point Barre...

       Nous allons alors sortir, ce jour, un plus gros marteau, pour enfoncer davantage le clou de cette affaire occulte de la Mer libre de glace au Pôle Nord de notre planète, en faisant cette fois état, d'un fait extraordinaire contemporain qui nous a été rapporté dès le mois de Mai 2003, par un très aimable internaute...

Remarque : Le lien présenté à l'époque ci-dessous, dans cette missive ne fonctionne plus, mais on peut retrouver le texte en question, aux urls :

Pour le 19 Mars 2003 à :

Pour le 9 Janvier 2006 : et aussi à d'autres dates).

     En effet, c'est le 18 Mai 2003, que nous avons eu le privilège de recevoir l'aimable missive suivante (les couleurs sont de nous, évidemment) :

----- Original Message -----
From : V... T...
To: Fred IDYLLE
Sent: Tuesday, May 18, 2003 8:43 PM
Subject: plus de glace au Pôle Nord

=          Bonjour Fred

     J'ai trouvé sur le site :http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N1999.asp cet article plutôt bizarre. Et vous qu'en pensez-vous ?...

v.........t

 
  Pas de glace au Pôle Nord  

Une expédition qui s'est rendue au Pôle Nord cet été n'y a pas vu de glace. Là où aurait dû se trouver la banquise, il n'y avait que l'océan Arctique. Une première en... 50 millions d'années. 

États-Unis 

21/08/2000 - James McCarthy, un océanographe américain qui faisait route vers le Pôle Nord dans un brise-glace russe en compagnie d'un groupe de touristes a eu la surprise de sa vie. À son arrivée, début août, pas de glace. Il n'y avait que de l'eau, sur au moins deux kilomètres de largeur. Selon l'expert, ce serait la première fois depuis 50 millions d'années, que le pôle n'est pas couvert par la banquise. D'autres spécialistes contestent : le mouvement des glaces crée parfois des trouées temporaires, même à cette latitude extrême.



Le paléontologue Malcolm C. McKenna, qui était aussi de l'expédition, croit toutefois que c'était la première fois, que l'on trouvait les eaux du pôle libres de glace. Il ajoute que le navire russe n'a traversé que de la glace très mince pendant tout son voyage. Dans cette région, l'été, elle fait normalement au moins trois mètres d'épaisseur. Cette fois-ci, les touristes ont dû s'éloigner à 10 kilomètres du Pôle Nord avant de trouver de la glace assez solide pour pouvoir y marcher.

Autre détail troublant : des goélands ont été vus en train de voler au-dessus du Pôle. Là encore, ce serait une première. Ces oiseaux, qui se nourrissent de créatures marines, ne vivent habituellement pas des ces régions en principe couvertes d'une épaisse banquise.

Les participants de l'expédition voient dans toutes ces premières une preuve de plus de la fonte rapide de la calotte polaire. Des observateurs extérieurs croient plutôt que la banquise s'est temporairement déchirée lorsque la glace a été emportée par le vent ou les courants marins. Quoi qu'il en soit, tous les spécialistes s'entendent pour dire que la banquise recule, au moins à sa limite sud, et que son épaisseur a diminué d'au moins 40 % depuis 50 ans. À ce rythme, elle pourrait complètement disparaître d'ici 2100

Philippe Gauthier



     Voilà donc, un fantastique communiqué, qui parle souvent de première fois, et chose surprenante, ce communiqué n'a pas eu, à notre connaissance un écho favorable, dans le contexte des télévisions, ayant pignon sur rue...(voir cependant plus bas, une revue célèbre qui en parle succinctement mais pas un film n'a été montré à la télé), alors que "l'expédition touristique", en question avait certainement des caméras à sa disposition n'est-ce pas !!! . Devinez alors pourquoi, une découverte d'une telle importance, est passée carrément à la trappe...

     Ce communiqué montre bien, aussi, l'ignorance totale de ses auteurs, en matière de connaissance des récits concernant les explorations polaires, et, ne dit pas autre chose, sur "La mer libre du Pôle", que ce que raconte justement l'ouvrage du même nom et de l'explorateur americain, Isaac Israël Hayes :


      Cet ouvrage extraordinaire, a été publié en 1868, en France par l'éditeur Hachette, sous le titre "LA MER LIBRE DU PôLE" Voyage de découvertes dans les mers arctiques exécuté en 1860-61 Paris, In-8 , 517 pages. Traduit de l'anglais par Ferdinand de Lanoy. Ouvrage illustré de 70 gravures sur bois et de 3 cartes. Vous trouverez ce livre, en PDF à l'url :


      Rappelons qu' Isaac Israël Hayes, était un explorateur, né à Chester (Pennsylvanie) le 5 mars 1832, mort à New York le 17 décembre 1881. Médecin en 1853, il prit part en cette qualité à une expédition de Kane au pôle Nord.

      Nous avons de lui, et on la vu plus haut, l'ouvrage condensé de 1877 (trouvé dans une vieille malle, à 600 m de chez nous) suivant :


       Mais, au sujet du super communiqué de l'océanographe James McCarthy en date 21/08/2000 , vu juste ci-dessus, voici aussi ce jour, ( et pour être aussi tant soit peu fair-play), quelques infos supplémentaires, qui pourraient peut-être satisfaire, la prétendue soif de rigueur culturelle de ces bien-pensants zététiques qui ne croient, que ce qu'ils croient voir, avec leurs deux yeux pointus

     Lizez donc ce paragraphe significatif de la page 114 de la célèbre revue, "La Recherche", n° 335 d'Octobre 2000, qui nous fut envoyé à une certaine époque, par notre ami internaute M.H :

Sur une obsession collective.

    " Des touristes en croisière ayant trouvé de l'eau libre de glaces au pôle Nord, ( Il s'agit en effet de l'affaire en date du 21/08/2000 du brise-glace Russe vue plus haut et signée de Mr Philippe Gauthier), l'alarmante nouvelle fit le tour du monde. Du New York Times au Figaro, en passant par la une du magazine Time, retentit le roulement de tambour désormais familier :

     "Oyez, braves gens, nous vilains et représentants technophiles et productumanes, nous sommes en train de changer de le climat de notre précieuse planète. D'urgence, il faut limiter la consommation de pétrole, pour limiter les émissions de ces satanés gaz à effets de serre, d'où nous vient tout le mal. Lester Brown, secrétaire perpétuel du Worldwatch Institute, produisit son inévitable éditorial, pieusement reproduit dans les colonnes du Herald Tribune :

     "La découverte d'eau libre au Pôle Nord, apporte une nouvelle preuve non seulement que la couverture de glace de la Terre fond, mais quelle fond à un rythme accéléré"

     Le très austère Financial Times, tança vertement les gouvernements occidentaux pour leur peu d'empressement à respecter leurs engagements de réduire les émissions de gaz carbonique.... "


      Fin de citation

     Merci mille fois à l'internaute, qui pourrait nous procurer, au moins un, des articles des médias mentionnés ci-dessus.

     Comme vous le voyez, la mer libre du pôle, pourtant découverte par certains explorateurs depuis le 19e siècle, (voir le livre de 1857 du Dr Elisha Kent Kane; présenté plus haut), est totalement ignorée par les médias en question, et d'après eux, seul l'effet de serre, est responsable de cette mer libre de glace, par la fonte de la banquise.

    Mais comme on le sait, qu'il faut battre le fer pendant qu'il est chaud, parlons à nouveau de cette revue "La Recherche", qui en Octobre 2012, a publié un fascicule Hors série, n° 51, intitulé Les Dossiers de la Recherche, et où apparaît un article significatif, sous la plume de Mme Frédérique Rémi :


    Ce n° 51 spécial de cette revue, va nous permettre d'accéder à un niveau de compréhension très philosophique, concernant la psychologie de la nature humaine.

    En effet, dans cette revue, nous avons eu le bénéfice de découvrir un article de 4 pages, sur le célèbre naturaliste Buffon (1707-1788), dont nous avons parlé, le 18 Mars, ci-dessus :

    Voici donc, une partie du début du remarquable article de Mme Frédérique Rémy en question :


    Et voici aussi, la partie qui nous interpelle grandement :


    L'auteur reprend donc les affirmations connues de Buffon, concernant le capitaine Anglais Monson qui, en se dirigeant droit vers le Pôle, est arrivé dans une haute mer sans aucune glace. Il y a aussi, l'histoire d'un hollandais, qui a prétendu avoir été jusque sous le pôle, et qui affirma qu'il y faisait, aussi chaud qu'à Amsterdam en été. Mais, elle ne nous parle pas, du nommé Goulden, (mentionné en pages 215 et suivantes du super ouvrage de Buffon), qui a recueilli le témoignage de deux autres Hollandais, et qui lui dirent, qu'ils avaient été jusqu'au 89e degré de latitude nord, c'est-à-dire, à un degré du pôle, et que là, ils n'avaient point trouvé de glaces, mais une mer libre et ouverte, fort profonde et semblable à celle de la baye de Biscaye. Ces hollandais lui montrèrent quatre journaux de deux vaisseaux, qui attestaient la même chose.

     Malgré tous ces rapports maritines officiels, cette scientifique continue à croire que tous ces gens se sont trompés amèrement, et que la mer libre de glace n'existe pas. (Sans doute, a t-elle lu cette affaire d'effet de serre du n° 335 d'Octobre 2000, affaire vue plus haut, dans la même revue ).

      Pourtant cette dame, avait certainement plus de moyens qu'ARTivision, pour aller vérifier tout ce qui précède et que nous affirme Buffon, et bien d'autres navigateurs. Elle pouvait alors assurément, mettre ainsi la main, par exemple, sur les livres de bord , en question des hollandais, et aussi sur les déclarations osées du fameux Monson anglais, car à l'époque, on ne pouvait pas encore évoquer, la contrainte de l'effet de serre, pour expliquer la présence, de cette mer libre de glace, au Pôle Nord. Point à la ligne...

     Cette scientifique, semble ignorer le fait, qu'en plein système moderne, analysé par toutes sortes de médias prétendus éveillés, on nous a parfaitement et sournoisement mystifiés, dans de nombreux cas, comme par exemple, l'affaire du Crash de Missouri en Mai 1941, l'affaire de Pearl Harbor en Déc. 1941, l'affaire du crash de Roswell en Juillet 1947, l'affaire de l'assassinat du Président Kennedy en Nov. 1963, l'affaire trafiquée du débarquement des américains sur la Lune en Juillet 1969, l'affaire de la destruction des tours jumelles de New-York le 11 Sept. 2001...etc... et il y a en plus, bien d'autres affaires, encore cachées...

     Voir quelques unes de ces affaires, dans nos articles :







..................................... etc ....................................

     Cette scientifique aurait mieux fait d'écrire, dans sa chère revue en question, une explication significative du phénomène souvent présenté sur notre site concernant le satellite de Saturne nommé Titan, et que voilà à nouveau étant donnée son importance :


      Disons à nouveau, pour les novices de passage sur ce site ARTivision, que si nous analysons de près, le disque blanc très brillant, au Pôle sud ( que certains prétendus scientifiques ont qualifié, vite fait, de petit nuage blanc), on voit nettement en-dessous, une sorte de réverbération lumineuse, sur les couches de l'atmosphère de Titan, prouvant ainsi que la lumière du disque blanc, vient de l'intérieur de l'astre, et en bleu... , c'est encore plus net :



      Pas besoin de sortir de Polytechnique, pour découvrir ici, que, c'est cet œil surprenant de Titan, extrêmement brillant, de près de 300 km de diamètre, qui nous interpelle ci-dessus, et où l'on voit encore plus clairement, juste en-dessous la sorte réverbération en question, sur les couches de l'atmosphère de la planète, prouvant que cette extrême luminosité vient bien de l'intérieur de l'astre . (voir le bout de la flèche rouge).

      Il faut aussi remarquer surtout que c'est parce que la sonde Cassini Huygens, avait été mise au point par plusieurs nations, dont l'Allemagne, la France, l'Italie..., que ces pays et d'autres, ont eu un accès direct en temps réel, aux informations de la sonde. Donc la NASA a été prise de court, et n'a pas eu le temps de nous cacher, ce disque extrêmement lumineux qui est apparu au Pôle sud de Titan. Point à la ligne...

    Que celui, qui a bien lu ce qui précède, avec un esprit curieux et analytique, en tire l'envie, de vouloir, en découvrir davantage.

      C'est pour cela, qu'il nous vient aussi, ce printanier 21 Mars, l'idée de présenter, cette nouvelle méditation, du très grand Maître de Findhorn, qui va assurément, une fois encore, scier les jambes déjà branlantes, des très suffisants détracteurs zététiques et de leurs consorts intellectuels blasés, et engoncés dans leurs cocons bien feutrés... :

Le printemps est là!
Le nouvel Âge est là !

Eveille-toi de ta somnolence
et contemple la merveille du temps présent

car tu vis une époque vraiment merveilleuse.

Vois le meilleur en tout événement

Attends-toi à des changements et va dans leur sens,
ne permets à rien en toi de les arrêter.

Ne crains jamais le nouveau, I'inconnu.
mais risque-toi sans peur,

sachant que la Source est avec toi, toujours.

qu'elle ne te laissera jamais, ni ne t'abandonnera.

Reconnais-La en tout, et rends-Lui , l'honneur et la Gloire.

Sache que c'est dans I'Âge d'Or
que tu es en train de passer, alors ne t'inquiète pas,
et ne lutte pas contre les changements qui apparaissent.

L'heure la plus sombre vient avant I'aurore splendide.

L'aurore est là ;
elle vient en son heure juste, et rien ne peut I'empêcher d'arriver.

La totalité, de l'Univers fonctionne dans ce rythme parfait,

alors pourquoi pas toi ?

       La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 21 Mars, après adaptation d'ARTivision.


      Dur, dur... à encaisser n'est-ce-pas !!! ce super buzz du Maitre de Findhorn, qui devrait inviter les cosmologistes et autres spécialistes des mouvements planétaires, à rechercher la présence permanente des vibrations de la Source en question, dans notre Univers, où les choses les plus extraordinaires peuvent arriver.

       Peut-être alors, que ces spécialistes, pouraient mieux comprendre, l'action actuelle des gilets jaunes, comme d'ailleurs aussi, le récit incroyable, de notre amie de correspondance postale (dès le début l'année 2000) Rose C, dont le livre a été publié sous le titre "Rencontre avec les Extra-terrestres" de ROSE.C, aux Editions du Rocher au début de 1979 :

  

       Cette incroyable affaire, fut présentée à nos articles clefs, dès le 4/12/1999 :




       Mais, ce 24 Mars 2019, certains détracteurs zélés, qui ont lu en diagonales, certains articles pointus d' ARTivision, nous diront avec une certaine condescendance :

" S'il existait, une mer libre de glace au Pôle Nord, les milliers de satellites, qui circulent au-dessus de nos têtes, l'auraient déjà photographiée en long et en large. Point Barre... "


         Nous invitons alors, ces supers bien-pensants à revoir les photos officielles, suivantes de notre volet 2, qui montrent assurément, selon nous bien sûr, une manipulation informatique notoire :





    , et maintenant, de plus près :



    Que sont donc ces nuages noirs filiformes et qui se dirigent tous, vers un point central au dessus du Pôle Nord. A notre humble connaissance, C'est du jamais vu dans un contexte météorologique quelconque. Tout cela doit être , pour camoufler quelque chose...A vous de juger !!!

      D'autre part, rappelons qu'ARTivision, a déjà évoqué cette affaire de circulation des satellites aux pôles de la Terre, dans nos articles :Les AliensSuite.html, et Larondedessatellites.html.

      En effet, c'est dans la revue bien connue Science&Vie n° 893 de Février 1992, que l'on trouve, un super article évoquant la trajectoire des multiples débris de satellites, orbitant autour de la Terre, et dont voici le début en page 80 :



      C'est alors que la revue nous présente aussi une simulation informatique de l'évolution, 4 ans après en 1989 , des orbites des fragments de l'explosion d'un étage supérieur de d'Ariane :


      Nous serions curieux de découvrir cette simulation pour 2018 !

      Mais ce qui frappe en priorité dans cette figure c'est que toutes les trajectoires semblent passer tangentiellement à un disque ou à un cylindre, dont le centre serait sur l'axe des pôles de la Terre. Pas un débris ne traverse diamétralement ce disque. C'est très bizarre n'est-ce pas !!. . Les rationalistes endurcis, trouveront bien sûr une explication très vaseuse à cela.

    D'autres gens, qui se disent cultivés, ont affirmé en public, que certains satellites, survolent allègrement les pôles :

    Mais, voici alors un passage significatif de notre article :


      A la note 7, du Webmaster on trouve alors :

     " Comme vous le voyez, le Contre-Amiral Lepotier n'a pas écrit "et passent au dessus du pôle", mais bien ,"près du pôle". Il n'ignore pas en effet, que les boussoles se dérèglent totalement au Pôle, et que les avions ne pourraient plus contrôler leur direction. Mais ce défaut de la boussole peut être contourné (Voir l'entrefilet qui suit)...Il sait aussi que les autorités gouvernementales interdisent aux pilotes des avions militaires ou pas, le survol du Pôle Nord.

    Voyez donc cet entefillet d'un journal du Petit Parisien du 25 Avril 1958 :



    ou, avec un peu plus de détails :



    Ainsi en examinant le trajet des vols à travers les régions polaires, nous nous apercevons, que ce trajet contourne toujours le pôle ou passe à côté, mais ne le survole jamais (Voir une ancienne carte Air France ci-dessous que nous avons personnellement ramenée d'un voyage).


    N'est-ce pas étrange ? Il ne fait aucun doute que si l'on annonçait un vol passant directement au dessus du Pôle, il attirerait un grand nombre de passagers désireux d'éprouver une sensation nouvelle. Or chose bizarre, aucune ligne aérienne n'a jamais offert un tel vol. Tous les itinéraires passent à côté de ce point stratégique, car il y a aussi le gros risque de pénétrer dans le vortex polaire, et cela le Contre-Amiral Lepotier, le savait certainement déjà en 1952.

    Mais faisons aussi ici, une petite digression...Bien que cela n'intéresse pas l'article du "Contre Amiral Lepotier" puisque les satellites n'existaient pas encore en 1952, (le premier fut lancé par l'URSS le 4 Octobre 1957), disons pour le novice que, plus surprenant , à l'instar des avions, aucun satellite espion ou pas, ne passe exactement au dessus des pôles. Des gens qui se disent cultivés affirment pourtant encore que certains satellites, survolent allègrement les pôles :

    En effet le 14 Nov. 2000, nous avons enregistré sur la chaîne Tempo ( qui a cessé d'émettre depuis des années dans la Caraïbe), la rediffusion de l'émission bien connue de Frédéric Courant, Jamy Gourmaud et Bernard Gonner, "C'est pas sorcier", consacrée justement aux satellites de la Terre. Mais écoutons textuellement ce que nous dit Jamy au sujet du satellite SPOT, qui orbite à 830 Km de la Terre:

  "Comment le satellite SPOT, peut-il observer toute la Terre, d'autant que lorsqu'il passe au dessus de nos têtes, il ne couvre qu'une bande d'une centaine de Km ? Eh bien d'abord, il faut savoir que SPOT a une orbite polaire, autrement dit, il fait le tour de la Terre en passant par les deux Pôles, et il boucle un tour complet en un peu plus d'une heure et quarante minutes. Seulement comme la Terre tourne, elle aussi autour d'un axe, hé bien d'un tour à l'autre, SPOT ne passe pas au même endroit et peut ainsi couvrir toute la Terre en un peu plus de 26 jours..."

  Nous avons évidemment souligné en rouge, les mots clés de cette déclaration, qui montrent comment on nous induit petit à petit en erreur en prétendant que les satellites connus passent par les pôles, et qu'ils balayent ainsi toute la Terre, bien que l'on sache que ce genre d'émission est destiné à la jeunesse, et qu'il ne faut pas lui demander une grande précision. Reste à savoir, cependant, si les protagonistes, eux-mêmes, de cette émission, ont été "initiés" à "cette affaire polaire" , vue plus haut.

  Nous attendons vos éventuelles suggestions ... car d'autre part, dès 1992, nous avons eu le privilège de visiter "la Cité des Sciences et l'Industrie" à la Porte de la Villette à Paris, et nous avons été surpris de constater, à la section réservée aux moyens concernant l' étude de la Terre par satellites, que ces derniers ne passaient jamais par les Pôles , mais circulaient tous à la limite d'un cercle précis entourant chaque Pôle.

    Le Samedi 7 Octobre 2000 en recherchant un ouvrage égaré, nous avons découvert une cassette vidéo contenant une information remarquable à ce sujet, que nous vous transmettons ci-dessous:

    En effet en 1993, nous avions enregistré une émission de RFO, produite par Jean Yves Casgha et intitulé "Science Frontière" et où Cathy Nivez a fait l'interview dans le cadre du magazine "C'est à dire" d'Ichtiaque RASOOL, alors Directeur de programmes concernant la géosphère et la biosphère à la NASA, professeur à l'époque à Paris, à l'Ecole Normale Supérieure et au Collège de France. Le programme "Global Change", qui revient par an, à environ un milliard de dollars aux USA, et dont s'occupe encore sans doute ce savant, a pour mission la surveillance de la planète Terre et même des autres planètes par des satellites géostationnaires, ou des satellites à défilement, comme par exemple SPOT et NOAA, qui sont capables de repérer des détails détails de 10 à 20 m,... Le film montré à cette occasion, nous présente les trajets de ces satellites à défilement, et nous précise que les trajectoires de ces derniers "ne sont pas tout à fait polaires", termes exacts utilisés, alors qu'on aimerait bien savoir si "ces trajectoires ne sont jamais polaires",

    Toujours est-il que le film nous présente la Terre entrain de tourner et le faisceau des trajectoires qui reste "étrangement tangent" au bord d'un "disque polaire d'un diamètre remarquable" .(Voir ci-dessous, deux images du film:)

  

     La question qui reste pour l'instant sans réponse, serait de savoir pourquoi, pas un seul de ces satellites, ne traverse diamétralement ce disque polaire, alors qu'il aurait tout intérêt à le faire et que, de plus, sa trajectoire n'est pas soumise, elle, comme pour un avion, aux évaluations d'un altimètre ?

    Mais le 04/01/2011, nous avons aussi trouvé, les images suivantes :

    D'abord sur le site :



    Et puis sur le site :




     Ou encore, sur le site :



    Pas mal, n'est-ce pas, cette étrange zone polaire, qui fait fuir les satellites."

Fin de la citation du texte de l'amiral Lepotier de 1952

    Mais, apportons ici quelques précisions supplémentaires :

     Le 19 Octobre 2012, nous avons reçu, la très intéressante missive suivante :

From: Jean-Philippe.......
Sent: Friday, October 19, 2012 4:50 PM

To: 'Fred IDYLLE'
Subject: RE: Terre creuse et Lune

     Merci pour tes articles Fred, voici une image que tu dois connaître qui est tirée du site :



    Certains diront : « Rien d'étrange du tout dans ces trajectoires, c'est simplement de la mécanique spatiale » voir le site:


???

    Amitiés.
    JPh


     Nous avons déjà bien sûr, remercié vivement Jean-Philippe, pour sa si aimable contribution aux recherches pointues d' ARTivision.

    D'abord pour les fortiches en Math, nous ne résistons pas au plaisir d'extraire du site précédent, la formule régissant l'orbite d'un satellite terrestre :


     Mais, nous serions heureux d'apprendre par un spécialiste de l'art des maths, que cette formule prend bien en compte le fait, que nous montre l'image envoyée par Jean-Philippe, à savoir que les nombreux satellites passant au-dessus de l'Antarctique, restent encore cette fois-ci, tous tangents à un disque de diamètre bien déterminé.

       Mieux, ce disque semble se juxtaposer étrangement, à ce disque bien noir, également de l'Antarctique :


     Cette image provient, on le sait, de la revue bien connue Science&vie de Novembre 2004, numéro 1046. Aucune explication ne fut fournie par cette revue, sauf celle-ci :

    La légende qui présente cette photo est simplement: "L'Antarctique est surveillé de prés par Envisat"

    Il va s'en dire que cette gigantesque pastille noire , n'est pas là par hasard, et une fois encore, elle vise à masquer une chose incroyable qui s'impose à nous, et donc le satellite Envisat semble bien avoir, quelques trous dans ses mémoires électroniques, d'autant plus que l'on aperçoit des faisceaux très lumineux sous-jacents, s'échapper tout autour du disque noir.


    Ce qui est plus extraordinaire, c'est qu'une revue, qui a pignon sur rue, dans le monde des médias, se permet de présenter une photo de l'Antarctique avec un disque noir gigantesque, sans aucune explication concernant sa présence très insolite à l'endroit en question.

    Bien que l'on sache que cette photo est une photo mosaïque (il a fallu de très nombreux passages du satellite pour l'obtenir), on demeure confondu devant tant d'insouciance et de désinvolture, vis à vis des lecteurs de cette revue. ( A vous de juger...)

      C'est alors qu'un certain internaute Fabrice C....., nous a interpelés sévèrement, le 21 Mai 2006, pour nous dire, avec une assurance à toute épreuve : " Eeeet oui, il ne faut pas d'explications, quand il est EVIDENT qu'il s'agit de la limite de la couverture satellitaire... Mais bon, tant de naïveté offensée est rafraichissante. Vraiment... "

     Nous avons montré bien sûr, à cet internaute si fier de sa culture "satellitaire", la photo de Jupiter déjà vue plus haut, et où l'on voit pastille noire, mais en plus quasiment rectangulaire, placée juste au pôle, et sous laquelle, on voit nettement là encore, fuser des rayonnements lumineux notoires .Voici à nouveau, vue son importance, cette image extraordinaire :


    Et , ce fut de la part de ce Fabrice C....., le silence glaçant de la tombe.

     Mais, côté satellites, au Pôle Sud, on a aussi, sur le site :



    Pas mal, n'est-ce pas, cette étrange zone polaire, qui rebute invariablement les satellites.

    Tout cela pourrait être, tant soit peu, éclairci au travers du super livre suivant dont le chapitre 2 est tel que :

Subterranean Worlds
Chapter Two

Our Earth IS Hollow! -- The Scientific Evidence
Source: Our Hollow Earth!
http://www.ourhollowearth.com/Chap2.htm


     On peut aussi passer par Google Chrome à l'url :
    Il est écrit alors: " The negative anomalies over the polar openings are so great that the U.S. has lost satellites over them. In the early 1960's when the U.S. was trying to put its first satellites into polar orbit, they kept losing them over the Arctic pole until they decided to put them into orbit on either side of the polar opening. When they tried to send their satellites over the polar opening, several satellite cones were lost because they followed the earth's curvature into the earth's hollow interior where they crashed. "

    Que nous pourrions traduire bien modestement : " Les anomalies perverses concernant les ouvertures polaires sont si grandes que les Etats-Unis, y ont perdu des satellites. Au début des années 1960, alors que ce pays essayait de mettre ses premiers satellites sur une orbite polaire, ces derniers furent perdus au dessus du pôle arctique jusqu'à ce qu'on décide de faire passer ces satellites tangentiellement à l'ouverture polaire. Aussi longtemps que l'on a essayé d'envoyer les satellites au travers de l'ouverture polaire, plusieurs ogives de satellites ont été perdues, parce ces satellites ont suivi, vers l'intérieur, la courbure de la Terre creuse, où ils ont été engloutis.

    Mais poursuivons voulez-vous, en français cette fois la suite :

" l'auteur Ray Palmer a écrit en 1959: "la preuve la plus récente qu'il y a quelque chose d'étrange aux pôles terrestres nous vient du lancement des satellites en orbite polaires. Les six premières des fusées lancées par les Etats-Unis de la côte de Californie furent des motifs de déceptions et d'etonnements. Les deux premieres, bien que les lancements furent parfaits, ont mal tourné à la dernière minute et bien que l'on croyaient qu'elle suivaient la bonne orbite, elles ont échoué lors de leur premier passage complet autour de la Terre. Techniquement on pourrait dire, qu'elles ont emprunté la bonne orbite mais qu'en réalité, elles n'y étaient pas installées. Il s'est passé quelque chose et cela dans le secteur polaire....

    Les deux satellites suivants portaient des ogives semblables à celles dans lesquelles un futur astronaute aurait pu être placé en orbite. Dans chacune de ces ogives se trouvaient un émetteur de radio puissant, car l'ogive était de la taille d'une automobile et transportait de lourdes batteries. Il y avait aussi de puissants projecteurs pouvant être éclairés en temps voulu. La technique du largage du satellite devait s'opérer par un dispositif déclenché par radio quelque part au nord de l'Alaska. Une fois ouverte, l'ogive a perdu de l'altitude pour effectuer une révolution de plus sur son orbite. Arrivée sur le pôle son altitude fut assez basse ( calculs faits par des spécialistes des fusées ) pour descendre au dessus d' Hawaii, et grâce à un parachute l'ogive amérirrait lentement, puis de gros avions en attente, iraient le repêcher et l'emporterait prendrait dans l'avion avant qu'il n'ait plongé dans l'océan pour récupérer intact ainsi son important contenu, sans dégâts.

     Et voilà ce qui arriva : On n'a pas entendu les signaux radio puissants du tout, ni vu non plus aucun feux. Le radar, avec une longueur d'au moins 500 milles n'a absolument rien détectés. Chaque expérimentation fut un échec complet, parce qu'il n'y avait rien à faire pour la modifier...

     Chaque lancement était parfait. Les orbites finement déterminée à la bonne distance, la vitesse, ont été réalisée et suivie constamment à la trace etc.. A la fin l'ogive s' est détachée avec succès et cependant tout tourna au désastre, et le résultat fut la disparition complète et inexplicable de l'ogive...

    .... Ce peut-il que l'ogive soit tombée à l'intérieur de la Terre, de cette "terre de mystère" découverte par l'Amiral Byrd ?

      Où donc, cette ogive a-t-elle pu s'éclipser? Si on regarde les pôles de la Terre sur les cartes d'aujourd'hui, comment des lancements successifs sur une orbite basse peuvent-ils donner le même résultat inexplicable ? - Cette disparition défie la raison, n'est-ce pas ? (Lands beyond the poles par Ray Palmer, publié par Gray Barker pp. 13-14)

    Aujourd'hui il n'y a aucun satellite ayant une orbite polaire passant directement sur les pôles. Ceux qui ont une orbite polaire passent tangentiellement au bord des ouvertures polaires, sauf deux. Il y a deux satellites qui ont été découverts sur une orbite polaire en passant directement sur les pôles. Ces satellites n'appartiennent à aucune nation connue sur la Terre. Et ils diffèrent de nos satellites. Ces deux satellites mystérieux consistent en deux blocs de roche d'une taille d'environ 15 tonnes . (RAPPORT D'OVNI août 1977, p. 29)

    Il semblerait que ces deux satellites polaires "de roche" appartiennent à la nation à l'intérieur de Notre Terre Creuse qui sait comment faire pour que ses satellites compensent du manque de gravité sur les trous polaires. Ces satellites "de roche" ne peuvent pas être confondus à les météorites qui ont été capturés sur une orbite polaire. Ceci est pratiquement impossible d'après un consensus de scientifiques sur l'éventualité de météores tombant naturellement sur terre. Et la possibilité de deux entrées pour la même orbite, et leurs stabilisations est impossible sans une supervision intelligente."


Fin de citation.

    Bien que ce texte est d'un style assez vieillot, et étant donnés les détails précis, qu'il avance, il ne saurait être traité de texte de science fiction, et nous lui apportons dés lors notre confiance jusqu'à preuve du contraire.

    Mais, chers novices, vous vous qui avez trouvé tout cela, bien curieux, sachez que, ce qui va suivre, va être encore, bien plus extraordinaire...

      En effet, ce 26 Mars 2019, nous allons carrément mettre le pied dans plat, ce qui va encore faire grincer les molaires de nos "protagonistes Arteiques" et de leurs consorts scolastiques...


     Analysons alors le site suivant, qui hélas a disparu du Web ( merci d'avance à tout internaute qui en retrouvera le nouvel url) :
où, on trouvait alors en 2004, cette image :



     Et aussi, ces propos surprenants :"Un évènement particulier a été observé en octobre 2004. Le nuage du Pôle sud est devenu extrêmement actif (Schaller et al., 2005) et a recouvert toute la région polaire. L'origine du phénomène et sa caractérisation physique sont encore largement inconnus. Il est probable que le "sursaut" de l'albédo de Titan que Griffith et al. (1998) a détecté est en fait un évènement similaire à celui-là."

     Comme on le voit ici encore, pour cet astronome Rannou, la superbe luminosité du disque du bas de l'image, ne peut venir que d'un nuage notoire, et très particulier.

      Et de plus, tout est ici, très clair : On ne sait pas du tout de quoi il s'agit...

     Notez bien cependant, la présence du vocable "Griffith", mot que nous avons déjà évoqué plus haut....

     Donc, il y a bien un hic, dans cette affaire.

     Cette luminosité inexplicable d'un disque au Pôle sud de Titan, nous place bien bien ici, dans le cas où la science "interprète à la va vite, un fait étrange, à défaut d'en connaître sa structure véritable".

     Mais, les zélés détracteurs irréductibles, vous diront, que tout cela est trop particulier ici, et nous devons le classer, dans la catégorie des illusions d'optiques, si chères à leurs habituelles explications...

     Ce que ces détracteurs oublient, c'est qu'ARTivision, a toujours d'autres ressources sous-jacentes, pour appuyer ses dires :

     En effet, le Webmaster, de ce site, a eu l'idée un jour, de se demander, si, au Pôle Nord de Titan, il existe aussi un tel disque lumineux ?

     Hélas nous sommes d'abord tombés sur cette image du Pôle Nord de cet astre, où subsiste une ombre notoire très génante, comme si, l'on tenait à cacher quelque chose, car l'on va voir, justement qu'il s'y trouve bien, un mystère très étrange...



     Mais, le 14 Janvier 2010, Super Hasard, est venu une fois de plus à notre secours, car en pénétrant occasionnellement, dans le site :


, à la rubrique concernant Titan ( faire bouger l'ascenseur à côté de GO jusqu'à Titan), et alors on y découvre dans le tableau n°1 de 12 clichés, cette extraordinaire image :


, avec comme explication en dessous : Reflection of Sunlight off Titan Lake.

     On peut retrouver aussi bien sûr cette photo de Titan, sur le site officiel de la NASA :


tel que l'on trouve ce montage :


     Vous avez bien lu, nous l'espérons la mention "The cassini spacecraft will look for a glint of sun light reflecting off a methane lake", que nous traduirons grosso modo :

     "la sonde Cassini regardera un reflet d'un rayon du soleil qui s'est réfléchi sur la surface d'un lac de méthane".

      Comme vous le voyez, c'est de la NASA elle-même qu'est sortie cette fumiste explication, que bien d'autres revues ont reproduite, sans même voir qu'elle était nulle et non avenue...

     Mais, en droite ligne de cette incroyable affaire, présentons aussi ici, le super entrefilet, de la revue bien connue de notre ami Roch Sauquere "TOP SECRET" n° 47, publié en Février 2010. Et pour les puristes, qui aiment partir des sources, voici d'abord la photo de couverture de cette revue :



     Et voici maintenant le texte important de cet entrefilet (les couleurs sont de nous, évidemment):

TITAN.

Un point lumineux récurrent.

      La NASA a dévoilé, samedi 18 Décembre 2009, une incroyable photographie de Titan. On y découvre une forte lueur jaune qui serait selon l'agence le reflet du soleil sur un lac de méthane.

     Ce "reflet spectaculaire" au pôle nord a été photographié par la mission Cassini depuis l'hémisphère nord de cette lune.

     Curieusement, par le passé, la NASA, nous a déjà montré plusieurs photos de Titan montrant déjà la même lumière au pôle Sud. Une première fois la NASA avait parlé de nuages et une autre fois de "tempête tropicale"... Nous vous parlions déjà de cette anomalie dans les news de TOP SECRET N°20, N°30, et aussi dans le Hors Série N°1 page 55-56. Sur certaines images la lumière semblait même jaillir de la planète. Alors ?

     Après nous avoir parlé de nuages de méthane, ou de tempête tropicale, et maintenant de lac de méthane, la question que nous avons envie de poser à la NASA, c'est comment expliquer qu'il y ait toujours ce même "reflet", très brillant, à la même place et d'un même diamètre ? Cette lumière n'est-elle pas plutôt issue de l'intérieur de Titan ? Ce qui nous ramène une nouvelle fois à l'hypothèse des "Planètes creuses"...


     Fin de l'entrefilet.

      Cette explication officielle, ne tient donc pas du tout debout, pour ce disque polaire nord si brillant ..., surtout si l'on sait, d'après les dires des savants officiels. que le Soleil est très loin de là, et que sa lumière devrait arriver à bout de souffle à cet endroit...

     Or d'après ce que dit Mr Emmanuel Monnier, dans le n° Spécial de Mars 2008, suivant :


, il se trouve que, le flux de lumière, qui arrive dans ces contrées reculées est 900 fois plus faible, qu'au voisinage de la Terre. Lisez bien, cela vous-même :


    Alors, on se demande, comment ce faiblard flux, pourra à 1,5 milliard de Km du Soleil, venir par une concentration quasi magique, exciter les épaisses couches atmosphériques de Titan de 1200 km d'épaisseur, contre environ 100 km pour la Terre. C'est donc, tout à fait, stupéfiant...

    De plus, les scientifiques nous affirment que la température qui régne sur Titan doit avoisiner les -180° .

      Mais les images suivantes de Titan :

  

ne présentent pas du tout un paysage glaciaire correspondant cette température de -180° , prônée par les savants, mais plutôt, à des paysages d'une zone désertique très chaude, comme celle du Sahara. A vous de juger tout cela...

     Vous avez bien noté, le passage souligné en rouge, qui précise que le flux de lumière est 900 fois plus faible qu'au voisinage de la Terre. Et pourtant ce flux de lumière, très affaibli, est arrivé tout de même, à nous faire une superbe réflexion sur un hypothétique lac inconnu de Titan, et de plus, le rayon réfléchi, tombe, pile-poil, en plein Pôle Nord de l'astre.

     On a du mal n'est-ce-pas, à ne pas se tordre de rire... à la lecture de cette aberrante incongruité.

     Mais Super-hasard, ces temps-ci, est encore monté au créneau, car, il nous a offert l'occasion de visualiser un documentaire justement concernant Titan
, tel que :


     Ce documentaire est superbement bien fait pour nous montrer l'extraorninaire exploit réalisé par des equipes scientifiques americaines et europennes au cours de la mission spatiale la sonde Cassini Huygens

     Voici donc quelques images significatives et les interrogations qui s'y rapportent :


     Après 7 ans d'un voyage très perileux la la sonde Cassini Huygens arvie au abord de Saturne pour nous monter ces incroyages images jamais vues aussi nettes

  

:      Puis , après la double traversée très risquée des anneaux de saturne, c'est la satellissation autour de Titan telle que :


     Puis les divers passages, auprès de Titan nous offrent les images surprenantes suivantes:


     En effet la premières photos ,nous montre une brilance notoire du Pôle sud:

     Mais lisons avec soin, ce que nous dit la scientifique suivante :


"... et puis, il y avait un détail assez extrordinaire qui montrait, sur ces images, que les pôles étaient plus brillants qu'à l'équateur... "


     Ceci pouvait s'expliquer disait-elle en substance, par des dépots ornaniques ou autres, qui empéchaient la luminosité de l'équateur.

      Notez bien, qu'elle parle des deux pôles, alors que les photos que l'on nous présente ici, ne concernent que le Pôle Sud. Jamais ce documentaire, ne nous a en effet montré cette image inouïe du Pôle Nord.:


     Pourquoi donc cette scientifique, parle de lumière apparue aux deux poles, alors qu'aucune photo du Pole Nord n'a jamais été ni montrée ni commentée ? A vous de juger !!!

     Il est aussi précisé, dans ce documentaire, que les scientifiques furent très étonnés de découvrir sur Titan, un cycle climatique très élaboré, avec évaporation ,condensation, formation de nuages de pluie d'hydrocarbures, donc une géologie très dynamique, alors que l'éloignement de Titan du Soleil aurait dû en faire un astre froid dont la température oscille, autour de -180° , comme par exemple, ce spectacle glacé de Ganymède , aussi un satellite de Saturne :


      En effet, certains scientifiques pensent que :

      "Ganymède, un océan formé d'une croûte, mélange de glaces et de silicates. Cette croûte n'est qu'une succession de terrains sombres , très fracturés, et de terrains brillants plus jeunes, séparés de façon assez nette par des bandes claires; On cherche encore à comprendre dans le détail, les mécanismes de cette transformation ".



      Dans un 6e volet, nous demandrons alors d'une part au spationaute non officiel George Adamski, et aussi d'autre part, au Maitre cosmique Pomar, de nous expliquer cette superbe incongruité de Titan...

     Voyons alors maintenant, quelques images radar de haute sensibilité, que nous a captées Cassini:


     Il existe certainement de puissants logiciels capables de transformer ces images radar, en paysages plus naturels .Mais là, rien de tout cela, ne nous a été présenté.

      Mais, agrandissons cependant, l'image 3, où l'on voit nettement des blocs à côtés parallèles et orthogonaux, surplomblant une sorte de tracé bien rectiligne, que certains qualifieront vite fait de failles géologiques :


     Comme vous le voyez les mystères de Titan, existent bien et nous attendons bien sûr, que l'on veuille débattent à leurs sujets, sur nos plateaux de télévision, dont les protagonistes, sont toujours à l'affut des scoops très médiatiques.

     Mais, pour en savoir plus, présentons maintenant, l'entrefilet suivant du France-Antilles paru le 29 Avril 2017 :


     Et retenons d'abord les mots importants suivants :

     On découvre alors ici, que les 127 survols de Titan, par la sonde Cassini, ont pris fin le 22 Avril 2017, date importante, et on va voir pourquoi !.

     On s'étonne en effet donc, alors franchement, que dans ces 127 survols, déjà effectués, qu'aucune autre photo, n'est apparue des vortex superbes nord et sud de Titan, dans les sites de la NASA, et dans les colonnes de la Presse spécialisée...!!!

     Que sont donc devenus, ces autres clichés fantastiques du pôle Nord et Sud de Titan, et photos qui, on le sait, nous interpellent, au plus haut point ?

     Il y a , bien plus qu'une anguille sous roche... n'est-ce pas !!!

     Mais, les zélés détracteurs irréductibles, vous diront pour noyer le poisson que tout cela est trop particulier ici, et nous devons le classer, dans la catégorie des illusions d'optiques, si chères à leurs habituelles explications...

     Ce que ces détracteurs et consorts zététiques blasés oublient, c'est qu'ARTivision, a toujours d'autres ressources sous-jacentes, pour appuyer ses dires :

       Analysons donc plus avant, quelques photos de plus du fameux Titan, astre si souvent mis en relief par ARTivision.

       Voici pour commencer, une photo ce satellite de Saturne, Titan, que nous avait présentée, le "Figaro Magazine" du Samedi 13 Nov. 2004 :


      On voit alors que la partie droite de l'image de Titan du "Figaro magazine" en question, présente une très remarquable luminosité , et, on nous dit alors dans la revue, que c'est "notre soleil qui illumine par derrière, l'épaisse atmosphère de Titan.".

      Voici encore une autre photo de Titan tirée cette fois-ci, du n° 415 du "Ciel&Espace" de Décembre 2004 :


     On apprend alors que, cette belle image de Titan ci-dessus, aurait été captée par Cassini Huygens, le 26 Octobre 2004, en passant à 1176 km de la planète. Cette photo ne semble pas très différente de la précédente ci-dessus, du "Figaro magazine", où la partie droite du globe de Titan, brille d'une manière étonnante, pour un astre placé, si loin de notre Soleil. ( Nous n'avons hélas pas eu le bénéfice de découvrir sur un site de la NASA, ces images. Merci mille fois à l'internaute béni qui nous en trouvera, l'URL)

     On ose alors nous dire, que cette luminosité remarquable, vient aussi de notre Soleil, qui fait ainsi briller admirablement, l'atmosphère de Titan...

     Mais revoyons donc, ce que dit Mr Emmanuel Monnier, dans le n° Spécial de la revue Science&Vie, de Mars 2008 suivant, que nous présentons à nouveau de manière plus complète, étant donnée son importance :

     Voici à nouveau le Science&Vie, en question :


     Relisons alors SVP, ce qui suit, avec un petit plus, où l'on nous dit bien, que, le flux de lumière, qui arrive dans ces contrées reculées est, 900 fois plus faible, qu'au voisinage de la Terre :


    Alors, on se demande encore, comment ce faiblard flux, pourra, à 1,5 milliard de Km du Soleil, venir par une concentration quasi magique , exciter les épaisses couches atmosphériques de Titan de 1200 km d'épaisseur, contre environ 100 km pour la Terre. C'est donc stupéfiant, et ceci est en ligne directe avec les propriétés de notre soleil, et nous expliquerons cela, une autre fois.

        A vous de juger tout cela...documents très prosaïques à l'appui...

       Mais, ce jour, il nous vient aussi l'idée de présenter ici, deux autres cas, concernant d'autres lumières polaires de deux autres astres, jamais expliquées par les cosmologistes officiels, qui aiment parader sur les plateaux des médias actuels :

      D'abord disons, qu'il n'y a pas bien longtemps, le site ARTivision s'est posé la question de savoir si, la superbe lumière bleutée issue du satellite IO de Jupiter, pouvait vraiment provenir d'un volcan en éruption ?

  


     Cette lueur ne serait-elle pas en fait, issue des rayons du soleil central de l'astre ?

       Voici d'ailleurs, une autre photo d'IO, où le faisceau lumineux n'est plus bleu, mais, là, il correspond davantage à des jets en projection, de gravas, sans doute incandescents, mais surtout, à des matières contenant beaucoup de poussières, de fumées et de souffre, pouvant être issus d'un volcan en éruption.



Comment donc expliquer, ces deux sortes d'images contradictoires ?



      Il y a donc bien, anguille sous roche, et c'est à vous, qu'il appartient désormais, de juger cette affaire.

      Venons en maintenant, à l'affaire tout à fait fantastique, de l'astéroïde CÉRÈS, affaire au sujet de laquelle, nous avons longtemps attendu, que les irréductibles zélés détracteurs et consorts zététiques, de la théorie de la Terre creuse, s'expriment clairement ... Mais ce fut là, une fois de plus, un retentissant silence mortuaire.

       Cette affaire, nous est présentée, par les deux entrefilets suivants, très surprenants, à plus d'un titre :
    

Premier texte :


     Sur le site :


, on pouvait découvrir, fut un temps, alors ceci :



où, chose très surprenante, on ne voit aucune photo de Cérès. Pourtant en 2005, sur un autre site du Nouvel Obs, qui a disparu comme par magie, et que nous avions heureusement capté à l'époque, on pouvait lire ceci, où figure cette fois une étrange photo :

© Le Nouvel Observateur
 
La vraie nature de Cérès

Hubble a observé Cérès pendant une rotation complète (9 heures) afin de confirmer l’homogénéité de sa forme. (NASA/ESA/Parker, Thomas, McFadden)
 
 

      L’astéroïde Cérès, le plus gros représentant connu de la ceinture principale d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter, aurait pu être une planète. Si Jupiter ne s’était pas formée, si du même coup elle n’avait pas empêché nombre d’objets de la cette ceinture de continuer à grossir en acquérant de la matière, Cérès serait peut-être devenu une planète. La forme sphérique de l’astéroïde accrédite l’hypothèse d’un objet homogène, possédant un cœur et un manteau, selon une étude publiée cette semaine dans la revue Nature.

De nouvelles observations menées en décembre 2003 et janvier 2004 par le télescope spatial Hubble montrent que Cérès est un objet sphérique, pas aplati, suggèrant que sa forme est contrôlée par une force de gravité. De plus sa rotation correspond à une distribution homogène de la matière, expliquent Peter Thomas (Cornell University) et ses collègues.

Cérès pourraient donc être composé de deux couches : un cœur rocheux et un manteau riche en glace d’eau. Une structure comparable à certaines lunes glacées du système solaire. Pour se faire une idée plus précise et plus définitive, les chercheurs attendent avec impatience la mission Dawn, conçue pour rendre visite à Cérès et à Vesta, et qui se mettrait en orbite autour de Cérès en 2015.

Cécile Dumas
(09/09/05)

    Vous constatez effectivement, que dans l'entrefilet précédent, il n'est question nulle part de cette lumière éclatante, qui éclabousse Cérès. Est-ce un reflet de la lumière lointaine de notre Soleil sur de la glace de l'astéroïde ? Aucune suggestion, ne nous est proposée.

    A vous de juger ce mutisme caractérisé.

    

Deuxième texte :


    Il y a aussi cet entrefilet, qui est tiré du journal "20 minutes TOULOUSE", qui est offert gratuitement. Il est daté du 13 Septembre 2005 :



    Vous voyez que là, on retrouve la même photo, mais nous apprenons aussi, que le diamètre de Cérès mesure 930 km, et surtout que les astronomes disent qu'ils n'ont pour l'instant aucune explication à proposer, au sujet de cette tache blanche très lumineuse, qui apparaît sur les photos.

       Nous avons alors en début d'Octobre 2005, pousser l'audace, jusqu'à demander par l'intermédiaire de Mme Régine Françoise Fauze, qui channellise Soria, de nous en dire plus sur l'affaire, et le 13/10/05, nous avons été comblé par le fait, de recevoir ces fantastiques mots : " Quand la Science vient confirmer la vision transcendante de certains médiums... Nous vous apprenons très particulièrement que le noyau solaire de Cérès est de 71, 300Km, et il y aura d'autres découvertes...Donc affaire à suivre..."

     Nous avons évidemment imméditement fait un petit calcul, qui tient compte du diamètre de 930 km de Cérès, et de celui de la Terre de 12760 km. Donc, toute proportion gardée, s'il elle existe, le diamètre du soleil intérieur de notre planète Terre, serait donné par l'expression : d = ( 960 x 930) / 12760 , et donc pour le diamètre du noyau central de la Terre, on trouve alors : 947, 69583...km. Pour simplifier, nous arrondissons alors à 950 km, ce qui est bizarrement très voisin du nombre de 960 km, avancé en 1920, par Marschall B.Gardner auteur de l'ouvrage :

  


      Avec le schéma surprenant à gauche en anglais, et à droite tiré du livre La Terre creuse de Raymond Bernard, en Français dès 1971, on a :

  


    Mais pour certifier tout cela, il faudrait d'abord pouvoir filmer l'autre hémisphère de Cérès, et voir ainsi si l'on y découvre aussi une lumière éclatante similaire.

    Donc, dans cette affaire extraordinaire de Cérès, nous voyons que, dans ces entrefilets la question de la lumière étrange apparaissant à la surface de cet astéroïde, a embarrassé assurément certains observateurs qui ont préfèré comme dans le premier cas cité plus haut , de ne pas montrer l'image de Cérès, pour éviter d'expliquer la présence de ce disque lumineux qui nous éblouit et nous subjugue carrément.

     A vous de juger cette affaire, documents à l'appui..., et affaire qui prouve bien que cette histoire de planètes creuses, avec un soleil central, est très dure, même actuellement, à encaisser, et on fait tout pour l'éviter, car aucun débat à ce sujet n'a jamais eu lieu, sur un plateau de télévision quelconque.


    Mais ce jour,"comme il faut battre le fer pendant qu'il est chaud", pour ceux qui doutent encore, voici tiré du site :


, une photo en haute résolution, de l’astéroïde Cérès en question, le plus gros représentant dit-on, de la ceinture principale d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter:


     Selon le chercheur Christopher Russell : "Les scientifiques de Dawn peuvent maintenant conclurent que la luminosité intense de ces zones est due à la réflexion de la lumière solaire par un matériau hautement réfléchissant sur la surface, éventuellement de la glace."

    "Il reste maintenant à confirmer qu’il s’agit bien de glace", dira ce chercheur...

     De la glace, sur ce corps céleste aride sans atmosphère, et ni eau, ni air ? Et bien sûr on nous dira, que cette glace, viendrait du comète...

     Mais ARTivision, se tord de rire à cette explication, car ces lumières possèdent une configuration ayant de nombreux angles droits, qui en aucune façon ne sauraient être, l'effet du hasard...


    Mais il y a mieux : On a repéré "une sorte de pyramide", sur le sol, pourtant désertique, de Cérès , et les mêmes scientifiques diront, vite fait, qu'il s'agit d'un monticule tout a fait naturel :


    Nous attendrons sans doute longtemps encore, avant que, les astronomes, astrophysiciens et consorts assimilés, nous donnent une seule explication orthodoxe, des phénomènes étant à l'origine des configurations des structures précédentes bien étranges. N'est-ce-pas !! .

    Mais nous aurions vraiment aimé, découvrir avec la même résolution que celle de l'image précédente, cet autre aspect de Cérés:


    Nous pourrions, (et nous l'avons déjà fait, dans de nombreux autres articles), trouver ici, beaucoup d'autres structures insolites, qui prouvent de manière incontournable, qu'il existe sur la Lune et dans les environs, des artefacts prouvant, l'expression d'une vie assurément intelligente, (et nous montrerons plus tard, d'autres manifestations extraordinaires des Aliens, technologiquement, très en avance sur nous et pour ceux qui ont la mémoire courte, présentons ici, à la volée, ces images de pyramides lunaires déjà exposées, dans le premier volet ) :

  


    Mais ces événements extraordinaires, qui sont, selon nous, par exemple, bien plus important que le passage une comète dans le ciel, ont été occultés et ainsi soustraits à la connaissance de l'Humanité entière (et le sont toujours), pour de vulgaires questions de prestige national, et de puissance technologique ou militaire, alors que ces événements portent en eux-même, la raison majeure d'unir cette Humanité, et d'en finir une fois pour toutes avec ces guerres dérisoires et calamiteuses, qui la déchirent depuis des siècles...

        A vous de juger tout cela...documents très prosaïques à l'appui... et à bon entendeur salut !!.


       Mais ce 28 Mars 2019, voici venu le Temps du Grand déballage, où ARTivision, (qui est chacun le sait, un site évoluant dans un contexte Mystico-rationaliste), va sortir son maître joker qui pourrait alors renverser tous les éléments sclérosés du jeu de quilles des bien-pensants blasés "ARTEiques" , et de leurs consorts intellectuels scolastiques...bien engoncés dans leurs cocons feutrés...

    Ayons d'abord le courage de présenter cet ouvrage ésotérique, déjà présenté, dans de nombreux articles du site :

     Disons alors que cet ouvrage constitue l'une première source mystique, à qui nous devons l'idée extraordinaire , de cette affaire impensable de Terre creuse, nous vient alors des pages 193 et 194, de l'ouvrage extraordinaire intitulé "LE VOYAGE A SHAMBHALLA" par Anne et Daniel Meurois-Givaudan publié en 1986 par les Editions Arista.

    On y trouve alors, ce passage à la fois, très significatif, et poétique en plus :

     " Votre terre est creuse, vous le savez, creuse comme le sont toutes les planètes du système solaire, aussi creuse qu'une noix sans ses cerneaux .
     Là également, vous attendent les prémices d'un avenir fabuleux ou plutôt d'un présent déjà bouillonnant en vous. Lorsque les sages disent aux hommes de chercher à l'intérieur d'eux mêmes, ils sont dans la vérité à tous les stades de compréhension. La Terre vous suggère en certaines contrées la grande flamme de son cœur. Elle la fait s'élancer vers le cieux comme le lotus flamboyant et tel un baiser d'union avec ce qui est en haut. Cette flamme ou plutôt ces flammes sont les aurores boréales ou australes. C'est la radiation cristalline du soleil intérieur enclos dans le grand être qui nous porte tous et qui jaillit par les pôles. C'est aussi une source vitale éthérique, dont vous ne pouvez avoir idée. L'heure ne se présente pas encore d'éluder pour l'homme la totalité des mystères de l'Agartha et du continent central. Nous refusons de précipiter ce temps pour la sauvegarde de la majorité des consciences immatures. Vos gouvernements s'y refusent aussi , bien que partiellement informés, pour la sauvegarde de leur pouvoir
. "

     Fin de citation


     Autrement dit, si nous comprenons plus avant ce texte incroyable c'est cette radiation cristalline du soleil intérieur qui est vraiment responsable de ces trainées lumineuses flambloyantes (appelées aurores boréales ou australes) qui apparaissent autour des pôles de la Terre.

       Mais soyons aussi maintenant fair play, en donnant l'explication des scientifiques actuels et bien sûr de la NASA, qui correspond aux aurores polaires, observées sur cette super photo satellite :

       Voici d'ailleurs, à ce sujet, ce que nous dit, la revue Science&vie1095 de Décembre 2008 :

  

       On voit alors que selon cet article, qu'il n'y a que deux théories qui ont l'agrément des scientifiques et surtout que les mots manquent aux scientifiques pour "expliquer cette spectaculaire violence venue du ciel". Pas question que cette aurore spectaculaire, vienne de quelque partie que soit de la Terre. Point barre.

       On voit alors que selon cet article, qu'il n'y a que deux théories qui ont l'agrément des scientifiques et surtout que les mots manquent aux scientifiques pour "expliquer cette spectaculaire violence venue du ciel". Pas question que cette aurore spectaculaire, vienne de quelque partie que soit de la Terre. Point barre.

       Pourtant l'illustration présentée par cette revue, montre bien que l'intensité de la lumière se manifeste vers le bas donc tout près de la Terre et non du haut du ciel, comme cet article le précise :


     Mais, présentons aussi ici, le beau schéma d'explication des scientifiques du même Science&vie1095 de Décembre 2008, concernant le vent solaire, qui vient chatouiller, la magnétosphère terrestre, pour produire les superbes aurores boréales et australes :


      Nous supposons alors que la mission Themis, lancée par la NASA en Février 2007, avait d'autres objectifs plus secrets qu'une ballade de satellites dans le flux solaire. Bref chacun est libre de croire ce qu'il veut en fonction de la nature des informations qu'il détient.

     A vous de juger...

      Donc, c'est bien le Soleil central, qui est à l'origine de ces suberbes aurores polaires comme celles qui suivent :


       Autre exemple :


     Ou encore :



     Quelle superbe luminosité n'est-ce pas ? Et cela stationne au pôle !!! C'est une aurore boréale que nous devons à la courtoisie du Dr Hallinan, et l' astronaute Overmeyer de la NASA .

     Et voici un petit plus, du même gabari :



      Mais sur le site :

http://www.arcticlightphoto.no/

, on découvre aussi :

  

  

          Mais ce jou de franche révélation, présentantons aussi pour les puristes, seulement à titre documentaire, cet article moderne concernant les aurores polaires, et publié dans le Sciences et Avenir n° 808 de Juin 2014. ( Rappelons ici, que nous possèdons aussi le n° 1, de cette revue, où figure un étrange article concernant l'Amiral Byrd ) :


          Vous avez bien noté; nous l'espérons la phrase ci-dessus : " Tel un bouclier géant, le champ magnétique terrestre détourne ces particules de haute énergie et les oblige à contourner la Terre.", et donc, s'il n'y a pas de champ magnétique, il n'y a pas non plus d'aurores.

          Pourtant, le champ magnétique de Mars est presque inexistant, et cependant, nous avons sous la main, cette surprenante photo :


dont, nous présenterons, l'origine plus bas.

       Et voici, la troisième page du Science et Avenir n° 808 de Juin 2014 :


       Sur cette dernière page, on nous présente en haut à gauche une aurore boréale terrestre prise dit-on de L'ISS.

Nous aurions préféré, bien sûr, voir apparaitre celle-ci :


      Cette surprenante et très rare photo date du 14/11/2001, et est tirée, on le sait dejà, du site de la NASA:


      Disons alors ici, que malgré la multitude d'engins spatiaux qui tournent autour de notre planète, il est très rare de tomber sur une photo présentant à la fois les aurores boréales et australes de la planète Terre, comme on en découvre une bien superbe (déjà présentée plus haut), pour Jupiter.



        Mais poursuivons maintenant notre analyse du Science et Avenir n° 808 de Juin 2014., avec cette image d'Uranus :


        Bien sûr, nous aurions préferé, voir cette image plus complète :

Les aurores sont visibles sous la forme de petites tâches blanches / NASA.


tirée du site :


ou mieux encore celle ci, bien plus significative :


      En agrandissant un peu, le point lumineux central, en bas de l'image, et en jouant légèrement, sur le contraste, on découvre ceci :


      Mais comme ces infos peuvent disparaître un jour comme par enchantement, voici de quoi il s'agit actuellement :

    Lundi 16 Avril 2012.

Le télescope Hubble photographie des aurores sur Uranus.


Par Jill Langlois - 16/04/2012.

    Hubble, le télescope spatial de la NASA a réussi à prendre de précieux clichés d'un phénomène rare. On peut y apercevoir des aurores polaires sur la surface glacée d’Uranus, à presque 3 milliards de km de la Terre.

Les aurores sont visibles sous la forme de petites tâches blanches / NASA.


    Pour la première fois, Hubble, le télescope de la NASA a réussi à photographier des aurores polaires dans l’atmosphère glaciale d’Uranus. Deux tempêtes de courte durée, aussi appelées «les lumières du Nord», ont été capturées par les astronomes, alors qu’ils se focalisaient sur la face éclairée de cette géante gazeuse, en novembre 2011.

Des aurores de quelques minutes.

    Uranus, la 7e planète du système solaire est un astre particulièrement étonnant. D’après le site Wired, son «Pôle Nord» est désormais situé à l’équivalent de notre équateur. Cela serait dû à une collision très ancienne avec une protoplanète (un embryon d’étoile), qui en aurait modifié l’axe de rotation. Sur les clichés, ces nouvelles aurores, dont la durée n’excède pas quelques minutes, sont semblables à de petits points blancs. L’équivalent terrestre en revanche, est souvent décrit comme une longue étendue lumineuse bleu vert, pouvant se prolonger de longues heures durant, et dont l’incroyable beauté a inspiré de nombreux mythes.

Des conditions atmosphériques différentes.

"La dernière fois que nous avons eu un signe d’activité auroral sur Uranus, nous renvoie au voyage de la sonde Voyager 2 en 1986", explique Laurent Lamy, astronome à l’Observatoire de Paris, situé à Meudon. "Mais c'est la première fois que l’on peut véritablement voir ces émissions lumineuses depuis la Terre" précise-t-il à National Geographic.

    En 1986, les conditions sur Uranus étaient très différentes, lorsque Voyager 2 sonda la planète. Le site Wired signale que les pôles magnétiques d'Uranus étaient balayés par un vent solaire (un vent de particules électriquement chargées, en provenance du Soleil). Cette situation générait des aurores de plus longue durée, mais principalement situées sur la face non éclairée de la planète.

    Maintenant qu’Uranus a entamé son équinoxe de printemps, son axe de rotation est désormais perpendiculaire au courant solaire, chargé de particules. Une aubaine pour les astronomes qui pensent tenir la raison de la formation de ces aurores, et ont le loisir de les observer et étudier.

Source: Jol press
Voir aussi sur futura-sciences


    Mais que penser donc de tout cela ?

      Rappelons que des aurores boréales sur Uranus avaient été photographiées le 24 janvier 1986, par Voyager 2 lancé le 20 Août 1977 (donc après près de 9 ans de voyage) à une distance de 107 000 km, et l'on découvrit alors l'image dejà vue, plus haut et un peu plus agrandie:


       Ne trouvez-vous pas déjà, qu'il est plutôt audacieux de déduire, que cette si brillante tache lumineuse, n'est que, l'effet du flux ionisant de notre très lointain soleil, sur les particules de l'atmosphère d'Uranus ? Dans ce cas, si notre soleil était vraiment responsable de cette luminosité, elle ne saurait être aussi ponctuelle, et surtout aussi intense, à l'endroit considéré.

      En effet, il n'est pas besoin de sortir de l'école Polytechnique pour s'apercevoir que sur les photos précédentes du 16 Nov 2011 et du 29 nov 2011, on aperçoit une luminosité discoïdale :que voici de nouveau :


vraiment trop ponctuelle, pour qu'elle soit assimilée à un impact de particules venant de notre si lointain Soleil, à moins que ce dernier agisse comme le laser très directif du robot nommé Gort, du célèbre film culte, que nous vénérons grandement : "Le jour où la Terre s'arrêta" , réalisé en 1951, par Robert Wise, et dont voici ci-dessous, la jaquette du DVD sorti en 2003 :


       D'ailleurs, voici une autre image calibré d'Uranus, et là nous trouvons alors, 6,8 cm pour le diamètre d'Uranus, et 0,2 cm pour la hauteur du croissant , dépassant le globe de la planète :


      Le diamêtre réel d'Uranus, serait dit-on, de 47170 km ( d'après "l'Atlas de la conquête de la Lune" de Patrick Moore chez Payot Lauzanne 1969), un calcul élémentaire, donne la hauteur réelle du croissant lumineux : 47170 x 0,2 / 6,8 = 1387,3529... que nous arrondissons, à cause de l'imprécision de nos mesures, à 1400 km. La France entière, aurait été noyée et couverte par cette lumière très brillante, et nous dit-on, éphèmère, qui est produite par notre Soleil, à près de 3 milliards de km de lui.

       D'ailleurs, il suffisait de regarder aussi la planète Neptune (encore bien plus éloignée d'Uranus, voir ci-dessus l'affaire de Mr Emmanuel Monnier) la planète Neptune pour être totalement édifié sur cette affaire. En effet voici, une image très surprenante de Neptune :


Douze ans après son lancement (le 20 Août 1977), la sonde américaine Voyager -2 après avoir survolé , Jupiter, Saturne, Uranus arrive le 25 Août 1989 en vue de Neptune à plus de 4 milliard de km de la Terre et prend parait-il près de 8000 photos de la planète et de son satellite Triton.

   Neptune qui avec ses 144990 km de diamètre ( 3,53 fois celui de la Terre ), ses, dit-on, -200 ° C de température moyenne, et son atmosphère constituée principalement de méthane apparaît alors d'un bleu chatoyant, mais surtout, avec ce que personne n'attendait, et que faute de mieux l'on a qualifié parfois de "petit nuage blanc", ce gigantesque "œil très lumineux" intérieurement possédant une "frange ovale rouge" extérieure, caractéristique d'une sorte de diffraction spectrale étonnante. Cet "œil fantastique" a-t-il pu correspondre autrefois, à un pôle de la planète qui aurait peut-être basculé sur son axe après un cataclyme? Seul un spécialiste pourrait nous le dire. Toujours est-il, que nous sommes restés totalement muets, devant cet étrange phénomène qui a dû troubler plus d'un observateur curieux.

     A vous de juger en connaissance de cause, une fois de plus ... et documents tangibles à l'appui.

       Pour les puristes, voici une superbe représentation de cette affaire de Soleil central, que nous devons au merveilleux site :


  


Bravo donc, aux informaticiens et infographistes géniaux, qui ont su réaliser si admirablement, ces shémas, qui ne peuvent que combler de satisfaction, le Webmaster du site ARTivision.

     C'est bien sûr, le Soleil central, qui est à l'origine de ces suberbes aurores polaires.

     A vous de juger...

         Mais, il se trouve que par une chance inouïe , ARTivision, a découvert dès 2004, avec un grand ahurissement, une photo incroyable montrant, l'ouverture polaire Nord, et par le même occasion on y voit aussi cette affaire de mer libre du Pôle , toujours niée également par nos doctes universités :



          Et, avec quelques unes de nos explications :



     Après quelques recherches, nous avons appris, il y a déjà quelque temps, que cette photo aurait été captée par un radio-amateur d'Allemagne, qui a travaillé, à l'époque, au Centre Spatial de Garchlingen ( Bayern ) et qui connaissait la fréquence du satellite qui survolait la région. Le site qui présentait à l'époque cette incroyable photo n'est plus fonctionnel : http://www.pousada.ch/erde/pol.html ( Merci mille fois à l'internaute béni, qui en retrouvera, la forme moderne)

     Cette photo a été copiée plusieurs fois, (sans explication aucune et sans bien sur npmmér une seul fois le site ARTivision ), et on la trouve aussi sur un site au graphisme admirable, et dont l'url est :

.

      Disons aussi, que avons retrouvé, il y a des années de cela, la photo en question (à gauche), camouflée (à droite) par la mention "The Hollow Earth" :

  

, et en plus, elle était en fond de page, du site :


      Nous ne savons toujours pas si cette photo, est un habile montage ou pas, Certains détracteurs, n'ont pas hésité pour noyer sans aucune preuve, le poisson gênant, à dire que c'est une photo trafiquée, mais selon nous, les gouvernements n'avaient aucun intérêt à diffuser une telle photo, même pour faire de la désinformation, . Nous avons, tout de même, osé placer cette photo dans certains de nos articles, et en particulier le 21/04/04 à l'article:


et, le site ARTivision, a aussi été le premier sur le Net Français, à présenter, une analyse pointue de cette image, faite par un infographiste qualifié :

      Voici donc ici, une partie, de la conclusion de ce très aimable infographiste , qui en plus, l'a fait gratuitement :

    "Hors dans ce cas, le film atmosphérique a une forme parfaitement régulière ne dépendant pas des irrégularités de la surface terrestre et son intensité ne dépend que de l'éclairage global du globe, et pas des points immédiatement en dessous, ce qui est normal pour une lumière réfléchie.

  Seule une image extrêmement complexe utilisant du Lancer De Rayon avec un module de calcul de diffraction associé à un nuage de particules fines peut donner ce résultat en synthèse.

    Mais vu la finesse des détails, il faudrait vraiment posséder une sacrée machine et d'excellents infographistes. De plus je persiste à dire que les outils d'imagerie ont la fâcheuse habitude à créer des dégradés parfaits,(la bande de dominante rouge aura toujours la même épaisseur que la bande de dominante bleu, et suivra parfaitement la courbure de la surface terrestre), et légèrement sursaturés en couleurs, à l'opposé d'un dégradé naturel où les couleurs sont beaucoup plus mêlées et diffuses...
"


      Si cela s'averrait exact, nous serions , en présence d'un document exceptionnel et inestimable.

      Cependant nous avons fait quelques calculs concernant le diamètre du trou présenté. Compte tenu du diamètre polaire de la Terre qui d'environ 12713 km et que sur la photo testée l'arc de la courbure terrestre mesure 15,5 cm un calcul élémentaire nous donne 1494 km pour l'ouverture et nous arrondissons à 1500 km, ce qui est tout de même bien plus court que les 2300 km du schéma extrait du livre de 1971 de R. Bernard "La Terre creuse" , déjà présenté plus haut :


    Mais, si dans le livre en question, ci dessus, nous avions découvert que l'ouverture polaire avait environ 2300 km, de diamètre, nous avons aussi découvert sur le site :


ce schéma :



     Nous constatons là, ( les côtes étant en miles), que l'ouverture polaire nord (comme celle du sud d'ailleurs) ne fait plus que 90 miles (145 Km environ) à son niveau le plus centré, ce qui fait une sérieuse différence avec les 2300 km présentés sur le schéma de R. Bernard.

    Nous avons alors poussé l'audace à demander au collectif Soria, formé, on le sait, de 4520 entités cosmiques, quel était, en fait, le diamètre des "ouvertures polaires", que divers auteurs présentaient avec des mesures différentes.

     Et voici la réponse personnelle, qui nous fut faite, et qui nous causa à l'époque, une très grande émotion :

     "Ami de la Terre",

     L'ouverture des Pôles utilise la respiration de votre Terre. De ce fait son diamètre évolue au rythme des mouvements.
     L'ouverture se dilate et se rétracte constamment. Aussi les deux mesures ne sont pas fausses. La Terre dans son ensemble use du mouvement dilatation, rétractation, mais en réalité cette planète est en expansion. Dans quelques décénies, son diamètre ne sera plus celui de cet instant.

     Au plaisir de l'échange.

       Scientifique Soria.


     Que dire de plus devant tant de révélations fantastiques ? Sinon ce que disent souvent les anglo-saxons embarrassés : No Comment ...


       Il va donc de soi, que tous les calculs vus plus haut, pour déterminer le diamètre de ces "ouvertures polaires" sont parfaitement dérisoires, car chose inouïe, ces trous polaires, on vient de le découvrir, s'ouvrent et se ferment, en fonction de la "respiration" de la planète ... car les Maîtres , le disent tous, que la Terre est vivante. Elle inspire par le Pôle Nord et expire par le Pôle Sud. Point Barre...

         Mais, voici un petit plus de Soria qui confirme notre communiqué ci-dessus :

     En effet, cette affaire est aussi expliquée dans l'ouvrage de Mars 2002 intitulé "Voyage" Tome 3, aux Editions ARIANE en Mars 2002 ISBN 2-920987-58-5 du Collectif Soria, qui est formé on le sait, de 4520 entités cosmiques, tel que :

"...Plusieurs portes d'accès sont disséminées à la surface de cette Terre. Dernièrement, vos satellites et vos astronomes ont pu constater la dilatation des pôles, qui sont parmi les entrées des mondes internes ".

     A vous de juger, une fois de plus, tout cela !


      Mais, pourtant nous avons, par un heureux hasard, (que nous ne pouvons décrire ici), réussi à mettre la main, sur cette étonnante photo :


    Notre ami de longue date, Frédéric, nous explique que cette photo est extraite de la vidéo plutôt ancienne :


On voit donc que cette superbe image est exactement la même que celle déjà vue plus haut :



mais elle a été redressée ...

    Cette inclinaison, s'explique par le schéma suivant :



    Où l'on voit alors, que le disque représentant le vortex polaire en question, ne se juxtapose pas juste au-dessus du Pôle Nord.

    Et voici aussi, un schéma représentant les divers axes principaux, de la planète Terre :



      Maintenant, il suffit pour comprendre que les choses bougent en ce moment, de jeter un bref coup d'œil dans une librairie moderne, pour y découvrir cette incroyable ouverture polaire, dans les opuscules, qui fleurissent en ce moment, et photo, que le site ARTivision, fut l'un des premiers à présenter sur le Net français dès 2004 . et que voici, à nouveau : .



, et photo qui se retrouve, sans explication aucune, dans les trois opuscules présentés ci-dessus. Les deux premiers de gauche présentent la photo en noir et blanc (respectivement page 16 et 52) et le 3e, bien plus agréable à voir en couleur, (page 23):

   

     Pour avoir eu l'audace de publier cette photo, ces opuscules ont dû, très certainement, tirer partie de l'analyse précédente de notre infographiste, mais, ils évitent soigneusement de le dire, et surtout de parler d' ARTivision. A vous de juger.

     Mais, nous voilà arrivé le 31 Mars 2019, à un stade crucial de notre plongée, dans la Théorie si bien occultée de la Terre creuse , et pour cela, nous allons rejoindre, une fois de plus notre maître français du fantastique : Jules Verne, ce qui va encore faire grincer les molaires des bien-pensants académiques qui ne connaissent pas, ce que signifie le fait, que c'était un initié contacté par les maitres, de l'ésotérisme, le plus pointu qui soit.

     Mais lisons d'abord le texte ahurissant qui suit :      Voyez donc aussi , en passant, cet ouvrage de Michel Lamy republié chez Payot, en Février 1999 .


     Cet ouvrage pourtant, dans le vif du sujet, ne semble pas avoir relevé l'incompable détail que nous allons souligner ci-dessous :

         Mais reprenons volontairement ce passage déjà vu au volet 2 :

     "L'intérieur de votre Terre est creux ; un Soleil y réside, permettant la vie comme sur la croûte extérieure de cette planète. Chaque humanité vit dans une des réalités physiquesd'Urantia Gaïa. Suivant le cercle d'influence atomique, certaines peuvent avoir des relations directes et physiques avec le peuple extérieur, vous Ainsi parmi les survols d'ovnis, quelques-uns sont imputables aux intraterrestres. L'harmonie interne de votre sphère d'accueil subirait des interférences si ces êtres n'intervenaient pas dans votre évolution. Il n'est pas rare que les scientifiques internes surveillent les travaux des vôtres, les aidant même en laissant des formules dans la matrice des ordinateurs ou en envoyant l'un des leurs se fondre au sein de votre multitude. Certains occupent des postes importants dans votre société, contrôlant ainsi les progrès, en favorisant certains ou en écartant d'autres, mais en tenant toujours compte de votre degré d'ouverture d' esprit, de vos faiblesses, de vos points forts et du maintien de l'équilibre du centre de la Terre. Parfois, des documents disparaissent, étant jugés sortis trop tôt, pour réapparaître dans une séquence plus appropriée. Il est temps de trouver un point de rencontre conscient entre eux et vous. Seule votre volonté de développer un échange sain, fraternel et respectueux entre chaque ethnie concrétisera cette rencontre. Pourtant, les habitants de l'intérieur de la Terre n'ont jamais été aussi ouverts à une telle éventualité. Votre conscience sera touchée par des informations révélant autant la vie stellaire que la vie intraterrestre. Il est même possible que certaines portes d'accès du centre de la Terre s'ouvrent à quelques-uns d'entre vous afin qu'ils puissent témoigner de la réalité de leur existence. Votre grand visionnaire et prophète Jules Verne, vous a préparés aux ouvertures de ces temps nouveaux. Rapidement et étrangement, vous pourriez éprouver comme une surdose d'informations, déstabilisant ainsi vos croyances établies et fragilisant vos tendances à vous accrocher aux lois actuelles".

     Extrait pages 172 et 173 de "Voyage" tome III de Soria Edition Ariane Mars 2002.

      Mais, si vous savez lire entre les lignes, de l 'extrordinaire texte précédent, on peut imaginer alors que Jules Verne, et sans doute d'autres écrivains bien choisis, ont été contactés, en leur temps, soit par télépathie... soit directement par des missionnaires spéciaux de la Terre intérieure, pour préparer l'arrivée des découvertes extraordinaires, mises en relief actuellement, avec ses faibles moyens, par le site ARTivision.

      On pourrait en effet écrire un ouvrage en entier, uniquement sur le passage en question ( avis aux journalistes, aux éditorialistes et autres amateurs psychologues et philosophes des mystères de ce monde).

    Nous allons donc plus bas, donner en surbrillance, la phrase clef de Jules Verne, que l'on ne discute jamais dans nos écoles et universités, et phrase publiée, dès 1866, au moins, dans son ouvrage intitulé "Voyages et aventures du capitaine Hatteras".

        Voici donc d'abord deux scannérisations d'une réimpression moderne de cet ouvrage :

  

, où il est précisé ceci au Tome 2, la phrase suivante, qui fait vraiment TILT, dans l'ouvrage précédent :

" Enfin, de nos jours, on a prétendu qu'il existait aux pôles une immense ouverture, d’où se dégageait la lumière des aurores boréales, et par laquelle on pourrait pénétrer dans l’intérieur du globe; "

     Comme on le voit donc, tout cela est dit par Jules Verne, clairement, nettement, et sans bavure...

      Notons cependant, que Jules Verne, ignorait l'affaire du Soleil central.

      Voici en effet, comment Jules Verne parle de la lumière spéciale (assurément pour lui, d'origine électrique), qu'il a découverte au centre de la Terre, qu'il décrit au chapitre XXIII, dans son célèbre ouvrage de 1864 "VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE" , déjà présenté plus haut :


      Donc il est clair, pour Jules Verne, qu'il ne peut s'agir de la lumière d'un Soleil interne, mais d'une lueur "triste et souverainement mélancolique".

          Alors Messieurs les puristes, il ne vous reste, qu'à trouver où sont stockées les notes personnelles, grifonnées par Jules Verne, parallèlement, à l'écriture de ses romans, afin de déterminer si possible, d'où il a pu tirer cette incroyable information. Bien sûr, le Webmaster d' ARTivision, a contacté à ce sujet, la Mairie de Nantes (où existe un musée Jules Verne), en passant par cette adresse : musee-julesverne@mairie-nantes.fr, et nous avons reçu une réponse détaillée à ce sujet.Et donc avis aux amateurs...

      Cependant disons aussi que Jules Verne, aurait pu s'inspirer des travaux du précurseur nommé Sir John Leslie (1766-1832), qui lui imagina bien plus, puisqu'il parle lui, de deux soleils, nommés : Pluto et Proserpina, situés à l'intérieur de la Terre. Voir sur le site :


le passage : " a Scottish physicist and mathematician, proposed that the earth had a hollow interior containing two suns "Pluto and Proserpina" ."

    Cependant chez Jules Verne, ces deux soleils, sont devenus deux planètes :

" puis, dans la sphère creuse, on imagina l’existence de deux planètes, Pluton et Proserpine, et un air lumineux par suite de la forte pression qu’il éprouvait. "


     Ceci est tiré de l'ouvrage tome 2, de 1866, de Jules Verne " Voyages et aventures du capitaine Hatteras".

      Comment les deux  "soleils"  de Leslie, ont pu devenir "deux planètes" chez Jules Verne ? Aux historiens curieux de répondre.

     D'ailleurs les internautes qui ont le privilège d'écrire aisément l'anglais, pourraient contacter le Webmaster du site précédent pour en savoir plus, et par exemple essayer de découvrir dans quel livre de John Leslie, apparaît cette extraordinaire affaire de deux soleils présents à l'intérieur de la Terre. Voilà déjà ici une avancée très utile qui pourrait être réalisée dans cette affaire saugrenue.

     Mais, ce 2 Avril 2019, disons donc, alors que Jules Verne, dès 1866, parlait de cette affaire "d'ouvertures polaires", nous, nous ne l'avons apprise, qu'en 1972, quand une amie de la Métropole, a eu la géniale idée, de nous envoyer le livre désormais incontournable (actuellement pratiquement introuvable en France), de R. Bernard " La Terre creuse", paru chez Albin Michel, en 1971 :



     Les internautes qui nous disent posséder ce livre dans leur bibliothèque, font désormais partie d'un club de privilégiés, dont les membres se comptent sur les doigts de la main. (Et on peut aussi lire quelque part, sur notre site, que les autorités ont fait mains basses sur tous les exemplaires qui traînaient chez les libraires et bouquinistes de France, non avertis) .

       Ces derniers temps, il faut aussi le savoir, on peut trouver sur le marché, cet autre ouvrage en remplacement du précédent, publié aux Editions Hades en Sept.2017



    Le livre de 1971, est la traduction bien appropriée de cet ouvrage, paru dès 1964, en anglais de R Bernard, ( qui en réalité s'appelait Walter Seigmeister, et qui est décédé le 10 Septembre 1965) :

  

      Evidemment, nous on le sait, cette théorie n'est pas admise dans le cursus universitaire actuel, car elle s'oppose catégoriquement, à notre connaissance actuelle de la composition interne de la Terre. Donc, la plupart des scientifiques officiels, non recyclés sur l'histoire des phénomènes polaires, vont la rejeter impitoyablement .

      Mais, ll se pourrait que d'autres écrivains, pas très connus, aient aussi reçu aussi, une certaine inspiration, venant des Maîtres, et nous présentons alors ici ce croquis fantastique, connu dès au moins 1892, et venant d'un certain William R. Bradshaw, et dont le titre de l'ouvrage, commence par : "The Gooddest of Atvatabar : Being the history of Discovery of the interior Words and Conquest of Atvatabar", hélas non encore traduit en français.


et tiré de l'ouvrage :

    


     Notons en passant cependant qu'en France, dès 1821 paraissait sans schéma, l'ouvrage suivant :


      Cet ouvrage est d'un certain Sir Hormidas Peath (pseudonyme de Jacques-Auguste-Simon Collin de Plancy) traduit de l'anglais par M. Jacques de Saint-Albin, ouvrage en 3 volumes édité à Paris par les libraires Caillot père et fils. Pour en savoir plus, voir svp, notre article :Byrdalice.html .

    Il y a aussi, cette couverture d'un ouvrage que nous recherchons depuis des lustres :


      Cet ouvrage précurseur, qui est, en français, intitulé "Le Secret des Pôles", est paru en 1898, et qui est une brochure de 48 pages, dont l'auteur est un certain Henry Campion. Son traité fut publié à Birmingham, Angleterre. . Cet Henry Campion écrivait déjà à son époque, que la Terre était trouée aux deux pôles sud et nord. Mais citons ici cette phrase de Campion : " L'axe de la Terre est complètement vide, et entièrement dépourvu de matière du nord au sud. Il a deux ouvertures complètes, une au Pôle nord , l'autre exactement à son opposé, au pôle sud . Cette terre littéralement complément vide intérieurement d'un pôle à l'autre.."

     Bien qu'il ne fasse pas allusion au Soleil central, c'est tout de même pas mal n'est-ce pas, d'apprendre que l'auteur connaissait déjà à l'époque, en 1898, cette affaire des ouvertures polaires.

     Puis il y a eu on le sait, l' écrivain américain, William Reed (1906):

 


  

     Et bien que, les interrogations de Reed, concernant les problèmes polaires, remontent à plus d'un siècle, certaines, nous interpellent encore vivement.

  


      Il y a eu aussi après l'incomparable livre, de Marshall B. Gardner de (1920, déjà présenté plus haut)

  


       Ce citoyen américain, deviendra bientôt, à coup sûr, bien plus célèbre qu'Einstein, quand les êtres de l'intérieur, se manifesteront au grand jour, comme ils l'ont promis ces temps-ci, à l'approche de la Grande Révélation.

      Mais pour les puristes, volci quelques éléments très tangibles de ce très remarquable ouvrage :

       Ainsi, à la page 253 de cet ouvrage, hélas on le sait, non encore traduit en français, on découvre ceci :



      Et notre modeste traduction est alors :

Bois flottant et graines de plantes.

     "Maintenant, nous allons suivre plus en détail les preuves de ces différentes formes de vie dans l'Arctique. Nous avons déjà parlé de bois flottant se trouvant a des emplacements tels que cela ne peut provenir que de l'intérieur de la Terre. Ce phénomène est si fréquent que les explorateurs dont nous avons évoqués les exploits, ont presque tous eu, à nous dire des choses à ce sujet. Mais parfois, même, on a vu cette étrange chose dans les mers arctiques, que certains arbres portaient des bourgeons verts . Certaines graines d'espèces inconnues, comme par exemple des espèces tropicales ont été trouvées, à la dérive, en descendant des courants du Nord. Un très intéressant cas de cette nature, fut de trouver la semence de la fève d'Entada, une fève tropicale mesurant 9/4 d'inch (5cm environ). Cette découverte remarquable a été faite par une expédition suédoise sous Otto Torell près Trurenberg Bay, et il est évident que cette semence doit provenir de l'intérieur de la Terre, car elle est tirée d'un arbre qui ne pousse que dans des conditions tropicales, et elle aurait été désintégrée, si elle avait été trimballée pendant de nombreux mois, depuis de lointaines régions du monde entier, comme ce serait le cas si elle était venue à partir des régions tropicales connues, de cette planète."

     Mais voyons maintenant, toujours dans en pages 100 et 101, du livre de R. Bernard cette affaire de poussière noire et de cendre volcanique de l'Arctique, et dont évite de nous parler Jules Gay, qui ne pouvait ignorer ce phénomène, vu les nombreux ouvrages qu'il a consultés :

     "La poussière, cette plaie de l'océan Arctique, est produite par des éruptions volcaniques. Légère, facilement portée par le vent, elle s'abat sur les bateaux et gêne considérablement la navigation. Quand elle tombe sur la neige, elle la rend noire. L'analyse montre qu'elle est constituée de carbone et de fer, et on suppose qu'elle provient d'un volcan en activité.

      Quel est ce volcan ? On ne trouve fait mention nulle part qu'il y ait un volcan quelconque dans les environs du pôle Nord, et s'il y en a un ailleurs, plus loin, pourquoi la poussière tombe-t-elle seulement dans l'océan Arctique ?
"


     Pour y voir plus clair, demandons à Reed, auteur en 1906 de l'ouvrage "Phantom of the poles":

     En page 126, on trouve alors :



     Et grosso modo, notre traduction peut donner :

     "Imaginez la poussière comme quelque chose d'ennuyant au milieu de l'océan Arctique! Nansen dit: " nous avons passé ici des années les annèes, et qu'est-ce que cela nous a apporté ? Rien que de la poussière, la poussière, la poussière, que le premier vent disperse. "

     Quelqu'un qui ne croit pas que la Terre est creuse, pourra-t-il me dire d'où provient cette la poussière ? elle n'est pas un élément ou une marchandise qui s'accumule très vite sur la glace, ou en eau libre, et alors Nansen a dit : " Rentrons chez nous. Pourquoi resterons-nous ici davantage ? Rien que de la poussière, la poussière, la poussière. ".

     Si vous maintenez, le fait que la Terre est un solide plein, il n'y a pas de réponse à cette question embarrassante. Mais si l'on conçoit cependant qu'elle est creuse, et que la poussière vient de l'éruption d'un volcan situé à l'intérieur, le puzzle est facile à expliquer, sans mettre en cause une comète circulant à des millions de Km, et qui va disperser la poussière sur toutes les régions arctique et antarctique. Si la Terre se trouve être pleine, alors les gens peuvent se féliciter que cette poussière soit confinée principalement autour des pôles,...
"

     Vous avez bien lu que Nansen se plaint amèrement de l'envahisement du flot de la cendre, qui l'invite à fuir et à regagner son logis.

     Mais voyons aussi alors ce que nous en dit l' ouvrage intitulé "Vers le Pôle" de Fridtjof Nansen présenté par Jean-Louis Etienne et publié par les Editions Hoëbeke en 1996, d'après l'ouvrage de 1897, ISBN 2-84230-012-2. C'est ouvrage n'est, en fin de compte, qu'un condensé des deux tomes de l'Édition d'origine.



    En page 101, on découvre ceci concernant Nansen, après qu'il soit arrivé autour du 81° 18'de Lat Nord :



    Vous constatez que cette image, nous permet de faire d'une pierre deux coups, car en plus de la déclaration de Nansen, on a la position officielle (sans doute celle de Jean-Louis Etienne) sur la provenance de cette poussière...et on évite , de parler de la véritable abondance de cette chute de cendre envahissante, comme nous le dit plus haut Nansen

      A vous de juger ...

       Mais arrêtons là, SVP, ce troisième volet, de l'article et, pour éviter un trop long délai de chargement, plaçons la suite à :


       A suivre...

                    Fred IDYLLE

     Article mis en page le 10/01/2019, et revu le 12/01/2019, et revu le 14/01/2019, et revu le 15/01/2019, et revu le 16/01/2019, et revu le 18/01/2019, et revu le 20/01/2019, et revu le 23/01/2019, et revu le 25/01/2019, et revu le 27/01/2019, et revu le 29/01/2019, et revu le 30/01/2019, et revu le 08/02/2019, et revu le 10/02/2019, et revu le 13/02/2019, et revu le 15/02/2019, et revu le 17/02/2019, et revu le 19/02/2019, et revu le 20/02/2019, et revu le 21/02/2019, et revu le 23/02/2019, et revu le 26/02/2019, et revu le 27/02/2019, et revu le 28/02/2019, et revu le 01/03/2019, et revu le 04/03/2019, et revu le 05/03/2019, et revu le 07/03/2019, et revu le 09/03/2019, et revu le 11/03/2019, et revu le 12/03/2019, et revu le 15/03/2019, et revu le 16/03/2019, et revu le 17/03/2019, et revu le 18/03/2019, et revu le 19/03/2019, et revu le 21/03/2019, et revu le 22/03/2019, et revu le 24/03/2019, et revu le 26/03/2019, et revu le 27/03/2019, et revu le 28/03/2019, et revu le 31/03/2019, et revu le 07/05/2019.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil